La Croix Manquante pour la Pureté


 

SÉLECTIONS

DES OEUVRES DE FRANCIS HOWGILL

On peut cliquer sur le texte en Bleu Pale, ou en caractère gras bleu pale pour voir le texte dans les écritures, ou détails dans les écrits.
Lorsque vous cliquez un verset de la Bible en ligne, vous pouvez changer et choisir la version de la Bible que vous préférez.

Francis Howgill, (1618-1669) reçut une éducation préparatoire à l'Université en vue du ministère Épiscopal. Il devint ministre de l'église Épiscopalienne qu'il quitta par la suite, insatisfait de voir les superstitions qu'il voyait rester en elle. Il se joignit alors à quelques indépendants, parmi lesquels il devint un enseignant. Toujours en manque de ce réconfort spirituel pour lequel son âme était assoiffée, il alla parmi les Anabaptistes, pensant qu'ils marchaient davantage en conformité avec l'Évangile de Christ. Pourtant, il demeura dénué de cette paix de l'esprit pour la laquelle il soupirait si sincèrement. Enfin, vers l'âge de trente-quatre ans, il fut convaincu * de la Vérité et joignit cette société persécutée appelée Quakers ; au sein desquels il devint un membre ainsi qu'un évangéliste très respecté. Il mourut en prison tel un noble martyr de la vérité, après avoir été un éminent ministre pendant seize ans, laissant derrière lui un compte-rendu de ses textes et souffrances. Le Mémoire sur ce site détaille sa vie et ses expériences,  une précieuse lettre à sa jeune fille, qu'il écrivit en prison alors qu'il anticipait sa propre mort, où il détaille les plus excellents conseils pour la vie et la conduite que je n'avais jamais lus, y compris ce qui suit, l'action principale de la réussite du Chrétien.

Et comment devez-vous rechercher Dieu ? Je vous informe que vous devez taire vos propres pensées, et vous devez tourner votre esprit vers ce qui est pur, saint, et bon, à l'intérieur de vous-mêmes, pour ensuite chercher et attendre là, dans la lumière de Jésus-Christ, par laquelle vous êtes éclairés, qui vous montre lorsque vous faites le mal, vous observe et vous condamne. Prêtez y attention, et elle vous montrera vos penchants et vos pensées mauvaises ; et alors que vous l'aimez, elle les détruira, et vous préservera le temps de sortir hors du mal.

Ce qui suit est quelques uns des écrits de doctrine les plus instructifs, et définitifs
que l'Éditeur de ce site à trouvé parmi tous les écrits des premiers Quakers.

CHAPITRE I

UN RÉSUMÉ D'UN ESSAI INTITULÉ
« QUELQUES UNS DES MYSTÈRES DU ROYAUME DE DIEU DÉCLARÉS. »

AU LECTEUR :

Par le passé, dans la nuit de l'ignorance, depuis les jours des apôtres, plusieurs ont marchés à tâtons dans la noirceur comme des aveugles ; et hors de cette épaisse obscurité ils ont parlés de manière obscur des choses de Dieu, et de son Royaume. Ils ont écrit au sujet des choses de Dieu, et de son Royaume, et ils ont nourrit les pensées obscurs d'un grand nombre qui ne sont pas converti. Je vois combien les gens sont sont confus dans leur esprit, et erronés dans leur jugement. Ils ont perdu la clé de la connaissance, qui devrait leur donner accès aux mystères du Royaume de Dieu, et ouvrir leurs coeurs. Donc dans la compassion pour ceux qui sont assoiffés du Seigneur, et pour le bien de ceux qui n'ont aucun lieu de repos, ces choses, je les ai écrites telles qu'elles m'ont été révélées, et en moi, par Son pur Esprit ; et si vous sortez de ce monde qui se vautre dans la méchanceté, et que vous attendez à l'intérieur pour la manifestation de l'Esprit, vous verrez qu'elles sont véritables.

Je n'ai point écrit dans le but de plaire aux hommes à l'esprit corrompu, qui se glorifient en paroles et dans les apparences extérieures, dans les bruits, les environnements extérieures, et qui se sont égarés de la vie ; mais je m'adresse ici au simple de coeur, de même que pour la fortification de celui qui est faible. Ce que vous voyez dans le discours suivant, que vous ne pouvez accepter, laissez-le simplement là, comme une question dans votre esprit, et n'en jugez rien avant le temps avec cette sagesse qui est terrestre. Mais attendez pour en juger par ce qui est de Dieu en vous, par qui je désire être approuvé et par rien d'autre.

Je suis votre ami dans la Vérité, et souhaite du bien à tout homme.

Francis Howgill

SECTION I

Quelques uns des Mystères de Dieu Déclarés.

Le Seigneur Dieu de toute la Terre, qui vit à jamais, le Dieu même d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob ; qui a établi son trône dans la justice, qui chevauche les cieux et brille de son éternelle excellence depuis le firmament de sa Puissance, s'est manifesté comme par le passé, et a révélé sa Justice comme dans les années passées. Il déverse son Esprit sur ses fils et ses filles selon Sa promesse ; ainsi que des bénédictions sur ces collines qui durent à toujours. Le Seigneur qui apparut au Sinaï dans le buisson ardent à Son serviteur Moïse ; qui s'est élevé du Mont Seïr ; et qui a brillé dans toute Sa splendeur depuis le Mont Paran ; est venu avec dix-milles de Ses saints ; Lui dont la main droite produisit la Loi enflammée, afin que le peuple ne puisse apercevoir Sa gloire, comme elle est présentement apparu en ce jour, jour de Sa puissance, et elle apparaît ; son éclat assombrira toute gloire mondaine, et entachera leur sagesse, puis l'enfermera dans l'obscurité la plus totale. L'ombre de la mort s'enfuira ; et tous les hautains ainsi que les princes condescendants de ce monde seront  horriblement effrayés ; les bêtes s'en irons dans leurs tanières lorsque paraîtra ce jour ; les brebis du troupeaux éternel sortiront de leur cachette, et seront nourrit dans les vallées fertiles, là où les sources de vie entourent tous les bancs ; et ils se réjouiront dans la présence de leur Berger, et diront : Le Seigneur est mon Berger » ; qu'une multitude à ce moment là , qui ont vu ses merveilles tout comme dans les temps anciens, et ses actions nobles dont avait parlé le Père, qui se sont endormi et qui sont au repos dans le Seigneur, admirent cela et disent : « Quelle est l'oeuvre de Dieu ? » Maintenant Dieu en amène un grand nombre à voir ce que ceux là témoignaient pour être la vérité ; et pour avoir la même chose s'accomplir en eux. À Lui soit l'honneur et la louange à jamais, Lui qui est le soutien et la force de tous son peuple pour toujours. Le jour du Seigneur a parut, et la lumière qui rend manifeste tous ce qui est condamné ; et l'Étoile du matin s'est levée dans les coeurs de plusieurs. Ce jour lorsqu'il parait, dévoile toutes choses, et rend toute chose manifeste à ceux pour qui il apparaît ; tel que déclaré par l'Esprit de Vérité dans les Écritures de Vérité ; « et chaque homme sera éprouvé à savoir ce que sont ses oeuvres ». Et ce jour est apparu pour tous ceux qui l'ont attendu ; Gloire au Seigneur ! Et maintenant ils voient la base de toute chose et se lèvent ; et chaque arbre se reconnaît à son fruit, soit qu'il est bon ou mauvais ; et l'oeuvre de chaque homme est manifeste à tous ceux qui sont dans le jour, et sur lesquels le matin de justice est apparu, et que le Soleil de justice a resplendit, par lequel ce qui est répréhensible et condamnable en chacun est dévoilé, ainsi que ce qui est justifiable et irréprochable.

SECTION II

Ce Qu'est le Jour du Seigneur,
Comment il est perçu,
et à Qui est-il Apparu.

car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste[révélé en eux]pour eux,
Dieu le leur ayant fait connaître.
Rom 1:19

Dieu est un Esprit, Son jour est spirituel, et Il est perçu avec l'oeil spirituel. Il est Pur Lumière, pur éclat ; la pure brillance du Seigneur dans sa glorieuse excellence ; sa sainteté se diffusant dans sa gloire -la pureté se répandant elle même dans son incommensurable excellence. Elle peux seulement être perçu telle qu'elle est en elle même, par l'enfant de la lumière, qui est enfanté par elle. Le jour naturel reçoit sa clarté naturelle du Soleil [Sun] ; le jour spirituel reçoit sa clarté du Fils[Son] de la Justice, qui produit la clarté, et qui la fait jaillir du ciel, Lui qui est la Fontaine de Vie, sans qui, rien n'aurait été, ou n'aurait été fait. Comme le jour naturel reçoit sa clarté du soleil, et qu'il est discerné par l'oeil naturel de l'homme naturel ; et que toutes choses naturelles sont vu et découvertes pendant le jour naturel, et qu'elle sont évidentes pour celui qui a sa vue ; de même en est-il du Soleil de la Justice ! le Seigneur de Gloire, de lumière, et de pureté, le jour de Dieu reçoit sa clarté ; et il est discerné par l'oeil spirituel de l'homme spirituel, qui est dans l'image du Père, amené à la vie de Dieu le Père de la vie, par Jésus-Christ la Vie des hommes, la Lumière du monde. C'est la naissance qui vient d'en haut, qui est de la nature du Père, et du Fils, et du Jour. Uniquement celui qui est issu de cette naissance, parvient à percevoir ce jour, et ainsi discerner toutes choses concernant le Royaume du Père, et de même que les choses malhonnêtes qui sont cachées, et l'oeuvre des ténèbres, provenant du prince des ténèbres, qui est enfermé dans les profondeurs des ténèbres éternel ; là où il a sa résidence, et où il résidera pour toujours, ainsi que tous les ouvriers d'iniquité qui portent son image.

Cependant certains diront que ce jour n'est pas apparu à aucun en cet âge. Mais si un homme naturellement aveugle disait qu'il n'y a pas de lumière dans le jour ni dans le Soleil, parce qu'il ne voit pas ;  est-ce donc qu'il n'y a pas de lumière dans le jour, ni dans le Soleil ? Et qu'en est-il si pour lui toutes choses sont pareilles, jour ou nuit, de sorte qu'il ne peux distinguer l'un de l'autre ; ceci annulerait-il donc la revendication de ceux qui, avec leurs yeux naturels peuvent voir autant le jour que le Soleil ? Et si ceux qui sont spirituellement aveugles,et qui sont enfants de la nuit, disent qu'ils ne voient rien quant au jour du Seigneur, ou de la découverte des choses de Dieu, ou bien de cette glorieuse apparition, dont plusieurs témoignent, cela rend t-il invalide la vue de ceux qui ont vu à l'intérieur des choses de Dieu ? L'incrédulité des uns, n'annule pas la foi des autres qui croient- puisse Dieu l'empêcher.

