La Croix Manquante pour la Pureté


 

Vous pouvez « cliquer » sur les textes qui sont Bleu Clair ou Bleu Clair Gras pour retourner dans les Écritures ou pour des détails dans les écrits.

SERMON  IX

Témoignage de La Vérité Contre Le Pouvoir du Péché et Satan

Délivré par Stephen Crisp de la rue Grace-Church-Street le 3, Juin 1688

Mes amis,

Dieu a fait de vous des témoins de la grande oeuvre de ce jour ; le Seigneur dis-je, vous a donné des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, et des coeurs pour comprendre la grande oeuvre du jour ; Il vous a appelé de sorte que vous puissiez être des témoins fidèles, chacun selon votre mesure de ce qu'il a fait s'accomplir devant vos yeux, car Il vous a révélé sa puissance, la puissance éternelle par laquelle le monde a été fait, Il a révélé et manifesté sa puissance pour la croissance de la vie, pour la maîtrise et l'assujettissement de la mort, et du pouvoir de celle-ci. Pendant longtemps, un témoignage qui naissait dans la Nation allait vers la mort. Celui qui a le pouvoir de la mort c'est le diable. Il en avait un grand nombre pour découvrir son pouvoir, pour proclamer sa pérennité, proclamer que la mort devait régner, que les ténèbres devaient continuer, et que le royaume de l'homme de péché ne serait jamais renversé.

Mais à présent de nos jours, gloire à Dieu très haut, un autre est sorti, le Seigneur Jéhovah a exprimé Sa voix, et qui peux faire autrement que prophétiser ! La parole de prophétie est donnée par Dieu, et plusieurs se sont levés pour la publier, et proclamer le Nom du Seigneur dans la dévastation, la ruine et la destruction qui vient, et qui viendra sur le royaume de l'iniquité, sur le royaume de l'homme du péché, et pour prophétiser et déclarer dans le nom du Seigneur que la droiture coulera telle un torrent ; c'est l'Évangile, les bonnes nouvelles que nous avons reçues de Dieu et que nous vous avons apportées, afin que vous puissiez croire et que, en croyant vous puissiez venir pour vous attendre au Seigneur, et observer son accomplissement.

Car, mes amis, c'est en ceci que consistait tous le labeur, le travail et l'exercice des serviteurs du Seigneur, et c'est pour cette cause que nous avons enduré beaucoup de choses, que nous sommes passés par plusieurs épreuves, parce que nous avons constamment cru, et par conséquent nous l'avons dit ; que le Seigneur, par sa puissance va démolir, détruire et mettre fin à l'emprise que le malin, le diable, a eu sur les pensées et les esprits des fils et filles des hommes, et qu'Il va instaurer et établir dans les âmes de ceux-là mêmes, une Loi de justice (de droiture, de vertu), et une loi de vérité, puis il fera briller en eux la beauté de la sainteté, à l'endroit où logeait l'iniquité, où régnait malin.

Maintenant, vous qui avez cru ce témoignage, vous l'avez reçu, comme d'heureuses nouvelles qui vous sont adressées, car vous êtes las de ce vieux service, vous êtes opprimés sous le pouvoir de ce prince étrange. Il y avait une sorte d'esprit et de puissance qui avait régné sur vous, qui ne vous avait donné ni la vie ni le souffle, il ne vous a fait non plus aucune bonne chose, et pourtant vous y étiez assujetti ; et ils furent plusieurs qui, par la grâce de Dieu, parvinrent à voir qu'un tel état, une telle condition de péché et d'iniquité n'était pas une condition heureuse ; et par l'allumage secret de l'étincelle de l'amour de Dieu dans vos âmes là vous l'avez connu, il y eut un cri pour être libéré ; s'il est possible que délivrance il y ait, O pourquoi ne puis-je pas être libéré ? S'il y a une rédemption, pourquoi ne puis-je pas être racheté ! S'il est une puissance qui peut m'affranchir du service de ce malin, pourquoi ne puis-je pas être libéré ?

