La Croix Manquante pour la Pureté


 



Pourquoi le fait de Jurer « Pour dire la vérité » c'est Faux



Jésus a dit : Vous avez encore ouï qu'il a été dit aux anciens : « Tu ne te parjureras pas, mais tu rendras au Seigneur tes serments. » Mais moi, je vous dis de ne pas jurer du tout ; ni par le ciel, car il est le trône de Dieu ; ni par la terre, car elle est le marchepied de ses pieds ; ni par Jérusalem, car elle est la ville du grand Roi. Tu ne jureras pas non plus par ta tête, car tu ne peux faire blanc ou noir un cheveu. Mais que votre parole soit : Oui, oui ; non, non ; car ce qui est de plus vient du mal.Mat 5:33-7

Jacques a dit : Avant toutes choses, mes frères, ne jurez pas —ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment ; mais que votre oui soit oui, et votre non, non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. Jacques 5:12

Car jurer par quoi que ce soit : terre, ciel, Dieu, votre tête, votre honneur, etc. c'est quelque chose dont vous ne pouvez contrôler, ni en invoquer la puissance ou l'aide, et qui déplait grandement à Dieu, même pour lui de nous maudire. L'explication détaillée qui suit, par George Fox explique clairement le contexte et la raison du commandement de christ de « ne pas jurer du tout ». Heureusement, les cours d'Europe et Amérique du Nord reconnaissent aujourd'hui le refus des chrétiens de jurer, mais il ils ont tout de même la même responsabilité de tenir un témoignage véridique comme quelqu'un qui jure. Au cour du 17e siècle, du temps de Fox, un refus de jurer était automatiquement une sentence de prison ; des milliers de premiers Quakers allèrent en prison et virent leurs propriétés, (maisons, cultures, bétails, même leurs enfants), saisis par les autorités religieuses. Leur persécution et leurs longues souffrances finirent par persuader les autorités de cesser de les traiter comme des criminels pur leur refus de jurer ; et les lois furent amendées, résultant d'un patrimoine dont nous jouissons aujourd'hui comme un privilège de se conformer au commandement du Christ sans menace d'emprisonnement. Au lieu d'obliger les gens à jurer, depuis les 300 dernières années, les tribunaux ont permis le remplacement de déclarations comme : « Moi [la personne se nomme] déclare et affirme solennellement, sincèrement, et en toute vérité. »

UN COURT TRAITÉ CONCERNANT LE FAIT DE JURER DANS LES TEMPS ANCIENS DE LA LOI, AVEC SON USAGE :

Extrait du Vol. 5, Les Oeuvres de George Fox, Livre Doctrinaux II (en anglais)

Et une fin mit à cela dans l'Évangile par Jésus-Christ : qui a interdit tous les serments, et qui à la place a dit de dire « oui ou non ».—

Par George Fox

Concernant le fait de jurer par le nom du Seigneur devant la Loi, et dans la loi ; son temps, usage, et service, qui consistait à continuer jusqu'à ce que Christ soit venu, qui accomplit la Loi, et dit, « ne jurez pas du tout », mais à la place dites « oui ou non ».

Et comment tous les faux et vains serments étaient interdit par la Loi, et tous les serments sont interdit par Christ, oui, le serment du Seigneur, qui devait mettre un terme aux différences.

Et comment Dieu accomplit les serments de Dieu, et commande oui, oui, et non, non, à la place.

Et pour mettre un terme aux offenses et aux différents, il a dit de prendre deux ou trois témoins : Christ a dit, « afin que par la bouche de deux ou de trois témoins toute parole soit établie ». Mat 18:16

Et l'apôtre Paul a dit, « par la bouche de deux ou de trois témoins toute parole sera établie. ». 2 Cor 13:1

Et l'apôtre Jacques, qui interdit de jurer, a dit, « Ainsi parlez, et ainsi agissez comme devant être jugés par la loi de la liberté. » Jac 5:12 et Jac 2:12

Là où, tous peuvent clairement voir qu'ils ne doivent pas jurer, ni prêter serment, que c'était réservé au Seigneur, ; et comme les faux serments qu'ils juraient, cela leur était interdit par le Seigneur dans Sa loi ; et ce serment qu'ils devaient faire au Seigneur était ce serment que Christ avait interdit.

Car avant la Loi vous pouvez voir qu'Abraham avait dit à son serviteur, « je te ferai jurer par l'Éternel, le Dieu des cieux et le Dieu de la terre », Gen 24:3

Or ce serment n'était pas par aucun livre, ni aucune créature, mais par le Seigneur, Et c'était là le serment qui devait être produit par le Seigneur, duquel a parlé le Christ et qu'Il a interdit, comme cela était interdit par la Loi, et non en faveur.

Et au temps de la Loi vous pouvez voir dans Exode 22:11, lorsqu'il y avait un différent parmi les enfants d'Israël au sujet de choses extérieures, alors le serment du Seigneur devait intervenir entre les deux ; et ce serment devait mettre un terme au différent : donc vous pouvez encore voir que c'était le serment du Seigneur, ce n'était pas un serment par le livre, ni par aucune créature.

Et ce serment ne devait habituellement pas être utilisé, car « c'était prendre le nom de Dieu en vain », (ce que font les chrétiens de nos jours), ils ne devaient jurer par le Seigneur qu'en de grandes occasions.

« Et si quelqu'un a péché en ce que, étant témoin et ayant entendu la voix d'adjuration, ayant vu ou su, il ne déclare pas la chose, alors il portera son iniquité » ; Lévitique 5:1. Or, vous pouvez voir ici, qu'aucun homme ne devait jurer, si ce n'est sur une occasion spéciale ; celui qui entendait une personne jurer, s'il ne la dénonçait pas, il devait porter son iniquité : et par conséquent considérez ceci, vous tous qui vous professez vous-mêmes chrétiens, et qui professez l'évangile, la grande iniquité dans laquelle vous vous trouvez en jurant, puis les autres qui entendent cela, et qui ne dénoncent pas cela, car ces choses devaient être punit par la Loi.

Et maintenant pensez-vous que l'Évangile vous donne le droit de vomir autant de serments ? Ah non ! car Christ l'interdit dans son évangile, le « véritable serment par le Seigneur », qui devait être accomplit par Lui, et qui ne devait être utilisé que pour des affaires urgentes dans le but de mettre un terme à la controverse dans les temps ancien de la Loi : c'est le serment auquel Christ a mit fin, et Il a établit oui et non au-dessus de cela et au-dessus de la loi ; et Christ a interdit encore plus les serments faux et vains. Et pensez-vous que les Juifs ne murmurent pas, en voyant vous appeler vous-mêmes chrétiens du temps de l'évangile, et de cracher autant de serments dans vos conversations inutiles, quand leur loi punit toute personne qui jure vulgairement, et ceux qui entendent jurer et qui ne le dénoncent pas, doivent porter leur iniquité ; car ceci c'est prendre le nom de Dieu en vain, et user de jurons, ou de serments aux endroits que Dieu n'en a pas ordonné, mais seulement dans des occasions particulières, pour son service, et mettre un terme aux controverses, qu'il fut commandé de prononcer ses serments pour le Seigneur, serments dont, comme je l'ai déjà dit, Christ a mit fin et qu'Il a interdit. « si quelqu'un, parlant légèrement de ses lèvres, a juré de faire du mal ou du bien, selon tout ce que l'homme profère légèrement en jurant, et que cela lui soit resté caché, quand il le sait, alors il est coupable en l'un de ces points-là. Et il arrivera, s'il est coupable en l'un de ces points-là, qu'il confessera ce en quoi il aura péché ; et il amènera à l'Éternel son sacrifice pour le délit, pour son péché qu'il a commis », Lév 5:4-6

Or maintenant, si une offrande devait être offerte pour l'offense d'avoir juré légèrement aux temps de la loi, Christ n'est-il pas l'offrande qui a mit un terme à toutes les offrandes pour les offenses, et n'est-il pas l'offrande pour les péchés et offenses de l'homme Auquel nous devons regarder, et obéir par-dessus toutes choses ? non que l'homme doit commettre plus d'offenses en jurant, et dire ensuite que Christ s'est offert pour ses offenses, et ainsi se permettre d'ajouter péché par dessus péché.

