La Croix Manquante pour la Pureté


 

Soumission au Gouvernement

On peut cliquer sur le texte en Bleu clair, ou en caractère gras bleu clair pour voir le texte dans les écritures, ou détails dans les écrits.

Les disciples du Christ sont en paix avec tout le monde et ne cherchent pas à se venger ni de changement extérieur ; ils recherchent plutôt un changement personnel intérieur. Pour eux, le monde passe et leur implication en celui-ci est une perte de temps. On leur a dit d'obéir aux lois de leurs gouvernements et d'être soumis à leurs gouvernements, peu importe combien ils peuvent être oppressant.

Lorsque vous cessez de résister aux lois du gouvernement ou à ses politiques, ou d'être concerné par qui fait quoi dans le gouvernement, vous serez étonnés de la liberté dont vous jouissez. Les préoccupations du temps (les soucis du monde) ne sont que gaspillage ; tel que j'ai entendu provenant de la voix du Seigneur à l'intérieur, « Vous pouvez passer votre temps à essayer de corriger le mal, ou vous pouvez passer votre temps à essayer de me chercher. »

Le fait de ne pas protester ou de ne pas résister au gouvernement ne signifie pas encourager ou endosser le gouvernement ou ses politiques,
cela ne fait que démontrer ou préserver votre engagement à suivre la paix avec tous les hommes.

Poursuivez la paix avec tous, et la sainteté, sans laquelle nul ne verra le Seigneur. Héb 12:14

s'il est possible, autant que cela dépend de vous, vivant en paix avec tous les hommes ; Rom 12:18

Si vous protestez, ou que vous résistez au gouvernement ou à ses politiques, parce que vous pensez que vous « avez été appelé à » faire ainsi, s'il vous plait lisez ci-dessous les passages du Nouveau Testament qui rejette de telles activités. Rappelez-vous, il est écrit que « Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et pour toujours ». Après que vous aurez lu ces passages, posez-vous la question, quel est l'origine de cet « appel » ? Est-ce là l'appel de l'Esprit de Christ en vous ? Si vous pensez que vous êtes « appelés » à faire quelque chose, Je vous demande : Où dans la Bible est-il fait mention d'être « appelé », comme vous dites ? Appelé c'est être sommé ou nommé. La Bible n'a pas une seule référence pour « appelé » comme quelque chose que Dieu vous exige de faire, excepté venir à Lui. Lorsqu'Il veut que vous fassiez quelque chose, Il vous donne des commandes ou des ordres ; pas un sentiment, pas un désire, pas une porte ouverte, pas une inspiration, pas une attirance, pas un « appel ». Ce mot est lancé par certaines sectes pour justifier quiconque ressent l'envie de faire quoi que ce soit, comme « appelé » à le faire. lorsque vous êtes conduit par Dieu à faire quelque chose, Il vous dit : 1) exactement quoi faire, et 2) quand exactement le faire ; Il donne les commandes ou les ordres de manière explicite ; toute autre manière ne vient pas de Lui.

Quel autre gouvernement aurait pu être plus oppressant que le gouvernement Romain qui a crucifié le Christ ? Et pourtant, nous pouvons lire que jamais une parole de critique ou de protestation, encore moins de suggestion séditieuse, ne fut parlé par Christ ou les Apôtres avant ni même après. Le gouvernement romain était aussi constamment impliqué dans des guerres et des insurrections ; mais jamais il n'a dit à ses disciples aucun mot de mécontentement envers le gouvernement ou ses politiques.

La Bible enseigne aux Chrétiens à rester non impliqués avec le monde, y compris toute activité politique, et de vivre en paix avec leurs gouvernements et avec tous les hommes. Voici les références de la Bible qui soutiennent la soumission aux gouvernements. Que ceux qui peuvent entendre, entendent. L'Apôtre Paul, dans Romains 13, dit à tous les Chrétiens :

Que toute âme se soumette aux autorités qui sont au-dessus d'elle ;
Car il n'existe pas d'autorité, si ce n'est de par Dieu ; et celles qui existent sont ordonnées de Dieu ;
De sorte que celui qui résiste à l'autorité résiste à l'ordonnance de Dieu ;
et ceux qui résistent feront venir un jugement sur eux-mêmes.
Car les magistrats ne sont pas une terreur pour une bonne oeuvre, mais pour une mauvaise.
Or veux-tu ne pas craindre l'autorité ? fais le bien, et tu recevras d'elle de la louange ;
car le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien ;
mais si tu fais le mal, crains ; car il ne porte pas l'épée en vain ;
car il est serviteur de Dieu, vengeur pour exécuter la colère sur celui qui fait le mal.
C'est pourquoi il est nécessaire d'être soumis, non seulement à cause de la colère, mais aussi à cause de la conscience.
Car c'est pour cela que vous payez aussi les tributs ; -car ils sont ministres [serviteurs] de Dieu, s'employant constamment à cela même. 
Rendez à tous ce qui leur est dû : à qui le tribut, le tribut ; à qui le péage, le péage ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l'honneur, l'honneur.

(Notez : cette soumission aux règles du monde, ne s'étend pas jusqu'à la soumission à l'état d'une religion imposée ou de règles religieux qui violent les commandes explicites de Dieu : ne pas jurer, se rassembler, et obéir à la voix du Seigneur, quand elle est entendu).

Pierre dit dans 1 Pierre 2:13-14
Soyez donc soumis à tout ordre humain pour l'amour du Seigneur, soit au roi comme étant au-dessus de tous,
soit aux gouverneurs comme à ceux qui sont envoyés de sa part pour punir ceux qui font le mal et pour louer ceux qui font le bien ;


Même aux serviteurs il est dit :
obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair,
ne servant pas sous leurs yeux seulement, comme voulant plaire aux hommes,
mais en simplicité de coeur, craignant le Seigneur. Col 3:22

Quiconque prend les armes est averti par Christ dans l'Apocalypse lorsqu'Il a dit,
« Si quelqu'un mène en captivité, il ira en captivité ; si quelqu'un tue avec l'épée, il faut qu'il soit tué par l'épée.
C'est ici la patience et la foi des saints. » Apoc 13:10

Nous savons que les guerres et les combats proviennent des convoitises des hommes, Jacques 4:1-3
le Seigneur nous a racheté de ces convoitises, et de ces occasions de guerre.

Nous savons que le diable est l'auteur des guerres, des batailles, des meurtres, et des complots. (lettre de George Fox ci-dessous)
Nos épées sont changées en socs, et nos lances en serpes, tels que prophétisé dans Mic 4:3
Par conséquent nous ne pouvons plus désormais apprendre la guerre, ni nous lever contre une nation ou un gouvernement avec des armes extérieures.