Jude, non pas l'Iscariot, lui dit :
Seigneur, d'où vient que tu te feras connaître à nous, et non au monde ?
Jésus lui répondit : Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole,
et mon Père l'aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.
Jean 14:18-23


SECTION III

Qu'est-ce que le Jour du Seigneur,
et que sera t-il pour le méchant.

Bien que le Jour du Seigneur soit Lumière et Clarté, et qu'il ne se mélange pas avec la nuit, étant de nature contraire ; cependant c'est un jour de noirceur et de dépression, un jour terrible et remarquable pour les méchants, qui haïssent sa venue, et haïssent sa lumière, eux les fils du mensonge et du la tromperie, dont les oeuvres sont mauvaises. Il les dévoile et les rend manifeste eux et leurs oeuvres ; comme il est écrit dans Job 24:17: « Pour eux, le matin c'est l'ombre de la mort », La venue du Seigneur les effraie ; et ils voudraient fuir cela comme un voleur qui creuse un trou à travers un mur et qui enfonce la porte d'une maison la nuit alors que les hommes sont dans un profonds sommeil ; un tel homme est effrayé quand le jour vient et dévoile ses actions. Et le Jour du Seigneur viendra comme un  voleur sur ceux qui vivent sur terre sans restrictions ; dont les coeurs recherchent la méchanceté, comme des trésors cachés ; et il viendra sur eux comme un voleur. Parce qu'ils sont les enfants de la nuit, et qu'ils produisent les fruits des ténèbres, ils auront leur part dans les profondeurs des ténèbres. C'est ainsi que périrons les impies, et ils auront leurs part avec les hypocrites. Pensez à ceci vous tous les vociférateurs, et vous qui injuriez la lumière et l'apparence de Dieu, et repentez-vous. Car comme l'ânesse sauvage, habituée au désert, haletante dans l'ardeur de sa passion, Tous ceux qui la cherchent n'ont pas à se fatiguer. Il vient un temps où ils la trouveront et la prendront ; il en va de même pour tous les impies, bien qu'ils puissent courir comme l'ânesse sauvage, et traverser leur voie comme un rapide dromadaire, pourtant le jour viendra, où ils seront rattrapés au beau milieu de leur sécurité ; et ils n'auront aucune issue.

Et bien que les enfants, les enseignants, et les croyants de ce monde, qui professent les Écritures, aient priés pour le jour du Seigneur, pourtant lorsqu'il viendra, il sera comme un feu brûlant et dévorant, et ils tomberont comme le chaume devant lui ; car tous ce qui est condamnable est rendu manifeste au jour du Seigneur dans lequel Dieu apparaît ; et ce jour paraîtra, même aux méchants et aux impies. Ainsi vous tous les mercenaires qui prêchez pour le salaire, et aussi vous tous qui aimez cela, vous ne serez pas cachés ; et tous ceux qui s'opposent à la vérité se retrouveront en dehors, et seront condamnés par leurs paroles injurieuses, et leurs actes d'impiété. Ce qui rend manifestes vos actions, c'est le jour, et cela vous condamnera ; car même l'impie verra Sa venue, quoique pur sa condamnation sa honte et son mépris.

Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen !. Apo 1:7.

Il y a de cela 2000 ans, au souverains sacrificateurs Juifs et aux Pharisiens, Jésus a dit lors de son procès..
Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.  Marc 14:62

Ceci n'est pas pour une génération particulière des milliers d'années plus tard.

« Ils regarderont celui qu'ils ont percé . » Car même dans le méchant Dieu à un témoin qui est pur, qui surveille souvent, quoiqu'ils ne portent aucune attention, parce que le Dieu de ce monde à aveuglé leurs yeux ; mais lorsque Christ, la Lumière apparaîtra, Il fera cela afin de voir dans le méchant, que le dieu de ce monde à aveuglé ; et ils le regarderont avec frayeur ; et son apparence pure les effraiera terriblement. Quoiqu'ils qu'ils ne voudront pas voir, ils seront en mesure de voir ; et ils seront en mesure d'entendre ce qu'ils ne veulent pas entendre, quand Dieu fera sonner sa trompette, pour donner l'avertissement à tous, que le mort, petit et grand puisse se lever, « les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l'opprobre, pour la honte éternelle ».

SECTION IV

Ce qu'est le Jour du Seigneur pour le Juste,
et Comment Il apparaîtra à Eux,
et Si quelques uns le recherchent Tandis qu'ils sont dans leur Corps.

L'apparition de Dieu, qui est la vie éternelle, en son jour, dans son incommensurable lumière, est une immense joie,ainsi qu'une source de réjouissance pour celui qui est vertueux. Car Il est une lumière éternelle pour son peuple, et dans sa lumière ils viennent pour voir Sa lumière.

Il révèle les mystères secrets de son Royaume à l'intérieur de ceux qui voient apparaître son jour dans leurs coeurs, qui rend toute chose manifeste,même les secrets du Seigneur, et son trésor caché, ainsi que ses richesses durables, qui jamais ne rouillent ni ne se détériorent, mais qui sont fraîches, et conservent leur image et leur impression pure. Par cette lumière, tous les justes dans l'attente de l'apparition de Dieu, en viennent à le voir. Comme il est écrit ; « Voyez, c'est notre Dieu, en qui nous espérions, il nous a délivrés. Oui, c'est en l'Eternel que nous avons placé notre espérance. Maintenant, jubilons et réjouissons-nous puisqu'il nous a sauvés. » Vient-Il vraiment Celui que vous avez attendu ? Oui, Il vient, « et Il a sa récompense avec Lui » ; et ceux qui Le voient, trouvent leur contentement en Lui et en Sa récompense. Et quel est Sa récompense ? Joie, allégresse, sérénité, l'assurance de l'amour de Dieu scellé dans le coeur par le pur Esprit du Seigneur, les flots de la Vie s'écoulant continuellement des grandes profondeurs, qui rafraîchi et garde frais dans les plus grandes extrémités et l'ardeur de la tentation ; et ceci est apprécié par ceux qui ont attendu et qui attendent encore cela ; même dans le corps ils portent le témoignage de Lui et de Sa venue. Quel était le témoignage de ses disciples ? « Le Fils de Dieu est venu et Il nous a donné l'intelligence. » De quoi ? De Dieu, de Son jour, de Son apparition, de Sa puissance, de Sa sagesse, de Son Royaume, de l'espérance, de la foi, d'assurance, de paix, de joie, de consolation et de réconfort. Quoi ? Dans cette vie ? Oui, je pourrais vous amener une nuée de témoins provenant des âges précédent, et aussi de notre âge, bénie soit le Seigneur ; mais mon témoin qui me donne l'assurance est plus près de moi que tous ces autres témoins, quoiqu'ils soient tous vrais. Abraham, le Père de la foi, et du juste, qui croyait en Dieu et qui était accepté, a vu le jour de Christ et fut heureux ; que c'est par la foi ; oui, lui ainsi que tous ceux qui ont vu le jour de Christ, ou du Père, l'ont vu, Lui, par la foi ; par la foi ils ont vu Celui qui est invisible : « Oui, Dieu est mon Sauveur. » Ésaïe 12:2. Quoi ! vous réjouissez-vous déjà ? Oui, Il est devenu mon salut ; et Siméon, qui attendait la consolation d'Israël, a dit : « Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur S'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut. » Luc 2:30. Et il a dit qu'il avait connu le confort et la consolation : « Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. » Ils sont devenu participant de Sa nature divine, et se sont assis ensembles dans les lieux célestes en Jésus-Christ : et ceux qui sont en Lui, et qui se réjouissent en Lui qui est la puissance de Dieu, et la sagesse de Dieu, connaissent le repos ;  et la paix, et le salut, loin de la culpabilité et des péchés. . . Ceux qui ne sont pas venu à ce jour, ne connaissent pas les oeuvres de Dieu en eux-mêmes ; et ceux, ceux qui n'ont pas encore porté attention à ce qui, en eux-mêmes dévoile toute chose répréhensible, et qui les condamne, n'ont pas encore connu l'apparence du scintillement de la lumière du jour en eux-mêmes, dont témoignèrent les saints en eux-mêmes, et tous ceux-là qui sont sanctifiés.

SECTION V

Là où parait le Jour du Seigneur,
Comment il vient,
et la manière dont il est recherché .

Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.
On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

Luc 17:20-21

Ceux qui regardent de tous les côtés [à la recherche d'une apparition visible et extérieure ] ne peuvent voir la venue du Seigneur, ni son jour. Celui qui ne sait pas en qui il consiste, ne sait pas plus comment le chercher, que les Juifs, qui étaient érudits et experts dans les écritures, ne savaient en quoi consiste le Royaume de Dieu. Et les croyants littéraux, dont la foi est fondée sur la Lettre [la Bible/Écritures], et sur ce qui est visible, ne savent pas plus où se trouve le Royaume de Dieu. Ce jour du Seigneur, qui est la lumière éternelle, apparaît dans le coeur ; c'est là que doit être attendu son apparition et sa venue ; et tel que cela est témoigné, cela révèle le mal, et l'amène à la lumière, et dénonce ce qui est contraire à sa propre nature. Christ, l'Alliance de lumière, le Don de Dieu, qui est envoyé et oint de Dieu, dans le but de prêcher et de proclamer l'an de grâce du Seigneur, ainsi que le jour de la vengeance de notre Dieu, proclamant cela dans le coeur ; car Il ne vient pas pour apporter la paix, mais une épée, et son Épée c'est l'Épée de l'Esprit. C'est ce qui divise, et discerne les pensées et les intentions du coeur, dévoilant ainsi sa méchanceté désespérée. Dans les coeurs terrestres là où Il n'y trouve pas la foi, Il attise un feu et exécute sa vengeance ; et pour ceux qui sont sans foi, son jour est un jour de grande perplexité. Leurs esprits en viennent à être blessés ; leurs coeurs tombent en défaillance, et la tristesse les remplis, et l'ennui se fait connaître ; et Il trouve dans cette condition tous ceux qui ne sont pas convertit ; sans foi ; sans espérance ;et par conséquent Il leur enlève la foi. Beaucoup ont parlé du jour du Seigneur ; mais quand il vient, il seront incapable d'y faire face ; mais ils vont s'enfuir ailleurs plutôt, [se réfugier afin de demeurer dans les ténèbres]que de voir le Seigneur de la vie apparaître pour accomplir sa vengeance sur ses ennemis.