Donc, Christ a mit un terme à tous les serments, et Il est l'offrande qui a été offert à Dieu pour tous les véritables chrétiens pour leurs péchés. Et dans Lév 19,« Et vous ne jurerez pas par mon nom, en mentant ; et tu ne profaneras pas le nom de ton Dieu. Moi, je suis l'Éternel. »

Ici vous pouvez voir que, jurer faussement était interdit par la Loi de Dieu, et jurer inutilement est une profanation du nom du Seigneur ; car Dieu n'a pas donné son serment pour que son peuple jure inutilement dans leur conversations habituelles, ni faussement, mais pour être accomplis au Seigneur dans des occasions particulières ; et c'est là le serment, comme je l'ai déjà dit, que Christ a interdit et auquel il a mit fin.

Et dans Nom 30:2, « Quand un homme aura fait un voeux à l'Éternel, ou quand il aura fait un serment, pour lier son âme par une obligation, il ne violera pas sa parole ; il fera selon tout ce qui sera sorti de sa bouche. » Donc ici vous pouvez voir qu'ils devaient accomplir leur serment fait au Seigneur ; Ce serment au Seigneur liait leurs âmes comme par une obligation ; et ceci était le serment que « Christ, le serment de Dieu, est venu accomplir », et qu'il a interdit parmi les Juifs, qui devaient accomplir ce serment fait au Seigneur.

Et donc Christ est le serment de Dieu, par lequel toutes les âmes des hommes et femmes sont liés par obligation d'accomplir ce qui sort de leurs bouches comme oui ou non, sans jurer, et de ne pas briser leur parole qui est sortie de leurs bouches.

Et dans Deut 6:13 « Tu craindras l'Éternel, ton Dieu, et tu le serviras, et tu jureras par son nom. » Notez, par son nom, non pas par les quatre livres de Moïse, ni par aucun autre nom, mais « par le nom du Seigneur » ; non pas par aucune créature, mais par le nom du Seigneur : c'était le véritable serment qui devait être accompli au Seigneur dans l'ancien temps, (qui, comme je l'ai déjà dit), ceci est le serment que Christ a interdit, et mis un terme.

Et dans Deut 10:20, « Tu craindras l'Éternel, ton Dieu ; tu le serviras, et tu t'attacheras à lui, et tu jureras par son nom. » donc par aucun autre nom sous les cieux, ni aucun livre, mais par le nom de Dieu, et d'accomplir leur serment envers Lui : mais ceci était les serments de son peuple ; mais Dieu jura par Lui-même concernant son Fils qui fait sortir les gens de sous la Loi qui commandait de jurer, qui mit un terme à la Loi et au serment : et donc ce que font les gens maintenant, doit être fait dans le nom de Jésus, que le oui soit oui et le nom soit nom ; et ils savent qu'il n'y a pas de salut par aucun autre nom sous le ciel entier, que le nom de Jésus, qui accomplit le serment de Dieu pour lui et nous, que Dieu a juré, et mis fin et interdit le serment que les hommes juraient à Dieu sous la loi dans l'ancien temps : et maintenant Dieu a ordonné de dire oui ou non au lieu de prêter serment, car tout le reste vient du malin.

Et l'apôtre a dit, Col 3:17, « Et quoi que vous fassiez, en parole ou en oeuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus. »

Maintenant remarquez, ceci comprend tout ce que l'homme fait ou dit en paroles ou en actions, « cela doit être fait dans le nom de Jésus, dont le nom est au-dessus de tout noms ».

Et dans Josué 2, on peut voir comment la prostituée Rahab, avait dit aux espions, « Et maintenant, je vous prie, jurez-moi par l'Éternel. » Or, vous pouvez voir que même si elle était d'une autre nation, et une prostituée, pourtant les espions leur ont juré par l'Éternel, selon leur désir, « et ce serment devait être fait par l'Éternel » : elle ne les a pas contraint à lui jurer par les livres de Moïse, elle n'a pas désiré cela, ni de prêter serment selon les coutumes de leurs pays, mais par « le Seigneur, ce qui devait être fait par l'Éternel » : et c'est le serment auquel Christ a mit un terme, et qu'à la place il a dit de dire oui ou non.

Et dans Josué 23:7 il est dit, « afin que vous n'entriez pas parmi ces nations qui restent parmi vous, et que vous ne fassiez pas mention du nom de leurs dieux, et que vous ne fassiez pas jurer par eux » : ici vous pouvez voir qu'il était interdit de jurer par les dieux des autres nations, mais c'était seulement de jurer par le nom du Seigneur qui était le véritable serment auquel Christ a mit un terme.

Donc ce seul serment par le Seigneur, que le peuple devait jurer par son nom au temps de la loi, c'était un type de ce serment que le Seigneur a juré concernant son Fils, qui a mit un terme et interdit ce vrai serment dans l'ancien temps de la Loi, qui est venu pour accomplir la loi, et pour rassembler son peuple dans son nom qui est au-dessus de tout noms, là où se trouve le salut ; et Il leur a commandé, que leur oui soit oui, et leur non,non, car le reste vient du malin.

Et dans 1 Sam 19:6, lorsque Saül jura, c'était par le Seigneur, non par des livres ni par des créatures.

Et dans 1 Sam 24, David lorsqu'il jura à Saül, c'était par le Seigneur, et non par des livres ni par des créatures, ni par les dieux des autres nations ; et ceci était le vrai serment qui devait être accomplit au Seigneur dans l'ancienne loi, que Christ a interdit et mit un terme.

Et dans 1 Sam 30, « le garçon égyptien, serviteur d'un homme Amalékite ; qui a dit à David, Jure-moi par Dieu que tu ne me feras pas mourir, et que tu ne me livreras pas en la main de mon maître ».

Ici aussi vous pouvez voir que même s'ils provenaient d'une autre nation, il était vain de faire prêter serment aux Juifs autrement que par le Seigneur, ce qui devait être accomplit au Seigneur dans l'ancienne loi, et que Christ a interdit, et mit un terme, de même que son apôtre Jacques. Jacques 5:12

Et Joab, 2 Sam 19, quand « il jura à David c'était par le Seigneur ».

Et dans 1 Rois quand David jura à Bath-Shéba, « que Salomon régnerait après lui, c'était par le Seigneur, et lorsque David jura que Shimhi ne mourrait pas », c'était par le Seigneur, comme vous pouvez voir dans 1 Rois 2.

Et lorsque Salomon jura, c'était par le Seigneur ; et quand il fit jurer Shimhi, c'était par le Seigneur, bien qu'il brisa son serment, celui-ci devait se faire par le Seigneur.

Et Salomon a dit dans 1 Rois 8, « Si quelqu'un pèche contre son prochain et qu'on lui impose un serment pour le faire jurer, et s'il vient jurer devant ton autel, dans cette maison, écoute-le des cieux, agis, et juge tes serviteurs ; condamne le coupable. » Ainsi vous pouvez voir ici l'utilisation du véritable serment, et de jurer devant le Seigneur, et que c'était de venir devant Son autel, dans Sa maison ; cette maison, ce serment, cet autel et ces lois dont le Christ a mis un terme et a accompli ; et tous ceux-ci, précédemment mentionnés, ne juraient pas par des livres ou des créatures, ou par un quelconque autre nom, mais par le Seigneur des temps anciens, ce qui « devait être accompli pour le Seigneur ».

Ainsi, le serment et le fait de jurer devaient mettre un terme à la transgression ; et « Christ vient pour mettre un terme aux transgressions et au serments », et le serment, qui efface nos péchés et transgressions, instaure le oui et le non à la place du véritable serment qui devait être accompli pour le Seigneur, et « tout ce qui est en surplus est mal ».

