La Croix Manquante pour la Pureté


 

Les lettres de Jean Gratton

Préface de l'Éditeur de ce site

Jean Gratton (1641-1711) fut l'un des premiers Quakers qui n'avait jamais entendu parler des géants du mouvement. Il fut convaincu par la parole (la voix) du Seigneur et la Lumière du véritable chemin. Alors qu'il recherchait la vérité, il découvrit l'hypocrysie des Congrégationalistes Puritains, des Presbytériens, des Épiscopaliens, et des Baptistes. Il possédait une grande connaissance de la Bible, et avait été de manière intensive enseigné par le Seigneur. Il supplia le Seigneur de le conduire vers un groupe de croyants véritable. En ce temps là les Quakers étaient grandement méprisés par la plupart des groupes, et la première fois qu'il leur rendit visite, au début il les rejeta. Continuant à supplier le Seigneur de lui montrer le véritable peuple de Dieu, il dût être persuadé par la Voix du Seigneur que les Quakers, malgré leur mauvaise réputation dans la population en générale des environs, étaient véritablement le peuple de Dieu. De ce fait, il se joignit à eux, à sa grande joie, et à l'achèvement de son voyage vers le Royaume des Cieux

En peu de temps, il devint un ministre itinérant, convainquant* des centaines de la Vérité ; qui commencèrent alors à travailler à leur salut pour plus d'expérience. Il parlait et écrivait avec simplicité, grande preuve scripturaire, logique claire, et grande puissance- il parlait avec tant de puissance que les officiers chargés de l'arrestation faisaient souvent marche arrière ou gardaient le silence pour écouter avec attention, au lieu d'user de persécution. Mais comme des milliers d'autres premiers Quakers, il fut lapidé, battu, et emprisonné pour son ministère, en n'assistant pas aux services approuvés par l'état, et en assistant aux assemblées Quakers. Et tous ceux aussi qui veulent vivre pieusement dans le Christ Jésus, seront persécutés, 2 Tim 3:12. En dépit de son long emprisonnement, l'épouse de ce Quaker dévoué maintenait son commerce, fournissant un revenu pour la famille, avec la bénédiction du Seigneur.

*Être convaincu, signifiant être certain du chemin requis pour le salut ; et non de recevoir le salut même. Presque toutes ces personnes nouvellement convaincues avaient été, par le passé, des lecteurs assidus de la Bible, professaient que Jésus était le Fils de Dieu, avaient été baptisés, assistaient à des services de sectes, etc. ; mais ils étaient quand même tous captifs du péché, et savaient qu'il devait y avoir un chemin pour devenir libre non seulement du péché mais aussi du désir de pécher. Quand ils entendirent proclamer le chemin pour devenir pure, devenir libre du péché, leurs coeurs rendaient témoignage à cette vérité ; aussi ils se joignirent aux autres qui cherchaient à devenir libre du péché, en attendant en silence l'enseignant intérieur, afin de Lui obéir, et de recevoir sa grâce transformatrice qui leur enseignait à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et comment vivre sobrement, dans la droiture et la piété dans leur siècle ; et à être rachetés de toute iniquité, et purifiés- et alors avoir un zèle pour les bonnes oeuvres énergizé et incités par Dieu. Ce processus, de conviction pour la pureté, requiert de leur part qu'ils continuent de travailler à leur salut avec crainte et tremblement. Parce qu'ils tremblaient en présence de l'Esprit de Dieu oeuvrant dans leurs coeurs, leur montrant leurs péchés, les accusant des secrets dans leurs coeurs, ils tremblaient - ou quaked (trembler)- c'est ainsi qu'ils devinrent connus sous le nom de Quakers.

La source de ce texte est Friends Library (La Librairie des Amis), Volume IX, 1845. J'ai modernisé le langage et réécrit certaines phrases pour refléter l'usage courante de la grammaire et des mots, en utilisant un dictionnaire de 1828 pour remplacer les mots désuets ; mais je n'ai pas changé le sens en aucune manière.

Jean Gratton apporte une perspective fraîche aux questions soutenues dans toutes ces pages web par les autres premiers Quakers. Jean était l'un de ceux qui sont véritablement estimés du Seigneur, et son compte rendu nous offre l'espoir et l'inspiration pour continuer notre pèlerinage jusqu'à l'union avec Christ dans le Royaume des Cieux, à travers la croix intérieure du renoncement à soi-même.

Un Court traité sur la Lumière du Christ ;
auquel est ajouté, quelque chose concernant les souffrances et la mort du Christ.

Il y a quelques temps je conversais avec une personne, à qui je souhaite beaucoup de bien, sur des sujets du plus grand poids et moment ; et il m'a dit qu'ils avaient entendu dire que nous [les premiers Quakers] prêchions une nouvelle lumière. Cela m'a attristé, et je trouvais cela étrange de ne pas être mieux connus par une personne de cette note et un si proche voisin ; par conséquent, c'est afin de nous libérer de ce scandale, et d'informer les investigateurs amicaux, sobres, et modéré, et pour satisfaire nos ennemis qui nous accusent faussement ; et par dessus tout, pour la propagation de la Sainte Lumière et de la Vérité, que l'homme bon à prié Dieu de nous envoyer, Psa 43:3, que sont écrites ces quelques lignes ; avec désirs que Dieu dans sa grande miséricorde, les rende serviables en toute honnêteté, qu'il fasse d'eux des lecteurs au coeur sincère, pour sa gloire pour toujours.

Je témoigne à tous, que nous croyons et prêchons aucune autre lumière, que cette véritable lumière que Jean a prêché et dont il a porté témoignage ; et nous savons que son témoignage est vrai. « Au commencement était la Parole ; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était dieu. Celui-ci était au commencement auprès de Dieu. Toutes choses furent faites par lui, et pas une seule chose, de ce qui a été fait, ne fut faite sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres ; et les ténèbres ne l'ont pas comprise. » C'est de cette même lumière que nous portons témoignage, la lumière de la vie éternelle qui était au commencement, et qui n'est donc pas une nouvelle doctrine, ou une nouvelle lumière. L'apôtre Jean continu et nous dit Dieu a envoyé Jean le Baptiste pour rendre témoignage de quoi : « Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean. Celui-ci vint pour rendre témoignage, pour rendre témoignage de la lumière, afin que tous puissent croire en elle [la lumière]. Celui-ci n'était pas cette lumière, mais pour rendre témoignage de la lumière. Que la véritable lumière était celle qui éclaire tout homme qui vient au monde. Il était dans le monde, et le monde fut fait par lui ; et le monde ne l'a pas connu. » Ici nous avons deux Jean, l'un d'eux est le disciple bien aimé, l'autre, Jean le Baptiste, un prophète ; et tout deux déclarèrent cette même lumière dont les méprisés et faussement accusés Quakers portent témoignage de nos jours. Bien, puissions-nous faire preuve d'audace pour témoigner d'elle, car nous savons qu'elle est la vraie lumière, la même que ces hommes ont prêché de leurs temps ; et qui nous a éclairé et montré tous ce que nous avons fait, et que c'est la miséricorde du Seigneur que nous voyons en ce jour ; celle dont Abraham s'est réjouit de voir, et qui a vu, et qui en fut heureux. Beaucoup de prophètes ont témoignés d'elle, tel qu'on peut le démontrer ici ; et Christ lui-même en a souvent et clairement parlé, en plusieurs endroits. Mais premièrement nous remarqueront les Prophètes ; David a dit, « Le Seigneur est ma Lumière et mon Salut, la force de ma vie » ; et, « Avec toi est la fontaine de Lumière ; en ta lumière nous verrons la lumière. » Quelle évidence claire : il dit ce qu'est la lumière ; c'est le Seigneur, son salut, sa vie et sa force, dans sa lumière nous voyons la lumière, et nous savons qu'elle provient de la fontaine de la vie ; et Psa 43:3, il prie, « Envoie ta lumière et ta vérité : elles me conduiront, elles m'amèneront à ta montagne sainte et à tes demeures. » Qu'est-ce qui est plus désirable ou plus profitable que ce qui conduit et amène l'âme dans la sainte montagne et le saint tabernacle de Dieu ! David n'a pas méprisé la Lumière, mais il a prié pour que Dieu lui envoie, pour le conduire et le guider à sa sainte montagne ; il l'aimait, et il en est de même des coeurs purs. Le Seigneur est Dieu, et il ne change pas ; le même aujourd'hui, hier et pour toujours ; et ceux qui sont éclairés avec la lumière du Seigneur en ce jour, savent que leur nature terre a été faite pour trembler ; pourtant alors que leurs âmes sincères se réjouie avec tremblement, et elle a embrassé le Fils, et elle a été heureuse de voir la lumière, qui est semé pour le juste ; et la joie pour ceux qui sont droits de coeur. Tout comme Abraham a fait, ainsi tous ses enfants se réjouissent de voir la Lumière du Seigneur. Mais certain disent, Comment savons-nous que David parle de la lumière intérieure ? Réponse, ses paroles sont claires et détaillées, et elles s'accordent avec celles de Jean. Jean a dit, « que Christ est la Véritable Lumière qui éclaire chaque homme, et qu'en Lui est la vie, et que la vie est la lumière des hommes ». David a dit, « Le Seigneur est ma Lumière, et mon salut » ; alors le Seigneur de David est sa Lumière et son salut.

Et Jean a dit, « Elle éclaire tout homme qui vient au monde » ; donc ici est manifesté l'amour universel et la bonne volonté de Dieu à tous les hommes. Tout comme il est dit ailleurs, « Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » ; même cette vie qui est la lumière des hommes. Ainsi, le Seigneur dans sa miséricorde fait briller son soleil sur tous, et donne la lumière au monde entier.

Il y a quelques endroits sur terre qui ont vu la véritable lumière de la vie, et qui tremblent aussi, qui ne sont pas appelés Quakers, car, bien qu'ils aient vu, senti, goûté et touché la Lumière de la Parole de Dieu, pourtant ils se sont rebellé contre elle. Ceux qui se rebellent contre la Lumière, ne connaissent pas ses voies, ils ne demeurent pas non plus dans ses sentiers. Et il en est quelques uns de ce genre qui marchent dans la forme, mais qui renient la puissance, et amènent le chemin de la vérité à être méchamment calomnié. Il y en a quelques uns qui, bien que la lumière brille en eux, qu'elle leur donne de voir leurs mauvaises voies, et qu'elle les réprouve, pourtant ils sont tellement en amour avec le monde, et tout le mal qu'il contient, qu'ils se détournent du Seigneur, et de sa lumière, de la grâce et du Saint-Esprit, qui luttent avec eux ; alors ceux-là se trouvent sous la culpabilité et la condamnation. Leur propre coeur les condamne, leur coeur ainsi que leur conscience sont souillés ; ceux-là le voient, et le confessent, mais ils n'abandonneront pas le péché, et par conséquent ils demeurent sous la condamnation ; comme dans Jean 3:19-20 ; Or c'est ici le jugement, que la lumière est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises ;car quiconque fait des choses mauvaises hait la lumière, et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient reprises ;. Ceux-ci refusent de venir vers la lumière, parce qu'ils n'aiment pas être réprimés, troublés, ou inquiet dans leurs esprits. Ils prennent plaisir dans le péché, et à vivre aisément dans l'iniquité, et n'aiment pas être séparés du monde, ou de ses mauvaises voies ; par conséquent ils aiment les ténèbres plutôt que la lumière.

Maintenant il est clair, que si un jour de visitation devait ne pas venir, et que le Soleil de la justice ne se levait pas et qu'il ne brillait pas sur le monde, et ne rendait pas toutes choses qui sont réprouvés manifestes ; alors il pourrait y avoir quelques excuses faites. Mais sur qui est-ce que sa lumière n'a pas brillé ? Qui ne sait pas ? Le Seigneur appelle pour la sainteté, et permet à tous les hommes de voir ce qui est mauvais, et ce qui est bon, afin qu'ils puissent aimer ce qui st bien et s'attacher à cela, et ce détourner de ce qui est mauvais, et fuir toutes les apparences du mal. Par conséquent cessez de faire ce qui est mal, et apprenez à faire ce qui set bien, et trouvez la miséricorde avec le Seigneur.

Christ a dit, « Si je n'étais pas venu, ils n'auraient pas eu de péché ; mais maintenant ils n'ont pas de prétexte pour leur péché. » Et encore, « Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché ; mais maintenant vous dites : Nous voyons ! -votre péché demeure. » Si ce n'était pas le jour, alors ce serait plus excusable pour le monde ; mais voyant que c'est le jour, et que maintenant la véritable lumière brille, par conséquent cet homme qui court dans le bourbier et la souillure du péché, et qui la voit, et que malgré cela il veut agir ainsi, c'est son propre agissement, et il doit porter son propre fardeaux ; car il fait ce qu'il sait qu'il ne devrait pas faire, et délaisse ce qu'il sait qu'il devrait faire. La Lumière brille, et avec la lumière il sait qu'il en est ainsi, et par conséquent il est en lui même condamné équitablement, parce qu'il connaît la volonté de Dieu, mais ne s'y conforme pas. Dieu est juste dans tous ses jugements, et juste dans toutes ses voies.

De plus, notre Seigneur dit, « celui qui pratique la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, qu'elles sont faites en Dieu ». Il s'agit là de l'homme qui aime la Lumière, et qui ne veut pas se reposer en étant loin d'être approuvé par le Seigneur, et qui est reconnaissant à Dieu qui lui a montré la Lumière, qui nous a rendu capable de dire, Ta parole est une lampe à mon pied, et une lumière à mon sentier. Oh a dit cet homme, « Vraiment la Lumière est douce, et c'est chose agréable pour les yeux de voir le soleil. » « Oh maison de Jacob ! Venez et marchons dans la Lumière du Seigneur. » Car la montagne de la maison du Seigneur sera établie au sommet de la montagne, et sera exaltée au dessus des collines, et toutes les nations s'écouleront en elles, donc, plaçons notre confiance dans le Seigneur, qui choisira encore Jacob ; « Pousse des cris de joie et exulte, habitante de Sion, car grand, au milieu de toi, est le Saint d'Israël. Mais malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui mettent les ténèbres pour la lumière, et la lumière pour les ténèbres. » Ésaïe, ce prophète évangélique, déclare habilement la glorieuse Lumière, le Christ Jésus, Ésa 9:2 ; « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; ceux qui habitaient dans le pays de l'ombre de la mort, la lumière a resplendi sur eux ! » N'était-ce pas là notre condition à nous qui sommes les Gentils ; et maintenant que la Lumière de Sion est venue, pourquoi ne porterait-elle pas témoignage de cela ? « La lumière d'Israël sera un feu, et son Saint, une flamme ; et il brûlera » ; et, « Moi l'Éternel je te donnerai pour être une alliance du peuple, pour être une lumière des nations : pour ouvrir les yeux aveugles, pour faire sortir de la prison le prisonnier, et du cachot ceux qui sont assis dans les ténèbres. Je te donnerai aussi pour être une lumière des nations, pour être mon salut jusqu'au bout de la terre. » « Lève-toi, resplendis, car ta lumière est venue, et la gloire de l'Éternel s'est levée sur toi. Et les nations marcheront à ta lumière, et les rois, à la splendeur de ton lever. » « Le soleil ne sera plus ta lumière, de jour, et la clarté de la lune ne t'éclairera plus ; mais l'Éternel sera ta lumière à toujours, et ton Dieu, ta gloire. Ton soleil ne se couchera plus, et ta lune ne se retirera pas ; car l'Éternel sera ta lumière à toujours, et les jours de ton deuil seront finis. » Ici c'est un témoignage pur la Lumière des Gentils, la Lumière de Sion, la Lumière d'Israël. C'est à cette Lumière que nous désirons tous pouvoir venir, importants et humbles, riches et pauvres ; car elle est venue, béni soit le Seigneur notre Dieu à jamais.

