La Croix Manquante pour la Pureté


 

George Whitehead

George Whitehead est né en 1636 à Sun-rigg dans le Comté de Westmorland, Angleterre. Il n'avait que 14 ans lorsqu'il fut convaincu des principes Quaker, et débuta des prédications limitées sous la direction du Seigneur à l'âge de 16 ans. Il faisait parti de la réputée bande des Soixante Vaillants ; soixante hommes et femmes, qui, après avoir prêché dans le nord, débutèrent ensuite une mission évangélique afin de répandre la vérité partout en Angleterre. Parmi ces nobles âmes, il y avait George Whitehead qui avait entre 17 et 18, James Parnell âgé de 16, et Edward Burrough âgé de 18 ans. Ces jeunes hommes avaient été convaincu et personnellement enseignés par Christ, et lorsqu'ils furent suffisamment prêts, commandés par Christ à prêcher son véritable évangile à travers la puissance de Son Esprit. Leurs témoignages frappants sont une preuve de la puissance du Saint-Esprit pour enseigner même les jeunes, résultant de leur connaissance grandement supérieure à ce que peuvent apprendre les prêcheurs et les ministres d'alors et d'aujourd'hui dans les Collèges Bibliques et les Séminaires. Leurs jeunesse, leur connaissance, et leur puissant ministère est un témoignage que Dieu demeure dans le jeune qui recherche Sa face et qui rappellent les écritures suivantes :

Recherchez l'Éternel et sa force, cherchez continuellement sa face, afin de demeurer en sa présence ! 1 Chr 16:11

J'aime ceux qui m'aiment ; et ceux qui me recherchent me trouveront.
Prov 8:17.

Comme William Penn, le fondateur de la Pennsylvanie, a dit dans son conseil d'adieu à sa famille et à ses enfants :

Aux jours de votre jeunesse recherchez le Seigneur, afin que vous puissiez le trouver ; vous rappelant que dans son immense amour Il vous a crée ; que vous n'êtes ni bêtes, ni plantes, ni pierres, mais qu'Il vous a gardé, et qu'Il vous a donné Sa grâce à l'intérieur, et la substance à l'extérieur, et que pour vous il a pourvu abondamment. Rappelez-vous ceci dans votre jeunesse, afin que vous soyez gardés loin du mal qui est dans ce monde ; car plus âgé il sera plus difficile d'en surmonter les tentations.

George Whitehead était un habile polémiste, et il est établit que l'ors d'une réunion qu'il avait tenu dans le comté de Norfolk... « pratiquement toute la congrégation par la puissance du Dieu tout puissant, à travers son vivant et perçant témoignage et par ses prières. » Il donna beaucoup de temps et de force à la plaidoirie de la cause des opprimés. En 1661, (à l'âge de 24 ans) en compagnie d'Edward Burrough et d'autres amis, il comparut à la barre de la Chambres des Communes dans l'espoir d'empêcher l'adoption de l'Acte d'Uniformité. Cette tentative de leur part échoua, mais leur députation créa une profonde impression dans la maison. Plus tard, George Whitehead pris le rôle prépondérant dans un Pardon générale, de la part de Charles II, apr lequel plus de 490 personnes furent relâchées de prison, parmi ce nombre il y avait John Bunyan, (un adversaire des Quakers). Il réussi également à obtenir l'allégement de plusieurs difficultés au cour du règne de James II et de William et Mary. Bien qu'il fut né sous le règne de Charles Ier, George Whitehead vécut pour voir George Ier être couronné roi, et prit part en tant que porte parole d'une délégation d'Amis qui ont attendu le Roi ainsi que le Prince de Galles pour présenter un discours de bienvenu de la part de la société. Il mourût en l'années 1723 âgé de 87 ans, et fut ensevelit au côté de George Fox sur le terrain des Quaker à Bunhill Fields.

George Whitehead était l'un des quelques Soixante Vaillants à n'être pas mort de persécution pendant des jours ardents de souffrances des premiers Quakers. Et lorsque vous lisez au sujet de ses réalisations tout au long de Sa vie, il fut de toute évidence un instrument dans la main de l'Éternel, destiné à le servir magnifiquement. On ne peut qu'être impressionné à l'ampleur du service de George Whitehead  pour la cause, non seulement en tant que ministre, en tant que prédicateur, en tant qu'évangéliste, ni seulement à cause de ses 'innombrables débats, de ses emprisonnements, et non seulement à cause de ses dures souffrances - mais aussi en étant patiemment dévoué à une prodigieuse effusion de lettres, de pétitions, et de plaidoiries personnelles à la cours, aux magistrats, devant les maires, les justices, les parlements, les rois, les officiers de la cour, les prêtres, les évêques, les autorités ecclésiastique, etc. Dans tous ses efforts, comme tout ministres Quaker, il a servi sans salaire ni paye, simplement en gagnant sa vie comme épicier avec un commerce à Londres. Faisant personnellement beaucoup de, de long plaidoyers Aux Rois Charles II, James II, et William III, George Whitehead a toujours parlé sans faire aucune accusation, ni sarcasme, aucune amertume ; mais il parlait avec amour, douceur, humilité, et respect. Il fut un homme d'État Chrétien, re présentant magnifiquement le peuple du Seigneur ; et lorsqu'il obtint les nombreuses concessions des rois, il était implacable à poursuivre l'affaire, peu importe à quel point la porte était étroitement ouverte, jusqu'à la conclusion de : 1) plusieurs multitudes libérée de prisons, avec beaucoup de libérations individuelles, 2) la liberté de s'assembler pour adorer, proposés par trois rois, et finalement approuvé par le parlement, 3) ne plus être forcé de jurer, et 4) plus d'amende pour refus de payer les dîmes, et qui menait à l'emprisonnement. Ses patientes contestations sont la preuve classique de la vérité dans les proverbes :