Christ nous dit :
Vous avez ouï qu'il a été dit : « Oeil pour Oeil, et dent pour dent. »
Mais moi, je vous dis : Ne résistez pas au mal ;
mais si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre ;
et à celui qui veut plaider contre toi et t'ôter ta tunique, laisse-lui encore le manteau ;
et si quelqu'un veut te contraindre de faire un mille, vas-en deux avec lui.[fait en un mille en extra]
Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent,
et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,
Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense avez-vous ? Les publicains même n'en font-ils pas autant ? Mat 5:38-47

Et, quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement. Mat 5:22

Ainsi, le Christ nous apprend à aimer tout le monde, et à être doux comme des colombes et des agneaux.
Il enseigne que la violence est déplorable à ses yeux. Mal 2:16

Et dans Mat 26:53-54, Christ a dit à ceux qui l'ont arrêté,
Penses-tu que je ne puisse pas maintenant prier mon Père,
et il me fournira plus de douze légions d'anges ?
Comment donc seraient accomplies les écritures, qui disent qu'il faut qu'il en arrive ainsi ? »

Non seulement les écritures n'auraient pas été accomplies, mais son sacrifice pour le monde n'aurait pas été fait.
Il qualifie en outre pourquoi il ne résiste pas à son arrestation ni à sa crucifixion,
lorsqu'il explique qu'il n'était pas vraiment de ce monde.

Mon royaume n'est pas de ce monde.
Si mon royaume était de ce monde,
mes serviteurs auraient combattu, afin que je ne fusse pas livré aux Juifs ;
mais maintenant mon royaume n'est pas d'ici. Jean 18:36

Ainsi le Royaume de Christ n'est pas de ce monde, et ses fidèles ne regardent pas à la terre pour leurs récompenses, mais plutôt au ciel et aux choses d'en haut.

Et Paul dans 2 Timothée Chapitre 2:4 dit : Nul homme qui va à la guerre ne s'embarrasse dans les affaires de la vie ;afin qu'il plaise à celui qui l'a enrôlé pour la guerre. Paul s'adresse à Timothée, un compagnon ministre et enseignant pour Christ ; et lui dit de demeurer en dehors des affaires de ce monde, (y compris toute activité politique), mais plutôt d'être seulement impliqué dans le travail pour le royaume du Christ, un royaume spirituel qui n'est pas visible à ce monde.

Par conséquent, ses serviteurs ne se battent pas comme il le dit Pilate, le magistrat qui l'ont crucifié.
Et ont-ils considéré le Christ comme un éleveur de sédition ? et ne pria t-il pas :
«Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ? »

Voici ce que William Penn a dit au sujet de se soumettre aux gouvernements :

.. tout comme la foi et la patience ont annulé le combat, dans la doctrine et la pratique de ces gens. En cela seraient-ils désagréables aux yeux du gouvernement civils, puisqu'ils ne peuvent pas se battre pour cela, ni se battre contre cela,... Mais bien que s'opposant aux combats, ils étaient tout de même soumis au gouvernement ; et cela non seulement par la crainte, mais aussi par par motif de conscience, là où le gouvernement n'interfère pas avec la conscience, croyant cela être une ordonnance de Dieu, et quand il est administré avec justice, c'est un grand avantage pour l'humanité. (Extrait de l'Introduction de William Penn au Journal de George Fox)

Ils obéissaient à toutes les lois, sauf là où la Loi allait en conflit avec leur devoir envers les commandes et compréhensions venant de Christ : comme refuser de jurer, refuser de suspendre leurs réunions d'adoration bannies par la loi, et refuser de payer les dîmes décrétées par le gouvernement aux sectes officiellement approuvées qui se réclamaient dans leurs droits géographique de percevoir les dîmes.

William Penn parlait à partir d'une époque où des milliers « d'enfants de la lumière » étaient emprisonnés, des centaines de leur mort, et jamais ils ne s'opposaient au gouvernement. Jamais ils ne se rassemblent pour une raison autre que d'adorer ou de traiter les affaires de l'église, c-à-d pour soulager la souffrance. C'était une époque de : guerres civiles sanglantes qui tuèrent brutalement des familles entières, du gouvernement oppressif d'Oliver Cromwell, de plusieurs Rois, de nombreux conflits de parlements, et de persécutions sévères- incluant 13,000 envoyés en prison, 1000 tués par blessures ou par emprisonnement, et 200 envoyés en esclavage. Mais il n'y eut aucune protestation de la part des membres, autre que des lettres et moyens personnels et courtois tels que pour les injustices des persécutions- jamais un groupe de personnes ne manifestaient ni même protestaient leurs persécutions ; encore moins quelques autres politiques de l'un des nombreux gouvernements auxquels ils furent confrontés.

L'Apôtre Paul appuie sa déclaration dans Romains 13:3-5:

Car les magistrats ne sont pas une terreur pour une bonne oeuvre, mais pour une mauvaise. Or veux-tu ne pas craindre l'autorité ? Fais le bien, et tu recevras d'elle de la louange ; car le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien ; mais si tu fais le mal, crains ; car il ne porte pas l'épée en vain. car il est serviteur de Dieu, vengeur pour exécuter la colère sur celui qui fait le mal. C'est pourquoi vous devez être soumis à eux, non seulement dans la crainte de leur colère, mais aussi à cause de la conscience.

Tout gouvernement devrait être confiant qu'ils peuvent ignorer les véritables Chrétiens à l'intérieur de leurs sociétés, confiant qu'ils ne pourraient lever ni même un argument contre eux, encore moins de conflit armée. Ils devraient être capables de tourner leurs dos aux Chrétiens, pour se concentrer sur d'autres sujets qui les concerne, sans même avoir une seule pensée anxieuse quant à leur sécurité.

Les premiers Quakers, lorsqu'ils étaient suffisamment matures en tant que chrétiens, étaient envoyés sur les places du marché pour témoigner contre le mensonge, le gaspillage de la mode, la cupidité, l'immoralité sexuel, les serments, les faux prophètes, etc., ce pourquoi ils étaient grandement persécutés. Les Quakers des derniers jours, ayant oublié ce qu'est le péché, à la place vont descendre dans les rues pour s'opposer aux services armées de leurs gouvernements - évidemment en concluant que le seul mal de l'homme c'est de porter les armes ; en forte contradiction avec les avertissements et les définitions du mal dans la Bible. Comprenez qu'ils témoignent simplement contre le péché dans les marchés, ne témoignant pas contre les gens qu'ils voient pécher- ils ne pourraient pas voir l'avidité, l'immoralité sexuel, le mensonge, la tricherie, etc.