Et dans 2 Chron 15, « Et ils jurèrent à l'Éternel à haute voix, et à grands cris,Et tout Juda se réjouit du serment, car ils avaient juré de tout leur coeur »,

Donc ici vous pouvez encore voir que pour jurer, il fallait jurer par le Seigneur, et pour le Seigneur, et non par de quelconques livres ou créatures, mais seulement pour le Seigneur, et « pour être accompli pour Lui, (qui, comme je l'ai dit plus tôt), c'est le serment que le Seigneur interdit et auquel Il mit un terme ».

Et « Nébuchadnetsar fit jurer Sédécias devant Dieu », car il savait que c'était le serment qu'il se devait de faire, et non de le forcer à jurer devant son dieu ou ses idoles, comme vous pouvez le voir. 2 Chron 36

Ainsi, c'était le véritable serment de jurer devant Dieu, quoi qu'il ne l'ai pas fait, ce à quoi Christ a mis un terme.

Et dans Né 13, « il fit jurer le peuple devant Dieu », ce qui était le véritable serment, et non de jurer par les livres des prophètes, ou par Moïse ou par une quelconque créature ou nom, mais « par le Dieu vivant, qui selon la loi de Dieu devait être accompli », ce à quoi Christ a mis un terme, comme je l'ai dit auparavant.

Et David a dit, « Celui qui fait un serment à son préjudice, et qui ne se rétracte point », Psa 15 and Psa 36 « et le roi se réjouira en Dieu, quiconque jure par Lui se couvrira de gloire » : ici vous pouvez voir que le serment se faisait devant Dieu qui est au-dessus de tous les dieux de la terre, et au-dessus de toutes les créatures ; et non pas de jurer par des livres ou des créatures, mais par le Seigneur, lorsqu'il y avait une occasion de décision de conflit ; et malgré que ce soit à son propre préjudice, il se devait quand même de jurer par le Seigneur, qui est juste et vrai, et l'accomplir pour le Seigneur par le commandement du Seigneur, dans Sa loi des temps anciens ; mais cette loi des serments, Christ y a mis un terme et l'interdit.

et dans Ésa 14, il est dit, « J'ai juré par moi-même, et la parole est sortie de ma bouche en justice, et ne reviendra pas, que vers moi chaque genou s'inclinera, et chaque langue jurera. »

Maintenant, au temps de la loi, ils devaient jurer par le Seigneur, mais Jésus-Christ qui a dit « ne jurez pas du tout », est le serment de Dieu ; et lorsqu'Il est venu, Il a accompli le serment de Dieu, qui a dit « ne jurez pas du tout » ; et la parole et le serment de Dieu ne sont point revenus, mais furent accomplis en Christ, qui a dit « ne jurez pas du tout ».

Ainsi comme il est dit dans Ésaïe, « chaque genou fléchira, et chaque langue jurera ; mais l'apôtre qui a prêché Jésus-Christ et Son Évangile, a dit dans Rom 14:11, Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, Tout genou se ploiera devant moi, Et toute langue confessera hautement Dieu. »

Maintenant remarquez, ce n'est pas ici, « chaque langue jurera », comme il est écrit dans Ésaïe, ils se devaient de jurer dans les temps anciens de la loi, mais dans le temps de l'Évangile, ils confesseront ; car si l'apôtre avait dit, chaque langue jurera devant Lui, il aurait contredit les paroles de Christ, qui a dit « ne jurez pas du tout », mais « toute langue confesseront hautement Dieu » ; ainsi ne jurez pas par Dieu, et accomplissez leur serment maintenant, au temps de l'Évangile.

Ainsi Christ a accompli le serment de Dieu, et a retiré du milieu des hommes le serment de Dieu qu'ils se devaient de jurer par le Seigneur, et a instauré le oui et le non à la place

Et dans Philippiens pour la même raison, « afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père ».

Ainsi le serment de Dieu, qu'Il a juré par Lui-même, concernant Christ Jésus, qui met un terme au serment de Dieu parmi les hommes, (pour les lier et les rattacher à Dieu), Jésus-Christ y met un terme, et ainsi chaque langue en vient à confesser Jésus-Christ, le serment de Dieu qui amène les hommes vers Dieu ; « afin qu'au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes, et terrestres, et infernaux ».

Ainsi le prophète a dit : Chaque langue jurera ; mais Christ qui est plus grand que les prophètes, a dit, « ne jurez pas du tout » : et les apôtres qui l'ont prêché, disent que chaque langue le confessera ainsi que Son Évangile : ainsi c'était de jurer par le Seigneur dans les temps anciens de la loi, mais de donner gloire au Seigneur dans le temps de l'Évangile, comme vous pouvez le voir dans les Écritures.

Et dans Ésaïe 48, « Écoutez ceci, maison de Jacob, vous qui êtes appelés du nom d'Israël et qui sortez des eaux de Juda, qui jurez par le nom de l'Éternel, et faites mention du Dieu d'Israël, mais non pas en vérité ni en justice. »

Ainsi vous pouvez voir que tous ces serments, et mentions de Dieu, « non pas en vérité, ni en droiture », étaient déclarés contre Lui au temps de la loi et des prophètes.

Donc Christ n'est pas venu pour accomplir toutes choses fausses, mais les véritables type, les ombres et les figures de Lui-même ; et le serment qu'ils devaient jurer par le Seigneur, et accomplir dans la vérité et la droiture ; et ceci était le serment que Christ avait dit aux Juifs, « il avait été dit par eux dans l'ancien temps qu'ils devaient rendre au Seigneur, mais je vous dis de ne pas jurer du tout » : or, ici il avait l'ancien temps et le temps nouveau, l'ancien temps dans la loi et les prophètes qui commandait de jurer, et le temps nouveau en Christ et son évangile, qui commande de ne pas jurer.

Et encore, Ésaïe a dit, dans Chap. 65:16, « de sorte que celui qui se bénira dans le pays, se bénira par le Dieu de vérité, et celui qui jugera dans le pays, jurera par le Dieu de vérité ».

Or vous pouvez voir ici qu'ils devaient quand même jurer par le Dieu de vérité au temps de la loi et des prophètes, et non pas jurer par de quelconques créatures ou livre, ni aucune autre chose, mais seulement par le Dieu de vérité, et Lui rendre leurs serments, selon la loi et les prophètes, ce qui, comme je l'ai déjà dit, était l'ancien temps, mais Christ dans son temps et dans son évangile a dit, « de ne pas jurer du tout », cela est le temps nouveau, et la nouvelle doctrine ; pour prêcher la fin des sacrifices, et des autels, et des serments, et c'est Lui qui amène l'homme à Dieu, et à une droiture plus grande que celle de la loi ; et comme Jérémie a dit, Jér 5, « Et s'ils disent : L'Éternel est vivant ! en cela même, ils jurent faussement. » c'était ceux-là qui avaient la forme de la loi et des prophètes, mais qui se trouvaient en dehors de la puissance, et de la vérité, et de la droiture ; ceux là qui étaient interdits et considérés comme ceux qui jurent faussement, parce que leurs coeurs s'étaient éloignés du Seigneur.

Ainsi vous pouvez voir que c'était là une chose grave de jurer par le Seigneur, et d'accomplir leur serments par le Seigneur ; ce qui était là un lourd serment, que Christ la substance, est venu mettre un terme, Lui qui est le serment de Dieu, et qui a dit, « ne jurez pas du tout ».

Or la droiture de Christ excelle et surpasse la droiture de la loi et des prophètes ; et de leurs serments.

Et encore, Jérémie a dit dans le même chapître. « Pourquoi te pardonnerai-je ? Tes fils m'ont abandonné, et ils jurent par ce qui n'est pas Dieu » ;

Donc vous pouvez voir, ici jurer par d'autres dieux, et abandonner le Seigneur, c'est là une question de comment cela doit-il être pardonné ; donc le serment qui devait se faire, devait être juré uniquement par le Seigneur, et non par d'autres dieux.