Par la lenteur à la colère un prince est gagné, et la langue douce brise les os. Pro 25:15

Une réponse douce détourne la fureur, mais la parole blessante excite la colère. Pro 15:1

Ne renonçant jamais aux travaux domestiques, après son grand succès en ayant obtenu les concessions de plusieurs rois, il ne se reposait pas sur ses lauriers - mais il continuait inlassablement jusqu'à ce que chacun obtienne la libération, ou que la législation nécessaire eusse été poussée par le Parlement. Par exemple, après qu'il eut personnellement persuadé le roi Charles de pardonner à plus de 490 Quakers, certains avaient souffert en prison durant plus de dix années, il travailla nuits et jours pendant six mois à libérer et à distribuer les pardons dans les prisons et les courts à travers l'Angleterre et le pays de Galles, pour être certain que personne ne demeure emprisonné au cour de l'hiver qui allait venir, car beaucoup trop de prisonniers moururent au cours de l'hiver d'avant.

Lorsque la peste noir frappa Londres, elle tua plus de cent-mille personnes, y compris beaucoup de Quakers. La plupart des gens ont fuit dans les campagnes ; mais pas George Whitehead. Sans peur, et avec une foi magnifique, George Whitehead alla personnellement prêcher aux Quakers qui se mouraient dans leurs demeures, dans les prisons sévèrement infectées, et à bord des navires où ils avaient contractés la maladie et où ils moururent, dans l'attente de leur déportation forcé vers les terres étrangères. Il était inlassable dans tout, y compris la très petite tâche proverbiale, d'humble porteur d'eau, et merveilleusement réussi- un éminent serviteur du Seigneur, un notable digne de son Maître, qui allait être une inspiration pour toutes les générations futurs. Venant de la Voix du Seigneur : « Et beaucoup furent convaincu par cet extraordinaire et puissant partisan en tant que ministre du Seigneur digne et capable."

 

Les Lettres de George Whitehead

Une salutation évangélique dans le véritable amour Chrétien, recommandé au Amis,
qui croient dans le nom du Fils de Dieu, la véritable Lumière ;
et à tous ceux qui désirent vraiment être fondés et établit dans la foi du Christ.


Moi, je suis la lumière du monde ;
celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres,
mais il aura la lumière de la vie.
Jean 8:12

Pendant que vous avez la lumière,
croyez en la lumière,
afin que vous soyez fils de lumière.
Jean 12:36

(La dernière lettre connue de Whitehead : qu'il a écrit alors qu'il était âgé de 86 ans. )

Vous pouvez « cliquer » sur le Texte en Bleu Clair ou en Bleu Clair Gras pour un retour dans les Écritures.

Mes Amis bien-aimés, maintenant dans mes vieux jours, après un long voyage ainsi que de nombreuses années de labeurs dans l'oeuvre du ministère de l'Évangile de notre Seigneur Jésus Christ, Il a déposé sur moi des salutations renouvelée d'un véritable et tendre amour et Il a mis sur mon esprit de vous recommander, à la manière d'un Épître, car je fus un pendant un certain temps physiquement inapte à voyager à l'extérieur comme j'avais l'habitude de faire autrefois. Bien qu'intérieurement je sois souvent fortifié et renouvelé en esprit, à travers l'amour, la tendre miséricorde et les richesses de la grâce de notre Dieu, que j'ai en son cher Fils Jésus, à qui appartiennent gloire, honneur et, louange à tout jamais.

Mes chers et bien aimés amis, Je suis toujours aussi profondément préoccupé en esprit au sujet de la famille, l'héritage et l'Église de Dieu, comme toujours ; et que tous ceux dont les coeurs sont véritablement enclins par sa divine grâce et son bon esprit à le chercher, et à se familiariser avec Lui, qu'ils puissent avoir la vie éternelle, par la connaissance du Seul et véritable Dieu, et de Jésus-Christ qu'Il a envoyé, pour cette vie éternelle, le but, la substance et la gloire de toute vraie religion Chrétienne ; et que cette connaissance puisse augmenter, et que Sa gloire s'étende sur la terre, cela est toujours le désir et le soupire de mon âme au Seigneur notre Dieu.

Et mes chers bien aimés, que dans cette vie éternelle, que dans cette connaissance divine et spirituelle du seul vrai Dieu et de Son Fils Jésus-Christ, vous puissiez grandir, et que vos âmes puissent prospérer dans cette gloire du Dieu éternel ! et votre paix éternelle, est le désir sincère de mon âme et ma supplication à Celui qui est le Père et la fontaine de toute notre miséricorde et des bénédictions qui nous ont été accordées, en son unique Fils Jésus-Christ, et par Lui.