Tous ceux qui descendent dans la rue pour une insurrection ou même pour critiquer les autres sur une question sociale ou politique prenez garde - vous violez les commandes du Christ et son exemple. En tant que Chrétien, vous êtes seulement autorisé à critiquer les actions de ceux qui se nomment eux-mêmes chrétiens. Si cette personne est un membre de votre église, il vous faut l'avertir dans une série d'avertissements et d'appels- et s'il ne parvient pas à se repentir de ses actions  vous devez vous dissocier d'avec lui et l'éviter. Mais, vous n'êtes pas censé critiquer les personnes en dehors de « l'Église » ; comme Paul dit : Car qu'ai-je affaire de juger ceux de dehors aussi ? .. à Dieu seul appartient le jugement de ceux qui sont dehors.1 Cor 5:12-13. Donc, si vous sortez et que vous confrontez les gens avec une question politique ou sociale, [même une protestation pour la paix, qui est un oxymore en soi], en leur disant qu'ils pratiquent le mal par ce qu'ils font, vous êtes coupable de censurer et de porter un jugement sur ceux qui ne servent pas Dieu.

Même les protestations contre les militaires sont sans précédent chrétien. Considérez ces quatre dossiers :

1) Jean-Baptiste, baptisant dans le désert, disant aux gens de Préparer la voie du SEIGNEUR par la repentance :

Et les foules l'interrogèrent, disant : Que faut-il donc que nous fassions ?
Et répondant, il leur dit : Que celui qui a deux tuniques en donne à celui qui n'en a point,
et que celui qui a des vivres fasse de même.
Et des publicains vinrent aussi pour être baptisés ; et ils lui dirent : Maître, que faut-il que nous fassions ?
Et il leur dit : Ne percevez rien au delà de ce qui vous est ordonné.
Et des gens de guerre l'interrogèrent aussi, disant : Et nous, que faut-il que nous fassions ?
Et il leur dit : « Ne commettez pas d'extorsions, ni n'accusez faussement personne ; et contentez-vous de vos gages. » Luc 3:10-14

Aussi, notez que pour Luc 3:14, la version King James dit : « Ne faites violence à aucun homme. »
Mais la version New King James contredit la King James disant : « N'intimidez personne. »
Et la New International contredit la King James disant : « N'extorquez pas d'argent. »
La version Amplifiée contredit la King James disant : « Ne jamais demander ou forcer en terrifiant les gens. »
La version New American Standard contredit la King James disant : Ne prenez l'argent de personne par la force. »

Le grec de la Net Bible dit aussi : « Ne prenez l'argent de personne par la violence. »

Donc, la King James est fausse. Malheureusement Robert Barclay, un écrivain des premiers Quakers, qui avait admis ne pas être arrivé à la perfection, avait choisi de défendre le droit Quaker du refus de porter les armes, sur la base de « Ne faites violence à aucun homme. » Ceci devint plus tard la base pour les générations successives de Quakers pour dire incorrectement aux autres que toutes les armées avaient tort. Pourtant rappelez-vous, les soldats Romains en Israël étaient des gardiens de paix, la police. Alors Jean le Baptiste leur disait d'accomplir leur devoir, sans oppresser personne. Ils fonctionnaient à titre de magistrat, qui portaient l'épée contre ceux qui faisaient le mal, pour le bien de ceux qui font le bien. Ils préviennent le comportement criminel. Il est clair qu'il ne voyait rien d'immoral à servir comme un soldat ; ; s'il avait pensé le contraire, ils leur aurait clairement dit, et non par des mots incertains de changer de travail. Il n'avait certainement aucune difficulté à s'adresser aux Pharisiens : Et voyant plusieurs des pharisiens et des sadducéens qui venaient à son baptême, il leur dit : Race de vipères, qui vous a avertis de fuir la colère qui vient ?

2) Dans son Journal, nous avons des rapports de George Fox convertissant de nombreux soldats à la vérité, mais jamais il n'a dit à l'un d'eux de se trouver une autre job- cela était laissé à Christ de décider si et quand communiquer directement avec eux. Venant du Journal :

Pendant que j'étais encore à la Maison de Détention, je vis venir à moi un militaire qui me raconta que tandis qu'il était assis dans une maison à clocher, écoutant un prêtre, il s'était senti profondément troublé parce qu'il avait entendu la voix du Seigneur lui dire : « Ne sais-tu pas que mon serviteur est en prison ? Va vers lui et demande-lui de te diriger. » Alors je lui parlai conformément à son état, et son intelligence fut ouverte. Je lui dit alors que Celui là même qui lui a montré ses péchés, et pour lesquels il fut troublé, lui montrerait son salut ; car celui qui montre à l'homme ses péchés, c'est celui là même qui les lui enlève. Tandis que je lui parlais, la puissance du Seigneur ouvrit son entendement de sorte qu'il puisse avoir une bonne compréhension dans la vérité du Seigneur, et afin de le sensibiliser à la miséricorde de Dieu. Il parla avec audace dans ses quartiers parmi les soldats, et aux autres, concernant la vérité, (car les écritures lui étaient très ouvertes), de tel sorte qu'il dit ; « que son colonel aussi aveugle que Nébuchadnetsar, de jeter le serviteur du Seigneur en prison. » Sur ce, son colonel éprouva une rancune contre lui ; et à la bataille de Worcester, l'année suivante, quand les deux armées se trouvaient rapprochées l'une de l'autre, deux soldats sortirent de l'armée du roi, et vinrent défier deux de l'armée du parlement pour se battre contre eux ; son colonel le choisit lui et un autre pour répondre au défi. Et lorsque durant l'affrontement son compagnon fut tué, il conduisit ses deux ennemis, à portée de fusil, hors de la ville, sans tirer un seul coup de pistolet sur eux. Ceci, à son retour, il me le raconta personnellement. Mais lorsque le combat fut terminé, il remarqua la tromperie et l'hypocrisie des officiers ; et étant sensible à la façon dont le Seigneur l'avait si merveilleusement préservé, et voyant aussi à la fin des combats, il déposa les armes.

George Fox fut arrêté, emprisonné, traînés devant les tribunaux, et escorté par des hommes sous les armes à plusieurs reprises tout au long du Journal, mais jamais il ne leur a dit que porter les armes était mal.

Il y eut de nombreux soldat qui devinrent Quaker et qui sont resté dans l'armée. Beaucoup, comme celui ci-dessus, plus tard à un point de leur croissance chrétienne, devinrent incapables de faire du mal à leurs semblables, et demandèrent l'autorisation de quitter ou un travail sans combattre. C'est une question de conscience individuelle, après que Dieu ait changé et enseigné chaque individu.