Maintenant regardez dans la Chrétienté, et voyez l'abondance de serments frivoles, insensés, et futiles qu'il y a parmi ceux qui ont reçu le commandement de Christ de ne pas jurer du tout, non, pas de vrai serment ; et aux temps de la Loi c'était une question, par le prophète, de pardon, celui qui ne jurait pas par le Seigneur ; et donc qu'en adviendra-il de vous, qui vous appelez vous-mêmes Chrétiens, qui jurez ainsi vainement, alors que votre maître, le Christ, interdit tout serment.

Et dans Jér 7 et 9, il les réprimande pour avoir juré faussement, et marcher après d'autres dieux.

Ainsi vous pouvez voir, ceux qui juraient faussement étaient réprimandés, aux temps de la loi et des prophètes ; cela était fait avant la venue de Christ, qui est venu dans le but d'acquitter le véritable serment qui devait être fait à Dieu. Christ, je le dis a mit un terme à cela, et il a fait le serment à Dieu et Il s'en est acquitté.

Et dans Jér 12, « L'Éternel a dit je leur ferai de nouveau miséricorde et je les ferai retourner chacun à son héritage et chacun dans son pays. Et il arrivera que, s'ils apprennent diligemment les voies de mon peuple, pour jurer par mon nom : L'Éternel est vivant ! comme ils ont enseigné à mon peuple à jurer par Baal, ils seront édifiés au milieu de mon peuple. »

Or, vous pouvez voir ici une raison de la captivité d'Israël, fut de s'être éloigner des voies de Dieu et de jurer par Baal, de sorte qu'ils ont perdu leur héritage et leur pays ; et par conséquent, s'ils en arrivaient à apprendre les voies de Dieu, et jurer par le nom de Dieu, L'Éternel est vivant, et cesser de jurer par Baal, ils reprendraient à nouveau leur pays.

Donc, vous pouvez voir ici qu'ils ne devaient pas jurer par des livres, ou Baal, ni par aucune autre créature, ni aucun autre nom mortel, mais par le Seigneur qui vit ; et ceci était le véritable serment, qui devait être fait au Seigneur au temps ancien de la Loi et des prophètes, mais Christ dans son temps de l'évangile, qui disait, « ne jurez pas du tout ».

Et encore, dans Jér 23, « le pays est en deuil à cause des serments » ; ne pourrait-on pas en dire autant de la chrétienté, la chrétienté est en deuil à cause de ses serments ; car Christ a interdit toutes les manières de jurer, même si aux temps de la loi et des prophètes, ils encourageaient tous les vrais serments, et qu'il a interdit les vrais et les faux serments. Mais Christ a interdit tous les serments, qu'ils soient vrais, vains, et faux.

Et dans Jér 38, vous pouvez voir que le serment de Sédécias à Jérémie était, « L'Éternel est vivant, qui a fait notre âme : si je te fais mourir, et si je te livre en la main de ces hommes qui cherchent ta vie ! » donc son serment n'était pas fait par aucune créature, ni livres, ni par Baal, ni par les dieux des autres nations, mais c'était un véritable serment, selon la loi et les prophètes, ce qui était comme le Christ appela cela dans l'ancien testament, « à être fait au Seigneur » ; mais dans son nouveau temps de l'évangile, Il a dit, « ne jurez pas du tout » ; et ce fut là la nouvelle chose qui arriva, et qui fit picoter les oreilles des Juifs ; et c'est lui qui a dit, « voici, Je ferai toute chose nouvelle ». Ainsi, jurer se faisait au temps ancien de la loi ; mais de confesser se fait du temps de Christ et de son évangile. Voilà une chose nouvelle.

Et dans Osée 4, par « exécration, et mensonge, et meurtre, et vol, et adultère ; la violence déborde, et le sang touche le sang ».

Ce genre de serment, la loi et les prophètes étaient contre. Oh vous, ainsi, qui professez l'évangile éternel du Seigneur Jésus-Christ, ne laissez pas ces choses se retourner contre vous dans la chrétienté, « par crainte que le sang touche le sang ».

Car il a été commandé « de ne pas aller à Beth-aven, ni de jurer l'Éternel est vivant »,

Et dans Osée 10, « Ils prononcent des paroles, ils jurent faussement, et ils concluent une alliance ; aussi le jugement poussera comme une plante vénéneuse dans les sillons des champs. »

Ainsi vous pouvez voir la conséquence de ce faux serment, et voir si une grande récolte de cette ciguë ne peut pas être trouvée dans la chrétienté parmi ceux qui jurent faussement ? et pourtant commandé par Christ « de ne pas jurer du tout ».

Et dans Amos 8, « ceux qui jurent par le péché de Samarie et qui disent : Dan, ton Dieu est vivant ! et : La voie de Bath-Shéba est vivante ! Et ils tomberont, et ne se relèveront jamais. »

Maintenant vous pouvez voir le triste jugement de Dieu, qui se trouve sur ceux qui jurent sur tout ce qui n'est pas le Seigneur, à qui ils devaient s'acquitter de leur serment, ce serment auquel Christ a mit un terme par son commandement. Par conséquent, que pensez-vous qu'il adviendra de vous tous qui jurez par tant de choses dans toute la chrétienté et dans le monde ; car si « ils tomberont et qu'ils ne se relèveront pas, ceux qui jurent par les péchés de Samarie, et la manière de Bath-Shéba », qui était interdit par Dieu dans la loi et les prophètes ; alors, Je dis, qu'adviendra-t-il de vous la chrétienté qui jurez par tant de choses quand Christ dans son évangile vous commande, « de ne pas jurer du tout ? » Jugez par vous mêmes.

Et dans Soph 1, il est dit, « et ceux qui se prosternent sur les toits devant l'armée des cieux, et ceux qui se prosternent devant l'Éternel, qui jurent par lui et qui jurent par Moloch ».

Donc, voici les faux adorateurs, qui voulaient adorer « jurer par le Seigneur et par Moloch », ce qui était réprouvé par la loi et les prophètes, car ils devaient « jurer uniquement par le Seigneur, et l,adorer et le servir Lui seul, et non l,armée des cieux », le véritable serment du Seigneur, et s'en acquitter, ce serment dont Christ a mit fin.

Et par conséquent, vous Chrétiens, voyez par combien de sorte de choses vous jurez dans la chrétienté, et par des livres ainsi que par des créatures ; si vous aviez été de véritables Juifs, vous auriez seulement pu « jurer par le Seigneur, et vous acquitter de votre serment à lui seul, en vérité et en droiture », en ce que vous jurez, et donc n'êtes-vous pas réprouvés par le loi et les prophètes ; car la droiture du Christ est plus grande que celle de la loi et des prophètes ; il a dit, « ne jurez pas du tout », et Christ est appelé « Seigneur notre justice ».

Et vous chrétiens n'êtes vous pas comme ces faux Juifs dont il est question ici dans Sophonie, qui « jurent par le Seigneur et par Moloch », ne prétendez vous pas être des croyants et fidèles du Christ qui disait « ne jurez pas du tout », et pourtant n'êtes vous pas trouvé à jurer non par le Seigneur, mais par un livre, [à jurer sur la Bible] et par beaucoup d'autres choses, dans lesquelles il vous est défendu « ne jurez pas du tout ? » Or, vous n'êtes fidèles ni au commandement du Seigneur dans la loi, ni à Christ.

Et dans Zac 5, « c'est ici la malédiction qui sort sur la face de toute la terre ; car tout voleur sera détruit, selon ce qui est écrit, d'une part ; et chacun qui jure sera détruit, selon ce qui est écrit, de l'autre part. Je la fais sortir, dit l'Éternel des armées, et elle entrera dans la maison du voleur, et dans la maison de celui qui jure faussement par mon nom ; et elle logera au milieu de sa maison et la consumera avec le bois et les pierres ».

Maintenant considérez ceci, vous tous chrétiens de la chrétienté, pensez-vous que le Seigneur n'accomplira pas ce qu'Il a dit, et que cela doit « passer au dessus de la surface de la terre, et de ceux qui volent, et de tous ceux qui jurent faussement ».