Oh ! considérez, et gardez en mémoire assidûment la grande sagesse et l'amour de notre Dieu de grâce, comme étant la cause du don de Son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. ; qui disait à Ses disciples « Que votre coeur ne soit pas troublé ; vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures ; s'il en était autrement, je vous l'eusse dit, car je vais vous préparer une place. Et si je m'en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi. »

Assurément nous croyons en Dieu, qui a donné Son cher Fils pour notre rédemption et notre salut, nous devons aussi croire en Son Fils comme étant notre grand Médiateur et Avocat avec le Père ; considérant aussi, que Christ Jésus, nous fut donné pour être notre Médiateur entre Dieu et les hommes, et qu'Il s'est donné Lui-même en rançon pour tous les hommes, comme témoignage qui devait être rendu en son propre temps, et Sa mort pour tous les hommes, le fait qu'Il goûtât la mort pour tous les hommes, fait que tout cela provient du grand amour de Dieu, et non afin de régler une satisfaction stricte ou rigide d'une justice vindicative, ou d'une vengeance de la part de Dieu ; car cela ne laisserait aucune place au pardon des péchés passés, avant la repentance et la foi en Christ et son Évangile ; en voyant la bonne volonté et le dessein béni de Dieu, établi en Jésus-Christ dans le but d'être la propitiation, à travers la foi en Son sang, pour déclarer Sa justice pour la rémission des péchés qui sont passés, à travers la longanimité de Dieu, dont le sang crie miséricorde. Assurément cette droiture et cette longanimité de Dieu déclaré par le sacrifice propitiatoire de notre Seigneur Jésus-Christ, pour la rémission et le pardon des péchés qui sont passés, basé sur une véritable repentance, ne peuvent être justement considérée comme une vengeance ou une justice vindicative, comme certain ont affirmés contre nous ; mais un acte gratuit d'amour et de sagesse de Dieu pour nous donner Son Fils, et en Lui de réconcilier le monde avec Lui, et non pas de leurs imputer leurs péchés qui leur sont passés, quand ils sont complètement réconciliés et unis avec Lui dans leur coeur et âme, par Sa grâce et Son bon Esprit.

Oh ! « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde : » À quel égard Jésus-Christ, l'Agneau de Dieu, enlève le péché du monde ? Je répond, à deux égards :

Premièrement, en tant que la plus excellente offrande et le plus acceptable sacrifice pour les péchés, dans le b ut d'obtenir le pardon et la rédemption par son précieux sang, et même le plus doux des parfums pour Dieu, surpassant de loin les oblations légales et typiques des animaux, comme les offrandes et le sang des boeufs, des boucs,  des génisses, des chèvres, des béliers, des agneaux, etc., tout ce à quoi Jésus-Christ par Sa propre offrande a mis fin.

Deuxièmement ; Jésus-Christ, comme l'Agneaux de Dieu, qui enlève les péchés du monde, en purifiant la conscience et en purifiant les coeurs de tous ceux qui Le reçoit et qui croient en Lui, de même qu'en son Saint Nom et Sa puissance divine. Oh ! Par conséquent, voici l'Agneau de Dieu, qui enlève et met fin au péché, met un terme à la transgression, et apporte la justice [droiture, vertu,] éternelle.

Regardons tous vers le Messie promit, même envers Jésus, le chef et le consommateur de la foi, afin que nous croyions tous du coeur pour parvenir à la justice, ainsi que le salut de nos âmes, afin qu'étant participants de Christ et de Sa justice, que nuls ne se retirent vers la perdition, ni vers les pollutions du monde, qui ont échappés à la même chose par la connaissance de Dieu et de Son cher Fils, Jésus-Christ, qui est capable et véritablement volontaire de sauver au maximum, tous ceux qui viennent à Dieu par Lui.

Lui qui s'est offert, un Agneau sans tache, à Dieu pour tous les humains et qui, par conséquent est devenu une victime expiatoire pour les péchés du monde entier, n'ayant jamais eu l'intention de laisser les hommes dans le péché et la transgression tous leurs jours, mais que tous les hommes disposent de la grâce pour les guider vers la véritable repentance, afin qu'ils puissent recevoir la rémission [une diminution], pardon, expiation et réconciliation obtenus pour eux.

La fait que Dieu fut en Christ, à réconcilier le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, mais en leur permettant, en leurs accordant la rémission sur la base d'une véritable repentance, était et est encore un témoignage, ainsi qu'un évidente indication du grand amour, grâce et faveur de Dieu envers le monde, dans et par Son cher Fils. Comment Dieu s'est merveilleusement, dans Sa grande sagesse, amour, gentillesse, modestie, longue souffrance et compassion, condescendu à nos faibles capacités et conditions de la race humaine, pour notre rédemption et salut, par Son cher Fils Jésus-Christ, véritablement considéré, autant comme Il est venu et a souffert dans la chair, et comme Il est révélé dans l'Esprit. Oh que cette lourde considération de toutes ces choses affecte profondément tous nos coeurs et âmes sincèrement à aimer, servir, craindre, adorer et louer le Seigneur notre Dieu le plus gracieux, par Jésus-Christ pour toujours !

Cela doit être sérieusement observé et rappelé, que lorsque Jésus-Christ s'apprêtait à prendre congé de Ses disciples, Il les a recommandés à l'Esprit de vérité, le Consolateur, qui devrait témoigner de Lui et demeurer avec eux à tout jamais ; et qu'Il se manifesterait à celui qui l'aime, et que dans un bref moment, ils, (Ses disciples), Le verraient, c'est-à-dire Jésus-Christ ; ainsi, quoique le corps fut parti, Il reviendrait vers eux en Esprit.