Ceux qui n'ont pas encore vu, en eux-mêmes, ce jour de la vengeance du Seigneur, n'ont jamais vu le jour du salut. Le prophète s'écriait : « Qui peux supporter le jour de Sa venu, et qui pourra tenir lorsqu'Il viendra ? » Et nombreux furent témoins du redoutable jour du Seigneur, qui parut en eux, là où toute paix avait été cachée de leurs yeux : et tous ceux qui ne sont jamais venu pour voir ce jour de joie et d'allégresse, connurent premièrement la terreur et le terrible jour du Seigneur en eux-mêmes. De plus l'apôtre disait : « Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes. » Maintenant ce jour du Seigneur ne vient pas de manière à captiver les regards, « Voici Il est ici, ou là » ; ainsi les Pharisiens cherchaient le Royaume de Dieu à venir, quand Christ leur a dit « comme étant à l'intérieur d'eux ». Je dis que si jamais quelqu'un perçoit la brillante clarté de la Vie Éternelle, il doit attendre en cette part de Dieu, à travers laquelle Il manifestera son jour et sa puissance en eux ; et alors qu'ils conservent leurs attention sur ce qui dévoile le mal en eux, et qui leur montre ce qui est bien, ils la verront apparaître ; tel un éclair brillant d'Est en Ouest, ainsi en est-il de la venue du Seigneur ; et l'oeil spirituel la voit. La puissance ainsi que la gloire du Seigneur, sont perçu  dans le jour de ce qui est pur et spirituel dans le coeur ; et l'oeil qui est pur découvre lorsqu'il vient, où il vient, et comment il vient ; alors que cela est caché aux yeux des vautours, et c'est caché aux yeux de ceux qui ne peuvent cesser de pécher.

Maintenant le jour du Seigneur ne viendra pas là où l'esprit charnel pourrait l'imaginer, ni au bon vouloir de l'homme ; ni selon le désir charnelle du coeur charnelle ; ni selon l'oeil mauvais qui regarde à l'extérieure, cherchant à le voir.

Et comme le jour du Seigneur est un mystère, l'Esprit du Seigneur en est le seul qui puisse le révéler ; car nul ne peut connaître les choses de Dieu, si ce n'est par l'Esprit de Dieu. Le jour du Seigneur ; sa resplendissante clarté même dans le coeur de l'homme, est l'une des choses glorieuses de l'homme, dont uniquement l'Esprit de Dieu peut en donner la connaissance à l'homme, et dans l'homme. Plus les homme s'éloignent de la lumière, plus sombre deviennent leurs coeurs ; et refermés leurs entendements, ils ne peuvent percevoir le Seigneur, ni sa gloire, qui est révélé uniquement par l'Esprit de Dieu ; qui se trouve tout près de l'homme, bien qu'Il ne puisse le voir.

SECTION VI

Car la parole de Dieu est vivante et efficace ;
plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants,
pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ;
elle juge les sentiments et les pensées du coeur.
Héb 4:12

Ce qu'est l'Esprit de Dieu, Qui dévoile les Choses de Dieu,
et comment cela en vient à être reçu.

 

L'Esprit du Seigneur est un avec le Père, et le Fils ; (le Père, la Parole, et l'Esprit sont un ;) c'est la vie, la pureté, la sainteté, la puissance, et la force ; et elle ne se mélange ni ne se lie à rien d'autre que ce qui est de sa propre nature. Elle est une puissance vivante, active, et éternelle qui ne change pas, mais qui conserve sa sainteté pour toujours, et qui est insondable, inaccessible, et cachée, excepté pour ceux qui croient, pour eux elle s'ouvre, et se déverse elle-même dans ceux qui s'attendent à elle. Elle est révélée dans toute sa pureté, manifestée dans sa propre puissance, reçu dans sa propre lumière, et ressenti dans sa propre vertu. Le Père Céleste Lui-même est manifesté par elle, et Il apparaît dans sa puissance, sa magnificence, et dans son excellence, la l'homme à travers elle, au juste et à l'injuste. C'est ce qui sonde les coeurs des hommes, et voit à travers toute chose et qui rend manifeste toute chose, même les choses cachées de Dieu, et aussi les oeuvres secrètes des ténèbres, et condamne pour toute iniquité, et persuade chaque homme ; et alors que la créature se joint à elle, elle se lève et brille avec plus de clarté, se faisant connaître elle-même dans sa puissance et son action, examinant, réprouvant, jugeant, et condamnant les actions qui sont passés, et ramenant à notre souvenir. Maintenant alors qu'il y a une attente de sa pure apparition, la pensée étant tranquille et silencieuse, que la créature arrive à ressentir et à connaître sensiblement sa condition, qu'elle vie non pour Dieu ni pour les choses de son Royaume, mais pour les autres choses, et qu'elle est dans la chute et la transgression ; et alors que cette opération de l'Esprit est aimée et qu'elle lui est obéissante, cela l'attire vers elle-même, et converti le coeur au Seigneur hors de l'impiété, hors de sous le pouvoir des ténèbres ; et amène cela en dessous, et ainsi elle s'éveille dans sa propre force. C'est le révélateur de la pensée du Seigneur aux fils des hommes ; car par cela le Père fait connaître sa pensée aux créatures, à l'intérieur d'eux, et leur dévoile les choses qui sont éternelles dans leur véritable nature et attribut ; ces choses qui ne se voient pas à l'oeil naturel, et qui ne peuvent être reçu par l'esprit de ce monde, qui ne reçoit jamais les choses de Dieu, ni le témoignage de ceux qui sont dans la vie. Maintenant tous ceux qui reçoivent l'esprit de vérité, doivent attendre à l'intérieur de ce qui est pur, de ce qui unit ; car cela n'unira pas à l'homme corrompu, ni à la volonté de la créature ; mais quoiqu'elle n'unira pas à celles-ci, elle en est pourtant près, de même que pour l'homme naturelle, l'éclat de sa lumière, rendant manifeste tous ce qui est mal. Jusqu'ici elle est apparut à tous les hommes ; mais puisque que le coeur de l'homme est attaché au péché, et unit à ce que la lumière condamne, il n'a pas reçu l'Esprit, et n'en n'est ni le possesseur ; mais Il demeure distant de lui, lui montrant ses oeuvres obscures, et le laissant voir avec qui il s'est lié. Cependant, tant qu'un homme se renie lui-même, en agissant ou en se joignant à la manifestation de l'Esprit de Dieu qui condamne en lui, ainsi il en vient, en une certaine mesure, à se joindre au Saint-Esprit, et à le recevoir ; et bien qu'oeuvrant faiblement en lui, Il le purifie de ces choses mauvaises qu'Il lui montrait. Ainsi, d'une certaine mesure, il sent en lui ce pourquoi il doit s'attendre, où et, en quoi l'attendre ; ce qui est en ce qui donne à chacun un sentiment de sa propre condition intérieure, et qui ouvre l'entendement de chacun.

 

SECTION VII

Comment l'Esprit de Vérité Opère
en Ceux qui Sont Convaincu,
et qui ne Lui ont pas Encore Obéi.

Bien que Dieu soit apparut à tous par la manifestation de Son Esprit, pourtant tous n'ont pas reçu son Esprit : ceux qui font le mal ne l'ont pas reçu ; « Le matin pour lui est comme l'ombre de la mort » : il est toujours mort dans les offenses et les péchés, et c'set dans ces ténèbres que brille la lumière qui le convainc car la Lumière brille dans les ténèbres. Ceci peut convaincre tous ceux qui disent que chacun n'est pas éclairé, et que l'Esprit de Dieu n'est pas apparut à tous. Les hommes de bien l'ont ; elle est tout près des hommes mauvais, qui sont dans les ténèbres, et qui font partie des ténèbres, tout comme étaient les Éphésiens lorsqu'ils était inconverti, Eph 5:8 qui, en se tournant vers la manifestation de l'Esprit, devinrent lumière dans le Seigneur, qui lui-même ne nous a pas laissé sans témoin ; mais ceux qui n'ont pas pour eux le témoin de Dieu, n'ont pas foi en Dieu, ni l'assurance de leur salut, car ce qui est sensé amener l'assurance du salut, assure leur condamnation, et révèle leur tristesse. Et quoique pour un certain moment il ne puisse être entendu, ou qu'on ne lui a pas obéi, qu'il puisse sembler comme mort ; pourtant si la pensée est tranquille, et qu'un homme est calme et sobre, et qu'il prend garde à ce qu'il fait, cela lui semblera attiser de nouveau ses tourments. Et bien qu'un homme puisse occuper et produire, quelque chose qui est appelé religieux, quelque ordonnance charnelle extérieure, et qu'il prie en paroles, qu'il lit et parle des Écritures, et qu'en cela il y trouve pour lui-même de la satisfaction pour un certain temps ; pourtant le Saint-Esprit, témoin de Dieu lui fera voir son hypocrisie, et qu'en fait il cherche une couverture afin de s'y réfugier dans sa désobéissance, de manière à demeurer confortablement dans sa chair ; ce qui est en vain, car il n'y a aucune paix intérieure ; mais la mesure de l'Esprit de Dieu lui montre toujours qu'il sert le péché et qu'il suit sa propre volonté, et que dans cette volonté il produit une adoration qui n'est rien d'autre qu'un désir d'adorer. Non, si un tel homme pratiquait toutes ces choses que les autres pratiquent dans la Vie et qu'ils acceptent ; pourtant Dieu n'en serait pas plus satisfait que s'il bénissait une idole, ou qu'il embrassait Baal. Et malgré qu'un homme puisse autant péché contre la lumière de Christ en sa propre conscience, et que, dans sa volonté rebelle, il persiste en suivant les imaginations de son coeur, comme pour étouffer l'Esprit et ses mouvances, et devienne insensible aux choses de Dieu, et endurcît de coeur ; à un point tel que la Lumière pour lui, il n'y a pas une telle chose ; néanmoins, malheur en sera-t-il pour une telle personne ; car bien que l'Esprit s'efforce longtemps, pourtant étant toujours désobéi, l'indulgence de Dieu a une fin ; la  colère de Dieu s'attisera sur Lui comme un feu, qui brûlera jusqu'à l'enfer le plus bas ; dans lequel tous les rebelles et les cous raides seront jetés, et auront leur part pour toujours ; parce qu'ils ont prit plaisirs à l'injustice, et se sont vendu eux-mêmes en agissant méchamment, crucifiant l'apparition de Dieu en eux-mêmes ; cette apparition, vivant dans la fontaine de la vie ; et malgré qu'il est crucifié par ceux qui sont en dehors de la vie, Il  vie néanmoins pour toujours en Lui-même pour être leur condamnation éternelle.