Je poursuis avec le témoignage du Sauveur dans Jean 8:12 ; Jésus donc leur parla encore, disant : « Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » Oh ! puisse les gens le suivre Lui, et non les traditions des hommes, les rudiments du monde, les commandements et les doctrines des hommes ; car tous ceux qui font ainsi, vivent dans les ténèbres, et haïssent la lumière, profèrent des méchancetés contre elle, parce que leurs actions sont réprouvées par elle, et ils sont dévoilés comme étant pécheurs et injustes, ils sont ennemis de Christ. Il a dit encore, « Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde » ; et il a promis d'être avec son peuple jusqu'à la fin du monde, lisez Mat 28.

Alors Jésus leur dit, « Encore pour un peu de temps la lumière est au milieu de vous ; marchez pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne s'emparent pas de vous ; et celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en, la lumière, afin que vous puissiez devenir les enfants de la lumière. » Et, « Moi, je suis venu dans le monde, la lumière, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » N'est-il pas étonnant, que des hommes qui connaissent les Écritures, nous blâment parce que nous prêchons Christ la Lumière du monde, la véritable Lumière, qui brille maintenant dans le coeur des hommes, et qui nous disent que la lumière est notre conscience ? Certains disent, c'est la lumière de la nature, et certains l'appellent l'idole des Quakers.

Mais à présent, lecteurs, vous pouvez voir ce que Christ a dit que c'est : il a dit, « Je suis la Lumière du monde. » Jean a dit, « Il est la véritable lumière qui éclaire tous les hommes qui viennent au monde » : et le prophète a dit, « L'Éternel est ma lumière et mon salut ; il est donné pour être une lumière des nations, pour être mon salut jusqu'au bout de la terre. » Et Zacharie a dit, en parlant de son fils, [Jean le Baptiste], « Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-haut : car tu iras devant la face du Seigneur pour préparer ses voies, pour donner la connaissance du salut à son peuple, dans la rémission de leurs péchés, par les entrailles de miséricorde de notre Dieu, selon lesquelles l'Orient d'en haut nous a visités ; afin de luire à ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour conduire nos pieds dans le chemin de la paix. » Le bon vieux Siméon louait Dieu ; « car mes yeux ont vu ton salut, lequel tu as préparé devant la face de tous les peuples ; une lumière pour la révélation des nations : et la gloire de ton peuple Israël ». Ainsi, tous ceux-là prêchaient Christ, la véritable Lumière ; et par conséquent ce n'est pas une nouvelle doctrine, ni une nouvelle lumière, comme certains disent que nous prêchons, mais celle là même de laquelle témoignent si clairement et largement les Saintes Écritures.

Notre Seigneur a dit à Paul—« Je suis Jésus que tu persécute ; je te suis apparu afin de te désigner pour serviteur et témoin, et des choses que tu as vues et de celles pour la révélation desquelles je t'apparaîtrai ; en te retirant du milieu du peuple et des nations vers lesquelles moi je t'envoie, pour ouvrir leurs yeux, pour qu'ils se tournent des ténèbres à la lumière, et du pouvoir de Satan à Dieu » ; Maintenant il est clair ici que, Paul fut envoyé pour les tourner des ténèbres à la Lumière. Pouvait-il faire cela et ne pas le prêcher ? Non, il obéissait à l'ordre du Seigneur ; et Paul était-il un Quaker, ou devons-nous, nous qui sommes appelés Quakers, être blâmés pour avoir prêché cette doctrine ancienne et primitive ? Assurément pas ; car Dieu nous a appelé à faire ainsi, et nous ne craignons aucun homme qui s'oppose à Dieu, à sa vérité et à son peuple ; tout comme Paul, avec qui les grands prêtres et les dirigeants étaient grandement offensés. Pourtant il « témoignait aux petits comme aux grands, ne disant rien d'autre que ce que les prophètes et Moïse ont annoncé devoir arriver : savoir qu'il fallait que le Christ fût soumis aux souffrances, et que, le premier, par la résurrection des morts, il devait annoncer la lumière et au peuple et aux nations ». Mais certains diront tout de même, « Est-ce que cette Lumière est prêchée partout pour être à l'intérieur des hommes ? » Oui ; cet apôtre a dit, « Car Dieu, qui commanda à la lumière de briller du sein des ténèbres, l'a fait briller dans nos coeurs, pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu dans la face de Christ. Mais nous avons ce trésor dans des vases de terre, afin que l'excellence de la puissance soit de Dieu et non pas de nous. » Ici l'apôtre prêche la Lumière brillant dans nos coeurs. C'est donc la Lumière intérieure, et Dieu dans sa Miséricorde fait qu'il en soit ainsi, et celui qui ne se tourne pas vers l'intérieur pour la voir briller, mais qui fixe son regard sur les choses à l'extérieur de Lui, est encore dans les ténèbres. Bien que la Lumière brille dans son coeur obscur, pourtant il ne la connaît pas, et il ne croit pas en la Lumière, et il ne la suit pas ; et par conséquent ils demeurent dans les ténèbres, et aiment tellement cela. Ceux-là aiment le monde, et sa fraternité, mais l'amour de Dieu n'est pas en eux ; mais il est dit que les enfants de la Lumière sont une race élue, une sacrificature royale, une nation sainte, un peuple acquis, pour qu'ils annoncent les vertus de celui qui les a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière ; eux qui autrefois n'étaient pas un peuple, mais qui maintenant sont le peuple de Dieu ; eux qui n'avaient pas obtenu miséricorde, mais qui maintenant ont obtenu miséricorde. 1Pi 2:9-10.

Jean, le bien aimé disciple de Christ, dans son premier épître, a dit sur ce sage ; « Et c'est ici le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons, savoir que Dieu est lumière et qu'il n'y a en lui aucunes ténèbres. Si nous disons que nous avons communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité ;mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous avons communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché. » Encore, « Encore une fois, je vous écris un commande nouveau, ce qui est vrai en lui et en vous, parce que les ténèbres s'en vont et que la vraie lumière luit déjà. Celui qui dit être dans la lumière et qui hait son frère, est dans les ténèbres jusqu'à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n'y a point en lui d'occasion de chute. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres. » Venez sonder toutes les églises, et voyez où se trouve tout cet amour, et laissez cette Église qui demeure dans la Lumière se manifester.

Dans l'apocalypse le même apôtre a dit ; « Et l'un des sept anges vint et me parla, disant : Viens ici, je te montrerai l'épouse, la femme de l'Agneau.' Et il m'emporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la sainte cité, Jérusalem, descendant du ciel d'auprès de Dieu,ayant la gloire de Dieu. Son luminaire était semblable à une pierre très-précieuse, comme à une pierre de jaspe cristallin. » Et il continu à parler d'elle, jusqu'à ce qu'il ait dit, « Et je ne vis pas de temple en elle ; car le *Seigneur, Dieu, le Tout-puissant, et l'Agneau, en sont le temple. Et la cité n'a pas besoin du soleil ni de la lune, pour l'éclairer ; car la gloire de Dieu l'a illuminée, et l'Agneau est sa lampe. Et les nations marcheront par sa lumière ; et les rois de la terre lui apporteront leur gloire. Et ses portes ne seront point fermées de jour : car il n'y aura pas de nuit là. Et on lui apportera la gloire et l'honneur des nations. Et il n'y entrera aucune chose souillée, ni ce qui fait une abomination et un mensonge : mais seulement ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'Agneau. »

N'est-ce pas ici une déclaration claire de l'état de la véritable Église de Christ, et de sa lumière, que le Seigneur Dieu lui a donné, et que ceci est pleinement ce que le Seigneur Dieu tout Puissant et l'Agneau lui apporte gratuitement, et ce que c'est pour elle ; de sorte qu'ici il n'y a rien venant de l'homme, ni de la sagesse de l'homme, ou de l'habileté, force ou puissance, ou de toute autre créature que ce soit. Ce n'est rien de ce genre qui peut donner lieu à ce que le Seigneur accepte l'âme. Il prépare son Église et son peuple, et faisant en sorte qu'elle soit prête pour Lui-même, alors qu'il la rassemble en Lui, et la places dans sa sainte demeure, là où nul chose impure ne peut entrer. Ceci est la ville de Dieu, la nouvelle Jérusalem, la femme libre, la mère de nous tous, qui sommes les nouveaux nées, nées de la semence incorruptible par la Parole de Dieu, qui vit et demeure pour toujours.

Maintenant il est clair, cette vraie Église de Christ en étant appelée l'épouse, la femme de l'Agneau, démontre qu'elle est réellement mariée ou jointe au Seigneur dans son propre amour, vie, lumière, puissance et esprit, et qu'elle aime et apprécie sa présence, entend sa voix, elle est vraiment sensible à Son amour ; elle connaît Son Nom qui est tel un parfum répandu, et une tour forte ; en Son nom elle le rencontre, elle est sauvée en lui, et va à Dieu en lui. Et ainsi elle est régénéré en lui, et véritablement en paix et dans le repos avec le Seigneur en lui, qui l'a réconcilié avec Dieu par la mort de son Fils, et qui l'a sauvé par sa vie. Donc ici il est clair que le Seigneur est, pour son peuple, un époux, un père, une fontaine de vie, lumière et amour ; de sagesse, de connaissance, de compréhension, et de toutes bonnes choses. Et le tabernacle de Dieu est avec les hommes, et il habitera avec eux ; et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux, leur Dieu, et ils vivront dans sa vie, et marcheront dans sa lumière, même toutes les nations qui sont sauvées, ou les sauvés de toutes les nations marcheront dans la Lumière du Seigneur Dieu, et de l'Agneau. Ceci est est le sentier de l'homme juste ; « Une Lumière qui brille, qui brille de plus en plus jusqu'au jour parfait. » Mais certains diront, mais ceci est la condition de l'église dans le ciel, non pas sur la terre. Réponse ; il est clair, que le Seigneur a montré à Jean les choses qui doivent arriver bientôt ici sur terre, et que cette vraie Église vient de Dieu descendu du ciel, préparée comme une épouse parée pour son époux ; et alors elle le suit : « Et j'ouïs une grande voix venant du ciel, disant : Voici, l'habitation de Dieu est avec les hommes. » Ainsi la véritable Église est née de Dieu, née de l'Esprit, et elle est en Dieu le Père, et le Seigneur Jésus-Christ, et elle est assis dans les lieux Célestes en Christ, et elle est est rachetée de la terre, et baptisée dans le Christ, elle l'a revêtu, et elle vit dans l'Esprit, et marche en Lui, elle est conduit, guidée et préservée, réconfortée, et rendu capable par lui et en lui, d'adorer Dieu correctement, et de prier correctement, de prêcher correctement, de le louer correctement. Ainsi, tout ce qu'elle a lui vient du Dieu du ciel, tout ce qu'elle a de bon ainsi que tout don parfait. Toutes ses sources fraîches, toute sa force, puissance, et habileté ; toute sa foi, son espérance, sa vie, lumière, sagesse, connaissance, joie, consolation et grand réconfort ; tout son amour, toute sa beauté, sa décence, sa délicatesse, oui, tout ce qu'elle a est gratuitement donne par Dieu, et provient du Dieu du Ciel. Elle appartient au Seigneur, et elle n'est rien d'autre que ce qu'elle est en Lui, elle ne peut non plus rien faire sans Lui, qui est sa Lumière et son salut, sa portion, son trésor, son bien aimé, et elle est à Lui. Sa gloire est dans le Seigneur, sa réjouissance est le Dieu de son salut, elle s'en remet, dépend et place sa confiance dans le Seigneur seul, qui est son aide, son libérateur, son rédempteur, sanctificateur, Sauveur et celui qui la préserve, et tout ce qu'elle a et ce qu'elle veut, et Il est aussi son rocher, sa forteresse, son bouclier, sa tour forte, son armure, son défenseur, et sa demeure de sûreté. En un mot, pour ses véritables enfants et son peuple, Dieu est tout en tous, et Il est par dessus tout digne de louange, d'honneur, de gloire, d'adoration, d'action de grâce et de renommée éternelle ; car c'est seulement à cause de Lui, qui est Seigneur des seigneurs, et Roi des rois au-dessus de tous, de Celui qui est assis sur le trône pour toujours et à jamais, amen.

J'espère que cela est vraiment clair venant des Écritures évidentes de manières abondantes, que ce n'est pas une nouvelle Lumière, ou une nouvelle doctrine pour prêcher Christ la Lumière du monde, la lumière des hommes, la Lumière intérieure, qui éclaire l'âme, et lui donne de voir toutes choses qui sont réprouvées, et qui rend toutes choses manifestes, comme l'apôtre l'affirme ; « Mais toutes choses qui sont réprouvées sont rendues manifestes par la lumière car tout ce qui est révélé est lumière. » alors suivez ce conseil, « Réveille-toi, toi qui dors, et lève-toi d’entre les morts, et Christ te donnera la lumière. » Veillez donc à marcher soigneusement, non pas comme étant dépourvus de sagesse, mais comme étant sages. Rachetant le temps ; car les jours sont mauvais. Ne soyez pas imprudents, mais comprenant quelle est la volonté du Seigneur.

Lorsque par la Lumière les hommes viennent pour voir toutes choses qui sont réprouvées, et qu'ils se détournent de ces choses, pour s'abandonner à obéir au Seigneur, bien que longtemps ils gisaient mort dans le péché et les oeuvres mortes ; maintenant ils se réveillent de leur état de sommeil, sécure, mort, ils se lèvent et fuient cela pour aller vers Christ. Alors Il leur donne plus de Lumière, et Il leur donne de connaître sa doctrine, ainsi que les mystères de son Royaume, lorsqu'ils s'abandonnent à faire Sa volonté. Alors, à ceux qui étaient autrefois dans les ténèbres et très ignorants, il leur est donné de connaître les choses qui appartiennent à leur paix, et ils deviennent lumière, ou éclairés dans le Seigneur, et alors ils marchent comme des enfants de Lumière, et produisent les fruits de l'Esprit, en toute droiture, bonté et vérité, « prouvant ce qui set acceptable au Seigneur ; n'ayant rien de commun avec les oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt les reprenant » ; donc ils sont devenu un avec Celui qui les réprouvait lorsqu'ils étaient dans les ténèbres.