William Penn avait entendu Thomas Loe prêcher plusieurs fois avant de joindre la société. Tandis qu'en Irlande, il entendit Loe prêcher à nouveau, et le rejoint ; ayant déjà participé à plusieurs réunions en Irlande, un soldat est venu dans l'une des réunions Quakers et causa une grande perturbation ; au cours de laquelle William Penn vint à lui, le prit par le collet, et voulut le jeter en bas des escaliers, si ce n'eut été de l'interférence d'un Ami ou deux qui demandèrent à William de le laisser, lui disant que les Amis étaient un peuple paisible, et ne voulaient aucun dérangement. Ceci est une dure évidence que les premiers Quakers ne prêchaient pas contre la guerre ou la paix extérieure, mais laissaient cela à la conscience individuelle.

De plus, au moment d'avoir presque jeté le soldat en bas de l'escalier en Irlande, Penn n'avait pas encore rencontré George Fox. Alors qu'il venait tout juste d'être convaincu, il alla voir Fox et lui demanda s'il devrait continuer à porter son épée. Fox lui répondit, « porte la aussi longtemps que tu le peut ». Par la suite, lorsqu'il rencontra Penn sans son épée, Fox dit, - « William, où est ton épée ? » « Oh », dit Penn, « J'ai suivi ton conseille. Je l'ai porté aussi longtemps que j'ai pu. » Fox avait délibérément laissé à Christ le soin de dire à Penn quand il devrait cesser de porter son épée, et il a cessé de la porter.

La Lettre de Fox au Roi Charles, la base de l'actuel Mouvement de Protestation pour la Paix, dénonçant que les Quakers n'utilisent jamais les forces armées est en bas. Cliquez ici pour vous y rendre et la lire. Ici Fox ne faisait pas la leçon au Roi sur l'utilisation de la force, (sauf contre les innocents) ; il expliquait au Roi qu'il n'avait rien à craindre des Quakers utilisant la force armée. Notez la phrase clé, qui est totalement ignoré de ceux qui utilisent cette lettre, citée hors contexte, comme justification pour leurs protestations pour la paix :

« Ceci est un témoignage certain adressé à tout le monde de la vérité de nos coeurs en particulier, que comme Dieu persuade le coeur de chaque homme de croire, ainsi ils peuvent [aussi] le recevoir. »

Ceux qui tentent de forcer les autres à déposer leurs armes, tentent de prendre la place de Dieu qui doit changer le cœur de l'homme progressivement, étape par étape, pour l'amener là où il ne pourrait plus même jamais frapper un homme qui l'a giflé au visage, encore moins prendre les armes contre quiconque est crée à l'image de Dieu. Ce changement permet à l'homme d'aimer ses ennemis, ce qui est impossible à quiconque sans un coeur et un esprit nouveau.

3) Ceci est aussi en harmonie avec la façon dont le Christ a réagi avec les soldats, avec lesquels il est entré en contact. Souvenez-vous que le centurion romain auquel les dirigeants juifs demandèrent à Christ d'aider était grandement admiré par Christ quand il a dit : « Je vous dis que je n'ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi. » C'est loin d'être une critique de son occupation, qui a été librement dévoilées sans aucune crainte de réprimande. Certes, le Christ n'approuve pas la guerre en général, mais George Fox donna la permission au Quaker propriétaire de la plantation d'effectuer le guet pour informer les autorités des îles quand des bandes de pirates approcheraient l'île pour le piller, ce qui se traduisit en une répulsion armée des envahisseurs- un rôle militaire non-combattant. Le point étant, tout comme les premiers Quakers n'attaquaient pas les soldats ou leurs militaires, nous ne le devrions pas non plus. Il leur était même donné la permission d'aider l'action défensive militaire dans un rôle non combattant.

4) Le grand premier Quaker, Isaac Penington a écrit au sujet de la Protection de l'Innocent, (la principale fonction du gouvernement), où il disait : « Je ne parle pas contre les magistrats » ou les gens qui se défendent contre les invasions étrangers, ou faisant usage de l'épée pour supprimer la violence et les méchants intérieur de leurs frontières, c'est pour cette raison que le présent état des choses serait nécessaire, et c'est le cas, une grande bénédiction assistera l'épée là où elle est portée avec droiture à cette fin, et son usage sera honorable ; et alors qu'il y a besoin d'une épée, le Seigneur ne permettra pas que le gouvernement, ou ces gouverneurs, de manquer d'instruments adéquats [d'épées] à leur disposition pour la gestion de cela, pour s'attendre à Lui dans sa crainte pour avoir le tranchant de celle-ci [de l'épée] dirigée de manière juste. » Isaac Penington -1661 (Penington, cité hors de son contexte est une autre justification favorisée pour le mouvement pacifiste de protestation).

Les Quakers ont tordu la défense originale des premiers Quakers, en faisant de leur refus personnel de porter les armes en une excuse pour une sainte ? attaque contre ceux qui portent les armes, en tombant apparemment au niveau de la sagesse du monde que la meilleure défense est une bonne ? offensive.

Et de telles distorsions de logique se produisent toujours à petits pas :

  1. Un individu est convaincu par le Christ, de sorte que sa conscience ne lui permet plus de porter les armes contre son semblable. Tout comme il doit tourner l'autre joue, plutôt que de se venger lorsqu'il est frappé par quelqu'un.
  2. L'individu commence à dire aux autres que eux aussi ne doivent pas porter les armes, ne laissant pas l'enseignement à Christ, car cela n'est pas interdit dans les Écritures. Nulle part la guerre est interdit dans la Bible- comme parfois il est nécessaire de protéger l'innocent.
  3. Le groupe en fait une règle pour l'église.
  4. L'église commence alors à dire à ceux de l'extérieur de l'église que la guerre c'est mal.
  5. L'église commence à interférer dans les affaires militaire, dans le cadre de leur déclaration contre la guerre.

La véritable religion consiste à visiter les veuves et les orphelins, et de se conserver pur des souillures de ce monde. Tournez-vous vers l'intérieur ; faites la paix intérieure en recevant pleinement le Prince de Paix qui vous donne une paix qui surpasse toute compréhension. Prisez votre temps ; vous ne disposez que de tant de jours sur cette terre. Recherchez le renouvellement de l'homme intérieur, au point que vous ne faites qu'un avec le Christ et Dieu, avec la pensée de Christ, et intégralement sous son contrôle.

