La Bible Darby Clarifiée, (cliquez sur le texte en vert)     Aller á la table de matières   
Apocalypse 13:4

Afficher le chapitre et les notes   

 4 Et ils [le monde entier] adorèrent le dragon, parce qu'il avait donné le pouvoir à la bête ; et ils adorèrent la bête, disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ?1 [Tous le monde adorèrent le dragon, qui est Satan, le dieu de ce monde qui excuses le péché pour un acte religieux: une prière spéciale, nourriture spéciale, lavages, la méditation, une contribution, au service des pauvres, etc. — donnant à l'homme la licence de vivre cependant il choisit dans ses convoitises et de fierté. Le monde pense qu'ils adorent le seul vrai Dieu, mais ils avons été trompés et sont donc adoration Satan à la place.]

Pour afficher en parallèle les versets des versions Louis Segond et La Bible du Semeur, cliquez ici.
_______________________________________

1 La première bête provient de la mer : des peuples, nations, et langues de la terre. La Bête du Livre de l'Apocalypse c'est la bête des autorités religieuses païennes, dont le pouvoir a été sévèrement amoindrit [une blessure à la tête] par la première Chrétienté, tout particulièrement en région méditerranéenne. Mais sa blessure fut guérit. Cette religion a reçu la puissance du diable. Elle avait une grand autorité. Il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre ; Et il lui fut donné pouvoir sur toute tribu et peuple et langue et nation. Le monde entier suivit cette religion païenne et entrèrent dans le processus, la terre entière adorèrent le dragon qui avait donné le pouvoir à la bête. Le dragon c'est le diable.

tout le monde était dans l'admiration et l'émerveillement en suivait la bête, et ils adorèrent le dragon qui avait donné le pouvoir à la bête. Le dragon c'est le diable. Telle que cette écriture l'a prophétisé, de nos jours le monde entier adore le diable : l'imitation du Christianisme ainsi que toutes les autres religions du monde entier adorent le diable, croyant adorer Dieu. Pourquoi et comment ? Parce qu'ils adorent un être qui les excuse de la nécessité d'une vie libre du péché, un être qui approuve leur égoïsme, leur avidité, leur colère, leur immoralité, leur vie impure, en leur promettant d'échapper à l'enfer après la mort, promesse qui sera annulée.

Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? La bête, c'est l'esprit de l'homme déchu dont la religion n'est que hypocrisie : louanges avec ses lèvres, mais avec un coeur mauvais et corrompu. Les hommes disent, « qui peut conquérir la nature humaine ; nous sommes tous des pécheurs et il nous est impossible d'être libéré du péché. Qui peut combattre le péché et le vaincre ? Nul n'est parfait excepté Jésus ; pourquoi devrions-nous même tenter de devenir libre du péché ? » Ces hommes renient la Puissance de Dieu comme étant suffisant pour les libérer du péché, pour être capable de mener le bon combat pour la victoire. Ils ont une religion, mais c'est seulement une forme [coquille vide] de piété qui renie la puissance de Dieu. 2 Tim 3:5

C'est l'homme de péché en chacun de nous ce stand dans le temple de Dieu, (votre coeur), et se proclame Dieu ; qui doit être révélé avant la venue du Seigneur quand Il tue cet esprit résiduel de Satan en vous par l'éclat de son avènement, par son souffle, et la splendeur de sa venue, par son écrasant la tête de Satan sous vos pieds (talon). Le jugement final. Le vrai baptême du Saint-Esprit : dans la mort du Christ ; le baptême de la mort, le partage de sa mort. Puis Jésus est ressuscité en vous pour être votre vrai Seigneur que vous vous levez avec lui pour être un homme nouveau. 2 Cor 4:14,Col2:11-12,3:1, Éph 2:6.

Nous sommes touchés par Dieu et en notre premier amour nous faisons immédiatement une grande repentance. L'esprit bestial en nous est profondément réduite, (blessé à la tête). Mais alors nous nous détendons nos efforts et retournons dans nos anciennes occupations mondaines, (le chien retourne à son vomi et la truie lavée retourne à son bourbier) ; et la blessure à la tête de la bête est guérie. Edward Burrough a écrit de cet esprit bestial en lui-même :

« Puis il a plu au Seigneur d'envoyer son serviteur et messager vrai et fidèle, qui s'appelle selon la chair G. Fox ; ... par la parole de l'Éternel à moi parlée par lui, j'ai commencé à voir moi-même, (le témoin ayant été élevé), où je me trouvais et ce que ; j'avais fait et j'ai vu que j'avais été faire une image de la première bête, qui avait la blessure de l'épée et qui vivait, dont la blessure mortelle avait été guérie et j'étais plein de hautes notions et les imaginations et a été adorant l'image que j'avais faite ; et puis je me suis vu comme un enfant de la colère et que le fils de la femme esclave a vécu et les prostituées avaient été mes compagnons et je n'étais pas digne d'être appelé un fils. »

_______________________________________