Par conséquent, très chers amis et frères bien aimés, qui faites profession de cette Lumière et du jour du seigneur, prenez soin de marcher en elle, de manière à ne donner aucune occasion de chute ; car l'ennemi cherche une occasion, et bien qu'il ne puisse en trouver aucune dans le Seigneur notre lumière, notre chef, notre législateur, et notre tout en tous, il s'efforce de lui faire des reproches à travers nous, et par toutes sorte d'endroit ou de manquement. Ceux qui partent du Seigneur et deviennent méchants, « La lumière des méchants sera éteinte, et la flamme de son feu ne luira point. La Lumière sera ténèbres en son tabernacle ; car sa lampe lui sera ôtée. »

Il est tristement connu, même dans ces jours, que des hommes puissent être éclairés, et qu'ils aient goûté le don céleste, et qui sont devenus participants de l'Esprit Saint, goûté la bonne parole de Dieu et les miracles du siècle à venir, et qui pourtant sont tombés, et qui crucifient pour eux-mêmes le Fils de Dieu et l'exposant à l'opprobre ou qu'il soit ouvertement reproché par des hommes méchants.

Comme Pierre a dit, « Il y aura parmi vous de faux docteurs qui introduiront furtivement des sectes de perdition, reniant aussi le Seigneur* qui les a achetés, faisant venir sur eux-mêmes une prompte destruction ; et plusieurs suivront leurs excès : et à cause d'eux la voie de la vérité sera blasphémée ; et, par cupidité, ils feront trafic de vous avec des paroles artificieuses ; mais leur jugement, dès longtemps, ne demeure pas oisif, et leur destruction ne sommeille pas. » « Ils ont le coeur exercé à la cupidité, enfants de malédiction. Ayant laissé le droit chemin, ils se sont égarés, ayant suivi le chemin de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire d'iniquité » ; mais, « il leur eût mieux valu n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné ; mais ce que dit le proverbe véritable leur est arrivé : le chien est retourné à ce qu'il avait vomi lui-même, et la truie lavée, à se vautrer au bourbier ». Jean aussi parle d'eux : et mes très chers amis bien aimés, puisse cela être de notre responsabilité de demeurer dans la vigne, en partageant son cep, sa vertu, et sa grosseur, de sorte que nous puissions produire beaucoup de fruits pour la gloire de celui qui nous a appelé hors des ténèbres à sa merveilleuse lumière.

*Rejeter le Seigneur c'est marcher contrairement à la sainteté, la droiture, et la vérité. Le fait de rejeter le Seigneur ne consiste pas seulement dans le fait de dire que Jésus n'est pas le Seigneur. Certain rejettent le Seigneur en tant que leur Seigneur, contrôlant leur paroles et leurs gestes, par l'évidence de leurs gestes et paroles impies.

Marchons dans la Lumière, afin que nous puissions avoir la fraternité avec Dieu et les uns avec les autres, et savoir que le sang de Christ nous lave de tous nos péchés. Ainsi aimerons nous, dans la lumière, en tant que frère ; oui, nous aimerons tous les hommes, même nos ennemis, et nous seront soucieux de la prospérité de la sainte Lumière et vérité de Dieu, afin que beaucoup puissent parvenir à la connaître, et être sauvés.

À tous les gens sobres, quels qu'ils soient, qui pourront voir ces textes, voues qui êtes touchés par l'amour de Dieu, et dans mon coeur à cet instant je le ressent ; laissez-moi vous supplier de vous tourner dans vos esprits vers cette pure lumière qui brille dans vos coeurs, pour vous donner de discerner toutes choses, et de séparer ce qui est précieux de ce qui est vile, entre celui qui sert Dieu, et celui qui ne le sert pas. Puisse cela être votre choix, car cela vient de Dieu, et cela survivra à tous ses opposants ; et ne laissez pas les fortes clameurs et faux accusateurs de la vérité et du peuple de Dieu, vous amener à rejeter la lumière, et embrasser les ténèbres, pour choisir le le mal et refuser le bien. Mais gardez en mémoire cette grâce ou ce don qui apparaît en vous, car ils ne contiennent aucune tromperie, et vous ne pourrez pas dire que cela a consenti au mal, mais que cela le condamne. C'est Celui justement qui n'est accusé d'aucun mal, par conséquent, entendez-Le, car Dieu parle par Lui ; son amour est grand pour tous, il est mort pour tous, a goûté la mort pour chaque homme, et Il éclaire chaque homme qui vient au monde ; venez et marchez en Lui pour toujours et à jamais, amen.

Jean Gratton

___________________________________

Concernant la mort et les souffrances de Christ.

Mais certains sont prêts à s'objecter, et à dire, Vous les Quakers prêchez puissamment la Lumière intérieure, mais vous parlez peu de la mort et des souffrances de Christ à l'extérieur des portes de Jérusalem.

Réponse : Nous avons beaucoup d'accusateurs qui racontent toutes sortes de méchancetés contre nous, que nous supportons patiemment, en sachant que c'est pour la cause de celui qui a souffert pour nous, qui est devenu, non seulement notre lumière, mais aussi notre salut alors que nous demeurons en Lui, tel qu'Il nous l'a ordonné. Et nous déclarons que, tout comme Lui qui, par la grâce de Dieu, a goûté la mort pour chaque homme ; par cela tous les hommes possèdent ce privilège, de pouvoir désormais venir à Lui, le recevoir, et recevoir en lui le pouvoir de devenir un enfant de Dieu. Par conséquent, lorsqu'Il est venu dans le monde il y eut une grande joie, car l'ange qui apparut aux bergers leurs a dit, « N'ayez point de peur, car voici, je vous annonce un grand sujet de joie, qui sera pour tout le peuple : Et soudain il y eut avec l'ange une multitude de l'armée céleste, louant Dieu, et disant, gloire à Dieu dans les lieux très-hauts, et paix sur la terre, aux hommes de bonne volonté. »

Voici l'amour universelle ; « Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. » Ainsi, tous le monde possèdent maintenant l'habileté, par la mort et les souffrances de Christ, de venir à Lui, et celui qui vient à Christ, Il ne le jettera point dehors ; « Car Dieu ne fait pas acception de personnes, mais qu'en toute nation celui qui le craint et qui pratique la droiture lui est agréable. » Nous disons donc, c'est Christ qui a souffert pour nous, « Le juste pour les injustes, afin qu'il nous amenât à Dieu, ayant été mis à mort en chair, mais vivifié par l'Esprit », Oui, « Il a donné sa vie en rançon pour tous ; qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin qu'étant morts aux péchés, nous vivions à la justice » ; « par la meurtrissure duquel vous avez été guéris » ; en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous ; ayant fait par lui-même la purification des péchés. « Puis donc que les enfants ont eu part au sang et à la chair, lui aussi semblablement y a participé, afin que, par la mort, il rendît impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le diable ; et qu'il délivrât tous ceux qui, par la crainte de la mort, étaient, pendant toute leur vie, assujettis à la servitude. »

Maintenant je déclare ceci, nous confessons la mort et les souffrances de Christ selon les Saintes Écritures ; Et c'est seulement Lui, qui a souffert à l'extérieur des portes de Jérusalem, qui a été celui qui nous apporte la paix, et qui est maintenant venu avec Sa Lumière et son Esprit, pour nous donner la connaissance de Dieu et ce qu'il a fait pour nous ; de sorte que dans sa lumière nous le voyons, Lui qui est notre Lumière et notre salut. Ésaïe a dit, « Il a porté nos souffrances, et s'est chargé de nos douleurs » ; ce qui étaient les tristes effets de nos péchés, de sorte que maintenant la rémission des péchés qui sont passés est prêchée gratuitement à tous les hommes à travers Lui, et toute l'humanité est invitée ;a venir à Lui, et ceux de toutes les extrémités de la terre à regarder à Lui et être sauvés.

Après que le prophète eut largement parlé de sa mort et de ses souffrances, et du grand amour et de la miséricorde de Dieu qui s'écoule à tous à travers Christ, et comment il agrandit sa demeure, il montre que les gentils, qui étaient stériles et désolés, produiraient plus d'enfants que la femme mariée ; et qu'ils s'étendraient à droite et à gauche, et que son Créateur serait son époux et son rédempteur. Lisez Ésaïe 54 qui est remplit de précieuses promesses : « Tous tes Fils seront enseignés de l'Éternel, et la paix de tes Fils sera grande ; Tu seras établis en justice ; tu ne seras pas loin de l'oppression. » Et Ésaïe 55, « Ho ! quiconque a soif, venez aux eaux, .. tu appelleras une nation que tu n'as pas connue ; et une nation qui ne te connaît pas accourra vers toi, à cause de l'Éternel, ton Dieu. »

Ainsi il est clair venant des prophètes dans ces trois chapitres :

Premièrement : Que nous sommes tous comme des brebis perdues qui se sont égarées.

Deuxièmement : Ce que Christ a souffert pour nous, et comment il apparaît dans le monde, et fut rejeté et méprisé des hommes.

Troisièmement : Comment après ses souffrances et sa mort, on a vu la bonne volonté de Dieu jaillir abondamment à tout le monde, et une invitation fut donnée à tous ceux qui ont soif, de venir aux eaux, aussi comme dans Jean 7:37-39, « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive ; Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre. Or il disait cela de l'Esprit qu'allaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié. »

Mais après que notre Seigneur Jésus-Christ eut souffert et qu'il fut ressuscité des morts, et monté au-dessus de tous les cieux, afin qu'il remplit toutes choses, comme a dit l'apôtre, il envoya le Saint-Esprit. Alors la fontaine s'ouvrit plus abondamment, et les hommes de toutes les nations entendaient parler chacun dans son propre langage les oeuvres merveilleuses de Dieu déclarées. Maintenant le jour de la délivrance s'est levé, et l’aube du jour d’en haut a visité les enfants des hommes ; le Fils de la droiture s'est levé avec la guérison sous ses ailes, et sa lumière brille dans l'obscurité ; ceux qui étaient assis dans l'obscurité ont vu la lumière de la vie, et la vie éternel s'est levée sur la mort, l'enfer et la tombe, brillant dans les coeurs et les âmes des hommes ; et l'Esprit s'est déversée sur toutes chairs, selon la promesse du Seigneur, Joël 2:28-29. Et quiconque le désire, est maintenant, par la mort et les souffrances de Christ, est en mesure de pouvoir être sauvé ; et cette opportunité vient pour tous, soit qu'ils veuillent l'accepter ou non. L'Esprit de Dieu est déversé sur tous ; la Fontaine d'eau vive est ouverte à tous ; la grâce de Dieu qui apporte le salut est apparut à tous, Tit 2:11-12. Et le jour du salut est arrivé, et la véritable lumière brille maintenant en tous, même ceux qui sont assis dans les ténèbres et qui ne voient pas de lumière, et dans la région de l'ombre de la mort. Et l'Esprit et l'Épouse disent, “Viens !” Et que celui qui entend dise, “Viens !” Et que celui qui a soif vienne. Quiconque le désire, qu'il prenne de l'eau de vie gratuitement.

Ainsi, l'invitation s'adresse à tous, et quiconque désire reçoive ou prenne gratuitement de la fontaine d'eaux de la vie, sans argent ou prix, ou quoi que ce soit pour le mériter ou l'acheter, car le pardon et la rémission des péchés qui sont passés sont prêchés à tous en Christ, et pour celui qui est mort pour eux, et qui les a racheté avec son précieux sang.

Mais ce n'est pas tous les avantages qui viennent par sa mort et ses souffrances ; car maintenant, la véritable lumière brille, les choses cachées des ténèbres sont rendues manifestes, réprouvées, jugées et condamnées. Car il est aussi donné comme témoin pour le monde, et il porte témoignage pour eux, s'ils le suivent, et qu'ils vivent pour celui qui est mort pour eux. Mais si ils vivent toujours pour eux-mêmes, et suivent les volontés et désirs de leurs propres coeurs, et qu'ils font ces choses qu'ils ne devraient pas, et qu'ils délaissent ces choses qu'ils devraient faire, alors il témoigne contre eux, il les juge et il les condamne, pour leurs mauvaises voies, paroles, etc.

Permettez-moi de parler librement, et de dire, alors que nous étions ennemis, nous avons été [par la mort de Christ] placé dans une capacité de nous détourner de cela même qui nous avait rendu ainsi, c'est à dire : le péché, et de nous joindre au Seigneur, qui se tenait prêt à nous recevoir en Lui, qui est mort pour nous, et ne voulait pas nous imputer nos manquements, parce qu'ils a souffert pour nous, Lui qui nous a maintenant unit et réconcilié avec Dieu, et par sa vie nous venons à être vivifié et ramené de la mort à la vie. Et nous voyons dans sa lumière, que comme nous venons à Lui, que nous le recevons et le suivons, nous sentons sa vie et sa puissance nous unir de plus en plus à Dieu, le donateur de ce don inexprimable, et il nous manifeste son amour, qui est en Christ nous réconciliant avec Lui-même. Et plus nous sommes réunis dans sa vie, plus Dieu est avec nous, et sa paix est témoignée par nous, pur sa louange et sa gloire, pour toujours plus, amen.

Ainsi, en Christ nous récoltons tous les avantages de sa mort, de ses souffrances, de sa résurrection, de son ascension et du fait qu'il soit notre médiateur, il procure la paix pour nos âmes, et il est notre lumière, notre conducteur, notre enseignant, notre commander, notre Roi, notre législateur, sagesse, droiture, sanctification et rédemption. Venez alors à Christ, croyez en Lui, suivez-le, et vous ne demeurerez pas dans les ténèbres, mais vous aurez la lumière de la vie. Le Seigneur se plaignait des Juifs d'autrefois, qu'ils sondaient les écritures, et pensaient trouver en elles la vie éternelle, pourtant ils ne voulaient pas venir à Lui, afin d'avoir la vie éternelle. Ceci est encore la cause de toute cette mort et ténèbres dans lesquels se trouvent le monde ; ils ne viendront pas en Lui,ils ne l'aiment pas non plus, Lui ou son apparition, ou sa lumière, qui rend toutes choses manifestes qui sont réprouvés. « Combien de fois », disait le Christ, « j'ai voulu vous rassembler, mais vous n'avez pas voulu venir ». Ceci est clair, Dieu voulait que tous soient sauvés, mais ils ne veulent pas venir à Lui, ni être rassemblés par Lui. Oh ! par conséquent venez et marchons dans la lumière du Seigneur ; marchons comme dans le jour, que notre sanctification puisse être entière, car c'est Christ qui sanctifie, lave et purifie avec le lavement de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit ; car s'il ne nous lave pas nous n'avons aucune part avec Lui, mais mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous avons communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché ; 1 Jean 1:7.