Venant de la Lettre 359 de George Fox

Et restez en dehors de l'agitation, de mécontentement, de l'esprit inquiet du monde au sujet du gouvernement :
car vous savez que cela a toujours été notre manière de rechercher le bien de tous,
et de vivre paisiblement sous le gouvernement,
et de rechercher leur bien et leur paix éternelle,
et leur bonheur dans le Seigneur Jésus-Christ,
et de déposer nos innocentes souffrance devant eux,
nous qui avons supporter comme des agneaux et des brebis, et fait aucune résistance,
mais qui avons « prié pour ceux qui nous ont persécuté, et abusé de nous de manière méprisable, et qui nous ont haït »,
selon la commande de Christ.

George Fox

Si vous êtes persécutés en tant que Chrétien, en obéissant aux lois de votre pays, ce sera pour sa gloire, et voter récompense dans les cieux sera grande. Vous pouvez essayer de raisonner avec les autorités gouvernementales oppressantes, mais il ne vous est pas permis de résister aux gouvernement. La minute où un groupe de Chrétiens commence même à discuter de résistance à leur gouvernement ou à ses politiques, leur réunion a alors franchi la ligne de l'adoration à l'action politique, trahissant ainsi l'esprit d'amour à l'intérieur de la chrétienté, pour être en paix avec tous les hommes, compris les employés ou les fonctionnaires du gouvernement.

Bien que les Chrétiens sont commandés de demeurer non impliqués dans ce monde, qui pour eux s'en va, ils sont sous la commande, d'autant qu'ils voient le jour s'approcher, [ du monde se terminant avec le retour personnel du Christ et de Son Royaume pour eux], de s'assembler, de sorte qu'ils puissent s'encourager entre eux à la pratique de l'amour et des bonnes oeuvres. Héb 10:23-25. Comme au temps des premiers Quakers, lorsqu'une loi fut votée interdisant les assemblées de plus de cinq personnes dans les religions autre que celles « approuvées par l'état », puisque la loi était en conflit direct avec une commande de Dieu, elle n'était donc pas observée alors et ne le devrait pas non plus maintenant. Toutefois, comme le firent les Quakers, les réunions devraient se faire à un endroit régulier ouvert à l'inspection ; non secret, ni caché, ou sous un quelconque prétexte comme de manger ensembles. En étant ouvert, vous montrez que vous n'avez rien à cacher et déclarez que vous n'êtes aucunement en opposition avec votre gouvernement. Si des représentants du gouvernement se présentent, priez pour eux, accueillez-les, faites appel à eux, pour leur montrer votre paix et votre amour pour tous les hommes. Malgré les persécutions massives, de cette manière les Quakers ont finalement prévalu, et les persécutions du gouvernement ont fini par cesser.

Le Chrétien ne peut non plus contribuer à une activité religieuse qui viole leur conscience, y compris une religion imposé par l'état. Pas plus qu'un Chrétien ne peut « jurer » ou prêter serment, (Exemple : à la court, jurer de « dire la vérité », impliquant que normalement ils mentiraient, ce qui est inadmissible pour ceux qui s'en remettent continuellement à la vérité ; ils ne peuvent non plus revendiquer Dieu, la Terre, la Bible, votre tête, ou quoi que ce soit d'autre pour vous demander de jurer dessus).

Et bien sûr, un vrai chrétien a été tellement changé qu'il ne peut même pas frapper une autre personne, (L'image de Dieu ), encore moins prendre les armes pour combattre et tuer. Si vous êtes enrôlés dans l'armée, vous pouvez cependant toujours servir fidèlement d'une manière non-violente. L'engagement d'un vrai chrétien à la paix, inculque une confiance par le gouvernement du chrétien qui leur permet de les ignorer, confiant de leur engagement pour la paix et de ne jamais s'y opposer ni de leur résister, toutefois le gouvernement devient sensible.

Finalement, un Chrétien ne devrait jamais négliger ou ignorer la persécution injuste d'un groupe de ses voisins. Ce résonnement aurait pu s'appliquer pour protéger les Juifs dans l'Allemagne Nazi de la déportation dans les camps de la mort. De telles lois qui violent la conscience humaine universelle doivent êtres désobéi ; mais même les gouvernements qui sont responsables ne devraient pas être la cible d'une sédition ou d'un renversement Chrétien, ne même de protestations des citoyens de leurs pays. Faire appel, oui. protestations organisés, non.

Pour ces refus et impositions d'une conscience Chrétienne, les chrétiens à travers les âges sont allés en prison, et ont subi la torture ou même la mort. Cela ne veut pas dire que les chrétiens devraient descendre dans la rue pour protester, mais plutôt, tout simplement continuer de se rassembler,  ne pas contribuer à aucune religion imposée par l'état, refuser de jurer, et refuser de porter les armes, quelles qu'en soient les conséquences -même la mort.

Et si un véritable Chrétien, (non un hypocrite, qui professe Christ mais qui ne possède pas Christ), est lésé par des fonctionnaires du gouvernement, il leur a été dit de les pardonner,  et de ne pas chercher la vengeance, car s'ils sont lésés pour leur bonté, ils seront récompensés dans les cieux. 

Mais pour ceux qui font du mal à son paisible peuple élu, ils auront à en répondre au Créateur de tous ; à moi la vengeance, dit le Seigneur. C'est une chose terrible de faire du tort à la prunelle de l'oeil du créateur ; c'est une chose terrible de « tomber » dans les mains du Dieu vivant. Les personnes responsables, si ce n'est pas la structure de l'ensemble du gouvernement, seront détruits. Si vous êtes un fonctionnaire d'un gouvernement qui persécute les vrais disciples du Christ pour n'avoir rien fait d'autre que la réunion de d'adoration, prenez garde, le bras du Seigneur finira par s'étendre contre vous ; vous regretterez profondément votre persécution des innocents, qui aiment tous les hommes et qui ne veulent aucun mal à vous ni à votre gouvernement.