Maintenant chers amis, c'est Lui, le Saint-Esprit qui témoigne de notre Seigneur Jésus-Christ, et qui nous montre ce dont Il prend de Christ, car le Christ a dit, Il (le Saint-Esprit) le prendra de Moi, et vous le montrera.

Le Saint-Esprit prend, et nous montre, les très excellentes propriétés de notre grand et glorieux Médiateur, Son grand et universel amour, modestie, humilité et compassion, afin que nous puissions par degrés être participants d'eux, comme nous obéissons véritablement et le suivons dans la manifestation du même Saint-Esprit, par lequel le mystère de Christ est révélé, dans et vers les croyants à l'esprit véritablement spirituel par Sa lumière, par laquelle ils deviennent les enfants de la lumière.

Comme notre Seigneur Jésus-Christ a, par Ses souffrances, une offrande, sacrifice et mort, a mis fin à toutes les offrandes de la loi, types, ombres et figures, ordonnances externes, rites et cérémonies, et plusieurs lavages et baptêmes, sous la Loi de Moïse et de la Prêtrise Lévitique, Il demeure un Prêtre à tout jamais, selon l'ordre de Melchisédek, Roi de justice et Roi de paix, notre Grand Prêtre sur la maison et la famille de Dieu ; Lui, ayant consacré, préparé et ouvert la nouvelle et vivante voie de la Nouvelle Alliance, à travers le voile de Sa chair, pour notre accès dans le plus saint sanctuaire.

Par conséquent, considérons quel grand amour, Dieu dans Sa divine sagesse a manifesté à travers Son cher Fils, pour nous et vers nous ; oui, vers les enfants des hommes, afin que nous puissions avoir et connaître l'accès à Son alliance éternelle de grâce, miséricorde et paix, en et à travers Son cher Fils Jésus-Christ. Accordons de la valeur à Son amour et bonté à tout jamais,  nous apportant dans une dérogation plus glorieuse que toutes les anciennes dérogations de la loi et des ombres, sous lesquelles la lumière était tellement voilée, que le peuple d'Israël, lorsque le voile était sur leur coeur, ne pouvait voir la fin de ces ombres et voiles, qui furent abolis par Christ ; mais ces voiles sont maintenant disparus et se sont enfuis, par le Soleil de justice manifesté de façon plus glorieuse et brillant de mille feux, comme la nouvelle alliance et la dérogation spirituelle de Christ, plutôt que dans toutes les anciennes dérogations. Afin que la face de Moïse soit dévoilée en ce jour, bien que Dieu fût enchanté d'offrir Sa parole, Sa lumière et esprit pour visiter les enfants des hommes, dans toutes les générations depuis le commencement ; et même au temps de la loi et des prophètes, la Voix, la Parole et Esprit de Dieu, telles que témoignées par Moïse, les saints prophètes et serviteurs de Dieu, et le peuple averti et exhorté d'obéir à la même, pour le salut et la paix ; mais au jour de Christ et de l'Évangile, manifesté plus clairement et brillant de mille feux que sous les types légaux et les ombres, que Jésus-Christ, la substance, a aboli et y a mis fin. Abraham a vu le jour de Christ et s'est réjoui ; et l'Esprit de Christ dans les saints prophètes a témoigné à l'avance, autant de Sa souffrance que de la gloire de Son jour, qui devait suivre.

Maintenant chers amis, le jour de l'Évangile, le jour de Christ et de Sa puissance ayant éclos, comme aux jours primitifs des Chrétiens spirituels ; après une longue nuit d'apostasie et d'ignorance, la première lueur du jour, le (soleil s'élevant) au plus haut nous ayant visité par la venue spirituelle à nouveau de notre Seigneur Jésus-Christ, et nous accordant Sa glorieuse lumière et Saint-Esprit, obéissons tous et marchons dans la même, afin que nous puissions tous avoir et apprécier la vie et la paix en Lui, qui a ouvert une voie vivante vers nous dans la nouvelle et éternelle alliance de grâce et de paix ; et continuons tous en elle.

La dispensation du Christ est spirituelle et glorieuse, celle à laquelle nous sommes appelés ; c'est un ministère de l'Esprit de Christ, de Sa lumière et de Son Esprit, et elle doit aller de par le monde entier, et continuer jusqu'à la fin.

Une fois que l e Seigneur a ouvert les yeux de vos pensées et de votre entendement, de sorte que vos pensées se sont détournées des ténèbres, pour aller vers la Lumière de Notre Seigneur Jésus-Christ, et détournées du pouvoir de Satan pour aller vers Dieu, alors nous avons connu la véritable repentance, et que notre véritable commencement, de manière à recevoir la véritable connaissance spirituelle de notre Seigneur Jésus-Christ et notre vraie Chrétienté est dans l'esprit et non dans la lettre, ni dans des observances charnelles, éléments ou rudiments du monde.

Et c'était par le même Saint-Esprit, que l'excellence de la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ, et la communion de Ses souffrances sont venues à être révélés puis expérimentés en nous par degrés, alors que nous suivons le même Esprit de sainteté.