Ainsi il est clair que nous avons besoin de venir au Seigneur Jésus Christ, et de nous abandonner afin d'être sauvé par Lui, et en un mot, pour recevoir celui qui a fait tout ceci pour nous, pour être tout pour nous, et nous pour être ce que nous sommes en Lui, qui est le chemin, la vérité et la vie, et nul ne peut venir au Père que par Lui. Ceci est la seule chose nécessaire, la bonne part que Marie a choisi, la perle de grand prix, qui vaut mieux que le monde entier.

Par conséquent que personne ne se repose sur des notions et professions vides, des formes mortes, opinions sèches, et misérables éléments ; mais venez et embrassez le Fils, par crainte qu'il soit en colère, et que nous ne périssiez dans vos voies. Car en Lui nous avons la paix ; dans le monde il y a les trouble, et et on ne peut rencontrer aucune véritable paix ailleurs qu'en Lui ; Il est le chemin de la paix, Bénis sont ceux qui le connaissent, et qui demeurent en Lui jusqu'à la fin ; ils reposeront leurs têtes en paix, lorsque le temps avec eux ici ne sera plus.

Jean Gratton

__________________________________

Quelques mots dans le véritable amour à tous ceux qui croient que le Christ Jésus, l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, est venu une seconde fois, sans péché pour le salut. ainsi le Christ aussi, ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, non pas pour porter les péchés, mais pour apporter le salut à ceux qui sont dans l'expectative et qui l'attendent. Héb 9:28

Il est nécessaire pour tous ceux qui croient l'Écriture sainte, qui témoigne de Christ, de le chercher alors qu'il apparaît une seconde fois sans péché pour le salut ; de sorte qu'ils puissent le connaître ainsi pour qu'Il apparaisse en eux, pour enlever tous leurs péchés, qui ont été lavés par Lui, et les rendre purs, qu'ils puissent avoir une part avec Lui, une part dans sa vie, dans son esprit, dans son amour, dans sa lumière, dans sa sagesse, et dans sa puissance ; de sorte qu'ils puissent connaître expérimentalement qu'Il est en eux, et qu'eux sont en Lui, et devenir vraiment de nouvelles créatures ; car si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature ; et ainsi par Christ il est fait héritier de la nouvelle alliance faite avec Abraham. Dieu est fidèle,Lui qui a promis ; et beaucoup sont devenus participants de ses grandes et précieuses promesses, en Jésus-Christ la semence, en qui toutes promesses de Dieu sont oui et amen, pour toujours. Et les promesses sont et seront accomplies pur ceux qui reçoivent Christ, dans son apparition une seconde fois, sans péché pour le salut ; en esprit par le Saint-Esprit, tel qu'Il a promis. C'était pour tout ceux qui le reçoivent, que cette puissance était donnée pour devenir des fils de Dieu, même pour ceux qui croient en son nom. À ceux là il a dit, « Celui qui est avec vous sera en vous », et sans lui nous ne pouvons rien faire ; nous n'avons aucune force de par nous mêmes, rien du tout qui soit bon, mais nous sommes par nature des enfants de la colère, tandis que nous vivons dans la convoitise de la chair, et donc nous avons besoin d'être délivré. Mais il n'y a aucun autre libérateur que Christ ; aucune voie, aucune vérité, aucune vie ; nul ne peut venir au Père que par Lui ; « Celui qui a le Fils (comme il est dit dans les Écritures) a la vie, mais celui qui ne l'a pas, n'a pas la vie. » La Loi ne donne pas la vie, ni les Écritures, ni sa lettres ni sa lecture, ne donne la vie ; car bien que ce soit un témoignage de celui qui est la vie, la lumière, la sagesse, la puissance, Dieu au-dessus de tous, béni pour toujours, cela ne peut donner la vie ; la vie est en Lui. Car comme au commencement toutes choses furent faites par Lui, et pas une seule chose, de ce qui a été fait, ne fut faite sans lui. ; ainsi aucun homme n'est sanctifié ou renouvelé autrement que par Lui, et ceux qui sont sanctifiés par Lui, sont joint à Lui ; « Car, et celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul ; c'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères."

Il est la véritable vigne, la racine de vie ; « Par Lui les rois règnent, et les princes statues » ; mais sans lui les hommes sont mort dans leurs trépas, leurs péchés, et leurs misérables offenses, dans lesquelles il n'y a pas de guérison, mais des blessures, ecchymoses et plaies putréfiées, de la tête aux pieds, jusqu'à ce qu'il nous guérisse, et qu'il nous ravive par sont Esprit en nous, le Consolateur, qu'il a envoyé pour nous guider dans toutes vérités, et tous ceux qui sont conduits par Lui sont Fils de Dieu. Par Lui nous pouvons appeler Dieu le Père, car il est tout en tous pour les enfants de Dieu. Et l'apôtre a dit, « toutes choses sont à vous,et vous à Christ, et Christ à Dieu. » ; et encore « Et vous n'êtes pas à vous-mêmes ; car vous avez été achetés à prix non par des choses corruptibles, de l'argent ou de l'or, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache. »

« Voici », a dit Jean, « l'agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». Et les disciples de Jean l'ont vu, et ils ont abandonné Jean, et ont suivit Jésus-Christ, qui leur demanda qui ils cherchaient. Ils lui dirent, « Et il lui dirent : Rabbi, où demeures-tu ? » Il leur dit : « Venez et voyez. » Ils allèrent donc, et virent où il demeurait ; et ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là. C'est quelque chose de très précieux ; de le voir et de connaître sa demeure, et de demeurer avec Lui durant le temps qu'Il nous a donné de vivre. Puisse cela être votre joie de demeurer avec Lui tout votre temps, et de voir l,endroit où Il demeure. C'est plus que de l'entendre par l'oreille, de le voir et l'entendre par vous-mêmes, et d'être enseigné par Lui. Oh ! il se plait avec ceux qui vendent tout, ou qui abandonnent tout pour le suivre, lui qui est l'agneau de Dieu, qui est plus grand que jean. « C'est de celui-ci que moi, je disais : Après moi vient un homme qui prend place avant moi, car il était avant moi. Et pour moi, je ne le connaissais pas ; mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau, celui-là me dit : Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre, et demeurer sur lui, c'est celui-là qui baptise de l'Esprit Saint. Et moi, j'ai vu et j'ai rendu témoignage que celui-ci est le Fils de Dieu. »

Jean n'était pas offensé du fait que ses disciples l'avaient quitté, et qu'ils avaient suivit Christ, mais il se réjouissait d'entendre sa voix, et du fait qu'il soit rendu manifeste à Israël. « Par conséquent », il a dit, « Je suis venu baptise avec de l'eau ; mais il faut que lui croisse, et que moi je diminue » ; de la croissance de son royaume et de son gouvernement il n'y aura pas de fin. Car les royaumes de ce monde deviendront les royaumes de Dieu, et de son Christ, et il régnera pour toujours et à jamais ; ainsi soit-il, vient Seigneur Jésus ! Vient vite !

C'est Lui que Jean avait vu, vêtu d'un vêtement teint dans le sang ; et son nom s'appelle : « La Parole de Dieu ». « Et les armées qui sont dans le ciel le suivaient. »

Oh ! que tous ceux qui sont sur la terre puissent le suivre, écoutez-le, et obéissez-lui ; car Dieu parle aux hommes à l'intérieur d'eux par Lui, « qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel aussi il a fait les mondes, qui, étant le resplendissement de sa gloire et l'empreinte de sa substance, et soutenant toutes choses par la parole de sa puissance, ayant fait par lui-même la purification des péchés, s'est assis à la droite de la majesté dans les hauts lieux ;

C'est Christ le Fils de Dieu ; la Parole était au commencement avec Dieu, et elle était Dieu ; l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin, le premier et le dernier ; qui était mort, mais qui vit à nouveau. Mais Car toute chair est comme l’herbe, et toute la gloire de l’homme comme la fleur de l’herbe. L’herbe sèche, et sa fleur tombe Mais la parole du Seigneur demeure pour toujours. Finissez-en avec l'homme, dont le souffle est dans ses narines, car quel cas doit-on faire de lui ? Et aussi, il est dit, « la délivrance qui vient de l'homme est vaine ». Oh alors souvenez-vous, Dieu maintenant parle par son Fils, qui a donné sa vie pour nous, et qui a souffert, le juste pur l'injuste, afin qu'il puisse nous amener à Dieu. Et si jamais vous venez à Dieu, ce doit être par Jésus-Christ, le nouveau et vivant chemin. Il est le Rocher des Âges, le fondement de plusieurs générations, la postérité de David, et aussi son Seigneur.

Ceci est le fondement de Dieu, qui demeure ferme, et le Seigneur connaît ceux qui qui lui appartiennent. La maison entière ou l'Église de Dieu, et chacun de ses membres, est bâti sur ce roc ou Fondement ; “Car personne ne peut poser d'autre fondement que celui qui est posé, lequel est Jésus Christ.”

Ceci est le fondement de la Chrétienté, ceci produit de véritables chrétiens, ceci ne peut produire des élément faibles et misérables ; car ils ne peuvent sanctifier les hommes, ou en faire une nouvelle créature. Il n'y a pas de véritables Chrétiens qui ne soient pas en Christ, et Lui en eux spirituellement ; car Il est le Seigneur des Cieux, un Esprit vivifiant ; et là où est l'Esprit du Seigneur, il y a la liberté. Oh si les hommes pouvaient vivre et marcher dans l'Esprit de Christ ! car tous les enfants de Dieu sont choisis en Lui, et bénis avec toutes sortes de bénédictions spirituelles en Lui, à travers lequel ils reçoivent l'adoption en tant que fils. Il est notre paix, le Prince de paix, et avant de le connaître en Esprit, je n'avais jamais connu de paix véritable avec Dieu, ni de paix de conscience.

Nous ne pouvons être héritiers avec Christ, ni des membres de l'église qui est en Dieu, que lorsque nous venons nous asseoir ensembles dans les lieux célestes en Christ, et bien ajustés ensembles, pour être un temple saint dans le Seigneur, en qui, vous aussi, vous êtes édifiés ensemble, pour être une habitation de Dieu par l'Esprit. Dieu est au milieu de cette demeure, église ou assemblée, car là où ils sont, ils sont rassemblés dans le nom de Christ, auquel toute puissance dans les cieux et sur la terre est donnée ; et tous ceux qui le reçoivent maintenant dans leurs coeurs, reçoivent le pouvoir de devenir enfants de Dieu, étant nés de nouveau. “Car ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l'Esprit est esprit. Celui qui est dans la chair ne peut plaire à Dieu.” Car ceux là font les choses qu'ils ne devraient pas, délaissant les choses qu'ils devraient faire, et ils sont de misérables contrevenants, dans lesquels il n,y a point de guérison. Mais c'est en vain qu'ils honorent Dieu, enseignant pour doctrines des commandements d'hommes, suivant les rudiments, traditions et ordonnances des hommes, qui n'apportent pas la vie pour leurs âmes, et qui sont de misérables éléments, ne peuvent nourrir l'âme immortelle. Par conséquent ne pas toucher, ne pas goûter, ne pas tenir, car ils périssent tous avec l'usage, en ne suivant pas Christ ; car en Lui il y a la vie, et il donne la vie à ceux qui le reçoivent, mais rien de ce qui est terrestre ne peut donner la vie. “Celui qui est de la terre est terrestre, et parle de la terre ; mais celui qui vient d'en haut, est au-dessus de tous.” Les hommes terrestres sont dans la sagesse qui vient d'en bas, qui est une sagesse terrestre, animale, diabolique, qui n'est pas pure, paisible, gentille, facile à solliciter, remplie de piété, de bonté, de vérité et d'amour.

“Ainsi dit l'Éternel, le rédempteur d'Israël, son Saint, à celui que l'homme méprise, à celui que la nation abhorre, au serviteur de ceux qui dominent : Des rois verront, et se lèveront, -des princes, et ils se prosterneront, à cause de l'Éternel qui est fidèle, du Saint d'Israël qui te choisira.” Et Ésaïe 49:22-23, Ainsi dit le Seigneur, l'Éternel : Voici, je lèverai ma main devant les nations, et j'élèverai mon étendard devant les peuples ; et des rois seront tes nourriciers, et leurs princesses, tes nourrices ; et tu sauras que moi je suis l'Éternel : ceux qui s'attendent à moi ne seront pas confus. Et Ésaïe 50:10, Qui d'entre vous craint l'Éternel, qui entend la voix de son serviteur, quiconque marche dans les ténèbres et n'a pas de lumière, qu'il se confie dans le nom de l'Éternel et s'appuie sur son Dieu. Et chapître 52, Oh captive, fille de Sion ! Vous vous êtes vendus pour rien, et vous serez rachetés sans argent. Lire le chapitre 55:4-7 et voyez qui est donné pour témoignage aux peuples, pour chef et commandant des peuples., et cherchez l'Éternel tandis qu'on le trouve ; invoquez-le pendant qu'il est proche ; Que le méchant abandonne sa voie, et l'homme inique, ses pensées, et qu'il retourne à l'Éternel, et il aura compassion de lui, -et à notre Dieu, car il pardonne abondamment. Le Le Seigneur l'Éternel, qui rassemble les exilés d'Israël, dit : J'en rassemblerai encore d'autres vers lui, avec les siens déjà rassemblés. Ésaïe 56:8-9. C'est Shiloh ; le paisible Sauveur, de qui Jacob prophétisa, sur sont lit de mort, lorsque sa fin était proche, Gen 49:10. C'est de Lui que le saint prophète Ésaïe parla, dans le 53ième chapitre. Et c'est à Lui que le même prophète invite les hommes à venir, en disant, Ho ! quiconque a soif, venez aux eaux, Ésa 55. Or, ceux qui embrassent cette invitation, et qui demeurent avec Lui, sont de cette église que Dieu fera une excellence éternelle, une joie pour beaucoup de générations, Ésaïe 60:15. Qu'est-ce cela ?