Venant du Journal de George Fox :

Si tous ceux qui se professent eux-mêmes Chrétiens marchaient dans l'Esprit du Christ, et que par Lui ils faisaient mourir le péché et le mal, cela serait d'une grande aisance pour les magistrats et les dirigeants, et cela pourrait les libérer de beaucoup de peine, car cela les conduirait tous à « faire pour les autres comme ils voudraient que les autres fassent pour eux », et ainsi la loi royale de liberté serait accomplie. Car si tous ceux qui s'appellent Chrétiens marchaient dans l'Esprit de Christ ; par lui pour avoir l'esprit du mal et ses fruits retranchés d'eux, ainsi, en n'étant pas conduit par l'esprit du mal, mais par le bon esprit du Christ, les fruits du bon esprit apparaîtraient pour tous. Car comme les gens sont amenés par le bon esprit du Christ, celui-ci les conduit hors du péché et du mal, contre lesquels l'épée du magistrat protège, et cela pourrait donc être une facilité pour les magistrats. Mais comme les gens s'écartent de ce bon Esprit de Christ, et qu'ils suivent l'esprit du mal, qui les conduit dans le péché et le mal ; cet esprit apporte beaucoup de peine aux magistrats, pour exécuter la Loi sur les pécheurs et transgresseurs du bon Esprit. Cet Esprit, qui conduit le peuple loin de toute sorte de péché et de mal, fait un avec le pouvoir des magistrats, et avec la juste loi. Car la loi a été ajouté à cause de la transgression, et cet esprit qui conduit hors de la transgression doit être un avec cette loi qui est contre les transgresseurs. Ainsi cet Esprit qui conduit hors de la transgression est le bon Esprit de Christ, et Il est un avec les magistrats dans le plus haut pouvoir, et il les possède ; mais cet esprit qui conduit à la transgression est le mauvais esprit, et il est contre la loi, contre les magistrats, et il leur rend le travail très pénible. La manifestation de l'Esprit est donnée à chaque homme pour leur utilité ; et aucun homme ne peut profiter dans les choses de Dieu si ce n'est par l'Esprit de Dieu qui amène à renoncer à tout le péché et à tout le mal. Il est dit d'Israël, Néhémie 9: « Le Seigneur leur donna son bon Esprit pour les instruire... Mais ils se rebellèrent... contre toi. » Si tous les gens voulaient prêter attention à cette manifestation de l'Esprit que Dieu a donné pour les instruire, il les conduirait à renoncer à toutes les sortes de péché et de mal, à l'inimitié, à la haine, à la méchanceté, à l'injustice et à l'impiété, et à mortifier ces choses. Ainsi dans l'esprit de Christ ils auraient la fraternité et l'unité, ce qui est le lien de paix ; alors l'amour et la paix, qui sont les fruits du bon esprit, couleraient au milieu de tous ceux qui sont appelés Chrétiens.

Voici la majeure partie de la justification actuelle du Mouvement de Protestation pour la Paix, la Lettre de George Fox au Roi Charles.

Une déclaration de la part du peuple inoffensif et innocent de Dieu, appelés les Quakers, contre toute sédition, conspirateurs, et combattants dans le monde ; pour enlever la raison de la jalousie et de la suspicion des magistrats et du peuple dans le royaume concernant les guerres et les combats.
 
Présenté au roi le 21ième jour du Onzième mois, 1660.
Notre principe et nos pratiques sont, et ont toujours été, de rechercher la paix et de la poursuivre ;
de la suivre selon la droiture et la connaissance de Dieu ;
cherchant le bien et le bien-être, et à faire ce qui tend à la paix de tous.
Nous savons que les guerres et les combats proviennent des convoitises des hommes, (comme Jacques au chapitre 4:1-3),
c'est de ces convoitises que le Seigneur nous a racheté,
et aussi de ces occasions de guerre.
L'occasion de la guerre et la guerre elle-même, découle de la convoitise,
(dans laquelle les hommes envieux, qui sont amoureux d'eux-mêmes plus que de Dieu,
convoitent, tuent, et désirent avoir les vies et propriétés des hommes).
Tous les principes et pratiques sanglantes nous, selon nos propres principes, les refusons tout à fait,
ainsi que toutes les guerres extérieures, les conflits, et combats avec des armes extérieures pour arriver à leurs fins,
ou pour quelque prétexte que ce soit : ceci est notre témoignage au monde entier.
 
Et alors si y avait quelqu'un pour s'objecter et dire :
« Mais bien que maintenant vous dites, que vous ne pouvez pas vous battre ni prendre les armes du tout ;
pourtant si l'esprit vous incite, alors vous changerez votre principe,
vous irez vendre votre manteau et acheter une épée, et combattrez pour le Royaume de Christ. »
À ceci nous répondons,
Christ a dit à Pierre, « Range cette épée à sa place » ;
bien qu'avant il avait dit, que celui qui n'a pas d'épée vende son manteau et qu'il en achète une,
(pour l'accomplissement de la loi et de l'Écriture), pourtant ensuite,
pourtant lorsqu'il lui a offert de la brandir, il a dit,
« Celui qui prend l'épée périra par l'épée. »
Et Christ a dit à Pilate, « ne savez-vous pas que je peux maintenant prier mon Père,
et il me donnera tout de suite plus de douze légions d'anges » ?
Et ceci devait satisfaire Pierre, après il a sorti son épée,
alors Il lui a dit, « Celui qui prend l'épée périra par l'épée » ;
ce qui nous satisfait. Matthieu 26:52-53.
Dans l'Apocalypse il est dit, « Celui qui tue par l'épée mourra par l'épée ;
et ici est la foi et la patience des saints »
Or, le Royaume du Christ d'est pas de ce monde,
par conséquent ses serviteurs ne combattent pas comme il l'a dit à Pilate, le magistrat qui l'a crucifié.
Et n'ont-ils pas considéré le Christ comme un meneur de sédition ?
Et n'a-t-il pas prier : «Pardonnez-leur ? »
Mais c'est ainsi que nous sommes comptés parmi les transgresseurs,
et parmi les combattants, afin que les Écritures soient accomplies.
Que l'Esprit du Christ, par lequel nous sommes guidés, ne change pas,
ainsi comme nous commander de nous éloigner d'une chose, comme le mal, et ensuite nous y inciter à nouveau.
Nous savons et témoignons au monde, avec certitude
que l'esprit de Christ, qui nous conduit dans toute la vérité,
ne nous poussera jamais à nous battre et faire la guerre contre les hommes avec des armes extérieures,
ni pour le Royaume de Christ ni pour les royaumes de ce monde.
Premièrement, parce que Dieu exaltera le Royaume de Christ, selon sa promesse,
et le fera croître et fleurir dans la droiture,
« Non par la puissance, ni par le pouvoir, (de l'épée extérieure ), mais par mon Esprit, a dit le Seigneur » Zacharie 4:6.
Ainsi, ceux qui utilisent des armes pour combattre pour Christ,
ou pour établir son Royaume ou son gouvernement,
nous rejetons leur esprit, leur principe, et leur pratique.
Deuxièmement,
Nous désirons ardemment et attendons,
que, (par la parole de la puissance de Dieu, et son opération efficace dans les coeurs des hommes),
les royaumes de ce monde puissent devenir les royaumes du Seigneur, et de son Christ ;
et qu'Il puisse régner et gouverner dans les hommes par son esprit et sa vérité ;
que de ce fait toutes les peuples, de tous les différents jugements et professions,
puissent être introduits dans l'amour et l'unité avec Dieu, et les uns avec les autres ;
et que tous en viennent à témoigner de l'accomplissement des paroles du prophète,
qui a dit, « une nation ne lèvera pas l'épée contre une autre nation, et on n'apprendra plus la guerre ». Ésaïe 2:4, Mic 4:3.
Donc, nous, que le Seigneur a appelé dans l'obéissance de sa vérité,
avons renoncé aux guerres et aux combats, et nous ne pouvons plus les apprendre.
Ceci est un témoignage certain adressé à tout le monde de la vérité de nos coeurs en particulier
que comme Dieu persuade le coeur de chaque homme de croire, ainsi ils peuvent [aussi] le recevoir.