SECTION VIII

Comment l'Esprit du Père Oeuvre en ceux Qui se sont tournés vers Lui,
et qui ont Prêtés Attention à Ses Manifestations,
et qui sont, dans une Certaine Mesure, Participants de Sa Puissance.

«Il y a diversité de dons, mais le même Esprit ; diversité de ministères, mais le même Seigneur ; diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. » Maintenant, l'Esprit de Vérité opère non seulement pour  convaincre et détecter celui qui transgresse son apparition, et rendre manifeste le mal qui a été commit ; mais aussi, étant tourné vers Lui, dans l'attente en Lui, Il montre à l'homme lorsque se lèvent les tentations et que les gestes de péché, et comme la créature est tranquille en attente de la manifestation, et conserve sa pensée centré uniquement sur cela, Il déverse alors sa puissance, et Il soumet ces  convoitises qui se lèvent, et  condamne le sol d'où elles s'élèvent, et attire la pensée après Lui-même. Il oeuvre dans le secret, et insuffle Sa Vie pure en celui qui attend dans le calme et la patience, non pas dans l'attente que de vaines pensées imaginaires se lèvent dans son coeur ; mais dans l'attente de la manifestation de l'Esprit, qui éteint les désirs vains, et qui crée à l'intérieur, une faim pour devenir participant de sa pureté, et de sa nature ; car Dieu,à travers l'opération de l'Esprit Éternel, octroie sa puissance qui change le coeur, et divise entre un homme et ces amoureux auxquels Il s'est joint ; et produit une séparation intérieure ; et le transporte loin de ces choses que l'Esprit condamne, et le conduit plus près de Dieu. Ainsi, ceux qui croient en la mesure de l'Esprit de Dieu, viennent à ressentir ce qu'est la repentance des oeuvres mortes.

Il n'y a rien d'autre qui passe à travers l'esprit de celui qui est tranquillement attente de l'Esprit dans l'unicité de coeur, sauf ce qu'il discerne ; mais après que l'Esprit de vérité et que son témoignage vivant soit, de quelques manières, et d'une certaine mesure tombée, il peut y avoir un long moment avant qu'il puisse y avoir un discernement clair dans la compréhension,de sorte que l'on peut discerner clairement ses mouvements de tous les autres faux mouvements, et grandes imaginations ; et donc ce sont ces pensées hâtives et précoces qui suivent les mouvement vains qui les séduisent ; et alors ils questionnent tous ce que l'Esprit auparavant avait rendu manifeste pour eux, ce qui amène un voile sur eux ; et l'ennemi loge dans les ténèbres qui sont venu sur eux. Aussitôt que quelqu'un écoute sa voix, il leur présente des mouvements pour qu'ils y obéissent, et ils sont séduit par lui. Par conséquent,  tous doivent être attentif, afin qu'ils puissent être sensibles à ressentir la différence entre les purs mouvances et attirances de l'Esprit, et les vaines pensées qui s'élèvent du coeur terrestre ; et lorsque s'élève quelque chose qui n'est pas soutenu par le témoignage de la Lumière, on ne doit pas y porter attention ni la suivre ; mais une attente tranquille et silencieuse doit être observée, afin que les choses puissent être rendu clairs pour l'entendement. Par manquement de ces choses, plusieurs se sont éloignés, et sont allés de l'avant dans leurs propres volontés, et ont produit l'oeuvre de Satan ; et ainsi ils ont perdu le véritable sens de ce qui aurait dû guider leur vie. Ceux-là ont suivit l'esprit de l'erreur, et ont fait en sorte que soient dites des paroles méchantes à l'égard de l'Esprit du Seigneur.

Mais comme il y a une retenue, une attente silencieuse, et une retenue de la volonté ou de courir, et de se hâter, l'Esprit se lève purement et tranquillement dans le coeur, et procure une évidence parfaite ainsi qu'un plein témoignage de Lui-même ; de sorte que nul besoin n'est de douter ou de questionner au sujet de Sa mouvance ; car par sa propre volonté, Il se montre Lui-même avec une pleine assurance. Et lorsque ceci est clairement vu et ressenti, gardez tout raisonnement en dessous de vous, et tout questionnements dehors, et ne donnez pas cours à la tentation. Ce qui est incité par le Seigneur de la vie se réalisera, de sa propre opération et pouvoir, afin d'accomplir la volonté de Dieu. Ainsi, en étant obéissant, la paix sera reçu, et la force sera renouvelée ; car alors qu'il y en a qui sont amenés à se soumettre à la volonté de Dieu, et à obéir, par la vertu de sa propre puissance, tous ce qui, en eux, est contraire à l'Esprit de Dieu, perd sa  force ; mais par la désobéissance à la pure mouvance du Saint-Esprit de Dieu, après en avoir eu connaissance, l'ennemi est fortifié, et ce qui est issue de la chair est nourrit ; et l'Esprit qui devait procurer de la force, s'Il y est soumit, est opprimé ; malgré que jamais l'Esprit en Lui-même ne perdra de sa pureté mais Il portera son pur témoignage. C'est ainsi la diversité des opérations de l'Esprit est connu ; et comme on est à son écoute, qu'on lui obéi, qu'on l'aime, et que l'on y croit, Il produit Sa pure puissance, et procure de la force, et scelle la paix à celui qui est obéissant ; mais désobéissez et résistez, alors Il juge, réprouve, et scelle la condamnation sur celui qui est désobéissant. Il amène le  bon sol à produire du fruit pour Dieu ; et dans le sol maudit, Il allume un feu qui ne pourra être éteint ; mais, lorsqu'il y a soumission à sa pure opération, il brûle et détruit ce qui empêche la croissance de la semence ; et Il purifie les coeurs de ceux qui ont confiance en Lui, de toute impureté, tant de la chair que de l'esprit ; et Il modèle la créature selon Sa propre image et Sa propre nature ; et Il façonne et moule tous ceux qui sont dans la foi, à l'image du Père ; et alors l'amour du Père vient se déverser dans leurs coeurs. Comme la  colère et la condamnation furent révélées par l'Esprit, ainsi maintenant la paix de Dieu est appréciée, et sa consolation se déverse grandement par elle ; dans laquelle il y a pure réjouissance pour toujours.

SECTION IX

Celui à qui l'Esprit Porte Témoignage
et Scelle l'Assurance de l'Amour du Père ;
et la Justification Avec Dieu.

Aucun, n'a le témoignage de l'Esprit de Dieu, portant le témoignage pour eux et en eux, de tous ceux qui n'ont pas cru en Christ « La véritable Lumière, qui éclaire chaque homme qui vient au monde », dont les paroles sont esprit et vie ; et celui par qui la nouvelle créature est formée à l'intérieur de ceux qui croient, et qui rend manifeste en eux Sa puissance : car à Lui appartient toute puissance sur terre et dans les cieux, Lui qui est la Lumière des hommes ; et rien n'a été crée sans Lui, ni aucun ne s'est détourné du péché autrement que par Lui ; sans Lui c'est la mort- en Lui se trouve la vie. Personne d'autre que ceux qui sont nées de la Lumière peuvent avoir l'Esprit du Christ rendant témoignage en eux. Seulement ceux qui sont née de l'Esprit et qui marchent en conformité avec l'Esprit sont justifiés par l'Esprit du Seigneur. Car l'assurance de Son amour n'est pas donné à Ses ennemis, mais uniquement à ceux qui sont nées selon son image à Sa propre nature et ressemblance. Ils sont la sainte Semence, qui hérite de la promesse. Cette Sainte Semence  connaît le vivant espoir qui purifie le coeur et témoigne d'une bonne conscience pour ceux qui ont témoignés du lavement de la régénération ; connaissant en eux-mêmes l'eau claire qui est déversée sur eux, qui a enlevé les taches et les souillures. Là où les taches et les souillures n'ont pas été nettoyées, et où le coeur n'a pas été purifié, et là où l'on ne croit pas en ce lavement, dans lequel Dieu, le seul qui suffit, est ressenti, et dans lequel Sa puissance est démontrée ; l'assurance de l'amour du Père dans le coeur ne peut exister, et sont Esprit ne peut assurer(témoigner de) la justification d'une telle personne. Au contraire, là où le péché demeure indompté(toujours existant), l'Esprit du Père condamne le péché ainsi que la personne dans laquelle existe toujours le péché, qi est donc lié et qui ne fait qu'un avec le péché. Car aucun péché n'est introduit, mais il y a un consentement pour l'encouragement du diable. Car lorsque survient une tentation, qu'elle soit intérieure ou extérieure, et que pour un temps il y a une résistance et un effort contre elle, pourtant si le coeur n'est pas gardé près de l'Esprit, l'ennemi entrera et séduira la raison ; et il y aura alors un consentement, et une union avec l'adversaire. Et l'Esprit prononcera la sentence de condamnation sur celui qui se lie avec le malin. Et celui qi a consenti à boire sa coupe, doit boire la coupe de l'indignation du Seigneur, et de supporter le coup de la justice Divine, et de la supporter avec patience, jusqu'à ce qu'elle retranche ce qui l'avait lié avec le séducteur ; avalant cela, il ne peut y avoir de rémission de la transgression, la créature ne peut être justifiée aux yeux de Dieu. Car le péché n'est pas effacé du livre de la mémoire de Dieu jusqu'à ce qu'il en soit repenti, et qu'il en soit détourné ; la créature ne peut pas non plus demeurer propre aux yeux de Dieu, lorsque Dieu condamne d'un Jugement juste, de qui répond la Lumière dans la conscience de chacun.