Ceux-ci sont rachetés de la chute ; ceux-ci ont reçu l'Esprit d'adoption, et reconnaissent que la grâce règne par la droiture Ceux-ci sont venus à la montagne de la maison de l'Éternel, en Christ, dans lequel on ne fera pas de tort, et on ne détruira pas. Ceux-ci savent que Jésus est Seigneur, le Roi des rois, le Maître des princes. Ceux-ci sont ses brebis, ils entendent sa voix et le suivent. Ceux-ci ne choisiront pas ceux qui ne connaissent rien d'autre que ce qu'ils comprennent naturellement comme des bêtes sans raison, corrompus à l'intérieur et qui ne connaissent pas les Écritures ni la puissance de Dieu, mais c'est à leur sujet que le prophète parle, disant, « Ses sentinelles sont toutes aveugles, elles sont dénuées de connaissance. Ils sont tous des chiens muets qui ne peuvent aboyer, rêvant, se tenant couchés, aimant à sommeiller ;ils ne savent pas être rassasiés : ce sont des bergers qui ne savent pas comprendre. Tous, ils tournent leurs regards vers leur propre chemin, chacun vers son intérêt particulier, jusqu'au dernier. »

“Car la parole de Dieu est vive et puissante, et plus pénétrante qu'aucune épée à deux tranchants, et atteignant jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit, des jointures et des moelles ; et elle discerne les pensées et les intentions du coeur. Et il n'y a aucune créature qui soit cachée devant lui, mais toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de celui à qui nous avons affaire.” Ceux qui n'ont pas cette parole de Dieu pour prêcher, ne sont ni vifs ni puissants. Ceux qui mettent [de la nourriture] dans leur bouche leur sont agréables, et si quelqu'un ne met rien dans leur bouche, ils préparent la guerre contre lui. Ils reçoivent entre eux les honneurs, et ils sont comme les Pharisiens d'autrefois, qui se plaisent à se promener en longues robes, et qui aiment les salutations dans les places publiques, et les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les repas ; et à se faire appeler maître ; ils viennent avec de douces paroles et un beau langage, et séduisent les coeurs des simples ; ils courent alors que Dieu ne les a jamais envoyé. Christ en s,adressant à ceux-là, a dit, Et le Père qui m'a envoyé, lui, a rendu témoignage de moi. Jamais vous n'avez entendu sa voix, ni vu sa figure ; et vous n'avez pas sa parole demeurant en vous ; car celui-là que lui a envoyé, vous, vous ne le croyez pas. Vous sondez les écritures, car vous, vous pensez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi ; Jean 5:37- 40. Lisez et voyez à quelle point ceux-ci ressemblent à ceux, qui n'avaient pas l'amour de Dieu en eux, mais qui aimaient la louange des hommes, et recevoir la gloire l'un de l'autre, mais qui ne cherchaient pas la gloire qui vient de Dieu seul.

Mais Christ, qui est le chemin, la vérité, et la vie, est venu une seconde fois, c'est à dire, en esprit ; et il nous dit tout ce que nous avons fait, comme il avait fait avec la femme au puits de Jacob ; qui, lorsqu'elle l'entendit, et qu'elle crut en Lui, elle alla dans la ville et annonça, ”Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait ! celui-ci n'est-il point le Christ ?” Or plusieurs des Samaritains de cette ville-là crurent en lui, ils le priaient de demeurer avec eux ; et il demeura là deux jours ; et plusieurs entendirent et crurent à cause de ses propres paroles, disant, “Nous-mêmes nous l'avons entendu, et nous connaissons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde.” Il leur donnèrent de voir, d'entendre, de croire et d'avoir la vie éternelle. Oh si les hommes voulaient regarder à Lui, venir à Lui, et apprendre de Lui ; bénis sont ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la gardent. “J'ai caché ta parole dans mon coeur,” a dit David ; “le Seigneur est ma Lumière et mon salut.” Et il priait disant, “Oh envoie Ta Lumière et Ta vérité !” Oh, si tous vos rois et dirigeants pouvaient d'une même pensée que le roi David, et d'un même esprit, et qui a dit, “Pourquoi s'agitent les nations, et les peuples méditent-ils la vanité ?Les rois de la terre se lèvent, et les princes consultent ensemble contre l'Éternel et contre son Oint. Et maintenant, ô rois, soyez intelligents ; vous, juges de la terre, recevez instruction : Servez l'Éternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement ; Embrassez le Fils, de peur qu'il ne s'irrite, et que vous ne périssiez dans le chemin, quand sa colère s'embrasera2 tant soit peu. Bienheureux tous ceux qui se confient en lui !”

Oh ! si les rois, les dirigeants, et les grands hommes, voulaient entendre et écouter le Roi des rois, et Seigneur des seigneurs, et se rappeler que se sont les débonnaires qui hériteront de la terre, et que Dieu donne plus de grâce aux humbles ; mais les hautains, il les voit de loin ; Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu. Voyant que vous êtes tous éclairés, tournez vos pensées vers la Lumière ; “Toutefois il y a un esprit qui est dans les hommes, et le souffle du Tout-puissant leur donne de l'intelligence.” Il est dit, “Les grands hommes ne sont pas toujours sages ; les gens âgés ne comprennent pas non plus le jugement.” Il est difficile pour un homme riche d'entrer dans le Royaume des Cieux ; car ils ont de grands biens sur le terre, et de somptueux palais, et ils sont honorés et adorés comme des dieux, et les femmes cousent des coussins pour leurs aisselles, et des fichus pour mettre sur leurs têtes. Le prophète a dit, “Malheur aux femmes qui cousent des coussins pour toutes les aisselles, et qui font des fichus pour mettre sur la tête de toute stature, afin de la chasse aux âmes ! Chasserez-vous les âmes de mon peuple, et sauverez-vous les âmes en vie qui viennent à vous ? Et me profanerez-vous auprès de mon peuple, pour des poignées d’orge et quelques morceaux de pain, pour tuer des âmes qui ne doivent pas mourir, et pour épargner les âmes en vie qui ne devaient pas vivre, en mentant à mon peuple qui entend vos mensonges ?” Ce sont ceux-là qui disent au gens, qu'ils doivent vivre dans le péché jusqu'au terme de leur vie ; et qui leur enseigne à dire, « Ils ont erré loin des voies de Dieu comme une brebis qui périt, et ont suivi les obstinations de leurs mauvais coeurs, et ce sont de misérables délinquants. » Pourtant si quelqu'un met de la nourriture dans leurs bouches, ils parleront de paix ; et si quelqu'un ne met rien dans leur bouche, ils préparent la guerre contre eux.

Ils sont les hommes à gage d'un peuple aveugle ; des guides aveugles qui conduisent des aveugles, et qui méprisent les vrais prophètes, étouffent l'Esprit, et disent du mal de la Lumière qui brillent dans les coeurs des hommes, pour donner la lumière de la connaissance de la gloire de Dieu et de sa Vérité, qui est le sanctificateur des hommes, et le chemin vers Dieu, et la vie de chaque âme vivante ; “Car Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n'a pas le Fils n'a pas la vie. Il est l'ancre de l'âme, sûre et ferme, l,auteur et le consommateur de notre foi, lequel, à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu. Ces choses, Dieu les a fait connaître aux faibles de ce monde, qu'il a choisi afin de confondre ceux qui sont forts, te les choses folles que Dieu a choisi afin de confondre les sages ; des hommes ignorants, comme Pierre et Jean ; mais ils avaient été avec Jésus, et avaient apprit de Lui, et avaient reçu les choses qui leur avait été données gratuitement par Dieu : les manifestations, les révélations et les opérations de l'Esprit, et la consolation venant de lui, leur avait été donnée gratuitement d'en haut. Ils n'avaient pas reçu la foi, la sagesse, et la puissance venant d'un homme, ou par un homme, mais de Christ, en qui demeure toute la plénitude, et de sa plénitude, ils, ils ainsi que les autres ont reçu, et grâce pour grâce. La avait été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venus par Jésus-Christ. Par grâce ils ils ont été fait ce qu'ils étaient, ils croyaient dans la lumière, et marchaient en elle ; et ne l'appelait pas une lumière naturelle, comme le font les marchants de Babylone. Christ a dit, « Or c'est ici le jugement, que la lumière est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises ; »

Christ apparaît une seconde fois à ceux qui le recherchent, Héb 9:28 ; Prenez garde que vous ne refusiez pas celui qui parle, [remarque, il parle maintenant en vous.] Ici, cela ne dit pas, celui qui parlait, qui avait parlé, ou qui voudrait parler, mais celui qui parle ; maintenant écoutez-le, car il parle venant des cieux. Tandis qu'il appelle aujourd'hui, écoutez-le ; car la nuit vient, et l'obscurité totale sera la part de tous ceux qui rejettent un si grand salut, un si grand amour, miséricorde et bonne volonté. Car Christ parle très clairement dans les hommes, et aux hommes de capacité et compréhension faible ; de sorte que cela n'a pas besoin d'être dit, Qui montera.. pour nous l'amener. Mais, pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin que personne vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, voir 1 Jean 2:27. Cette onction est en eux. Oh si seulement l'homme pouvait entendre les paroles de son enseignant ! Combien de fois a-t-il appelé par ses prophètes et apôtres, et les Écritures qui ont en elles plusieurs appels, de venir et d'écouter ce que l'Esprit dit ; et nul ne peut être sauvé si ce n'est ceux de toutes les nations qui marchent dans la lumière de l'Agneau. Oh si seulement les hommes pouvaient considérer, et se détourner du mal, et cesser de suivre l'homme, et se rassembler à Christ, la Parole qui demeure pour toujours, qui ne faillit jamais les prophètes ou les apôtres, ni aucun homme qui croit en Lui. Il est le Rocher des Âges, la pierre maîtresse, élue et précieuse, et celui qui croit en elle ne sera jamais confus. Ceci est le fondement de toutes les générations justes, qui les porte dans toutes leurs souffrances ; voir Héb 11. Toute autorité lui a été donnée dans le ciel et sur la terre. « Et à tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. »

Ce bref témoignage que j'ai eu dans mon esprit pendant un certain temps, de laisser derrière moi, comme une invitation d'amour, à venir vers Celui qui est donné gratuitement de Dieu à l'humanité entière, et qui demande à tous de venir à Lui.“Ho ! quiconque a soif, venez aux eaux, et vous qui n'avez pas d'argent, venez, achetez et mangez ; oui, venez, achetez sans argent et sans prix du vin et du lait. Pourquoi dépensez-vous l'argent pour ce qui n'est pas du pain, et votre labeur pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-Moi attentivement, et mangez ce qui est bon ; et que votre âme jouisse à plaisir des choses grasses.” Et encore, “Voici, je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu'un entend ma voix et qu'il ouvre la porte, j'entrerai chez lui et je souperai avec lui, et lui avec moi.”; Et Jean 4:14 ; “Celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, moi, n'aura plus soif à jamais ; mais l'eau que je lui donnerai, sera en lui une fontaine d'eau jaillissant en vie éternelle.”

Vous tous qui lisez ces lignes, je désire que vous preniez le conseil de Dieu, et que vous sortiez de Babylone, et que vous n'ayez pas part à ses péchés. Elle est dans cette sagesse qui est d'en bas, qui est terrestre, sensuelle et diabolique ; elle est pleine de sang, et elle est l'abomination de toute la terre, et ses plaies seront assurément déversées sur elle, et ses grands et riches marchants auront part à ses plaies, et sa coupe d'or avec laquelle elle s'est enivrée, tous verront qu'elle n'est d'aucun bénéfice pour l'âme.

Mais la sagesse d'en haut est premièrement pure, ensuite paisible, modérée, traitable, pleine de miséricorde et de bons fruits. C'est la véritable sagesse céleste, écoutez sa voix vous les fils des hommes ! et prenez son conseil ; « Ses voies sont des voies agréables, et tous ses sentiers sont paix. »

Jean Gratton

___________________________________

Un épître aux Amis de la Pennsylvanie.

En vérité amis bien aimés,

Mahlon Stacy, Jean Wilford, George Wood, Jean Blunstone, Francis Davenport, Samuel Jennings, Job Bunting, et tous les autres chers amis comme s'ils étaient nommés, qui vivent tout près de vous intérieurement ou extérieurement, mon amour sincère dans la vérité bénie vous salue tous tendrement, ainsi que vous chères épouses et familles bien aimées, soufflant vivement au Seigneur, la fontaine d'eaux vives pour vous, afin que vous puissiez être conservés et préservés vivants, fidèles et fructueux dans la Vérité bénie, dans laquelle seules vos âmes sont rendues capables de rester avec Dieu dans tous les temps de trouble ; loué soit-Il pour toujours.

Chers amis, le lourd sentiment de la manière dont les choses ont été pendant un certain temps, et qui sont toujours ainsi parmi vous, fit en sorte que je me suis souvent incliné devant le Seigneur secrètement en esprit, n'ayant personne d'autre pour apaiser mon âme attristée que Lui seul, qui prend connaissance de tous nos gémissements et soupirs ineffables. Et j'espère que dans son immense miséricorde, amour et pitié, comme il nous a aidé auparavant, il apparaîtra encore pour notre aide, notre préservation, notre réconfort et notre consolation, si nous prenons soin de demeurer humbles et intérieures, inclinés humblement devant Lui, attendant pour sa pure apparition dans notre homme intérieur. Emmanuel, Dieu avec nous, est connu comme étant merveilleux, conseiller, le Dieu tout puissant, et Prince de Paix, capable de déposséder l'homme des péchés, qui s'oppose, et qui voudrait s'exalter lui-même au-dessus de tout ce qui est appelé Dieu. Mais, béni soit le Seigneur notre Dieu ! il nous a rendu capable de dire en vérité, “Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde ;” de sorte que nous appuyons le fait que le témoignage de l'apôtre est vrai, “ce qui se peut connaître de Dieu est révélé en l'homme ; car Dieu le leur a manifesté.” Par conséquent, chers amis, gardez vos pensées pour l'apparition de Dieu, qui est notre Sauveur, et il n'y en a pas d'autre que Lui. Et réjouissez-vous et louez-le pour sa grande miséricorde envers nous, de s'être fait connaître à nous ; et pour ceux qui se gonflent de ce qu'ils connaissent de Dieu à l'extérieure d'eux-mêmes, ayez pitié d'eux, priez pour eux, et prenez grade pour ne pas vous empêtrer ou d'être pris au piège par eux. Car, selon la teneur des Saintes Écritures, nous devrions être reconnaissant pour ce que nous connaissons de Dieu en nous, si ce qui doit être connu de Dieu est révélé en nous. Ainsi, vous devrions aussi considérer le fait que le Tout Puissant est libre, et il dispense la connaissance selon son bon plaisir, et révèle ce qui lui plait comme cela lui plait aux fils des hommes. Et si cela lui plait de révéler plus à un autre qu'à moi, Je devrais être content, et faire bon usage de ce que j'ai ; et ne pas envier mon frère parce qu'il a plus, ni l'exalter ; ni mépriser mon frère qui a moins que moi, mais considérer qu'aucun homme n'a autre chose que ce qu'il reçoit d'en haut ; et que c'est Dieu qui fait que les hommes sont différents. Et celui qui améliore ce qu'il a reçu gratuitement, aura une augmentation ; « Car à quiconque a, il sera donné, et il sera dans l'abondance ; mais à quiconque n'a pas, cela même qu'il a sera ôté. »

Mes chers amis, regardons à l'intérieur, et attendons pour ce qu'il plait au Seigneur de révéler, et prenons conseils de Lui, et demeurons en Lui et en son conseille, et ne nous efforçons pas du tout sans Lui ; mais voyons à ce que nous fassions tout dans l'esprit doux et paisible de l'Agneau, car l'Agneau aura la victoire, oui et il l'a et il règne, gloire à Dieu pour toujours. Ainsi, les Adam déchus, les ego corrompus, avec toutes leurs connaissances, leurs arts, leurs langues, leurs études, leur foi, et leur commerce, doivent tous tomber et venir à rien, car seul le Seigneur sera et est exalté au dessus de tous.