Ah, mes amis ! Rappelez-vous les jours et les nuits pendant lesquels ces vivants cris passaient à travers vous, vous étiez alors bien pauvres ; vous étiez alors humiliés et brisés, et le Seigneur vous a aperçu, durant ces jours il a vu votre état et votre condition, il a vu à quel point vous étiez impuissant, et ne s'est-il pas levé pour vous aider ? Une puissance n'a-t-elle pas jailli dans le jour pour votre humilité, dans le jour de la tendresse, durant lequel vous avez été capables de faire la guerre aux convoitises de votre coeur, et n'avez vous pas vaincu et prévalu ? N'avez-vous pas accompli un progrès par la puissance et la grâce qui, la première fois fit monter le désir en vous ? Et alors que vous avez fait ce progrès et gagné du terrain, pour ainsi dire, de vos propres corruptions, votre foi s'en est trouvée fortifiée, et vous avez été confirmés dans la croyance et dans l'obéissance à la vérité ; et plus vous avez eu confiance et que vous vous en êtes remis à Lui, plus Il a manifesté en vous Sa puissance ; Il vous a fait connaître son habileté et sa force dans vos faiblesses, de sorte que vous êtes devenus justes, chacun selon votre mesure, de sorte qu'il y avait une telle puissance ; et que non seulement cette puissance était en mesure de sauver de peu, ou de quelques, mais qu'elle était capable de sauver jusqu'à l'extrême, de sauver de tout ce qui est pollué et souillé, et de laver et purifier la conscience de toutes les oeuvres mortes, et de vous rendre aptes à servir le Dieu vivant.

Maintenant, que le Seigneur vous a ainsi établit, et qu'il vous a confirmé par sa puissance, que vous avez été trouvés fidèle dans la foi, et ferme dans la croyance de la vérité, mes amis, alors tous le labeur, le travail et la doctrine, et l'exercice des prédicateurs de l'Évangile, pour ceux qui étaient convertis et confirmés, sont devenus très acceptable. Ainsi nous avons prêché, et vous avez cru ; il y eut donc ici une unité dans notre foi, ici a grandit une fraternité, une communion dans la foi, et le Seigneur a été glorifié dans les assemblées, non seulement dans celles de ceux qui prêchaient, mais de ceux qui sont à l'écoute, parce que chacun avait une place dans l'assemblée, et chacun avait une grâce de la parole de vie par laquelle le corps était nourri.

Maintenant mes amis, ce qui m'incombe tout particulièrement de vous laisser comme témoignage (et je prie Dieu que cela puisse être placé dans les coeurs de vous tous qui avez cru), c'est que vous puissiez tous vous attendre au Seigneur, afin de voir tout ce vous avez cru et qui est amené à s'accomplir. Car je remarque par l'oeil que Dieu a ouvert en moi, par lequel il m'a donné de prendre soin du troupeau, et parfois il mit sa parole dans ma bouche de sorte que je puisse apporter une parole en sa saison. Je dis que, par cet oeil je remarque le grand nombre de ceux qui ont reçu cette précieuse foi et qui, de ce fait ont cru en la condition haute et élevé ; leur foi est parvenue si loin qu'ils ont connu que cette puissance était capable de les emmener vers une condition de parfaite domination de leurs convoitises, de leurs passions, et de leurs corruptions, et de domination de l'esprit de ce monde ; de l'orgueil, de la colère, de toute chose qui est à l'opposé de la vie divine ; leur foi est tout aussi ferme que celle que nous prêchons pour ce qui est de son étendu, mais leur foi ne s'est pas préparée jusque là dans son opération sur leurs coeurs ; ils n'ont pas eu la puissance pour aller de l'avant, pour réaliser et accomplir ce qui reste à accomplir.

N'y en a-t-il pas quelques-uns ici et là qui sont établi dans la croyance de la vérité, mais qui sont entré dans une aisance du travail de la vérité ? Mais si je me trouve dans la foi, mon entendement est ouvert ; non seulement je crois cette affaire, mais j'ai l'évidence ainsi que le témoignage intérieur au point que je suis certain au-delà de tout doute et de tout questionnement à ce sujet, que le Seigneur révèle sa puissance en ceux qui croient, qu'il les purifie, et les rend tout à fait propres ; et ici j'ai une fraternité et une communion avec ceux qui prêchent, et ceux qui croient.