Maintenant, « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui, » Elle qui est la Vie ; et comme la créature s'unit à cette semence qui est l'héritière du Royaume, et de la couronne immortelle, il devient participant de sa vertu et de son opération. Cette semence c'est Christ, à qui appartient toute la puissance ; et qui, par sa puissance, alors que l'on croit en Lui, limite la semence du serpent, et affaiblit sa force à l'intérieur de la créature, et annule  complètement l'alliance qu'il avait fait avec la mort. Et alors que la créature en vient à être libérée de la corruption, et que le nouvel homme en vient à la vie, la nouvelle créature, née de Dieu, est façonnée et formée à l'image du Père ; et l'amour du Père se manifeste à lui et en lui, et il possède en lui l'assurance. Celui qui est engendré du Père en Christ la Semence, à travers l'Esprit, lui, et seulement lui, arrive à ressentir l'amour du Père manifesté en lui, et est justifié aux yeux du Père ; et il a Son assurance près de lui et en lui. Et quand l'adversaire vient afin de le tenter et l'assaillir, et qu'il voudrait placer un doute dans l'esprit de celui qui a cette évidence, Il est près de lui pour le rassurer qu'il est dans l'amour de Dieu.

Béni et heureux sont tous ceux qui ont attendu et qui ont ressenti ces choses, et qui en sont témoins ; car la chair et le sang ne leur a pas révélé ces choses.

Maintenant, que chaque homme qui lit ceci, puisse éprouver et en juger par lui-même, à savoir s'il est dans la foi ou pas, et s'il a l'évidence qu'il a l'Esprit ou pas, et connaît une naissance qui ne pèche pas ; parce que la Semence demeure dans celui qui est gardé par la puissance, afin que le malin ne lui touche pas ; et donc il est gardé en vie par Celui qui l'a amené à la vie, et Il lui a donné à boire la coupe du salut ; qui nourrit jusqu'à la vie éternelle, tous ceux qui continuent dans la foi.

SECTION X

Ce Qu'est la Libre Grâce de Dieu ;
Jusqu'à quel point c'est un Enseignant Suffisant ;
à Ceux qu'Elle est Apparut,
et de Quelle Façon Tous Doivent l'Attendre pour La Recevoir.

Car la grâce de Dieu qui apporte le salut est apparue à tous les hommes,
nous enseignant que, reniant l'impiété et les convoitises mondaines,
nous vivions dans le présent siècle sobrement, et justement, et pieusement,
attendant la bienheureuse espérance, et l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ,
qui s'est donné lui-même pour nous, afin qu'il nous rachetât de toute iniquité ,
et qu'Il purifiât pour Lui-même un peuple acquis, zélés pour les bonnes oeuvres. Tite 2:11-14

La Grâce de Dieu est un don gratuit ; c'est l'apparition de Christ ; c'est par elle que Dieu fait connaître Sa  volonté, et par elle qui nous enseigne. Il révèle Sa santé salvatrice à travers elle à ceux qui sont enseignés par elle ; et ceux qui sont enseignés par elle, sont édifiés dans la vérité à travers elle, et deviennent une demeure pour Dieu. Aucun homme ne peut faire quoique ce soit pour se procurer cela ; nul besoin n'est de dire, où puis-je me procurer cela, ou, comment puis-je connaître ses enseignements ? Elle est à la porté de tous, elle est en tous, elle est apparue à tous ; elle dévoile l'impiété qui est dans le coeur de l'homme par sa clarté ; oui, elle montre à tous les hommes les gestes du péché ; elle attire le coeurs des hommes loin de cela ; elle dévoile les convoitises du coeur et de la pensée, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie ; elle ne se lie jamais au péché ; rien ne peut altérer sa pureté et sa propriété ; et quoique certain qui se sont tournés vers elle, se sont détournés d'elle à nouveau et qu'il sombrent en eux-mêmes dans la dépravation ; pourtant elle conserve toujours sa pureté et condamne leur dépravation. Beaucoup ont parlés de la Grâce en cet âge de professions, ne sachant pas de quoi ils parlaient, n'étant non plus incapables d'informer les esprits des hommes à savoir où l'on doit s'attendre à la Grâce, ni  comment la Grâce doit être reconnu, ni comment, ni quelle est l'opération de la grâce ; mais ils se sont écriés, dans leurs propres imaginations : « Par Sa Grâce nous sommes justifiés gratuitement de tous les péchés, passé, présent, et à venir » ; et, dans cette fausseté, des milliers ont été menés dans le puit des ténèbres ; en s'imaginant qu'ils étaient justifiés par la Grâce gratuite de Christ, tandis qu'ils étaient en dehors de la crainte de Dieu, ce dont elle leur aurait enseigné ; et tandis qu'ils ne faisaient pas attention à sa grâce, allant plutôt dans la fausseté, l'indifférence et l'arrogance ; et ainsi prétendant la justification alors qu'ils étaient serviteurs du péché et esclaves de la corruption- il en est ainsi, de vous tous qui avez prêchés la libre grâce en paroles. Et maintenant lorsque Dieu a donné à ceux qui se sont attendu à Lui, une compréhension pour déclarer la chose Lui-même, dont vous avez parlés, et maintenant vous criez qu'Il n'est pas un enseignant suffisant, laissez-moi vous poser une question : Est-ce que celui qui enseigne à renoncer à l'impiété n'est pas un Enseignant suffisant ? S'Il ne l'est pas, alors pourquoi les apôtres recommandaient les croyants à la parole de Sa Grâce, qui était capable de sauver leurs âmes ? Actes 20:32, Jacques 1:21. N'est-Il pas un Enseignant suffisant que celui qui est en mesure de sauver vos âmes ?

Voyant alors que la Grâce gratuite de Dieu, qui est Sa pure apparence, s'est ainsi manifesté ; ou que Dieu à travers elle, montre le péché, et nous en éloigne ; et que Dieu a tant aimé le monde qu'Il a envoyé Son Fils dans le monde, qui était et qui est la Lumière du monde, et qu'Il a déversé sa Grâce et l'a faite paraître à tous ; et que tous ceux qui s'attendent à elle, viennent pour être enseignés par Elle et ressentent son assurance, par conséquent tous sont sans excuse. Attendez donc en ce qui est apparue en vous ; car cela même qui dévoile les convoitises, les pensées ainsi que les gestes de péchés, c'est le don de Dieu, la Grâce de Dieu, et elle est suffisante ; et même si tous les hommes disaient qu'elle ne l'est pas, cela n'invaliderait pas votre foi. Ne faites pas non plus attention à de telle déclaration, vous qui l'avez reçu ; parce que nous avons en nous-mêmes le témoin de notre foi, qui nous procure le sentiment pur et parfait de l'opération de l'esprit du Seigneur ; qui sauve tous ceux qui croient en Lui du dehors de tout péché, et qui leur donne la victoire sur cela.

SECTION XI

S'il y a une Distinction ou Pas dans la Grâce.
Elle n'est pas Séparée de Christ.
Une Exhortation à Ceux Qui Soupirent Pour Son Apparition

Les pensées des gens ont été confondues (mélangés) par des distinctions, faites par ceux dont la sagesse est en-dessous de la sagesse de Dieu ; et qui disent qu'il y a une grâce à double sens. La première, qu'ils appelle commune, dont ils disent qu'elle est apparue à tous, Et deuxièmement, Celle qu'ils appellent spéciale et salvatrice, disant qu'elle est apparue aux saints.

En prêtant attention à ces distinction, voilà plusieurs années, je suis passé de l'apparition de la lumière en moi, à l'écoute de quelque chose se trouvant à une distance de moi ; et en ne prêtant pas attention à ce qui était à la maison et tout près de moi, parce que disait-on cela était commun et insuffisant, Je me suis perdu moi-même ainsi que mon guide ; pourtant après plusieurs années de profession, Je fus amené à revenir à ce qui était appelé commun et insuffisant, avant de retrouver la faveur du Seigneur, ou de ressentir sa puissance. Le Premier, ils se sont basés sur la lettre où il est dit : « Il fait se lever le Soleil sur les  bons et les mauvais ; et fait pleuvoir sur les justes et les injustes » et « En Lui nous vivons et mouvons et avons notre être ; » et ils disent que par ceci nous découvrons de grossiers péchés.

Le Second, qu'ils appellent spéciale, ils disent, que c'est celui par lequel les saints sont sauvés et, établit dans la justice, et qu'ils reçoivent la rémission des péchés.

Maintenant celui qui fait se lever le soleil ainsi que tomber la pluie ; et qui  procure force et santé à la création extérieure et visible ; qui dé voile à l'homme ses grossiers péchés, est celui là même qui est la vie de l'âme, qui sanctifie, purifies et qui sauve ceux qui croient. La même Puissance qui maintient l'homme naturel, maintient l'homme spirituel. La même Puissance, (Je ne dis pas la même mesure d'elle), par laquelle toute chose visible subsiste dans leur station, préserve tous ceux qui croient et ils sont vivifiés par Elle qui est la Puissance de Dieu. La même puissance qui dévoile les endroits sombres de l'horrible fosse, conduit tous ceux qui croient en Elle au monde des  vivant. La même Grâce qui dévoile les péchés ouverts, dévoile aussi ceux qui sont cachés et secrets ; par contre elle brille moins dans ceux qui sont dans l'incrédulité, parce que sur eux le voile est épais et les nuages nombreux ; mais en ceux qui croient en Sa Grâce, Elle déchire le voile, et dissipe les nuages, et répand sa clarté.

Que cette grâce soit d'une certaine mesure apparue à tous les hommes, elle est une vérité qui sera témoignée par la terre entière au jour de l'apparition du Seigneur et elle est maintenant témoignée par tous les enfants de la lumière, qui croient ; par conséquent, tous sont sans excuse. Et à l'intérieure de celle-ci il y a le merveilleux amour de Dieu rendu manifeste à toute l'humanité, et tous ceux qui se tournent vers sa Grâce verront qu'Il a attendu longtemps pour être gracieux, afin que toute l'humanité puisse être rendu participant de sa bonté, de son amour, de sa miséricorde, de sa faveur et de sa Grâce gratuite.  Par conséquent, dans l'amour pour tous ceux qui sont sur la face de la terre où ceci peut venir, J'écris ceci, afin qu'ils puisse aussi être participant, avec moi, de la Grâce et de l'Amour gratuit de Dieu, par lequel je suis sauvé, et qui connaissent les murs qui sont le salut, et les portes qui sont les louanges ; dans lesquelles les saints sont entrés, et avec lesquelles ils ont été entourés.