Chers amis, comme il est dit, se Seigneur aura la victoire, ainsi il est observé et pleinement et clairement vu en tout lieu, là où sa vie, sa lumière, son amour, sa douceur, sa patience, as gentillesse, sa patience, sa pureté, sa sagesse et sa vérité sont manifestes, et gardés à l'intérieur, la victoire est obtenue par l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde, et qui sauve de cela, tous ceux qui le reçoivent vraiment, et leur donne le pouvoir de devenir des fils de Dieu, et pour conquérir et obtenir la victoire sur le malin. Oh, par conséquent, amis et frères, demeurez en lui, et assurez-vous de vivre dans une connaissance sensible afin qu'il demeure en vous, alors que vous puissiez vous rappeler qu'il a prié son Père, pour que nous puissions être en Lui, et Lui en nous ; ceci est précieux, Christ en nous l'espérance de la gloire, le grand mystère de Dieu. Retenez ceci fermement, cachez-Le dans votre coeur, laissez-Le être le chef en vous, régnant secrètement dans vos âmes, obéissez-Lui, et vivez dans un sentiment sensible de sa vie, de sa lumière, de sa joie, et de son réconfort.

Amis, restez ici et vous en connaîtrez suffisamment, vous ne manquerez de rien si vous appréciez ceci ; mais si vous aviez toute connaissance sans ceci, tous les langages, les mystères, oui, la foi pour soulever des montagnes, et que vous n,aviez pas cet amour, tout ceci ne servirait à rien. 'est Lui dont les lèvres préservent la véritable connaissance, Il enseigne la voie de Dieu ; vraiment, aucun autre homme ne pourrait parler comme Lui. En l'écoutant, chers amis, il nous garde dans la communion, l'unité et la fraternité avec Dieu et les uns avec les autres, et dans la paix qui surpasse l'entendement des sages érudits de ce monde. C'est la meilleure connaissance, de connaître Dieu comme étant notre Dieu, Jésus-Christ comme étant notre Seigneur et Maître, notre chef et notre législateur, et merveilleux conseiller. Oh ! voyons ceci comme notre connaissance, et attendons, veillons et prions afin de grandir en Lui ; et fuyons les querelles, les conflits, les vaines disputes et les arguments insignifiants, car la victoire appartient à l'Agneau et et tous ceux qui demeurent en Lui auront la victoire ; par conséquent veillez en Son nom, et souffrez avec Lui. Ses souffrances sont très grandes, oui, merveilleuses à ce jour, et plusieurs souffrent avec Lui, oui, et aussi ils régneront avec Lui ; ceux-là savent que leur victoire vient à travers les souffrances. Voici l'Agneau de Dieu, reconnaissez sa nature divine en votre homme intérieur, et soyez réunis à cet endroit et revêtez-le, et soyez vêtus avec Lui, de sorte qu'il puisse vous embellir par sa propre beauté ; ainsi connaîtrez-vous l'armure de lumière, oui l'armure entière, malgré toutes les flèches et tous les dards enflammés qui vous ont été lancés, elle demeure pourtant une armure à toute épreuve. Conservez là, chers amis ; n'allez pas dire, ni faire, ni penser rien qui soit contraire à la divine volonté, mais apprenez dans le silence et la tranquillité ; surveillez ce que dit le Seigneur, car nul ne peut faire son oeuvre, ni aucun des fils des hommes ne peut faire ce qu'Il fait. Alors, laissez lui avoir la prééminence qui lui revient, et être tout en tous et alors il y aura un terme à la souffrance, et une paix sur terre, aux hommes de bonne volonté s'ensuivra, et gloire au Dieu très haut. Comme nous expérimentons ceci nous sommes rachetés de la terre par Lui, et hors du mal qu'elle renferme, étant les fidèles de l'Agneau, le suivant partout où Il va, et peu importe ce qui peut s'élever contre eux, rien ne peux prévaloir, for Aucun instrument formé contre eux ne réussira, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre eux. Le Seigneur est connu à ce jour par un reste, béni soit son Nom, qui est Seigneur et Christ, oui, notre rocher de secours sûr, notre force, notre puissance, notre vie, notre droiture, notre sanctification et notre salut ; oui, tout ce que nous sommes pour Dieu, nous le sommes en Lui, et en Lui seul.

Chers Amis, demeurez collés à Lui en esprit ; son tabernacle est ici avec nous, et nous trouvons ses délices dans les fils des hommes, et pour faire sa demeure dans la partie habitable de la terre. Par conséquent, chers amis, entrez dans le temple, et attardez-vous là avec Lui, et regardez à Lui, et si un autre a dit voir plus de Lui que ce que vous voyez, restez tranquille et ne regardez pas à l'homme, mais prenez garde ; car Christ a dit, “Voici plusieurs vous diront, Voici, le Christ est ici, ou : Voici, il est là, ne le croyez pas.” Mais veillez et priez, et ne laissez personne vous séparer de Lui ; et ce qu'Il vous montre clairement du Père, soyez reconnaissant pour cela ; le plaisir est la meilleure connaissance, et garde l'âme simple, humble, douce, patiente, gentille, sainte, inoffensive, tranquille et paisible. Tandis que la connaissance qui est sans plaisirs s'enfle, s'exalte, et n'est pas gentille, ni sainte, ni inoffensive, mais blessante et dangereuse, emportant l'esprit paisible loin de Dieu, comme le corbeau qui fuyait loin de l'arche de Noé, et qui ne revenait pas.

Qu'est-ce que l'homme en dehors de Jésus-Christ le chemin, la vérité et la vie, la puissance de Dieu ? Vraiment rien, Pire que rien ; mais en lui, l'homme revient pour se tenir debout à l'image de Dieu. Il est le don inexprimable, tenez ferme en Lui, conduisez-vous comme des hommes, soyez forts dans le Seigneur dans la puissance de sa force ; rappelez-vous ses actions nobles, il a fortifié le faible qui avait foi en Lui, bien qu'ils étaient faibles, il éteignit la violence du feu, ferma la gueule des lions, mit en fuite les armées des étrangers, oui, la mort et la tombe furent conquises par Lui qui est la conquérant, et qui donne la victoire à tous ses véritables disciples et fidèles, et les rend capables de vaincre, et ses promesses sont à ceux qui sont grands et précieux. Lisez-les avec l'Esprit, comme suit ; “À celui qui vaincra, je lui donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est au milieu du paradis de Dieu ; il ne souffrira pas de la seconde mort ; je lui donnerai à manger de la manne cachée ; et je lui donnerai un caillou blanc, et sur le caillou un nouveau nom écrit, qu’aucun homme ne connaît sinon celui qui le reçoit ; je lui donnerai pouvoir sur les nations, et je lui donnerai l’étoile du matin, celui-là sera vêtu de vêtements blancs, et je n’effacerai pas son nom du livre de vie ; mais je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges ; je ferai de lui un pilier dans le temple de mon Dieu, et il ne sortira plus dehors ; et j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, qui est la nouvelle Jérusalem, qui descend du ciel, depuis mon Dieu, et j’écrirai sur lui mon nouveau nom. je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, il héritera de toutes choses, et Je serai son Dieu, et il sera mon fils,” a dit le Seigneur.

Ceux qui ont vaincu, ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ; et ils n'ont pas aimé leur vie, même jusqu'à la mort. Ils sont passés par la grande tribulation, et ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. Ils sont restés devant le trône de Dieu, C'est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu et le servent jour et nuit dans son temple ; et celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux. Ils n'auront plus faim et ils n'auront plus soif, parce que l'Agneau qui est au milieu du trône les paîtra et les conduira aux fontaines des eaux de la vie, ils ont le nom de leur Père écrit sur leur front, ils chantent un cantique nouveau devant le trône, ils ont été rachetés de la terre, et ne sont pas souillés avec le péché, suivent l'Agneau où qu'il aille ; ceux-ci ont été achetés d'entre les hommes, des prémices à Dieu et à l'Agneau ; dans leur bouche il ne se trouve aucune fourberie, car ils sont sans fautes devant le trône de Dieu. ils ont la patience, ils gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus, et Il a vaincu ; car Il est Seigneur des Seigneurs, et Roi des rois, et ceux qui sont avec Lui sont appelés, choisis et fidèles. Bienheureux sont ceux qui gardent ses commandes, afin qu'ils aient droit à l'arbre de vie et qu'ils entrent par les portes dans la cité.

Mes chers amis, quels doux encouragement que nous avons là. Puissions-nous en faire notre affaire de connaître et d'expérimenter ces choses, selon nos mesures, et demeurons dans l'amour de Dieu, et vivons en cela et aimons-nous les uns les autres ; ceci nous amènera sérieusement à désirer et à travailler pour pour le bien et le bien-être des uns des autres, et de toute l'humanité. Nous ne pouvons être réellement religieux en dehors de son amour ; en ceci c'est ce que nous ressentons les uns pour les autres, en tant que véritable membres du corps, duquel Christ est le chef ; en ceci nous aimons en tant que frères, et nous sommes prêt à nous laver les pieds les uns les autres. Mais si un homme dit, qu'il aime Dieu, et haïsse son frère, il est un menteur. Et nous avons ce commandement de sa part, que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère. « Je vous donne un commandement nouveau, que vous vous aimiez l'un l'autre ; comme je vous ai aimés », a dit Christ notre Seigneur ; « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour entre vous. » Ceci est une marque certaine d'un véritable disciple. Mais les faux apôtres ne peuvent aimer les vrais.

Amis, gardez la demeure dans laquelle Dieu vous a rassemblé, à savoir : l'esprit de douceur, d'amour, de gentillesse, de patience, de pureté, de vérité ; souffrez calmement en lui, et avec lui, car il vaincra tout, et alors vous, alors que vous demeurez en cela, vaincra par cela. Je suis très heureux que vous n'ayez pas paru par écrit, et vraiment navré G. K. et G. H., avec les autres ont, que par cette occasion il fut donné aux ennemis de la Vérité bénie de parler en mal d'elle. Je désire que vous ne vous mêliez pas de cette question, sauf si le Seigneur vous y contraint par son Saint-Esprit, mais laissez la cause entre les mains de Dieu, Il la plaidera. Et si en parole, ou autrement, vous avez mal agi, reconnaissez votre faute, et cherchez à préserver son honneur, sa vérité et son nom et n'en recherchez rien pour vous-mêmes, ni de combattre ensembles, car vous êtes frères, si vous êtes bien ce que vous professez. Mais soyez gentils, longanime, et attendez-vous à Dieu, et quoiqu'il offre que vous fassiez, faites-le et gardez-le dans un sens de l'amour de Dieu, et ceci vous rendra fructueux devant Lui et les hommes, et restez dans la foi vivante, qui n'est pas sans les bonnes oeuvres, mais elle oeuvre par amour pour la louange de son auteur et consommateur ; et votre Enseignant sera avec vous, et vous comblera de sa miséricordieuse bonté, de sa sagesse et de sa force. Si Dieu est avec nous, qui peut être contre nous ? Assurément personne. Par conséquent, ne regardez pas dehors, chers amis, à l'arbre de la connaissance, même s'il semble agréable à l'oeil qui n'est pas unique, mais il convoite pour être quelque chose de plus que ce que Dieu en a fait, et recherche sa propre exaltation et son honneur. Mais prenez bien soin de connaître ce qu'est un être qui est vraiment gardé dans l'alliance avec le Seigneur.

Chers amis, que seulement ceux qui pensent qu'ils volent dans les troisièmes cieux, et qui courent dans de grandes choses, de grandes visions, et de profonds mystères ; pourtant aimez-les, et cherchez la paix autant que que cela dépend de vous. Et s'il y en a qui s'offusquent en vous voyant, parce que vous ne voyez pas ce qu'ils prétendent voir, supportez-les patiemment, car ils ne devraient pas agir ainsi ; l'apôtre Paul n'agissait pas ainsi, mais il devint toutes choses pour tous, cherchant à gagner tous le monde à Christ Jésus ; il en est de même pour tous ceux qui demeurent dans le même esprit de nos jours. Ils se réunissent en Lui, c'est à dire en Christ, le don de Dieu pour toute l'humanité, et en tous, selon leur mesure ; le Seigneur remplira plusieurs avec lui, et Il doublera notre portion de lui, si telle est sa volonté bénie. C'est là en effet notre trésor, et par lui nous sommes guidés et conduit dans toute vérité, et nous sommes en mesure de croire toutes choses qu'il y a d'écrit dans les Saintes Écritures de vérité, concernant notre Seigneur Jésus-Christ, et nous le connaissons en tant qu'auteur de notre foi, et non en tant qu'homme. Aucun homme ne peut nous donner une foi qui puisse être vivante et vraie ; aucun homme en possède le pouvoir ; pourtant les hommes peuvent être libre de donner une réponse de leur foi, si le Seigneur l'exige ; mais méfiez-vous des hommes qui courent dans des questions inutiles, des disputes douteuses, et de vains arguments, issus de leurs propre volonté, et sagesse. Souvenez-vous que le Christ notre Seigneur gardait parfois le silence devant ces gens là ; par conséquent, si un ami de Dieu est amené à engager une relation en ce que le Seigneur, par sa grâce gratuite, les a amené à croire ; laissez-le faire dans son obéissance au Seigneur, et cela est bien ainsi. Mais si un ami ou des amis ne sont pas encore parvenus à croire à tous égard ce qu'il fait, ne les laissez pas être offensé contre lui, parce qu'ils sont faibles, mais exhortez-les comme Paul avait fait avec quelques anciens, que dans les choses auxquelles ils sont parvenus, marchez dans la même règle, ayez le même sentiment, et attendez-vous à Dieu pour être transporté de foi en foi, et de grâce en grâce, par et dans l'esprit du Seigneur, non par l'homme ; « Car l'homme ne peut ajouter une coudée à sa stature », peut importe tous ce qu'il peut faire ; non plus, ce n'est pas Chrétien pour quiconque de s'offenser contre ses frères, s'ils ne croient dans tous les égards comme lui le croit ; car on doit permettre aux enfants d'avoir du lait, et non pas les forcer à recevoir de la nourriture solide tant qu'ils ne seront pas capable de la digérer. Et les tendres pères ont soin d'administrer une telle nourriture nécessaire à leurs enfants alors que cela est nourrissant et que ça tend à leur croissance et à les fortifier, et c'est pour eux une joie de les voir dans une condition robuste, et qu'ils grandissent jusqu'à devenir de jeunes hommes, et d'avoir la parole de Dieu qui habite, et demeure abondamment et richement en eux. Oh ! puissions-nous tous oeuvrer pour ceci, plutôt que de s'offenser contre eux, parce qu'ils ne voient pas, ne savent pas, ou ne croient pas tout ce un père croit, il les renie pour cela ; Oh, ce n'est pas naturel, c'est méchant, inhumain, par conséquent, ce n'est certainement pas Chrétien.