Ah quelle excellence il y a dans la véritable connaissance de notre Seigneur béni, Jésus-Christ ! Et à quelle pauvreté de l'esprit et perte de tout ce qui est nôtre, l'homme doit-il être réduit pour pouvoir acquérir cette connaissance et gagner Christ, et se retrouver en Lui, selon la confession du Saint Apôtre ! Phil 3:8-9.

Et à travers quelle communion des souffrances du Christ une personne doit-elle être conduite, s'ils sont devenues conformes à lui dans sa mort, et qu'ils sont parvenus à posséder apprécier la droiture(vertu) qui est de Dieu par la foi, même par la foi de Christ ! Qu'était-ce alors que les souffrances de Christ ? « Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui ; Il a été maltraité et opprimé, » ...

Assurément, ceux qui entrent véritablement dans la communion des souffrances de Christ, doivent venir spirituellement, en étant sensiblement obérés, chagrinés et affligés, blessés et contusionnés, châtiés et affaiblis, pour leurs propres transgressions et iniquités, sous les réprimandes et les châtiments de l'Esprit du Seigneur Jésus-Christ, jusqu'à la véritable repentance, rémission et pardon de leurs iniquités à travers Christ qui fut blessé, contusionné, oui, et crucifié pour eux, quoi qu'Il n'aie jamais péché ; et de façon à être conformes à Lui dans Sa mort, nous devons tous être crucifiés avec Lui. Les hommes doivent passer par la mort de la croix, et par la puissance de Christ être baptisés dans Sa mort, ayant crucifié la chair et ses affections corrompues ainsi que ses désirs, ce que ceux qui sont les véritables disciples de  Christ ont fait, étant élevés avec Lui par la foi de l'opération de Dieu.

Oh ! Une telle souffrance, mourant, ressuscitant et vivant avec Christ, pour Dieu, doit être nécessairement connu et expérimenté intérieurement dans les véritables croyants, par l'oeuvre de Sa grâce et Saint-Esprit, que par conséquent nous devons diligemment suivre et dans laquelle nous devons marcher, afin que comme nous avons tous bien commencés, au véritable commencement de l'Esprit, nous puissions tenir dans la fidélité jusqu'à la fin bénie ainsi qu'à une couronne de justice.

Chers amis, à quel point est-ce précieux d'être participants de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ, et notre Seigneur, par la communion, fruits et bénéfices de Ses souffrances, médiation et intercession ! Chérissons véritablement à tout jamais le grand amour de Dieu, éminemment manifesté dans Son cher Fils Jésus-Christ, par Son Saint-Esprit !

Comme la véritable connaissance qui sauve de Jésus-Christ est seulement selon l'esprit et non selon la chair, et le glorieux mystère de Christ dans les hommes est révélé par l'Esprit, donc nous devons tous être disposés sur le plan spirituel, prêtant attention à la divine lumière et à l'Esprit saint de grâce dans nos coeurs, de se connaître l'un l'autre selon l'Esprit, dans le sens spirituel et dans la communion, afin que la communion du mystère de Christ soit véritablement connue et qu'avec la vie, elle augmente parmi nous, à la gloire de Dieu et à l'honneur de Son Fils bien-aimé, de notre confort universel ainsi que de la joie véritable en Lui, qui est le véritable Dieu et la vie éternelle.

Je me souviens bien comment dans les premiers jours, après que nous ayons été convaincus, et ayons reçus la vérité bénie dans son amour et sa simplicité, que nous ayons été guidés vers la simplicité du langage et de l'habillement, etc., nous avons aussi dans une certaine mesure, participé à la communion des souffrances de Christ, en étant reprochés, opposés, contredits et calomniés pour Son nom et pour le bien de la vérité, par les méchants et les professeurs relâchés [croyants] et les  profanes [impies et mauvais] ; nous nous résignons à l'obéissance et au port de la croix par égard pour Lui, qui a eu à supporter une croix beaucoup plus sévère par égard pour nous, avant nous.

C'était dans l'amour de la vérité vivante et dans la simplicité qui est en Christ Jésus, par l'obéissance à Lui dans Sa lumière et grâce, que nous sommes devenus fiancés à Lui. Ce progrès ne doit pas être oublié par quiconque veut être fiancé dans la justice, amour véritable et constant pour Jésus-Christ, comme notre tête spirituelle et notre époux, ce qu'Il est véritablement pour Son Église, ou corps mystique.

Oh ! Mes chers et bien-aimés amis, prenez une retraite intérieure, dans vos pensées et vos esprits, vers la lumière, la grâce, la bonne Parole et Esprit du Seigneur Jésus-Christ en vous, afin que vous puissiez expérimenter la sainte Semence, la Parole de vie éternelle et la grâce, pour croître et prévaloir de plus en plus, jusqu'à une naissance immortelle et une sainte génération comme vous devenez nés de la même.

Et, chers amis, je ne peux que me souvenir de l'amour de nos épousailles, et de la gentillesse de notre jeunesse au commencement. Dans les premiers jours, et rappelez-vous de ceux-ci, lorsque nous, comme des vierges chastes, avons épousé Jésus-Christ, alors que nous étions peu en nombre ; et comme nous nous aimions sincèrement, que nous étions l'un pour l'autre la joie dans le Seigneur ; qui a dit à l'ancienne Jérusalem « Je me souviens de ton amour lorsque tu étais jeune, De ton affection lorsque tu étais fiancée, Quand tu me suivais au désert, Dans une terre inculte ; » qui était un état de faibles souffrances dans de profondes épreuves. Oh ! Que le premier amour de vos épousailles ne soient jamais détérioré, ni quitté, ni oublié, mais maintenu à tout jamais, ou sinon nous ne pouvons vivre pour Dieu ni prospérer dans une vie Chrétienne en Christ-Jésus, ou de demeurer chaste envers Lui comme une véritable épouse et église du premier-né écrit dans le ciel.