Par conséquent, regardez-vous, comment cette malédiction du Seigneur s'applique à vous ; et comment cela vous consumera, vous qui jurez, et qui jurez faussement ? Voyant que Christ a commandé « ne jurez pas du tout ; et qu'alors, comme vous aimez votre bonheur éternel, et vos âmes, et le Christ Jésus, et Dieu, abandonnez toutes manières de jurer et d'abjurer, et de voler, comme il vous le commande, que les bénédictions puissent venir dans vos maisons,et non la malédiction, car " Dieu sera un prompt témoin contre ceux qui jurent, contre les adultères, et contre ceux qui jurent faussement, et Il s'approchera de vous en jugement" ». Mal. 3

Ainsi vous pouvez voir que tous ceux qui ont prêtés de faux-serments, et ceux qui ont jurés en vain furent jugés au temps de la loi et des prophètes. Et ceux qui ont véritablement prêtés serment, ainsi que ceux qui ont respectés leurs voeux au Seigneur furent justifiés, ce qui était dans les temps anciens de la loi et des prophètes ; mais dans la « nouvelle ère de Christ », la nouvelle chose qui est mise en avant, Il a dit en Son temps, « ne jurez pas du tout » ; ce qui cause aux Juifs de confession et ce qui s'en approche, « un picotement d'oreilles ».

Ainsi vous pouvez clairement voir par la loi et les prophètes, tous ceux qui jurent et le fait de jurer par des créatures, par les dieux, et toutes formes de serments vains étaient interdits, et qu'ils « ne devaient jurer que par le Seigneur, et accomplir leur voeux envers Lui » : non, s'ils utilisaient la forme de la loi pour jurer par le Seigneur, et ne juraient pas en vérité, en « vérité et en justice », c'était interdit, et non accepté, sauf si c'était en vérité et en justice ; et ce voeux qui devait être juré en vérité et en justice selon la loi, Christ la justice de Dieu, qui accompli la justice de la loi, interdit ce voeux, qui accompli le voeux de Dieu, disant, « ne jurez pas du tout ».

Et Christ a dit dans Mat 5, « Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras point, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment. Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement », [remarquez, aucunement]. Maintenant, ces paroles de Christ sont en relation avec les voeux qui devaient être accomplis envers le Seigneur, car le désaveux et le fait de jurer en vain était interdit par la loi et les prophètes ; ainsi les paroles de Christ ne peuvent seulement se rapporter aux gens qui prêtent eux-mêmes de faux-serments, (« ne pas jurer du tout »), mais aussi à ceux qui devaient accomplir leur voeux au Seigneur, et jurer par le Seigneur ; tel qu'il était commandé dans l'ancien temps ; « de ne point prêter eux-mêmes de faux-serments », mais « d'accomplir leur voeux envers le Seigneur » ; comme vous pouvez le voir dans l'ancien temps, dans Exode 20 et dans Lévitique 19 et Deut 5.

Et maintenant vous pouvez voir dans la nouvelle ère, dans le temps de l'Évangile, Christ a dit, « mais Je vous le dit : ne jurez pas du tout » ; et de quel vous s'agissait-il ? N'était-ce pas à la multitude des Juifs et Ses disciples qui étaient Juifs auxquels Il a enseigné sur la montagne : maintenant par la loi de Dieu et des prophètes, dans leur temps ancien, qu'ils « ne devaient eux-mêmes faussement prêter serment, mais d'accomplir leur voeux envers le Seigneur » : maintenant, dans la nouvelle ère de Christ, il a dit, « ne jurez pas du tout ».

Ainsi les Pharisiens et le Juifs d'alors n'ont pas « discernés les temps et saisons qui étaient dans les mains de leurs pères » ; comme la multitude de chrétiens qui ne le peuvent maintenant, Mat. 16, Actes 1.

Et Christ poursuit en disant, « ne jurez ni par le ciel car c'est le trône de Dieu ; ni par la terre car c'est Son marche-pied : ni par Jérusalem, car c'est la cité du grand Roi ; ni ne vous jurerez par votre tête, car vous ne pouvez rendre un de vos cheveu blanc ou noir ; que votre communication soit non, non et oui, oui ; tout ce qui en excède vient du malin ».

Ainsi comme Christ Jésus a interdit de jurer sous une forme ou une autre, ce qui est en relation avec le véritable serment devant être juré par le Seigneur, selon la loi de l'ancien temps ; je dis que Christ, qui accompli le serment de Dieu, Il vient alors et dit, (faisant référence plus loin aux autres serments qu'Il particularise), « ni par le ciel, ni par la terre, ni par Jérusalem, ni par la tête ». Et lorsqu'Il a interdit le véritable serment, ainsi que tous les autres serments ; Il leur enseigne plutôt ce qu'ils doivent dire à la place d'un serment ; « que votre oui soit oui et votre non, non, parce que tout ce qui est dit en plus de ces simples paroles vient du malin ».

Maintenant dans la vieille Bible c'est, « que votre communication soit oui, oui et non, non, car quoi qui s'y ajoute vient du malin » : ce Christ parle en respect du serment ; oui, de ce « serment qui devait être accompli envers le Seigneur », autant que les autres serments ; et l'on doit y croire et y obéir ; car des paroles plus simples que celles-ci ne peuvent être dans les Écritures : et ce ne peux signifier que Christ interdit « de jurer seulement dans la communication », car c'était interdit dans le temps de la loi ; et si le serment commandé à être accompli envers le Seigneur était interdit par le Christ ; alors encore plus tous les autres serments, que la loi et l'Évangile interdit.

Et Christ a dit dans Mat 23, « malheur à vous, guides aveugles, qui dites, quiconque jurera par le temple, cela n'est rien ; mais quiconque jurera par l'or du temple en est son débiteur : vous dupes et aveugles ; car qui est le plus grand, l'or ou le temple qui sanctifie l'or ? »

« Et quiconque jurera par l'autel, cela n'est rien ; mais quiconque jurera par le don qui est dessus, est coupable : vous dupes et aveugles ; car qui est le plus grand, l'or ou le temple qui sanctifie l'or ? Ainsi donc, celui, qui jurera par l'autel, non seulement jure par lui, et par tout ce qu'il y a dessus ; et celui qui jure par le temple, jure non seulement par le temple, mais aussi par celui qui demeure à l'intérieur ; et celui qui jure par le ciel, jure par le trône de Dieu, et par celui qui est assis dessus. »

Or, tous les serments de ces guides dupes et aveugles qui guidaient le peuple à jurer de la sorte, n'étaient pas béni par Christ dans leurs actions ; mais Christ criait « malheur à eux » ; et eux c'étaient les Juifs qui devaient « jurer uniquement par le Seigneur, et s'acquitter uniquement au Seigneur de leurs serments » ; et que pensez vous que font tous ceux qui jurent par le livre, qui jurent par ceux qui ont produit ce livre, à savoir, « Dieu et les prophètes, Christ et les apôtres », qui ont apporté ce livre, et son contenu.

Car jurer par Baal, et jurer par le temple, ou par l'or du temple ; ou jurer par l'autel, ou par le don qu'il y était offert ; ou jurer par les cieux, ou par la terre ; ou jurer sur la tête, toutes ces choses furent inventées par les Juifs, et pratiquées par les guides aveugles, et les païens, qui juraient par leurs dieux, issus de leurs propres inventions ; car la loi de Dieu commandait de « jurer par le Seigneur, et par son nom », et non par aucun autre dieux ni aucuns livres, ou créatures, ou ciel, ou terre, ou tête, ou autel, ou temple, tel que vous pouvez voir dans plusieurs écritures déjà citées ; où le Seigneur a dit, « tu jureras par mon nom », et t'acquittera du serment au Seigneur, ce dont parle le Christ, lorsqu'il a dit, « ne jurez pas du tout » ; et pour ce qui est du serment, qui devait être acquitté au Seigneur, pourquoi pensez-vous qu'il a mentionné, si ce n'était pas pour l'interdire ? Lui qui était le serment de l'Éternel, et d'une droiture plus grande que la droiture de la Loi ; car Christ n'est pas venu pour accomplir ces serments vains et frivoles que les hommes ont commandés et pratiqués, mais le serment que Dieu a commandé, et crié malheur contre ceux qui étaient dans la pratique de ces serments que Dieu n'a jamais commandé, et dans lesquelles Il ne les a jamais conduit. Et ainsi vous pouvez voir que tout au long ce fut le commandement du Seigneur, et par sa loi et les prophètes, que le peuple devait jurer par le Seigneur, et s'acquitter de leur engagement envers Lui, ce qui étaient la vraie façon de jurer et le vrai serment que Christ a interdit, et encore plus les autres serments.