Mais, mes amis, tout ceci ne vous donnera pas la communion avec Dieu ; bien qu'il y ait communion avec l'Église de Dieu, par rapport aux hommes qui sont entrés en une seule foi et doctrine, cependant la communion avec Dieu se trouve dans une vie au-delà de toutes doctrines, et au-delà de toutes paroles et d'expressions. Par conséquent, votre préoccupation, et la mienne, ainsi que celle de tous, c'est notre engagement une fois que nos visages se sont tournés vers Dieu, que nous puissions être des disciples de Christ dans la régénération. Car beaucoup pourraient être fermes en matière de doctrine, et pourraient ne pas suivre Jésus-Christ. Plusieurs possèdent la vérité, mais ne la possèdent pas avec justice (avec piété, droiture), mais avec injustice (impiété).

Maintenant, mes amis, prenez garde, car cela concerne le bien-être éternel de votre religion et de vos âmes. Je vous laisse responsable de cette doctrine dans le nom du Seigneur Dieu. Qu'aucun de vous ne se flatte en raison de la justesse de sa croyance, mais aspirez à ce que soient crées en vous la justesse du coeur de même qu'un esprit intègre ; un esprit qui ne peut d'aucune manière supporter tout ce que la lumière du Christ a révélé comme étant mauvais ; si c'est la vérité que vous possédez, alors exercez y votre foi, et quel que soit le péché ou la tentation qui vous assaille, dites, je triompherai au Nom du Seigneur Jéhovah ; je mettrai ces choses sous mes pieds, que ce soit la convoitise, la passion, ou la corruption, au nom du Seigneur, je triompherai de ces choses, et les mettrai sous mes pieds

Voyagez dans la foi qui vous est confiée, et vous serez plus que vainqueurs ; non seulement vous grandirez dans la communion externe avec le peuple de Dieu aux yeux des hommes, mais aussi dans une communion [Spirituelle, interne] avec l'Église du premier né, dont les noms sont inscrits dans les cieux ; et votre communion ne se fera pas en paroles et doctrines, et en principes de foi, mais votre communion se fera avec le Père et Son Fils, Jésus-Christ ; et aussi dans toutes vos réunions ensembles, la joie du Seigneur sera votre force, et la joie de ce grand salut votre enveloppe, et Il manifestera sa gracieuse présence en vous ; et cette puissance qui vous a gardée jusqu'à ce jour depuis votre enfance, et qui vous a préservée dans toutes vos batailles et conflits avec le monde, et qui vous a fortifiée et encouragée lorsque parfois vous alliez nuit et jour affligés et pleurant, et craignant que vous ne puissiez pas vaincre vos adversaires ; cette puissance qui vous a préservée jusqu'à maintenant, fera pour vous de plus grandes choses que tout ce dont vous avez été témoins déjà.

Par conséquent, chers amis, puis-je vous laisser avec ceci, il n'y a rien qui nous gardera vous et moi dans ce peu de temps qui nous reste à passer ici sur terre, mais uniquement ce qui nous gardera dans l'exercice de la foi en Dieu, et son fils Jésus-Christ, qui est capable de nous sauver de l'extrême. Attendons afin de voir la puissance de Dieu pour la sanctification et la sainteté ; qui parviendra jusqu'à nous pour nous sauver de nos péchés.

Ceci a été le plus grand reproche que nous ont lancé nos adversaires, qu'il y en a quelques uns parmi nous qui parlent de croire dans la puissance de Dieu, et qui parlent d'une habileté à vaincre leur péchés, et à vivre une vie sainte et une vie sans péché, alors qu'eux-mêmes vivent dans le péché.

Ceci est le plus grand reproche jamais lancé sur nous par nos adversaires. Quiconque a été la cause de ce reproche, Dieu demandera d'eux, car le Seigneur est jaloux de son nom et de sa gloire ; et il aura la louange et l'honneur qui est due à son grand nom, car c'est Dieu qui opère en vous et le vouloir et le faire, selon son bon plaisir, disait l'apôtre ; même si je ne connais rien de par moi-même, cela ne me justifie point. Lorsque vous en arrivez au fait que vous ne pouvez pas vous accuser vous-mêmes, alors le Seigneur ne vous accusera pas ; mais attention de ne pas prendre cela pour vous justifier, car vous n'êtes pas justifiés par cela.