Maintenant chers amis, pour entrer et vivre dans un véritable amour et vie Chrétienne, ce doit être à travers un réel renoncement de soi, la prise de croix quotidienne, et suivre Jésus-Christ ainsi que Ses exemples et pas.

car c'est à cela que vous avez été appelés ; car aussi Christ a souffert pour vous, vous laissant un modèle,
afin que vous suiviez ses traces, 1 Pierre 2:21

Ce renoncement de soi doit être une prosternation et une dénégation de tout l'être fier et vaniteux, qui est élevé au-dessus des autres, d'un orgueil secret abondant du sens propre de l'un, dévalorisant et condamnant les autres ; et de quels autres maux et corruptions l'être pervers est-il dépendant, ils doivent être reniés et complètement rejetés par tous ceux qui en viennent à embrasser une vie et condition humble de Chrétien.

Ce réel renoncement de soi ne permettra à personne d'exercer une domination sur l'héritage de Dieu, ni de l'annuler avec rigidité, quoiqu'ils puissent prétendre leur ancienneté. Mais plutôt le réel renoncement de soi conduisant une personne à un humble exemple du troupeaux de Christ, et en tant que compagnon aidant pour les plus jeunes dans le Seigneur, pour les faibles, et les débonnaires, afin de ne pas étouffer toutes les bonnes intentions ou les désirs de chacun ; et en toute humilité d'esprit, douceur et longanimité, se portant ou se supportant les uns les autres dans l'amour, en s'efforçant de garder l'unité dans un lien de paix.

Et alors que nous sommes appelés par un seul esprit dans une seule lumière, vie et amour, efforçons nous tous avec diligence à marcher en celui-ci, afin que nous puissions tous apparaître particulièrement comme étant un peuple de Dieu et de Christ, une église du premier né, une société spirituelle, et d' une ville établit sur une montagne, des citoyens compagnons avec les saints, établis sur la sainte montagne de Sion, resplendissante de clarté, dans une sainte conversation, pour la gloire de notre Dieu.

Car c'est dans cet état bénie et glorieux que se trouve la véritable Église, la montagne spirituelle de Sion, la Jérusalem Céleste, dans laquelle les saints, la première Église de Christ et les vrais Chrétiens d'autrefois sont entrés, et aussi en Jésus le Médiateur de la nouvelle Alliance ; elle dont le Seigneur a ouvert les yeux, qui se sont détournés des ténèbres pour entrer dans la lumière, et qui alors sont devenus des lumières dans le Seigneur ; et ils n'étaient plus des étrangers, ni des inconnus pour le commonwealth d'Israël, qui continuaient fidèlement, et les véritables croyants dans la lumière.

Oh ! Qu'ils sont grands les privilèges et les bénédictions spirituelles dans le Christ Jésus, que se partagent ses fidèles sujets et ses compagnons citoyens avec les saints, même s cette vie ! Et combien plus dans celle qui est à venir, dans son royaume de gloire et de triomphe !

Lorsque les solennités d'adoration d'Israël étaient gardées là- bas dans le Temple, telles que Dieu l'avait prescrit dans la Loi, Sion et Jérusalem étaient resplendissantes et applaudies, elles étaient une ombre de la véritable Église spirituelle, ou la ville des saintes solennités sous la dispensation de Christ et de Son Évangile glorieux dans lequel les promesses les plus excellentes et glorieuses faites à Sion spirituelle et à la Jérusalem Céleste, qui sont oui et amen, sont accomplies dans son Église de l'évangile : « L'Éternel aime les portes de Sion plus que toutes les demeures de Jacob. Des choses glorieuses sont dites de toi, cité de Dieu » Encore, « Regarde Sion, la cité de nos assemblées solennelles ! Tes yeux verront Jérusalem une demeure tranquille, une tente qui ne sera pas transportée : » ... Ceci ne s'est pas accomplis dans la Jérusalem terrestre, car elle a été jetée à bas et détruite avec le Temple et ses bâtiments somptueux, à cause des grandes provocations, des iniquités et des persécutions cruelles des Juifs, contre les serviteurs du Seigneur, et même contre le Fils de Dieu Lui-même.

Maintenant, amis et frères bien aimés, qui êtes appelés à sortir des ténèbres pour entrer dans la véritable Lumière, et pour être des compagnons citoyens avec les saints dans la Lumière, desquels il a été dit, « mais vous êtes venus à la montagne de Sion ; et à la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, » ..., marchez dans la lumière de la sainte cité de Dieu, où le Seigneur Dieu et l'Agneau est la Lumière, et où les nations de ceux qui sont sauvés doivent marcher ; que le salut puisse vous entourer, et qu'il soit pour vous comme des murs et des remparts, afin que l'ennemi ne puisse vous envahir ou vous effrayer ; de sorte que la justice(droiture, vertu) de Sion et de Jérusalem puisse aller de l'avant comme la clarté, et sont salut tel une lampe qui brûle.