Ainsi donc quel que soit ce par qui les hommes jurent, que ce soit par Baal, ne doivent-ils pas s'acquitter de leur serment à leur Baal ? Et s'ils jurent par le livre, ne doivent-ils par s'acquitter de leur serment au livre, ou de son contenu ? Et s'ils jurent par les autels, ou par le don sur l'autel, ne doivent-ils pas s'acquitter de leur serment fait à l'autel, et au don sur l'autel ? Et s'ils jurent par le temple, ne doivent-ils pas s'acquitter de leur serment au temple ? Et s'ils jurent par le ciel et la terre, ne doivent-ils pas s'acquitter de leur serment au ciel, ou à la terre ? Et s'ils jurent par leur tête, ne doivent-ils pas s'acquitter de leur serment à leur tête ?

N'est-ce pas donc tous le monde, quel que soit ce par quoi ils jurent, de s'acquitter de leur serment envers ce par quoi ils jurent ? Bien que tous ceux qui juraient par autre chose que le Seigneur, étaient jugés par Dieu, et par sa loi, et par les prophètes ; et le Christ Jésus criait malheur contre ces guides aveugles et fous qui enseignaient à jurer par toutes sortes de choses tel que nous l'avons déjà dit ; mais le serment qui devait être acquitté au Seigneur, (et dans lequel les hommes ne devaient pas jurer faussement), était le véritable serment de Dieu, tel que Dieu l'avait commandé dans Sa loi, et que Christ a interdit, et qu'il a dit, « ne jurez pas du tout », et que votre oui soit oui et votre non, non.

Et l'apôtre Jacques a suivit le Christ dans sa doctrine, et il a dit, celui qui écrit aux douze tribus, les Juifs qui devaient « jurer par le Seigneur, et s'acquitter de leur serment à lui », il leur a dit ; « avant toutes choses, mes frères, ne jurez pas, ni par le ciel, ni par la terre » : il semble que ce furent là des serments habituels ; (maintenant il va plus loin dans ses paroles),« ni par aucun autre serment » ; ainsi tous les serments sont conclus ici, le vrai, le faux, et le vain, « mais que votre oui soit oui, et votre non, non, afin que vous ne tombiez pas sous la condamnation ».

Donc ceci s'accorde aux paroles du Christ « oui, oui, et non, non, et tout le reste, vient du malin », a dit le Christ, « et afin que vous ne tombiez pas sous la condamnation », a dit l'apôtre.

Donc, même s'il était légal de jurer aux temps de la loi, tout comme les autres choses et les offrandes étaient légales, aux temps de l'évangile tout cela est interdit ; et s'ils jurent ils tombent dans le mal et la condamnation ; et par conséquent la manière de s'abstenir du mal et de la condamnation, c,est de s'en tenir à oui et à non, et de ne pas jurer du tout, comme Christ et l'apôtre l'ont commandé ; car l'apôtre a dit, « ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment » ; (remarquez, aucun autre serment :) or voyez quelle importance l'apôtre met sur cela, et Christ, de garder les gens de jurer, et du mal et de la condamnation ; même si jurer, comme je l'ai déjà précisé, était légal aux temps de la loi, étant acquitté au Seigneur parmi les hommes, car cela mit un terme au différend et ne l'a pas commencé ; mais Christ qui est venu pour accomplir le serment de Dieu qui a juré par Lui-même, il a mit fin au serment qui faisait que les hommes devaient jurer par le Seigneur, et a remplacé cela par « oui » et « non » : Christ commande cela à la multitude, et à ses disciples ; puis l'apôtre aux douze tribus qui devaient jurer par le Seigneur, et s'acquitter de leur serment au Seigneur », comme dans Jacques 5 et Mat 5.

Et par conséquent, comme ne l'ai déjà dit, gardez-vous du mal et de la condamnation, et soyez obéissant à l'ordre de Christ, et à la doctrine de l'apôtre, de ne pas jurer du tout, ni aucun serment, et que votre oui soit oui, et votre non, non, dans toutes vos communications, et donc vous dites, et vous faites ; non vous jurez, puis vous faites, « comme ceux qui seront jugés selon la loi de la liberté. » Jacques 2:12.

Maintenant Christ a instauré un ordre dans l'église, parmi les chrétiens qui rejettent le vrai serment, et interdisent ceux qui devaient être jurés et acquittés au Seigneur, pour mettre fin aux différences et aux offenses, comme vous pouvez voir dans Lévitique 19 et ceci est l'ordre de Christ.

Qui plus est dit-il, « si ton frère devait t'offenser, va et dis-lui sa faute entre lui et toi seulement, et s'il t'écoute, tu as gagné ton frère : mais s'il ne veut pas t'écouter, prend alors un ou deux avec toi, que dans la bouche de deux ou trois témoins chaque parole puisse être établie ».

Ainsi Christ ne dit pas, dans la bouche de deux ou trois personnes qui jurent, ce qu'Il avait interdit auparavant ; mais « dans la bouche de deux ou trois témoins, tout sera établi », dans Son Église, dont Il est la tête, comme dans Mat 28.

Donc c'était l'ordre que Christ établi dans l'église, qui interdit de jurer, pour mettre un terme aux différents, et transgressions parmi les chrétiens.

Et l'apôtre a dit à l'Église, Gal 13, « dans la bouche de deux ou trois témoins, chaque parole sera établie ».

Ainsi nous ne lisons jamais dans toutes les Écritures du Nouveau-Testament, qu'il était commandé aux gens de jurer, plutôt interdit.

Et Christ a dit, dans Luc 24, à eux qui étaient Ses ministres, et qui ont reçu leur ordination de Lui pour prêcher librement, comme ils ont reçus gratuitement, Il leur a dit qu'ils avaient été témoins de ces choses qu'Il avait souffert.

Et lorsqu'ils ont choisi un autre disciple, et tirèrent au sort, le « Seigneur favorisa le sort vers Matthias, pour être un témoin de Sa résurrection », (Actes 1 et dans Actes 2), « les apôtres furent témoins que Dieu avait ramené Jésus d'entre les morts » : et dans Actes 3 et 15 parlant aux Juifs qui avaient tué le « Prince de vie, dont nous sommes témoins », dit-il, et dans Actes 5 et 32 parlant de Christ, l'apôtre a dit, « nous sommes Ses témoins de ces choses, ainsi qu'est l'Esprit Saint que Dieu a donné à ceux qui Lui obéissent » : et dans Actes 13. « mais Dieu l'a relevé d'entre les morts », (c'est à dire, Christ), et « Il fut vu pendant plusieurs jours par ceux avec qui Il était venu de Galilée vers Jérusalem », qui sont Ses témoins pour les gens : et dans Actes 26, Paul dans sa confession, a dit, « Je continue, encore aujourd'hui a être témoin de petites comme de grandes choses » ; et « nous sommes témoins de toutes les choses qu'Il a faites, (en esprit, autant à la communauté juive qu'à Jérusalem), Lui qu'ils ont fait périr et suspendu sur le bois » : ainsi ils étaient des témoins choisis de Dieu et de Christ. Actes 19

Alors ici vous pouvez voir que les ministres de Christ ne le devinrent pas par serment, eux qui étaient prédicateurs et témoins de Sa naissance, de Ses souffrances, de Sa mort et de Sa résurrection ; ainsi ils n'étaient pas des gens qui en jurèrent, ou des confesseurs sous serment, mais des témoins de la vérité de ceci, en vérité.