Lorsque je parle de la Grâce suffisante, et que je dis qu'Elle est une Enseignante suffisante, Je ne parle pas d'elle comme étant distincte(séparée) de Christ ; ni  comme d'une chose séparée de la puissance de Dieu, mais comme étant avec et avec Celui d'où Elle est venu. Car Il est le salut même, dans la Grâce de Dieu, par laquelle Il se manifeste Lui et son salut, à ceux qui croient, et qui sont de même nature. Car là où est manifestée l'apparence et la présence de Christ, il y a manifestation de Sa puissance, que ce soit pour la  condamnation ou pour le salut. Et même si son apparition est unique en soi, pourtant pour ceux qui ont gâchés sa contenance et qui l'ont percé, sa présence a toujours été, et sera toujours très redoutable et terrible ; mais pour ceux qui ont soupirés pour Lui, et crut en Lui, et qui ont continués avec Lui, et souffert avec Lui son apparition sera douce et glorieuse. O ! que tous ceux qui soupirent après Lui, puissent s'attendre à Lui dans la patience, à l'intérieur là où Il apparaîtra ; et ils le verront, le fait de le voir sera une récompense pour tous leurs soupirs, leur soif, leur désir, et leur attente ; qui disparaîtront quand Il apparaîtra, celui qui rend le coeur heureux ; qui élève la Lumière de son  visage, et rétablit ceux dont les coeurs ont été brisés pour Lui. Par conséquent, tous attendez, et ne pensez pas que le temps est long ; gardez votre esprit fixé sur sa Grâce, qui est son apparence, et vous le ressentirez et le verrez, et  vous serez satisfait, et en mesure de dire : « C'est notre Dieu ; nous nous sommes attendu à Lui, et Il nous sauvera. C'est notre Seigneur ; nous l'avons attendu, nous serons heureux et nous réjouirons en son salut. » Mais, même si Dieu, dans son éternel amour pour les fils des hommes, les a suivit, et appelés à revenir ; pourtant cette nature qui est dans l'homme, qui a transgressé contre la Vie, résiste toujours à l'attirance du Seigneur ; et n'est pas assujettie à la Loi de Dieu, ni à la Grâce de Dieu qui enseigne à renoncer à toute impiété et aux convoitises mondaines, qui ont entourées la créature d'une épaisse nuée, jusqu'à ce qu'il y ait une écoute de ce qui montre l'impiété, qui possède un elle la puissance ; car personne n'a la puissance,  ni l'autorité de lui-mêmes, sur ce qui mène à la transgression. Par  conséquent, bien que Dieu est apparut à tous les hommes dans sa pure et parfaite grâce, pourtant tous les hommes n'ont pas reçu la grâce. Car bien que le Seigneur offre son Don afin que la créature puisse la recevoir et qu'elle participe à sa vertu et à son opération ; cependant, ce qui qui est contraire à la grâce, ne recevra jamais cela ; car la grâce est contraire à ce qui s'y oppose, ce dont elle mortifie, et lui en ôte la vie, et brise l'hostilité. Par conséquent tous doivent rester tranquille et faire silence, de sorte qu'ils puissent ressentir ce que c'est de ressentir la grâce, s'élever au-dessus des pensées et des désirs corruptibles de l'esprit charnel.

Beaucoup de ceux qui parlent de la Grâce gratuite, ne font aucune différence entre ce qui est précieux et ce qui est odieux ; mais ils déterminent les gens sur la un fait et une oeuvre, qui sont dans l'inimitié et maudites, et dans la mort ; et donc ils ont produit des oeuvres mortes, malgré toute leurs performances. Puisqu'ils sont mort à la vie de Dieu, un autre agit en eux ; celui là même qui a le pouvoir sur la mort, qui est le diable. Et n'ayant pas connaissance de ce qui, en eux est précieux, ils ne peuvent être ministre de ce qui est précieux au dedans des autres, mais ils sont plutôt des ministres de mort.

Maintenant, même si tous n'ont pas reçu la grâce, afin d'être sauvé du péché, la faute n'est pas en Dieu ; la faute n'est pas non plus dans la grâce, « qui est apparue à tous les hommes » ; ni à cause de son imbécillité et de sa faiblesse ;  mais parce qu'elle n'est pas écouté , on ne l'a pas attendu, on n'a pas crut en elle, ni reçu, et ni obéi. Car ceci est une vérité éternelle, qui demeurera pour toujours. La plus petite mesure de la Grâce de Dieu a la puissance en elle-même, de sauver l'homme de  commettre le mal ou le péché, en lui montrant ; et alors qu'elle est reçu, la puissance est de plus en plus manifestée, en laquelle tous ceux qi croient viennent à être préservés du mal.

Il n'y a pas de variation ou de changement dans le don de Dieu, mais aussi Il oeuvre à plusieurs niveaux. La foi et l'incrédulité sont deux choses différentes, tout comme la lumière et les ténèbres sont différents. Par conséquent, la parole de la grâce de Dieu est la saveur de la vie à la vie pour ceux qui croient ; et elle est la saveur de la mort à la mort pour ceux qui sont dans l'incrédulité ; qui en fait, sont mort quoique vivant. Ici nous avons la Grâce, mais deux opérations différentes. Le Seigneur tue et donne la  vie ; pourtant c'est le même Seigneur. L'Esprit convainc le péché, et réprouve le péché ; et aussi Il console et réconforte ; il y a diversité des opérations, pourtant le même Esprit.

Et même si les insouciants et ceux qui ne croient pas disent : « Nous ne ressentons aucune puissance ni suffisamment en grâce pour nous sauver » ; cela n'annule pas la confiance de ceux qui l'ont reçu et  connu sa puissance, qui leur a donnés le pouvoir de faire la  volonté de Dieu. Même si les incroyants, qui sont dans l'aliénation disent : « qu'il n'y a pas de beauté, ni de forme ou de grâce en Christ » ; ceci n'annule pas sa Grâce, qui est l'expression de l'image du Père, plein de grâce et de vérité. Les disciples, qui étaient dans la foi, ont vu Sa gloire, et ont soutenu Son témoignage ; et les Pharisiens, qui étaient dans l'incrédulité, disaient : « il a un démon ».

Paul, qui était ministre de la lettre de réconciliation, fut battu par le messager de Satan ; et il pria Dieu par trois fois pour cela ; et cette réponse lui fut donné : « Ma grâce te suffit. » Donc ceci est clair pour toutes les compréhensions, qui sont ouvert par le Seigneur ; que cela même qui lui montre les coups du messager de Satan était suffisant pour le préserver. Et donc ça l'est pour tous ceux qui restent seulement avec cela, suffisant pour démontrer l'impiété par sa pureté ; et pour guider loin de la convoitise mondaine, et enseigner la volonté de Dieu, et pour  vivre une  vie pieuse au milieu de ce monde par sa puissance. Ce témoignage je le porte à cause de cela ; même de ce que j'ai ressenti, goûté, et reçu de sa suffisance et de sa vertu, et de la puissance de son opération, pour l'information de ceux qui ont soif du Seigneur ; et pour opposer les argumentateurs et ceux qui s'y opposent ; ce témoignage je le commente à cette part de Dieu qu'il y a en chaque homme et qui me sera témoin au jour de Dieu, lorsque tous les coeurs seront ouverts, et que toute fausseté et vérité seront rendu manifestes.

SECTION XII

Un Mot aux Hommes Sage du Monde,
Qui Glorifient le Son des Paroles,
et qui Adorent les Apparences Extérieures ;
ainsi qu'à Tous les Croyants de la Lettre Qui Essayent de Rechercher les Choses Profondes de Dieu ;
et d'Adorer Dieu Correctement avec Leur Sagesse Naturelle, Leur Savoir, Leur Portions, et Leur Étude.

Dieu déverse sa puissance et sa Gloire, et la fait s'écouler sur ses petits, par Elles vous êtes tous pesés- toutes vos parties, langues, langages, interprétations, significations, et sagesse ; qui ne sont que naturelles. Car bien qu'il existe plusieurs langages et que chacune d'elle possède une interprétation, et une signification, elles sont tous insuffisante pour déclarer la vie, l'être incommensurable de la vie éternelle : vos langues, et la signification de toutes les langues, ne peut connaître la pensée de l'Esprit ; non plus ne pouvez vous connaître l,origine du salut éternel par celle-ci. Mais ne connaissant pas le sens de l'esprit vivant et éternel en vous-même, vous inventez, étudiez, divisez, formez, et modelez des choses dans vos esprits charnels ; et vous avez remplit le monde de vos sombres et brumeuses conceptions ; et avez éloignés les gens de la recherche selon la sagesse du Dieu vivant, qui vient d'en haut ; et qui était avant que vos langues et langages fussent ; et ils se sont enfermés dans vos conceptions, et distinctions, dans vos fables inventées, et vos adorations imaginées ; en cela plusieurs ont perdu le sens de tous ce qui est de Dieu pour les guider en eux-mêmes. Il est déplorable de voir comment les gens sont sortis de la pure simplicité qu'il y a en Christ, pour entrer dans la subtilité et la tromperie ; et sont devenu remplit de ce qui doit être totalement déversé comme l'eau, avant d'en arriver à la plus petite mesure de la connaissance salvatrice et véritable de Dieu. O ! un terrible jour est venu sur plusieurs ; et cela ne tarde pas, mais il viendra rapidement  comme un voleur sur vous qui, avez enlevés la clé de la connaissance, et avez donné aux peuple celle qui n'ouvre pas : vous, et ceux qui vous suivent, serez enfermés ensembles comme des fous, même si vous vous percevez comme des sages ; votre sagesse va périr, et votre honneur répandu dans la poussière.

Et vous, qui professez la lettre, qui avez en tête les écritures, et qui avec vos esprits charnels en parlez ; vous avez pris, et vous exaltez une pratique ombrageuse visible, et vous négligez la vie, et vous fabriquez des idoles avec ces choses qui n'étaient que des figures et des représentations. Dans leur temps le plus pur ; vous, à l'instar des Pharisiens, limitez le Seigneur ; de sorte que s'Il ne vous apparaît pas à vous selon ces choses que vous avez prescrit pour vous-mêmes à partir de la Lettre, vous ne pouvez le recevoir. Puisse le Seigneur ouvrir votre entendement, afin que vous puissiez vous regarder et voir à quel point vous êtes vains léger et superficiel : faisant un avec le monde ; prétendant la liberté en Christ, alors que vous pouvez voir que vous êtes au service de la corruption ainsi que des nombreuses convoitises répugnantes.