Par conséquent, Lève-toi, resplendis, car voici ta lumière, car sur toi s'est levée la gloire du Seigneur. ; revêts-toi de ta force, Sion ! Revêts-toi de tes vêtements de parure, Jérusalem, ville sainte ! ...

S'il vous plait les Amis, voyez combien ils sont beaux les vêtements que doivent porter les habitants de la ville de Dieu, ceux qu'ils doivent revêtir dans notre Sion et notre Jérusalem, la véritable Église spirituelle ! Ne doivent-ils pas être revêtus tels que l'avait décrit le saint apôtre dans son exhortation ? C'est-à-dire, « Revêtez-vous donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de longanimité, supportant l'un l'autre et vous pardonnant les uns aux autres, si l'un a un sujet de plainte contre un autre ; comme aussi le Christ vous a pardonné, vous aussi faites de même. » Mais en premier lieu, les vêtements souillés doivent être enlevées du vieil homme avec ses convoitises corrompues, avec ses chiffons souillés d'auto-satisfaction, ceux-ci doivent êtres mortifiés puis ôtés, et la créature également dépouillée de ses propres souillures d'auto-satisfaction, avant qu'elle ne puisse être investie des merveilleux habits de Sion, de la Céleste Jérusalem, la vraie Épouse du Christ Jésus, ou mariée à l'agneau. Par conséquent il est de l'intérêt de tous de le suivre dans les oeuvres de régénération, l'oeuvre de sanctification par Son Saint-Esprit et Sa puissance, et croire en cela, et sincèrement lui obéir, pour le perfectionnement de la sainteté dans la crainte de Dieu, afin que Christ puisse être formé en vous ; et que dans Sa vie manifeste en vous, tous puissent briller en tant que peuple, appelé, choisi et fidèle de Dieu, pour votre paix éternelle en Son cher Fils, et pour l'honneur, la gloire et la renommée de Son Grand et merveilleux Nom pour toujours.

De plus je voudrais vous rappeler cette lourde exhortation de la part du saint apôtre à l'Église du Christ des Colossiens : « Et par-dessus toutes ces choses, revêtez-vous de l'amour, qui est le lien de la perfection. Et que la paix du Christ, à laquelle aussi vous avez été appelés en un seul corps, règne dans vos coeurs ; et soyez reconnaissants. »

Que le Seigneur Jésus-Christ soit avec vous, et vous revêts de Son Saint-Esprit de grâce, de sagesse et de révélation dans la connaissance des mystère du Christ, de sorte qu'Il puisse demeurer en vous par la foi, et que par Sa puissance vous puissiez être de plus en plus enracinés et fondés dans son amour, sa grâce et sa paix, pour la gloire de Son nom, et pour votre consolation éternelle et votre joie dans son Royaume Céleste. Amen.

(La Déité de Christ Défendue par les Écriture et les Prophéties qui ont Prédit Sa Vie
Note : Il y a des centaines d'autres prophéties, qui ont été faites des centaines d'années avant la naissance de Jésus, toutes accomplies.)

Et maintenant, chers amis, considérons le seul Fils engendré de Dieu, Jésus-Christ notre Seigneur béni, et regardons la confession puis l'honneur qui lui sont donnés dans les saintes Écritures, qui respectent tant son éternelle déité que sa parfaite humanité, et sa venue en chair manifestée en temps voulu, que je mentionne dans le but de nous acquitter, nous le peuple appelé Quaker, des imputations injustes de nos adversaires, l'un reniant la divinité, l'autre reniant l'humanité de Christ, ou alors les deux cas, comme certains ont fait ; et afin de prévenir toutes occasions de doutes ou de disputes au sujet de certaines questions, je vous réfère, de même que tous ceux que cela concerne, aux Écritures suivantes :

Ésa. 7:14 C'est pourquoi le Seigneur, lui, vous donnera un signe : Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel. (écrit 750 années avant la naissance terrestre du Christ)

Une prophétie de Jésus-Christ, respectant Sa naissance virginale, et un fils d'homme, et sa venu au monde Emmanuel, Dieu avec nous, ou en nous.

Ésa 9:6. Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. (écrit 700 ans avant la naissance terrestre du Christ)

Une excellente prophétie et un témoignage de Jésus-Christ, respectant  sa naissance en tant que Fils de l'homme, et Sa divine sagesse et Déité, Dieu Tout Puissant, Père Éternel, etc.

Mic 5:2. et Mat 1:23, 2:1 Et toi, Bethléhem Éphrata, Petite entre les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, Et dont l'origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l'éternité. (Michée écrivit cette prophétie 750 ans avant la naissance terrestre du Christ)

Démontrant que Christ existait déjà dans Sa Divinité, avant qu'Il fût né à Bethléhem en Judée.

Jean 1:1-14 Au commencement était la Parole ; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était Dieu. Celui-ci était au commencement auprès de Dieu. Toutes choses furent faites par lui, et pas une seule chose, de ce qui a été fait, ne fut faite sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Il était dans le monde, et le monde fut fait par lui ; et le monde ne l'a pas connu. Et la Parole devint chair, et habita au milieu de nous, (et nous vîmes sa gloire, une gloire comme d'un fils unique de la part du Père,) pleine de grâce et de vérité.