Car nous ne sommes pas allés, comme ont fait certains autres, avec des fables astucieusement conçues,
non plus, nous n'avons pas renier en pratique ce que nous avons professé en principe ;
mais en toute sincérité et vérité, et par la Parole de Dieu,
nous avons travaillé à ce que soit rendu manifeste pour tous les hommes,
que nous et nos voies puissions être témoignées dans les coeurs de tous.
Et alors que toute sorte de mal a été faussement parlé de nous,
nous disons la pleine vérité de nos coeurs,
pour ôter l'occasion de cette offense,
qu'ainsi nous, étant innocent, ne souffrions pas pour les offenses des autres hommes,
et que nous ne soyons pas une proie de par les volontés des hommes pour ce dont nous n'avons jamais été coupables ;
mais que dans la droiture de nos coeurs nous puissions,
sous la puissance être ordonnés de Dieu pour le châtiment des méchants,
et pour la louange de ceux qui font le bien,

vivre une vie paisible en toute piété et honnêteté.
Car bien que nous avons toujours souffert, et que nous souffrons maintenant encore plus,
néanmoins nous savons que c'est à cause de la droiture :
« Car notre gloire est celle-ci, savoir le témoignage de notre conscience,
qu'avec simplicité et sincérité de Dieu,
non pas avec une sagesse charnelle, mais par la grâce de Dieu,
nous nous sommes conduits dans le monde. » 2 Corinthiens 1:12

qui pour nous est un témoin pour convaincre nos ennemis.
Pour cela nous pouvons dire à tous, nous avons fait de tort à aucun homme,
nous n'avons usé d'aucune force ni violence contre aucun homme,
nous n'avons été trouvée coupable d'aucun complot, ni sédition.
Lorsque nous avons été lésés, nous n'avons pas cherché à nous venger,
nous n'avons pas fait de résistance contre l'autorité,
mais seulement dans laquelle nous ne pouvions pas obéir par motif de conscience,
nous avons le plus souffert du peuple de la nation.
Nous avons été considérées comme des brebis destinées à l'abattage,
persécutés et méprisés, battus, lapidés, blessés,
détenus, battus, emprisonnés, traînés en dehors des synagogues,
jeté dans des cachots et prisons bruyantes,
où beaucoup de nos amis enfermés, ont trouvé la mort dans les liens,
privés des subsistances nécessaires pendant plusieurs jours
ainsi que d'autres cruautés semblables.
Et la cause de toutes ces souffrances qu'endurent les nôtres n'est pas pour aucun mal,
mais pour des choses au sujet de l'adoration de notre Dieu, et dans l'obéissance de ses exigences.
Pour cette cause nous abandonnerons librement nos corps en sacrifice,
plutôt que de désobéir au Seigneur ;
sachant, comme le Seigneur nous a gardé innocent,
il plaidera notre cause quand il n'y a personne sur Terre pour la plaider.
Ainsi, nous, par obéissance à sa vérité, n'aimons pas notre vie jusqu'à la mort,
de sorte que nous puissions faire sa volonté, et faire du tort à aucun homme de notre génération,
mais rechercher le bien et la paix de tous les hommes.
Celui qui nous a commandé, « de ne point jurer du tout », Matthieu 5:34.
nous a aussi commandé, « que nous ne tuerons point ». Matthieu 5:21.
Ainsi nous ne pouvons ni tuer les hommes, ni jurer pour ou contre eux.
Ceci est notre principe et notre pratique, et l'a été depuis le commencement ;
de sorte que si nous supportons, comme étant suspectés de prendre les armes ou de faire la guerre contre quiconque,
c'est sans aucun motif de notre part ;
car ce n'est point dans nos coeurs, et cela ne l'a jamais été, depuis que nous possédons la vérité de Christ ;
et nous ne le ferons jamais,
parce que cela est contraire à l'Esprit de Christ, à sa doctrine, et à la pratique de ses apôtres ;
même contraire à celui qui lequel nous supportons toutes choses et les endurons.
Et même si des hommes viennent contre nous avec des clubs, des bâtons,
des épées tirées, armés de pistolets, et qu'ils nous battent, nous coupent, et abusent de nous ;
nous ne leurs avons jamais résistés, mais leur avons offert nos cheveux, nos dos, et nos joues.
Cela n'est pas un honneur pour la vérité ou la noblesse de courir après des gens inoffensifs,
qui ne lèvent pas leurs mains contre eux, avec des armes.
Par conséquent, considérez ces choses, vous hommes de compréhension ;
car les conspirateurs, les meneurs d'insurrections, les tumultueux, et la bagarreurs,
qui courent avec des épées, clubs, bâtons, et pistolets, les uns contre les autres ;
nous disons, ceux-là sont issus du monde, et ont leur fondation dans ce monde injuste,
fondation de laquelle l'Agneau a été immolé ;
cet Agneau qui nous a racheté de ce monde injuste ;
nous n'appartenons pas à celui-ci, mais sommes héritiers d'un monde qui n'a pas de fin,
un royaume où il n'entre aucune chose corruptible.
Nos armes sont spirituelles, non charnelles,
mais puissantes par Dieu, pour renverser les forteresses du péché et de Satan
qui est l'auteur des guerres, des combats, des meurtres et des complots.
Nos épées sont divisées en socs de charrue,
et les lances, en serpes, tels que prophétisés dans Michée 4:3.
Par conséquent nous ne pouvons plus apprendre la guerre,
nous lever contre une nation ou un royaume avec des armes extérieures,
bien que vous nous avez compté parmi les pécheurs et les conspirateurs.
Le Seigneur connaît notre innocence en ceci,
et plaidera notre cause avec tous peuples sur Terre au jour de leur jugement,
lorsque tous les hommes seront récompensés selon leurs oeuvres.
Par conséquent, c'est dans l'amour que nous vous avertissons pour le bien de vos âmes, de ne point faire de tort à l'innocent, ni aux enfants de Christ,
ceux qu'il a dans sa main, tendres comme la prunelle de ses yeux ;
ne cherchez pas non plus à détruire l'héritage de Dieu,
et ne retournez pas vos épées sur ceux pour lesquels la loi n'a pas été fait,
c'est à dire le juste ; mais pour les pécheurs et les transgresseurs,
pour les retenir
.
Pour ceux qui ne sont pas artisans de paix et qui n'aiment pas les ennemis,
ni qui ne peuvent vaincre le mal par le bien,
qui causent tort à ceux qui sont vos amis et les amis de tous les hommes,
et qui souhaitent votre bien et le bien de tous les peuples de la terre.
si vous nous opprimez comme ils ont fait avec les enfants d'Israël en Égypte,
si vous nous opprimez comme ils ont fait lorsque le Christ est né,
et comme ils ont fait aux premiers Chrétiens,
nous pouvons dire, « Que le Seigneur vous pardonne ; »
et laissons le Seigneur traiter avec vous, et de ne pas vous venger.
Si vous dites comme le conseil a dit à Pierre et Jean,
« Vous ne devez plus parler en Ce nom, »
et si vous nous servez comme ils servaient les trois enfants dont il est question dans Daniel,
Dieu est le même qu'il a toujours été, Lui qui vit pour toujours et à jamais,
qui tient l'innocent dans Sa main.
Oh les Amis ! N'offensez pas le Seigneur et ses petits, et n'affliger pas son peuple,
mais considérez et soyez modérés.
Ne courez pas à la hâte dans les choses, mais ayez à l'esprit et considérez la miséricorde, la droiture, et le jugement, comme la façon pour vous de prospérer et d'obtenir la faveur du Seigneur.
Nos réunions ont été arrêtées et interrompues aux jours d'Oliver
sous prétexte de comploter contre lui ;
l'époque de la commission de sécurité,
nous étions considérés comme des conspirateurs pour amener le Roi Charles ;
et maintenant nos paisibles réunions sont appelés séditieux.
Oh ! que les hommes perdent leur raison, et qu'ils aillent à l'encontre de leurs propres consciences ;
sachant que nous avons souffert toutes choses, et qu'ils nous ont considérés tout au long comme étant des conspirateurs, bien que nous nous sommes toujours déclarés contre eux
autant en paroles que par écrits, et nous sommes clair à ce sujet !
Bien que nous avons souffert tout au long,
parce que nous n'avons voulu d'aucune arme charnelle pour combattre contre les gens,
ainsi nous sommes devenus une proie parce que nous sommes les agneaux innocents du Christ,
et que nous ne pouvons pas nous venger !
Ces choses sont laissées sur vos cœurs afin de les considérer ;
car nous sommes hors de toutes ces choses dans la patience des saints,
et nous savons que Christ a dit, « Tous ceux qui auront pris l'épée périront par l'épée. »
Matthieu 26:52 et Apocalypse 13:10.
Ceci est donné de la part du peuple appelé Quakers,
pour satisfaire le roi et son conseil,
et tous ceux qui ont de la jalousie à notre égard,
afin que toutes les occasion de suspicion peut être enlevé, et notre innocence acquittée.