Ainsi Christ a témoigné d'une bonne confession devant Ponce Pilate, et n'a pas juré cette bonne confession, car Il refusait de jurer, ce qui était le serment de Dieu.

Et l'apôtre parle à Timothée, dans 2 Tim 2:2, « Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres » : il ne dit pas les choses que vous avez entendues de plusieurs qui en jurent, mais qui en sont témoins : confie-le à des hommes fidèles, mais non sous serment, des hommes qui feront ce qu'ils diront.

Et alors que l'apôtre a dit, « contre un ancien, ne recevez pas d'accusation, sans la présence de deux ou trois témoins » ; ainsi il ne dit pas devant deux ou trois personnes qui en jureraient. 1 Tim 5:19

Voici donc la pratique de l'Église selon le commandement de Christ, d'être témoin de la vérité qui refuse le serment ; et voici donc la pratique de ses ministres, d'être témoins de la vérité qui refuse le serment, et ce qui devait être confié aux hommes fidèles, était sans serment, et concernant les accusations et les transgressions, c'était devant deux ou trois témoins, et non devant deux ou trois personnes qui en jureraient.

Et lorsque les Juifs ont lapidé Étienne à mort, les témoins ont déposés leurs vêtements ; il n'est pas dit qu'ils ont jurés ; mais ont témoignés contre lui. Actes 7:58

Et lorsqu'ils ont mis Christ à mort, arrivèrent deux faux-témoins lorsque le grand prêtre avait examiné le Christ, à savoir si Il était le Christ le fils de Dieu ; et Jésus lui dit « Vous avez dit : néanmoins je vous le dit, dans l'au-delà, vous verrez le Fils de l'homme, s'asseyant à la droite de Dieu, et venant sur les nuées » ; alors le grand-prêtre déchira ses vêtements, et dit : « Il a proférer un blasphème, quel besoin avons-nous de d'autres témoins ? »

Ainsi ces juifs meurtriers qui ont crucifiés le Christ, et ont fait d'Étienne un martyr, nous ne lisons pas qu'ils ont reçus des témoins contre eux sous serment.

Et l'apôtre a dit, 1 Tim 2:7, « je dis la vérité, je ne mens pas : docteur des nations dans la foi et dans la vérité », donc il ne dit pas, je jure de dire la vérité.

Et l'apôtre a dit, « que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ; et renoncez au mensonge, car nous sommes membres les uns des autres ». Éph 4. Et non que chacun de vous jure de la vérité à son prochain.

Alors si tous les chrétiens de la Chrétienté, ainsi nommés, faisaient ce qu'ils disaient, et « disaient la vérité telle qu'elle est en Jésus, qui est la vérité », et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain, cela démontrerait que ceux qui se professent eux-mêmes chrétiens, « étaient membres les uns des autres », et que Christ était leur tête, cela les soulageraient de bien des paroles futiles, et de tout serments, s'ils obéissaient aux commandements de Christ, ainsi que la doctrine de l'apôtre, de faire que votre oui soit oui et votre non soit non dans toutes vos communications.

Et maintenant si vous dites que l'apôtre parle de jurer dans Héb 7, notez quelle en était la fin ; « car lorsque Dieu a fait une promesse à Abraham, parce qu'Il ne pouvait jurer par plus grand, Il jura par Lui-même », Car « les hommes en vérité, jurèrent par le plus grand, et un serment fait pour confirmation met fin à tout différend ».

Donc ce serment de Dieu était une confirmation pour eux, et une fin à la lutte pour eux, non pas pour nous ; car les témoins mirent fin à la lutte aux temps de l'évangile, tout comme le firent les serments du temps de la loi ; (non pas le commencement de la lutte, comme le sont les serments de nos jours), et les hommes jurent par le Seigneur qui était le plus grand, et ils devaient s'acquitter à Lui de leurs serments, ce à quoi Christ mit un terme.

Et donc l'apôtre apporta ceci mais comme une similitude, « En quoi, Dieu voulant montrer plus abondamment aux héritiers de la promesse» immutabilité de son conseil, «le confirma par un serment ».

Et dans Héb 7 où vous pouvez voir que ces prêtres-là ont été faits sans serment ; mais celui-ci l »a été avec serment, par celui qui lui a dit : Le Seigneur a juré, et ne se repentira pas ; Tu es un prêtre pour toujours, selon l »ordre de Melchisédec. » Donc Il a été fait garant d »un bien meilleur testament que le premier ; donc l'Ancien Testament a les anciennes choses, le nouveau Testament a les nouvelles choses, comme le nouveau prêtre, le sang nouveau, le nouveau et vivant chemin, Christ, qui a été fait avec serment, qui a mit fin aux serments, par lesquelles les hommes de Dieu juraient, pour les lier, et attacher leurs âmes à Dieu : ainsi Christ est le chemin qui mène à Dieu, et qui dit « ne jurez pas du tout », et que votre oui soit oui, et votre non soit non ; et les apôtres, et les martyrs, et tous les fidèles l'ont suivit dans sa doctrine, et ils n'osaient pas jurer, parce que Christ et les apôtres l'avaient interdit, eux qui ne peuvent l'appeler Seigneur, à moins qu'ils fassent ce qu'Il leur commande de faire et qu'Il le leur dise.

Mais maintenant si vous dites qu'Abraham a juré, Christ a dit, « avant qu'Abraham fut, Je suis » ; et il a dit, « ne jurez pas du tout ».

Et si vous dites Jacob et Joseph ont juré ; Le Christ qui a dit, « ne jurez pas du tout », règne sur la maison de Joseph et de Jacob.

Et si vous dites que Moïse, le serviteur de Dieu, et les prêtres ont juré aux temps de la loi, et de l'ancien testament, Christ a mit un terme au premier sacerdoce, et il est le Fils de Dieu, et Il est au-dessus de Moïse, le serviteur ; de même que son Nouveau Testament est un testament plus grand que celui de Moïse', ou de la loi, et une « meilleur sûreté que le sang des boucs et des boeufs. Lui qui offrit son propre sang une fois pour toutes, a dit, « ne jurez pas du tout », Lui qui a racheté les gens à Dieu par son propre sang, et ils ont foi en lui, et en cela, et non dans le sang des boucs et des boeufs.

Et maintenant si vous dites que les prophètes ont menti aux temps de la Loi, dans l'Ancien Testament, Je dis, Christ, qui a mit fin aux prophètes et à la loi dans son Nouveau Testament, a dit, « ne jurez pas du tout ».

Et maintenant si vous dites que les anges ont jurés, « J'amène mon premier né dans le monde, dit le Seigneur, que tous les anges l'adorent, » Lui qui dit, « ne jurez pas du tout » ; et, « apprenez de moi », a dit Christ, « Je suis le chemin », et « celui-ci est mon fils bien-aimé », a dit Dieu, « écoutez-le, en lui mon âme se plaît », qui accomplit les serments de Dieu, et en Lui Dieu accomplit son serment, Lui dont la droiture surpasse celle du serment de la loi, lui qui est la gloire d'Israël », s'ils veulent le recevoir ; et la lumière des Nations, auxquelles Dieu n'a jamais fait de serment ; mais aux Juifs, auxquels Il donna le repos des types(figures) ; et par conséquent tous les convertis, Juif et Nations l'écoutent, le serment de Dieu, et la loi, et les prophètes de l'ancien temps, et toutes les promesses qui Le concerne, Lui qui « est établit d'éternité en éternité, le premier et le dernier, le amen » ; et par conséquent tous les Chrétiens, retenez les paroles de Christ, écoutez, et obéissez à celui que Dieu a envoyé, et croyez qu'il est celui que Dieu a envoyé, et obéissez à ses commandements, car Dieu s'est acquitté de son serment en Celui qui est venu accomplir le serment que Dieu a donné aux hommes dans l'Ancien Testament, et Il a dit dans son Nouveau Testament, « ne jurez pas du tout » mais « que votre oui soit oui, et votre non, non, et tout le reste vient du malin ».