Ainsi, mes amis, demeurez humbles et demeurez dans le doux esprit de l'agneau, qui a profondément souffert pour nous, et qui a passé par beaucoup de faiblesses, et nous a aidé à oindre nos yeux, et nous a donné de voir les choses faites pour notre paix, ouvrant les paraboles pour nous. Demeurons près de Lui, et ainsi par Lui nous seront affermis en toute bonne oeuvre et en toute bonne parole, pour sa gloire, sa louange et sa renommée pour toujours, amen.

Combien mon amour coule secrètement pour vous, de l'exercice que mon âme avait pour vous ; vous êtes chers à mes yeux et proches de moi. Je devrais me réjouir de vous voir, et d'être parmi vous une petite saison, dans la volonté de Dieu ; mais je pense que je ne dois plus jamais voir vos visages, c'est à dire dans le corps. Mais j'ai espéré dans le Seigneur, vous rencontrer dans le Royaume de notre Père de gloire, et d'habiter avec vous pour toujours. Ceci m'a aidé à me consoler plus d'une fois, quand je pense à vous, bien que je pourrais souhaiter, si cela plait au Seigneur, de vous voir soit ici ou là. Chers Amis, priez pour moi, et pour tous le troupeaux de Dieu, partout, car nous savons pas ce que nous avons encore à rencontrer. Nous devons être éprouvés, et sondés de plusieurs manières, et ceux qui seront approuvés seront rendus manifestes, et ceux qui seront autrement seront connus. Oh ! puissions-nous être de ceux qui sont approuvés pour toujours.

Je vous en remet tous au Seigneur, en sachant qu'Il est capable de vous garder de la chute ; et je vous salut tous très chèrement, ceux que je connais de visage, et ceux que je ne connais pas, qui sont de vrais Amis, et qui demeurent dans celui en lequel ils ne peuvent être autre chose. Je pris Dieu d'être avec vous tous, et tous à Lui, partout, et qu'Il nous garde tous par sa propre puissance, adaptés et préparés pour lui-même, et qu'en toutes choses il nous permette d'être fructueux, de toutes manières pour sa louange, sa gloire, son honneur et sa renommée, et pour la joie éternelle de nos âmes, pour notre réconfort, et notre consolation ; qu'il en soit ainsi Oh notre Seigneur ! car vos seuls êtes capables de dire, Amen à cela en vérité. Or priez vos chers Amis et frères dans le service et les souffrances de la Vérité bénie, qui vit te demeure pour toujours.

Jean Gratton

Écrit à Monyash, au cours du septième mois, 1693.

_________________________________

Une copie d'une lettre que j'ai envoyé à une personne, après avoir eu une discussion avec lui à sa maison, au cours du dixième mois, 1694.

Ami bien aimé, c'est dans un amour véritable que je t'écris ces lignes. Cela est pour moi cause de douleur, que vous, étant juge, et sachant combien les hommes ont été lésés ces jours ci en prêtant serment, et cela vous a attristé que vous ne puissiez pas apaiser vos tranquilles et paisibles voisins, pourtant vous êtes en faveur de prêter serment, en dépit du fait que ce soit clairement et totalement interdit, par notre Seigneur Jésus-Christ et l'apôtre Jacques, et qu'ils ont instaurés oui et non au lieu d'un serment, en disant, « Tout le reste vient du malin. »

La Loi disait, “Vous ne jurerez point faussement par mon nom ;” ainsi la Loi interdit les faux serments, mais Jésus le Christ a interdit tout serment ; et nous avons le commandement de l'écouter. Christ n'est-il pas plus grand que Moïse, et au dessus des anges et des hommes ? Oui ; alors assurément que nous devons obéir à ses commandements. N'est-ce pas que toutes puissances lui ont été remis, dans les cieux et sur la terre ? Alors les puissances de la terre ne devraient-elles pas lui obéir ? N'est-ce pas Lui qui doit ordonner ce qui est juste ? Y a t-il une seule commande dans toutes les Saintes Écritures concernant les serments, depuis que Christ a dit, “Ne jurez pas du tout ?” Il est clair, Christ était avant la Loi, ou le péché et la transgression ; à cause desquelles la Loi fut ajoutée, jusqu'à ce que vienne Christ la Semence. Mais Il est venu, et à tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. Les enfants de Dieu ne doivent-ils pas être crus sans serment ? Au commencement ce n'était pas ainsi. Les Fils de Dieu sont de vrais hommes, leur oui est oui ; ils disent la vérité à leurs prochains ; mais les fils de Bélial sont de faux hommes, on ne peut croire leurs serments.

Christ a dit, ne jurez pas ; mais vos juges disent, jurez. Mais jugez vous-mêmes qui nous devrions écouter. Encore, Christ a dit, “Je suis la Lumière du monde.”; Si c'est ainsi, alors cette lumière est divine, et on devrait y croire et y marcher.

À nouveau, Christ a dit, « Vous, soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » Est-ce que Christ commande quelque chose d'impossible ? Lisez Éph 4:3-14, où l'apôtre dit pour quel service certains hommes reçoivent des dons, qui pour : les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs ; pour le perfectionnement des saints, pour l'oeuvre du ministère, jusqu'à ce que nous parvenions tous à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus, qui marchent, non pas selon la chair, mais selon l’Esprit. » ; ceux-ci n'ont qu'un seul Seigneur, et ils ne servent pas deux maîtres ; ceux-ci sont purs, car il n'y a aucune chose impure en Christ. Il leur a dit de demeurer en Lui ; et il a dit, « tout sarment en moi qui porte du fruit, mon Père le nettoie, afin qu'il porte plus de fruit. » Donc il est clair, que les hommes peuvent être réellement, parfaitement, sincèrement, des enfants ou des branches, ils peuvent croître de force en force, foi en foi, dans et par l'Esprit du Seigneur, pourtant être de parfaits enfants, et croître pour être de jeunes hommes, et vaincre le malin, et toujours croître pour être des pères, et toujours courir droit au but pour le prix de l'appel céleste de Dieu dans le Christ Jésus. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons ce sentiment. Ceci est la perfection dont nous parlons ; nous ne voulons pas dire une perfection à laquelle rien ne peut être ajouté.

Il serait vain pour nous de courir après et oeuvrer pour atteindre un lieu céleste en Christ Jésus, si cela était inaccessible ; et s'il s'agit d'un lieu céleste, c'est parfaitement cela, car les cieux n'admettent aucune mixture. Si nous sommes des enfants de Dieu, nous sommes parfaitement cela, car nous ne pouvons pas être des enfants de Dieu et aussi du diable, ni un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un arbre corrompu produire de bon fruits. Pourtant les bons arbres poussent alors qu'ils sont alimentés à partir de la racine, et la racine les supportent, et non eux qui supportent la racine. Ainsi les enfants sont réels, de parfaits enfants, participants de la même nature avec les jeunes hommes et les aînés, mais la racine, Christ, est en tous.

Je n'attribue rien à l'homme dans tout cela, car Dieu est le grand laboureur, qui travaille en nous, et pour nous ; car il sème ses graines dans tous les sols, et donne de ses talents à tous. Aucun homme n'a rien qui est bon, mais ce qu'il reçoit d'en haut, car tout ce qui nous est donné de bon et tout don parfait descendent d'en haut, et la gloire de tout cela Lui appartient, à Lui qui est Dieu sur toutes choses, béni éternellement, amen.

Ceci est écrit dans l'amour véritable, avec le désir d'être mieux compris ; car nos principes sont chrétiens, ils résonnent et s'accordent avec les Saintes Écritures, mais le monde nous déteste, nous fait du tort, et nous dénature, nous et aussi nos principes. Je souhaite que nous et nos principes soient mieux connus de tous les hommes, car nous sommes haïs sans juste cause. Je prie pour que Dieu pardonne à ceux qui qui font cela, et suis votre véritable ami en toute sincérité.

Jean Gratton

_______________________________

Christ est tout, et en tous ; ou un véritable témoignage concernant Jésus Christ, l'insondable don de Dieu, qui a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle.

Christ set venu dans le monde sous la forme d'un serviteur, et alla en faisant le bien, et la guérison de toutes sortes de maladies ; pourtant le monde ne le connaît pas, bien que le monde a été fait par Lui. Il prêcha l'Évangile, après qu'Il eut été baptisé par Jean dans le Jourdain, et le Saint-Esprit est descendu des Cieux comme une colombe sur Lui, et le Seigneur, par une voix des cieux, a dit, « Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j'ai trouvé mon plaisir, écoutez-le. » Alors Jésus fut emmené dans le désert par l'Esprit pour être tenté par Satan, mais Jésus fut vainqueur, de sorte qu'il le laissa, et voici, des anges s'approchèrent et le servirent. Ayant ainsi brisé la tête du Serpent, il alla en conquérant et pour conquérir, et prêcha l'évangile du Royaume de Dieu, disant, « Le temps est accompli, et le royaume de Dieu s'est approché : repentez-vous et croyez à l'évangile. » Il alla dans leurs synagogues, et prêchant l'évangile du royaume, et guérissant toute sorte de maladies et toute sorte de langueur parmi le peuple ; on lui amena tous ceux qui se portaient mal, qui étaient affligés de diverses maladies et de divers tourments, et des démoniaques, et des lunatiques, et des paralytiques, et il les guérit.

Il prêcha la merveilleuse, bonne et sainte doctrine, telle qu'elle apparaît par son sermon sur la montagne, où son conseil était doux, précieux et profitable pour tous pour le mettre en pratique. Il leur enseigna comment vivre, comment prier et comment plaire à Dieu en toutes choses ; tellement que le peuple était dans l'étonnement face à sa doctrine. Il montra l'amour infinie pour le corps et l'âme ; redonna la vue aux aveugles, l'ouïe à ceux qui étaient sourds, la parole aux muets, les boiteux marcher ; il purifia les lépreux, il guérit les paralysés, il chassa les démons, ressuscita les morts, et eu de la miséricorde pour le pire des hommes, fit se détourner les percepteurs d'impôts et prostituées de leurs mauvaises voies. Il changea l'eau en vin, et nourrit plusieurs milliers avec quelques miches et des poissons ; il prononça de merveilleuses paraboles, sa doctrine était plus excellente que ce que l'homme avec toute sa sagesse pourrait comprendre. Il démontra un grand amour et de la pitié pour des gens de toute sorte, et une grande aversion pour tout le mal, l'hypocrisie et le péché ; pourtant il encouragea les gens à se repentir et à se détourner de ces choses, et à venir à Lui afin d'être guérit, et lui obéir ; aucun de ceux-là ne fut rejetés par Lui.

Mais que dirai-je ? Qui peut déclarer ce qu'Il a fait ! Cela est impossible à déclarer, sa bonté surpasse la compréhension de toute l'humanité ; Il a accomplit la Loi de Moïse jusqu'au moindre iota ou seul trait de lettre, et il était si saint, inoffensif, juste, droit, et bon, qu'aucun homme n'a pu l'accuser de péché. Il était et il est la fin de la loi pour la droiture à tout croyant. Il a souffert pour nous, le juste pour les injustes, afin qu'il nous amenât à Dieu ; il a donné sa vie en rançon pour tous, et goûté la mort pour chaque homme. Il s'est offert lui-même à Dieu, comme d'un agneau sans défaut et sans tache. Il offrit son âme en sacrifice à la mort pour le péché, et il fut un sacrifice propiciatoire, notre pâque, sacrifié pour nous, il s'est offert lui-même une fois pour toutes, et par une seul offrande, il a rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés. Ceux qui l'ont reçu dans l'amour de Dieu, il oeuvre en eux et pour eux, il fait d'eux de nouvelles créatures, et vivifié ceux qui étaient morts dans leurs transgressions et leurs péchés. Il est la résurrection et la vie ; « Celui qui croit en moi », il a dit, « quand même il serait mort, il vivra ; et celui qui vit et qui croit en moi, ne mourra jamais. »

Il est notre pacificateur, le Prince de paix, notre réconciliateur avec Dieu, la parole de réconciliation ; il est la véritable lumière qui éclaire chaque homme qui vient dans le monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.—il est notre sagesse, notre droiture, notre sanctification et notre rédemption, notre vie, notre force et notre chemin vers Dieu, notre tout en tous.

Oh ! les bénéfices, les avantages, les faveurs, les bénédictions et les miséricordes accroissant par la venue de Christ dans le monde, par sa vie et sa mort dans le monde et pour le monde, perfectionnant l'oeuvre de notre salut, sans aucun mérite de l'humanité ; Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. Il y en avait aucun dans cette condition juste, non, pas un ; il y en avait aucun qui exerce la bonté, ils se sont tous ensembles rendu inutiles, ils n'ont point connu la voie de la paix, il n'y a point de crainte de Dieu devant ses yeux. ; pourtant alors que nos étions encore sans force, au temps convenable, Christ est mort pour des impies. Dieu fait valoir son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. C'est ici l'amour, non pas que nous l'avons aimé, mais Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, de sorte que par la grâce de Dieu Il goûta la mort pour chaque homme. L'amour du Christ nous presse, en ce que nous avons jugé ceci, que si un est mort pour tous, tous donc sont morts, et qu'il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité. Ainsi toutes choses sont de Dieu, et rien de l'homme dans cette grande oeuvre du salut, mais toutes de Dieu, « qui nous a réconciliés avec lui-même par Christ, et qui nous a donné le service de la réconciliation ; savoir, que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes et mettant en nous la parole de la réconciliation. Nous sommes donc ambassadeurs pour Christ, -Dieu, pour ainsi dire, exhortant par notre moyen ; nous supplions pour Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! Celui qui n'a pas connu le péché, il l'a fait péché pour nous, afin que nous devinssions justice de Dieu en lui. »

Il apparaît tout à fait par les Saintes Écritures, qu'après que le Christ ait abondamment bénéficié le monde tandis qu'il y vivait, qu'il ait aussi, par sa mort, fait plus de bien à toute l'humanité au delà des mots, oui, au delà de la compréhension de l'homme. Quoi, à toute l'humanité ? Oui, aux ennemis, aux pécheurs, aux hommes impies, comme cela est clair dans Rom 5:6 ; Car si lorsque nous étions ennemis nous étions réconciliés à Dieu, par la mort de son Fils ; combien plus en étant réconcilié serons-nous sauvés par sa vie. Ainsi nous nous réjouissons maintenant en Dieu à travers notre Seigneur Jésus-Christ, par qui nous avons reçu l'expiation. Il est de bonne volonté pour les hommes, oui pour les ennemis.