Rom 1:3-4. touchant son fils (né de la semence de David, selon la chair, déterminé Fils de Dieu, en puissance, selon l'Esprit de sainteté, par la résurrection des morts : Et Rom 9:5. sont les pères, et desquels, selon la chair, est issus le Christ, qui est sur toutes choses Dieu béni éternellement. Amen !

Donc, il est ainsi déclaré que Jésus-Christ est vraiment homme, et qu'Il est le Fils de Dieu, puis Dieu au-dessus de tous. Respectant en premier lieu Son humanité, il est dit de Lui, Luc 2. Et l'enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse ; et la faveur de Dieu était sur lui. Et quand il eut douze ans, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Et tous ceux qui l'entendaient s'étonnaient de son intelligence et de ses réponses. Luc 2:40, 42. 46, 47. et Luc 2:52 Et Jésus avançait en sagesse et en stature, et en faveur auprès de Dieu et des hommes. Quel enfant merveilleux ! Et combien plus excellent est l'homme céleste ! Il nous a laissé un exemple béni, de sorte que nous le suivions, et que nous grandissions dans Sa grâce et Sa sagesse, avec l'aide de Son Saint-Esprit et de Sa puissance.

Considérez aussi, que par Ses oeuvres merveilleuses et Ses miracles, Christ oeuvra sur terre par la Puissance de Dieu, les coeurs étaient nombreux à l'adorer et à l'honorer ; de même que Ses guérisons grandioses et spirituelles, produites par Sa divine lumière et Sa puissance, Il a agi et oeuvré sur plusieurs âmes en ce jour : gloire et honneur à Son Nom pour toujours : Voir : Ésa 42:6-7, Jean 11:25-26,42-44, Éph 2:1, et Psa 147:7 et Psa 103.

Il n'y a pas de raison de questionner Christ le Fils de Dieu, C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, au nom duquel tout genoux fléchira,... Phil 2:9. Assurément, Dieu Tout Puissant ou Dieu au-dessus de tous..., est un nom, oui, une puissance divine, au-dessus de tout autres noms.

et de mettre en lumière devant tous quelle est l'administration [la fraternité] du mystère1 caché dès les siècles en Dieu qui a créé toutes choses par Jésus-Christ. Éph 3:9. car par lui ont été créés toutes choses, les choses qui sont dans les cieux, et les choses qui sont sur la terre, les visibles et les invisibles, Col 1:16. ... Comme Dieu créa toutes choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, ... par Jésus-Christ ; ceci parle de Lui comme étant la Sagesse éternelle, la Puissance et la Parole de Dieu, Apoc 19:13, Jean 1:3,

Voyez également Héb 1:1-2: Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières, parlé aux pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous a parlé dans le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel aussi il a fait les mondes.

Alors le Fils de Dieu était avant que les mondes furent crées ; ce qui s'accorde avec, Héb 11:3: Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par la parole de Dieu,

Voyez aussi, Jean 5:21-23. Car comme le Père réveille les morts et les vivifie, de même aussi le Fils vivifie ceux qu'il veut ; for car aussi le Père ne juge personne, mais il a donné tout le jugement au Fils ; afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils, n'honore pas le Père qui l'a envoyé.

Comment certains peuvent-ils honorer ainsi le Fils, en le comptant comme un homme ordinaire ? Jean 17:5. et maintenant glorifie-moi, toi, Père, auprès de toi-même, de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde fût. C'étaient là les propres paroles de Christ et son témoignage, dans sa prière au Père. Voir 1 Jean 5:20. Comment [le véritable Dieu et la Vie Éternelle] peut-Il être décrit comme étant le Fils aussi bien que comme étant le Père, - Ils sont un : Jean 10:30. Cela est également observable, Les enfants d'Israël, qui ont été baptisés pour Moïse dans la nuée et dans la mer, et que tous ils ont mangé la même viande spirituelle, t que tous ils ont bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient d'un rocher spirituel qui les suivait : et le rocher était le Christ. 1 Cor 10:2-4.

Et cela se passa longtemps avant que le Christ soit venu en chair ; Christ était et est le Rocher des Âges, et le Fondement de nombreuses Générations, tant avant qu'après sa venue en chair.

Maintenant mes chers et bien aimés Amis ! Pour autant que depuis qu'il y a un peuple, nous avons cru en Christ comme étant la véritable Lumière ainsi qu'à sa venue dans la chair ; ces écritures qui témoignent de Lui, de sa divinité et de son humanité, sont plutôt récitées pour la défense de notre foi Chrétienne et de la sainte profession, contre nos adversaires qui, injustement nous interprètent comme étant non-Chrétiens, au lieu de supposer une quelconque déficience de votre part à se sujet. Que le Seigneur soit avec vous tous, et puisse-t-Il posséder vos coeurs avec Son cher amour et Sa sagesse divine en Christ Jésus.

George Whitehead

Commentaire de l'Éditeur de ce Site : Dans sa Lettre ci-dessus Whitehead a adressé précisément les nombreuses déviations de plusieurs Quaker de la vérité à venir ; les adressant en deux directions : (C'est probablement la raison pour laquelle en 1850, les auteurs Quaker appelèrent ces écrits comme étant controversés)

  • l'oubli de la nécessité du renoncement de soi, de la souffrance, et de la mort sur la croix,
  • le rejet de la Divinité de Jésus, le réduisant à un simple homme.