Et les apôtres furent rendus propres aussi pour « être des ministres de Christ, et du Nouveau Testament, et non de la lettre » ; des prophètes, ni de la loi dans l'Ancien Testament dans lequel ils devaient jurer ; car la lettre tues, mais «l'Esprit vivifie ».

« Or si le ministère de la mort, gravé en lettres sur des pierres, a été introduit avec gloire, de sorte que les fils d'Israël ne pouvaient arrêter leurs yeux sur la face de Moïse, à cause de la gloire de sa face, laquelle devait prendre fin, [notez,] cette gloire devait prendre fin » ; et pensez-vous que les promesses et les serments n'allaient pas prendre fin ? Si cette gloire devait être abolie par Christ, pourquoi ce ministère de l'esprit ne serait-t-il pas glorieux ? Car si le « ministère de la condamnation est glorieux », combien plus le « ministère de la droiture le surpasse en gloire ».

Maintenant ces offrandes, ces serments, et toutes ces choses figuratives n'étaient-ils pas dans ce ministère de condamnation ?

Car même ce qui a été rendu glorieux n'avait pas de gloire à cet égard, en raison de la « gloire qui excelle », comme vous pouvez lire dans 2 Cor 3:7, ainsi « Christ enlève le premier, de sorte qu'il puisse établir le second » : donc il a enlevé ces serments et ces offrandes qui avaient été commandées par Dieu dans le premier testament, et a établit dans le second et Nouveau Testament dans l'Évangile, la puissance de Dieu ; avant que le diable fut, sera, et quand il ne sera plus : où il n'y a plus de promesse, mais que oui et non, et hors « de la bouche de deux ou trois témoins toutes choses seront mises en place », a dit celui qui interdit tout serment ; et il doit d'être cru, entendu, et obéi, et on doit bâtir dessus ; car il n'y a « aucune autre fondement qui puisse être établi », et il est « la principale pierre de l'angle », et les bâtisseurs ne doivent pas le rejeter.

Maintenant nous, le peuple de Dieu, appelé Quakers, ne pouvons jurer du tout, parce que Christ l'a interdit, et a dit, « que votre oui soit oui, et votre non, non, et tout ce qui est plus que ce ;a provient du malin » ; et de même que l'apôtre Jacques exhorte « de ne pas jurer du tout », mais tenez vous en à « oui, oui, non, non ; pour ne pas tomber dans la condamnation ».

donc nous, sachant que s'il nous fallait jurer contrairement au commandement de notre Seigneur et Sauveur, et de l'exhortation de l'apôtre Jacques, nous tomberions alors dans le mal et la condamnation, et aucun autre homme ne peut nous racheter du pécher, du mal, et de la condamnation.

Et par conséquent nous déclarons à tous les magistrats sur la face de la terre entière que si, en témoignant de la vérité, nous nous trouvons à briser notre oui, et notre non, lorsque nous sommes appelés à témoigner devant eux, alors puissions-nous subir le même châtiment réservé aux personnes qui se sont parjurées.

Ainsi nous désirons que notre témoignage puisse être pris en vérité et en droiture, dans jurer, en accord avec le commandement de Christ et de l'apôtre.

George Fox

Swarthmore, en ce 29ième jour du 8ième mois, 1675.

En Bref :

Et dans l'ancienne alliance, et testament, et l'ancienne voie, les Juifs se devaient de jurer, et d'accomplir leurs voeux envers le Seigneur ; et de ne point prêter de faux-serment.

Mais dans la nouvelle alliance, et testament, ainsi que la nouvelle voie vivante, Christ le Fils de Dieu a dit, « Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu'on y ajoute vient du malin. » Mat 5:33-37.

Et l'apôtre Jacques, dans la nouvelle alliance, dans son épître général a dit, « avant toutes choses, (remarquez, avant toutes choses) mes frères, ne jurez pas », ... Voici donc les frères de la nouvelle alliance, et testament, ainsi que la nouvelle voie vivante, qui ne doivent jurer aucunement. Et plus loin il a dit, « Ils ne devaient pas jurer ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment ; mais que votre oui, soit oui, et votre non, non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. »

Ainsi il est clair, que le commandement de l'ancienne alliance et ancien testament, que le Christ appelle l'ancien temps, dans lequel ils ne devaient se parjurer, mais d'accomplir leur voeux envers le Seigneur ; ainsi ils ne sont pas tombés dans le mal et sous la condamnation, ceux qui ont honnêtement juré, et ont accompli leur voeux envers le Seigneur dans l'ancien temps, et l'ancienne alliance ; mais ils se dirigent vers le mal et la condamnation, quiconque jure dans le temps de la nouvelle alliance et du Nouveau Testament. Car Christ, qui est le serment de Dieu, Il accompli les anciens serments, Il retire et aboli les serments de l'ancienne alliance, et instaure le oui et le non à la place.

Et maintenant, si vous deviez vous objecter, du fait que Abraham, Jacob, Joseph, Moïse, les prophètes et les anges ont jurés ; Christ le Fils de Dieu qui est plus grand que Moïse, a dit « Avant qu'Abraham ne fut, Je suis » ; et Il règne sur la maison de Joseph et de Jacob, et accompli les prophètes ; et Il a dit, « Ne jurez pas du tout » ; et Christ le grand prophète, que Dieu a élevé, se doit d'être écouté en toutes choses.

Et comme pour le serment des anges, il est dit, « J'introduis le Premier-né dans le monde habité, que tous les anges l'adorent constamment, l'écoutant, et lui obéissant. »

Et dans l'ancien Testament il est dit, « que devant moi tout genou se ploiera, par moi toute langue jurera. a dit le Seigneur », dans l'ancienne alliance et Testament. Ésa 45:23.

Mais dans la nouvelle Alliance et le Nouveau Testament, l'apôtre cite Ésaïe en disant, « Tout genou fléchira devant moi, Et toute langue confessera à Dieu. » Rom 14:10.

Donc ici il est clair, que jurer était autorisé dans l'ancienne alliance et l'ancien temps, mais confesser l'est dans la nouvelle alliance et le nouveau temps.

Et il est évident que Christ a retiré tout serment dans Son nouveau testament et nouvelle alliance, car tout serment l'a été depuis que l'homme s'est retiré de l'image de Dieu ; et Christ ramène l'homme et la femme à l'image de Dieu à nouveau, et instaure le oui pour oui et le non pour non à la place du serment.

Et le Christ instaure à la place du serment dans la nouvelle alliance, « la position du véritable témoin » ; et que « dans la bouche de deux ou trois témoins, tout sera établi ». Il ne dit pas, que dans ou par la bouche de deux ou trois personnes qui le jurent, tout sera établi.

Et l'apôtre a dit, « Que chaque homme dise la vérité à son prochain » ;parole de vérité qui est établie par Christ et Ses apôtres à la place du serment, ce qui était commandé dans l'ancien temps, et sous l'ancienne alliance et l'ancien testament, dans lesquels la loi commandait de jurer, serment qui devait mettre un terme à la controverse et le conflit parmi les homme ; ce qui a bien servi jusqu'à ce que Christ, la semence, vienne. Mais lorsque le Christ est venu, Il a aboli la loi qui commandait le serment, et aussi de jurer.

Ainsi il est clair, que la nouvelle alliance et le nouveau testament, ainsi que la nouvelle voie vivante, n'est pas en accord avec l'ancienne alliance et l'ancien testament, ainsi que l'ancienne voie des Juifs.

La raison d'être de ce site internet est de montrer comment être
libéré du péché
en bénéficiant de la puissance transformatrice de Dieu par la croix,
menant à l'union avec Dieu dans son Royaume