Voici un grand avantage par la venue, la souffrance et la mort de Jésus-Christ pour tous les hommes. Premièrement : Le sacrifice est offert, et acceptable aussi, un sacrifice propiciatoire une fois pour toute. Deuxièmement : L'expiation est faite, et une offrande de paix, et cela gratuitement par Jésus-Christ. Troisièmement : La Loi et les Prophètes, ainsi que le baptême de Jean sont accomplis ; de sorte que Christ est la fin de la Loi pour la droiture de tous les hommes qui croient. De sorte que là où le Christ règne, le royaume est venu, la volonté divine est faite sur la terre, et la grâce règne à travers la droiture jusqu'à la vie éternelle. Quatrièmement : Le mur mitoyen de clôture qui sépare le Juif et le Gentil est démoli, et ceux qui autrefois étaient éloignés, ont été rapprochés par le sang de Jésus-Christ, « Car c'est lui qui est notre paix, qui des deux en a fait un ayant aboli dans sa chair l'inimitié, la loi des commandements qui consiste en ordonnances, afin qu'il créât les deux en lui-même pour être un seul homme nouveau, en faisant la paix ;ayant aboli dans sa chair l'inimitié, la loi des commandements qui consiste en ordonnances, afin qu'il créât les deux en lui-même pour être un seul homme nouveau, en faisant la paix » ; ce qui est tant le Juif que le Grec, ayant ainsi tué l'inimitié. Il vint et prêcha la paix, de sorte que « en Christ Jésus ni la circoncision, ni l'incirconcision ne sont rien, mais une nouvelle création. Et à l'égard de tous ceux qui marcheront selon cette règle, paix et miséricorde sur eux et sur l'Israël de Dieu ! » En lui nous avons la rédemption, la libération de l'asservissement au péché par son sang. Étant justifiés gratuitement par sa grâce, à travers la rédemption qui est en Jésus-Christ. Lequel Dieu a établi pour être une propitiation par la foi en son sang, afin de déclarer sa droiture pour la rémission des péchés, commis auparavant, selon la patience de Dieu ; Pour déclarer, dis-je, maintenant sa droiture ; afin qu'il puisse être le juste, et le justificateur de celui qui croit en Jésus. Qui fut livré pour nos offenses, et ressuscité pour notre justification.

Cinquièmement : Lorsqu'il fut monté en haut, il a emmené captive la captivité, et a donné des dons aux hommes ; oui, aux rebelles aussi, selon la mesure du don de Christ, et ceux qui gardent l'unité de l'Esprit par le lien de la paix, sont un seul corps, et un seul esprit. Ils ont un seul Seigneur, une foi, et un seul baptême ; un Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, à travers tous, et en vous tous ; à Lui soit la gloire. « Il y a diversités de dons », a dit l'apôtre, « mais le même Esprit : il y a diversité de services, et le même Seigneur ; et il y a diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. Mais à chacun est donnée la manifestation de l'Esprit en vue de l'utilité commune. » Le même apôtre nous dit la raison pour laquelle ces dons nous sont donnés, c'est : « en vue du perfectionnement des saints, pour l'oeuvre du ministère, pour l'édification du corps de Christ ; jusqu'à ce que nous parvenions tous à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ : le Chef, duquel tout le corps, bien ajusté et lié ensemble par chaque jointure du fournissement, produit, selon l'opération de chaque partie dans sa mesure, l'accroissement du corps pour l'édification de lui-même en amour ».

De tout cela, il est clair que le Saint-Esprit, est répandu ou donné à tous, à chaque homme, à toute chair, selon ce que dit Joël. Christ est donné à tous, le Soleil de la droiture est levé , et brille sur tous, éclaire"chaque homme qui vient au monde. Car en Lui est la vie, et la vie est la lumière des hommes » ; Il est le même aujourd'hui, hier et pour toujours. Oui, il brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas compris. La grâce de Dieu qui apporte le salut, apparaît à tous les hommes ; et ceux qui reçoivent sa grâce, et apprennent d'elle, « Elle leur enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et comment vivre sobrement, dans la droiture et la piété dans ce présent monde ; attendant la bienheureuse espérance et l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ, qui s'est donné lui-même pour nous, afin qu'il nous rachetât de toute iniquité et qu'il purifiât pour lui-même un peuple acquis, zélé pour les bonnes oeuvres. » Il est le salut de Dieu jusqu'au bout de la terre ; ce qu'il a préparé à la face de tous les peuples, comme a dit Siméon, une Lumière pour éclairer les Nations, et la gloire de son peuple Israël.

« Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. » Voici le salut offert à tous, que ce soit aux Gentils ou aux Juifs. « Dieu ne fait pas acception de personnes mais en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice[droiture, vertu], lui est agréable. » C'est une bonne nouvelle, d'heureuses nouvelle pour tous le monde. Doivent-elles dites à l'étranger ? Oui, Christ a dit, « Allez dans tout le monde, et prêchez l'évangile à toute la création. » Voici Christ l'Agneau de Dieu, qui goûta la mort pour chaque homme, montra son amour universel, et vint afin qu'ils puissent avoir la vie, et prêcha Lui-même, la lumière du monde. Dieu voudrait que tous les hommes soient sauvés, et parviennent à la connaissance de la vérité. Il y a en Lui de la bonne volonté pour tous les hommes, et de la miséricorde pour tous les hommes avec Lui ; il ne veut pas qu'aucun ne périsse, mais que tous puissent parvenir à la repentance. Car tous lui appartiennent, par création et par rachat, et il a étendu son aide sur un qui est puissant, qui peut sauver entièrement ceux qui s'approchent de Dieu par lui ; et ceux qui viennent, il ne les mettra point dehors. De sorte que c'est la faute de l'homme si celui-ci ne veut pas venir à Christ, qui est venu donner sa vie.

Le Seigneur appelle, disant, « tendez votre oreille, et venez à moi ; écoutez, et votre âme vivra ». Et dans la « grande journée de la fête, Jésus se tint là et cria, disant : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre » ; or il disait cela de l'Esprit qu'allaient recevoir ceux qui croyaient en lui. Voici un grand encouragement, dans beaucoup d'amour, de miséricorde, de bonne volonté et de bonté paternelle. Ici aucun n'est exclu ; étant donné que ceux qui n'ont pas d'argent sont invités. C'est assurément de bonnes nouvelles pour les pauvres, ceux pour qui l'évangile est prêché ; et sans acception de personne, pour tous le monde. Et tous ceux qui le veulent, peuvent venir, car le don est donné à tous, non seulement offert, mais donné gratuitement. Car « l'Esprit et l'Épouse disent, vient, et que celui qui entend, dise, vient ; et que celui qui a soif vienne ; et que celui qui le veut, prenne de l'eau de vie gratuitement ». L'eau de la vie s'écoule de l'Esprit de Dieu ; car Dieu est la fontaine, et il a déversé Son Esprit sur toute chair, et Il a donné son Fils au monde, qui les invite tous à venir à Lui et à boire. Nul besoin de craindre un manque dans cette Fontaine ; car c'est une Fontaine qui ne peut jamais tarir. Elle est maintenant ouverte, et celui qui a soif est invité à venir et à boire gratuitement, et ses bien aimés à boire abondamment. « Mangez, О amis, buvez, oui, buvez abondamment, O bien aimés . » Et Christ invite ceux qui sont fatigués et chargés, à venir à Lui, et à prendre son joug sur eux, car il est doux, et son fardeaux, car il est léger, et il a dit, « Vous trouverez du repos pour vos âmes. »

Il est clair venant des Saintes Écritures, que l'homme se détruit par Lui-même. « Mais vous ne voulez pas venir à moi », a dit Christ « pour que vous puissiez avoir la vie. » Il était méprisé et rejeté par les hommes ; un homme de tristesse, et habitué à la douleur : Les hommes se cachaient le visage devant Lui, et ne voyaient aucune beauté, aucun charme. Ceux qui le suivent doivent renoncer à eux-mêmes, prendre leur croix à tous les jours, et souffrir avec Lui, s'ils veulent régner avec Lui ; mais celui qui le renie devant les hommes, lui aussi il le reniera devant son Père qui est dans les cieux.

Oh ! que tous ceux qui lisent les Saintes Écritures, qui témoignent de Christ, viennent à Lui, croient en Lui, l'entendent et l'écoutent, et lui obéissent, Lui qui est Seigneur et Roi sur tous, et Juge de vivant et de mort, de sorte qu'ils puissent avoir la vie. Lorsque Christ vient et oeuvre par son Esprit dans les hommes, et qu'ils le ressentent, alors, et pas avant cela, ils connaissent le mystère qui avait été caché dès les siècles et dès les générations, mais qui a été maintenant révélé qui est Christ en nous, l'espérance de la gloire ; les richesses parmi les nations, l'Étoile de Jacob, l'Étoile brillante du matin. Il est le Soleil de la Droiture, l'arbre de Vie, la véritable vigne qui permet à toutes les branches de produire du fruit, car elles demeurent en Lui. Et ceux qui participent à Sa vie, puissance et esprit, Il est en eux, et eux en Lui ; et ils ne marchent pas comme les autres gentils dans la vanité de leurs pensées.

Allons, amis, l'avez-vous entendu, et avez-vous été enseignés par Lui, ou par des sentiments passés ? Si vous ne sentez pas, ne goûtez pas ou ne touchez pas ces choses, et que vous n'entendez pas Christ en vous, comme il a dit, « Mes brebis entendent ma voix, et elles me suivent », vous ne connaissez pas la vérité, vous n'êtes pas non plus sanctifiés, ni affranchis par elle, et ainsi cela n'a pas d'importance ce que vous professez [de vos lèvres]. Car celui qui est en Christ est une nouvelle créature, et il est dans l'alliance avec Dieu, il demeure en Christ, et Christ en lui. Oh ! par conséquent, saisissez, et retenez fermement la vie éternelle, et si Christ est en vous, vous trouverez la capacité à venir à Dieu par Lui ; car il set le chemin, la vérité et la vie : nul ne vient au Père que par Lui. Il est tout ce qui est nécessaire ; la perle de grand prix : si jamais vous le trouvez, Il doit être en vous, donnant la vie à votre âme, l'amour dans votre coeur, la sagesse qui surpasse l'homme, et la puissance sur tous vos ennemis, oui, sur la mort, l'enfer et la tombe, le monde, la chair et le diable ; toute puissance dans les cieux et sur la terre est en Lui, personne d'autre ne peut vous la donner.

Par conséquent soyez persuadés de regarder à Lui, et attendez pour son apparition en vous, ou autrement votre foi est morte, et vous ne sentez en rien la vie.

« Venez goûter et voir », a dit David, « comme le Seigneur est bon » : trouvez-le et vous trouvez tout. Combien heureux sont ceux qui ont trouvés Christ. André et Simon ont dit, « Nous avons trouvé le Messie » ; et Phillipe a dit à Nathanaël, « Nous avons trouvé celui duquel Moïse a écrit dans la loi et duquel les prophètes ont écrit, Jésus, le fils de Joseph, qui est de Nazareth. » Et Nathanaël lui dit : « Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth ? Phillipe lui dit : « Viens et vois ». Or, je vous dis à vous, qui êtes aptes à me demander s'il y a en moi quelque chose de bien ? Tournez-vous vers l'intérieur et voyez ; là [en vous] se trouve ce qui vous réprouve pour le mal ; cela n'est-ce pas bien ?

Oh ! Cherchez l'Éternel tandis qu'on le trouve ; invoquez-le pendant qu'il est proche. Que le méchant abandonne sa voie, et l'homme inique, ses pensées, et qu'il retourne à l'Éternel, et il aura compassion de lui, -et à notre Dieu, car il pardonne abondamment.

Christ pria pour les siens, à son Père, disant, « Sanctifie-les par la vérité ; ta parole est la vérité ». La vérité dans les parties intérieures change le coeur, et ravive l'âme ; car c'est un Esprit vivifiant. Christ est le chemin, la vérité et la vie : nul ne vient au Père que par Lui. C'est Lui qui nous amène à Dieu : c'est l'époux de l'âme, le bien aimé de l'Église, et l'Église lui appartient : c'est la gloire du vivant ; la gloire vivante du Seigneur ; pour eux toutes les autres choses sont comme de la crasse et du fumier comparées à Christ.

L'apôtre parlant à l'Église, a dit, « Toutes choses sont à vous, et vous à Christ, et Christ à Dieu » : ainsi le Seigneur est la portion de son peuple, et la portion du Seigneur c'est son peuple ; Jacob est le lot de son héritage, à qui il a dit, « Ne craint point, car je suis avec toi. Quand tu passeras par les eaux, je serai avec toi, et par les rivières, elles ne te submergeront pas ».

Oh ! si les hommes voulaient avoir confiance en Dieu, lui obéir et le suivre comme de chers enfants, en gardant leurs pensées fixées sur le Seigneur, de sorte qu'ils puissent être gardés dans une paix parfaite, et en marchant en lui, ils marchent dans la lumière ; car « Dieu est Lumière, et en Lui il n'y a point de ténèbres ; et ceux qui marchent dans la lumière, ont la fraternité les uns avec les autres, et le sang de Jésus-Christ son Fils les purifie de tous les péchés », et les rend libre ; « si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres ». Il est clair à partir de ce qui a été dit, que Christ est tout, en tout son peuple, c'est à dire qu'il est : leur sagesse, leur force, leur puissance, leur droiture, leur lumière, leur vie, leur paix, leur sanctification, leur justification, leur consolation, et leur salut ; avec Lui nous avons toutes choses, sans lui nous ne pouvons rien faire. En Lui habite toute la plénitude. Bien qu'il était riche, il a vécu dans la pauvreté pour vous, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis. Et celui qui est héritier de toutes choses,ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, non pas pour porter les péchés, mais pour apporter le salut à ceux qui sont dans l'expectative et qui l'attendent. Bénis sont ceux qui aiment sont apparition. Ils sont prêt à dire, « Viens Seigneur Jésus, Viens vite. Lève-Toi, О Seigneur, et que tes ennemis soient dispersés » fait vite et viens. « Que ton Royaume vienne et que Ta volonté soit faite. » Pour le Seigneur j'abandonne tout, et dans un véritable amour je suis un ami pour tous les hommes, et un serviteur pour la cause de la vérité.

Jean Gratton

La raison d'être de ce site internet est de montrer comment être 
libéré du péché
en bénéficiant de la puissance transformatrice de Dieu
qui conduit à l'union avec Dieu dans son Royaume