Encore une fois, quels sont toutes les apparences extérieures, qu'un rideau, ou un voile, ou une ombre, à l'égard de Christ, La justice intérieure de Dieu ; mais vous êtes tellement remplit d'appréhension de Sa justice à un point tel que vous avez tous oubliés de votre demeure ; sa justice ne sera pas un manteau pour votre présomption et votre impiété. Et si Christ n'est pas formé en vous, et ne vie pas en vous, et n'agi pas en vous, et qu'il n'oeuvre pas en vous, vous êtes dans la présomption. Parler d'imputation ne vous sauvera pas, alors que vous n'êtes pas dans cette capacité, cette nature, et cette foi, dans lesquelles sa nature est imputée. Ne voyez-vous pas votre terre devenir infertile, votre profession s'assécher, et votre adoration mourir ? À quand rechercherez-vous ce qui dure pour toujours ? J'ai pitié de vous qui avez soupirés après Dieu, et qui avez pris votre aise dans ce qui n'est pas éternel. Soyez averti, retournez à la maison, considérez, voyez su quelle corruption vous avez maintenant le pouvoir, qui jadis avait pouvoir sur vous. Vous reposez-vous sur cette foi de ne jamais être lavés ici bas ? C'est là plutôt de l'incrédulité ; ce n'est pas là la foi des élus de Dieu, par laquelle ils sont sanctifiés, et ont vaincu le malin en eux, par la puissance de Christ ; et par laquelle ils sont rachetés des liens de la corruption afin de le servir Lui, dans l'Esprit de Dieu, dans lequel les fils de Dieu sont libérés du péché, du geste et de la culpabilité, et deviennent des temples du Saint-Esprit. Considérez combien vous êtes loin de cela, vous qui n'êtes jusqu'ici que des temples d'impuretés. Repentez-vous, et prêtez attention à ce qui vous vide de vos propres pensées et prétentions, afin que vous puissiez connaître la pauvreté de l'Esprit ; afin que le Royaume de Dieu puisse entrer en vous, et qu'il vous appartienne.

C'est là, la véritable condition de plusieurs d'entre vous ; reconnaissez-le et repentez-vous ; afin que, s'il est possible, vous puissiez trouver la porte de la miséricorde ouverte pour vous ; et que vous puissiez y entrer. Car elle n'est pas établit et ne se conforme pas à une pratique visible extérieure, qui vous justifiera, alors que ce qui est dans la transgression, et qui a désobéi à la Lumière dans la conscience domine en vous ; cela ne vous recommandera pas à Dieu ; et ne vous donnera pas non plus accès à Dieu, ni l'acceptance avec Lui dans cette condition. Vous devez venir au Rocher avant de connaître quoique ce soit qui puisse être durable ; « ce Rocher c'est Christ ». Vous devez venir à Lui avant que vous puissiez connaître en vous-mêmes le salut, ou la rédemption, ou avant d'avoir le Saint-Esprit, le témoin de Dieu ; sans lequel il n'y a aucun véritable zèle, ni évidence, ni assurance de l'amour de Dieu apprécié.

Le temps du rétablissement est venu, plusieurs sont rétablit à nouveau dans l'alliance de Dieu ; et sont libérés des mâchoires de la mort ; et sentent celui qui est le guérisseur des ruptures, qui les ramène des lieux abandonnés. Mais tous doivent venir  voir l'endroit rendu désert, la demeure de la nature sauvage, avant qu'ils viennent pour avoir part au rétablissement. Sortez donc de ces montagnes infertiles d'où vous vous nourrissez, pour entrer en Christ, la Vie des hommes, qui vous a éclairé, de sorte que vous puissiez ressentir sa pensée en vous ; ou alors vous aller errer par manque de connaissance, et périr par manque de compréhension, et ainsi abaisser votre tête dans la tristesse.

SECTION XIII

Le Royaume de Dieu et du Christ Déclaré .

Le Seigneur a préparé son Trône dans les cieux ; et Son royaume règne sur tout. Son règne, est un règne qui dure à jamais. Il est un esprit ; Son royaume est spirituel. Il est immortel ; son Royaume l'est aussi. Il est Lumière ; Sa demeure l'est aussi. Dans Son royaume, il n'y a aucune impureté, et jamais il n'y en aura. C'est éternellement glorieux ; une habitation paisible. C'est introuvable et inexplicable. C'est en cela que tous ceux qui croient viennent pour L'apprécier, Lui qui est la plénitude de toute choses ; soit visible ou invisible ; étant Lui-même une bénédiction éternelle ; qui fait de tout ceux qui croient en Lui, des participants de Son royaume, grâce, puissance, dignité, règne et gloire céleste. Mais ces choses sont cachées du monde ; de ceux de la Terre n'ayant pas obtenu la rédemption. Quand Christ enseignait à Ses fidèles, Il les exhorta à « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu, » Mat 6:33, même alors qu'ils étaient dans le corps.  Il disait aux Pharisiens : « Le Royaume de Dieu est en vous. » Certains pourraient dire : Avons-nous donc besoin de rechercher ce qui est déjà en nous ? Oui, c'est comme un trésor caché dans un champ. C'est comme une semence d'un grain de moutarde au milieu de nombreuses autres grandes semence, qui ne se trouve pas facilement. C'est comme une pièce d'argent perdu dans une maison remplie d'ordures ; on ne la retrouvera pas tant que toutes les ordures ne seront pas balayées. Chacun doit creuser profondément, chercher rigoureusement, et balayer proprement avant de la trouver ; car bien que le Christ dit aux Pharisiens : « Le royaume de Dieu est au milieu de  vous », Il n'a pas dit qu'ils le possédaient. Aux disciples auxquels Il Enseigna à prier dans la foi, « Que Ton Règne vienne », Il a dit : « Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !. » Luc 6:20. Ils l'avaient vu et ils en étaient possesseurs. Et Il leur dit encore : « Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance. » Marc 9:1. Et Ses paroles furent accomplit ; et ils déclarèrent ce qu'ils avaient vécu, et ont dit : « Le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance. » Et Paul, écrivant aux Romains, qui étaient participants de la même puissance et du même royaume, dit : « Le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit. » Rom 14:17. Et aux Colossiens, qui avaient attendu cela et y avaient cru : « Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour. » Et aux Hébreux il a dit : « Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos. » Ces choses ont été témoignées en étant dans le corps, ressenties à l'intérieur par la semence immortelle, par ceux qui ont été témoins de la naissance immortelle vivant en eux. Et tout ceux qui parviennent à voir le royaume de Dieu, qui est spirituel, doivent attendre dans l'Esprit, pour que Dieu et Son royaume, ainsi que les choses de Son royaume, soient ressenties, vues, et appréciées, ce qui est glorieux.

Les saints ne recherchaient pas d'autres gloire que celle qui résidait dans la vie éternelle. Et la cité qu'ils recherchaient était celle dont Dieu était le fondateur et le bâtisseur ; et ils recherchaient et attendaient de recevoir sa puissance, dans laquelle se trouve le royaume en cette vie ; ainsi que pour connaître son autorité et son règne éternel  : Je ne dis pas la pleine force de sa gloire, qui est celle que tous ses saints, dans la mesure témoignent, et qu'en son temps, par la foi, ils apprécient. Car par la foi ils en viennent à le voir, Lui qui est invisible ; et les choses de son royaume qui sont invisibles, spirituelles, et éternelles.

Le Royaume de Dieu s'est approché de nombreuses personnes ; et sa puissance ainsi que son salut en Christ est vu par beaucoup. Honneur et Louanges Lui soient rendu éternellement, Lui qui est le seul potentat ; qui place toute autorité en dessous de ses pieds, que Dieu puisse être tout en tous ! Mais chacun doit premièrement parvenir à ressentir le royaume en Lui-même, qui est comme un petit grain ; et y croire avant qu'il puisse savoir où il consiste. Et par la suite il est connu dans une certaine mesure, ceci est est bien en deçà du poids de la gloire éternelle. Pourtant celui qui croit est entré dans le repos, et devient participant du don céleste, de la puissance, et de la grâce, qui est glorieuse, et qui témoigne du lieu céleste en Jésus-Christ ; mais il reste néanmoins plusieurs ennemis à surmonter, et plus de la demeure céleste, qu'ils ne voient pas, à être révélée ; comme il y a une demeure dans la puissance de Dieu, dans laquelle réside le royaume. Car Israël, le véritable type, après qu'ils eurent traversés le Jourdain, et prit Jéricho et Aï, et qu'ils eurent fait une entrée dans le Pays, il leur restait de nombreux ennemis à vaincre ; et il y en avait beaucoup dans le pays qui n'ont pas été fait propriétaire longtemps après. Même si, après qu'il y ait une entrée faite dans le véritable repos, et que l'ont jouissent de certaines possession, il reste malgré tout plusieurs ennemis à vaincre ; et beaucoup plus de l'héritage céleste à être apprécié par ceux qui demeurent dans cette puissance, qui donne la victoire sur le péché et sur le diable, sur l'enfer et la tombe ; et ceux-ci deviennent participant de Dieu, et ils reçoivent, en leur temps, la couronne de l'immortalité.

Et pour  conclure, Je dis à tous ceux qui soupirent après Dieu, et qui attendent de ressentir Sa puissance : Conservez dans vos pensées la pure mesure du Saint-Esprit de Dieu, et en cela attendez de voir Son Royaume, et son règne, et de devenir participant de cela, et de Lui, qui est glorifié avec le Père, en son Royaume, avec la gloire que nous avions avec le Père avant le commencement du monde ; car quiconque vient afin de jouir du royaume de gloire qui ne se dissipe pas, est heureux éternellement.