Postscriptum-Bien que nous soyons comptés au nombre des transgresseurs,
et que nous ayons été abandonnés au mains des hommes violents et impitoyables
qui ont brisés nos réunions,
dans lesquelles nous nous édifiions les uns les autres,
et priions ensembles le Seigneur qui vit pour toujours,
pourtant il et notre plaideur en ce jour.
Le Seigneur a dit, « Ceux qui craignent son nom parlent souvent ensembles, »
comme dans Malachi ; qui étaient comme ses joyaux.
Pour cela, et rien de mal, sommes-nous jetés dans des trous, des donjons,
des maisons de correction, des prisons, (n'épargnant ni vieux ni jeunes, ni hommes ni femmes),
et devenons en proie aux regard de toutes les nations, sous prétexte d'être séditieux,
de sorte que tous les gens violents courent après nous afin de s'emparer de nos biens ;
pour eux nous disons, puisse le Seigneur pardonner à ceux qui nous ont fait cela ;
Lui qui nous permet et nous permettra de supporter cela ;
et jamais nous ne lèverons la main contre aucun homme qui agit de la sorte avec nous ;
mais puisse le Seigneur avoir miséricorde d'eux, afin qu'ils puissent considérer ce qu'ils ont fait.
Car, comment est-il possible pour eux de nous rétribue pour le mal qu'ils nous ont fait ?
Eux qui à toutes les nations nous ont accusés d'être séditieux ou des conspirateurs,
nous qui n'avons jamais conspiré contre aucune puissance ni aucun homme sur terre,
depuis que nous avons connu la vie et la puissance de Jésus-Christ manifestées en nous,
qui nous a racheté du monde, de toutes les oeuvres des ténèbres et les conspirations qui s'y trouvent,
par Lui nous connaissons l'élection avant le commencement du monde.
Ainsi nous disons, Seigneur ait pitié de nos ennemis,
et pardonne leur pour ce qu'ils nous ont fait.
Oh ! faites comme vous voudriez que l'on vous fasse ; faites à tous les hommes comme vous voudriez qu'ils fassent pour vous ; car ceci est la Loi et les prophètes.
Tous les complots, insurrections, et réunions tumultueuses, nous les rejetons,
sachant que tout cela vient du diable, le meurtrier ;
de sorte que nous qui sommes en Christ, qui était avant que ces choses furent, avons triomphé de cela.
Et nous rejetons toutes les guerres les combats avec les armes charnelles, nous avons l'épée de l'esprit ;
et tous ceux qui nous font tort, nous les abandonnons au Seigneur.
Ceci afin d'acquitter notre innocence de cette aspersion jetée sur nous, « que nous sommes séditieux et conspirateurs ».

Ajouté à la réimpression.

Lecteur courtois, ce fut là notre témoignage depuis plus de vingt ans, et depuis lors nous n'avons pas été trouvé agissant contrairement à cela, et ce ne sera jamais le cas ; car la vérité qui est notre guide est immuable. Ceci est maintenant réimprimé pour les hommes de cet âge, plusieurs d'entre eux étaient alors enfants, et représentent notre témoignage certain contre tous les complots et combats avec des armes charnelles. Et si le cas échéant, en s'écartant de la vérité, devait agir de la sorte, ceci est notre témoignage dans la vérité contre eux, et il restera sur eux, et la vérité s'acquittera d'eux.

La raison d'être de ce site internet est de montrer comment être 
libéré du péché
en bénéficiant de la puissance transformatrice de Dieu
qui conduit à l'union avec Dieu dans son Royaume