CHAPÎTRE II

SÉLECTION ABRÉGÉE D'UNE OEUVRE INTITULÉE :

« LA GLOIRE DE LA VÉRITABLE ÉGLISE DÉVOILÉE. »

AU LECTEURS,

Dieu, dans sa grande sagesse a, dans tous les âges, manifesté sa volonté à ses serviteurs ; et, dans chaque génération, Il leur a montré comment Il voulait être adoré. Ceux qui ont été obéissant à ce qui a été manifesté, ont, dans chaque âge, ont trouvés acceptation de la part du Seigneur ; et ils ont eu la paix de Dieu dans leur coeur. Par la suite l'homme a transgressé la volonté de Dieu, et brisé son alliance, la cécité vint sur lui ; et il se mit à convoiter les choses terrestres ; et l'image de Dieu selon laquelle il avait été crée, fut perdu. Malgré cela l'amour de Dieu était tel, qu'Il ne l'avait pas complètement rejeté pour toujours ; mais Il le saisit afin de le ramener à nouveau, le sortir de la transgression afin de le ramener de nouveau dans l'unité avec Lui-même. Et quand l'homme est allé dans les ténèbres, le Seigneur s'est abaissé si bas afin de venir près de lui et dans la condition dans laquelle il était. Il a fit une alliance avec lui quand son coeur se trouvait à l'extérieur, tourné vers les choses extérieures ; et Il lui donna des commandements extérieurs, des règlements, et des ordonnances, pour qu'il puisse l'adorer en cela ; ces choses étaient des types et des ombres de choses meilleures à venir. Celles-ci étaient les ordonnances de la première alliance qui, plus tard, allaient être changées ; mais elles typifiaient plus les choses célestes qui devaient être révélées en son temps. Et lorsque vint Christ, la Semence, qui rétablit tous ceux qui croient, en Dieu, ils eurent une fin et passèrent ; car Dieu se manifesta encore plus clairement dans la chair à travers S.on Fils, qi avait la volonté du Père, et qui la déclara ; ce qui mit un terme aux ombres, et élimina les ordonnances écrites, qui consistaient en des types et des figures, et Il s'offrit Lui-même sur la croix, en propitiation pour les péchés du monde entiers. Et ceux qui croient en Christ et qui Le reçoivent, deviennent des fils de Dieu, et déclarent la pensée de Dieu telle qu'elle leur a été révélée, et l'Esprit leur donne de s'exprimer. Et ils deviennent d'un même coeur et d'une même pensée, et ils adorent Dieu d'un même accord,dans l'Esprit et la puissance du Père ; et séparés de l'adoration Juive et de sa forme, et ils se réunissent ensembles dans la puissance de Dieu, et ils le glorifient,et ils parlent librement des choses de Son Royaume, à tous ceux qui sont dans l'attente de cela.

Mais peu après que le mystère de la piété fut révélé, le mystère de l'iniquité commença à oeuvrer, et s'opposa à l'oeuvre du Seigneur ; Déjà il se transforma dans la similitude, l'apparence extérieure, et une forme de piété, et il vivait dans la chair ; et il commença à y avoir une apostasie et une déviation de cette gloire ainsi que de cette puissance qui était au début ; et l'antichrist oeuvra avec des signes et des prodiges mensongers, et posséda les paroles des justes, mais il haït la vie et la puissance de la piété, et ceux qui parurent en cela. Alors tous ceux qui furent sous le gouvernement de l'antichrist haïront le règne de Christ, et île dirent dans leur coeur : « Nous ne voulons pas de Lui pour régner sur nous », même si en paroles ils le confessaient. Et ils persécutèrent la véritable Église, et ils la  conduisirent dans le désert ; et mirent en place des imitations, des inventions, des traditions, et de vaines coutumes, ils appelèrent cela, apostolique et saintes institutions ; mais qui sont contraires aux institutions primitives et aux ordonnances de la Chrétienté.

Je vous ai conduit ainsi à travers divers temps et âges, pour distinguer les origines et le commencement de ces choses, qui sont comptés à présent comme des saintes institutions ; et pour démontrer qui furent les premiers à les ordonner, entre les jours des apôtres et aujourd'hui. Vous pouvez voir, dans le résumé qui suit, la condition et la gloire de la véritable Église avant l'apostasie, et sa condition durant l'apostasie ; comment elle a fuit dans le désert ; et comment le mystère de Babylone s'est levé, et que la fausse église s'est rendu visible. Plusieurs de ses doctrines et pratiques, qui sont contraires à l'Église primitive, sont également dévoilées ici, par lesquelles vous pouvez arriver à voir une différence entre les ordonnances de la véritable Église, et les traditions ainsi que les inventions de la fausse église ; qui sont beaucoup contestés de nos jours, par ceux qui disent qu'ils en sont venu à la véritable réforme, selon les temps primitifs ; mais dont les pratiques, comme vous pouvez les comparer avec ceux des temps primitifs, vous verrez qu'ils sont tout à fait contraires, et ne sont que de la fumée, et qui obscurcit l'air, et brouille l'entendement des gens, et les conduit dans l'ignorance et les ténèbres, et les empêchent de découvrir le chemin de la Vérité. Mais le Seigneur s'est levé ; et ce qui s'est levé dans l'apostasie est vu et exposé ouvertement à la vue de tous, afin qu'ils puissent abandonner les choses qui ne sont que des inventions et des traditions issues des hommes ; et dans lesquelles la vie éternel n'a aucun intérêt.

Lisez avec modestie, et dans ce qui est spirituel en vous, à travers lequel les choses de Dieu sont rendu manifestes en vous ; car avec cela j'ai l'unité : et comme vous vivez et marchez en cela, je vous fais mes adieu.

Francis Howgill

SECTION I

La Condition d'une Véritable Église,
à Partir de la Manifestation de Christ dans la Chair,
Jusqu'à la Fin des Jours des Apôtres,
Dévoilée Brièvement.

Dieu, selon Sa volonté déterminée et son conseille éternel, dans la plénitude du temps, envoya son seul Fils engendré dans le monde, pour être la Lumière du monde, un Leader pour le peuple, et une propitiation pour le secours du monde entier. Il obéissait à la volonté du Père en toute chose,selon ce qu'il fut témoigné de Lui par Moïse et les Prophètes, et tel que ce qui a été dit par David à Son sujet : « (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté. » Héb 10:7. Il a accomplit toute justice, et a mit fin à tous les types, figures, ombres, et adorations de la première alliance, tels que témoignent de Lui les apôtres, Heb 7:18. La Loi ainsi que le sacerdoce furent changés, n'étant que des figures et des ombres des bonnes choses à venir, et ils avaient des manquements, et ne rendaient pas parfaite la conscience de ceux qui sont venu dans cette alliance. Mais Il apporta un espoir meilleur et fit une alliance, à savoir, l'alliance de vie et de paix ; dont les prophètes, par l'esprit, témoignèrent, de Moïse à Samuel, et jusqu'à Jean.  De plus, Jean témoigna de Celui qui est « l'Agneau de Dieu » et qui « enlève les péchés du monde ». Jean 1:29, 36.

Puisqu'Il est maintenant venu, celui qui n'a pas été fait d'après la loi d'un commandement charnel, comme l'étaient Aaron et les reste des prêtres qui étaient sous la loi, mais d'après « la puissance d'une vie sans fin », et « s'étant offert Lui-même une fois pour tous », pour le perfectionnement de ceux qui sont sanctifiés, Il mit un terme à toutes les offrandes de la première alliance. Héb 10:14. Il a accomplit tout ce que les prophètes avaient prédit ; et Ses oeuvres témoignaient qu'Il est le Fils de Dieu. Il prêchait la parole du Royaume,et Il condamnait et se déclara contre ceux qui se collaient derrière dans les figures, les types, et les ombres ; [sondant les écritures en espérant y trouver la vie éternelle], et Il a dit : « Vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie, Je suis le pain de vie. » Il est venu pour accomplir la loi et toute la justice, et pour publier la parole de la foi, qui n'annule pas, mais qui établit la Loi.

Il a dit : « Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. » Il dit ceci aux Pharisiens, qui avaient la Loi et les prophètes, et qui agissaient en types et en figures, qui ne sont que les ombres des choses, et non pas les choses mêmes ; mais Il prêcha la véritable chose, la parole du Royaume, de puissance, et de vie ; et plusieurs de ceux qui entendirent Sa voix, qui ne pouvaient recevoir la vie en se soumettant eux-mêmes aux ordonnances, furent ravivés dans leurs coeurs et leurs esprits par sa voix, et vinrent ainsi à la vie ; et Il prit avec Lui des disciples, et les envoya prêcher la repentance ; et leur ordonna de débuter à Jérusalem. Par la suite, Il envoya aussi ses disciples et Il leur donna le commandement de prêcher à toutes les nations, et disciple ou de faire de tous des convertis dans le Nom du Père, Fils et Saint-Esprit. Il leur donna le pouvoir de chasser les démons, et de faire des miracles. Ceux-ci, après une saison, prophétisèrent la parole du Royaume, et reçurent les dons du Saint-Esprit pour l'oeuvre du ministère. Ils ne prêchaient pas les ordonnances de la première alliance, mais ils prêchaient Christ l'alliance éternelle, la puissance de Dieu, et la sagesse de Dieu, pour la rémissions des péchés ; et ils proclamèrent la Parole de la foi dans la bouche et le coeur, afin d'amener les gens à croire en celui qui est la Lumière du monde, et qui éclaire chaque homme qui vient au monde ; et plusieurs, autant Juif que Gentils crurent ; et ils se réunissaient dans un endroit. Et les nombreuses congrégations formèrent tous un seul corps, dont Christ, la vie, était la tête ; et dont ils avaient goûté la puissance. Quand ils se réunissaient, ils s'exhortaient et se réprimandaient les uns les autres ; et pourvoyaient à l'édification, au développement, et au réconfort les uns envers les autres dans la foi la plus sainte, ce qui leur procura la victoire sur le péché ; cette foi qui oeuvrait en eux par la Parole qui était près d'eux, dans leur bouche et dans leur coeur, ce qui était la Parole de consolation qui était au commencement. Ceux qui croyaient l'Évangile, grandirent dans de grands plaisirs et dans l'accomplissement d'une vie de justice en Christ. Et bien qu'au début ils connurent le ministère de la condamnation, et la sentence de mort, par la suite ils en vinrent à connaître le ministère de l'Esprit, portant le témoignage qu'ils étaient des fils de Dieu. Ils furent fait  héritiers selon la promesse, et co-héritiers avec Christ, dans le Royaume qui est immortel.

Ceux qui furent envoyés, qui avaient reçu gratuitement du Père, de Christ, et de l'Esprit, servaient le ministère gratuitement, sans aucun engagement ni sans rechercher de revenu venant du monde, mais ils allèrent de ville en ville en prêchant l'Évangile. De sorte que nous lisons sans contrainte, nous ne forçons pas le soutient d'aucune ville, qu'ils croient ou non. Le Père prend soin de ses moissonneurs ; et ce qu'ils reçoivent ils le donnent gratuitement, et il n'y avait aucune plainte ; mais leur soins ne visaient pas à rendre l'évangile de Christ coûteux ou imputable, mais plutôt que leurs mains puissent oeuvrer à leurs besoins. Acts 18:3.

La raison d'être de ce site internet est de montrer comment être 
libéré du péché
en bénéficiant de la puissance transformatrice de Dieu
qui conduit à l'union avec Dieu dans son Royaume.