Par conséquent gardez l'oeil sur Jésus, l'auteur et le consommateur [le finisseur] de votre foi. Il commence l'oeuvre de la foi, et Il la portera jusqu'à ce qu'Il en soit le finisseur, et le justificateur. Il est le Médiateur de la Nouvelle Alliance, alors Lui seul justifie les enfants de Dieu. Ne vous fiez point à votre propre sainteté et droiture pour votre justification ; gardez vos yeux fixés sur Jésus, l'auteur de votre foi, qui en sera également le finisseur ; gardez vos coeurs avec toute diligence, et marchez humblement avec Dieu, en veillant de peur que les adversaires que vous avez vaincu ne prévalent contre vous. En vous éloignant de la puissance, il n'y a point de sécurité pour le troupeaux, mais seulement lorsqu'ils demeurent dans la bergerie. Soyez fidèles et demeurez dans l'amour de Dieu, et il veillera sur vous, et vous gardera pour que vous soyez ses témoins jusqu'à la fin de vos jours ; et puis lorsqu'Il vous prendra pour vous amener à Lui, Il suscitera une autre génération pour être ses témoins.

Je vous en remet à cette grande puissance de Dieu, afin de préserver votre esprit et votre âme dans l'humilité, et ma prière pour vous sera que vous puissiez aller de l'avant et que vous progressiez dans la bonne voie du Seigneur, jusqu'à ce que Son oeuvre en vous soit achevée.

[L'oeuvre achevée, c'est voir Christ vous apporter votre salut, de le voir ressuscité en vous, de vous voir comme une créature nouvelle, de s'asseoir avec Christ dans les cieux, d'entrer dans le repos, d'entrer en union avec Dieu, et d'être traduit dans le Royaume des Cieux, là où vous marchez par la lumière de Dieu dans l'héritage des saints dans la lumière.]

Sa Prière Après le Sermon

SAINT et tout puissant Dieu de la vie ! Toi qui est le Créateur de nous tous ; en qui nous vivons, nous mouvons, et avons notre être ; Tu nous a tous crée pour ta louange et ta gloire afin que nous puissions te servir dans le monde des vivants au milieu des fils et des filles des hommes ; et non seulement cela, mais Tu nous a donné Ton Saint-Esprit tout comme tu l'a fait aux peuples d'autrefois.

ô Dieu vivant de la vie ! Tu as ordonné des restants à s'abandonner pour être conduit par Ton Saint-Esprit ; Tu te souci d'eux et Tu es avec eux, et ils jouissent en tout temps de Ta sainte présence, qui rend leurs âmes heureux ; et ils ont la fraternité et la communion avec Toi, et Ton Fils, à travers ton Esprit, par lequel ils sont vivifiés pour offrir sur ton autel des louanges pures et vivantes.

ô Dieu vivant d'amour et de vie ! Tu as déversé ton amour sur leurs coeurs, grâce auquel ils sont capables de prier pour leurs ennemis afin qu'ils puissent venir vers le salut et les plaisirs qui sont dans ta main droite, qui sont infiniment meilleurs que tous les plaisirs qui se trouvent dans ce monde vain.

Saint et Tout Puissant Père ! Aie égard pour toutes nos âmes, et touche tous nos coeurs par un sens de Ton amour divin, de sorte que nous puissions sentir les cordes de ton amour attirer nos âmes à Toi et nous assurer que Tu as le dessein gracieux de nous sauver.

ô puissant Dieu de la Vie ! Démontre Ta puissance, de sorte que leurs coeurs puissent en être touchés et vivifiés, pour en venir à te craindre, et vénérer Ton nom, et à être familiarisés avec ton intervention dans leurs coeurs, de sorte qu'ils puissent être humiliés et brisés devant Toi, qu'ils s'inclinent et t'adorent dans la sincérité et l'honnêteté. Tout cela Dieu de la vie ! Si tel est selon ton bon plaisir, que nul ne puisse quitter cette assemblée sans avoir ressenti Ton amour et la sensation du puissant dessein de ta grâce, ni sans être élevé vers la pureté du coeur, et convaincus du mal de tout ce qui est contraire à Toi, qu'ils te servent dans la sainteté et la justice(droiture, piété) et qu'ils poursuivent cela de tout leurs coeurs, toutes leur pensées, et âme, et de toute leur force, que tu puisse avoir miséricorde d'eux, et pardonne leur iniquité, et aime-les gratuitement, car c'est ainsi que Tu nous a ordonné en ton Fils Jésus-Christ, de sorte que nous puissions recevoir la rémission des péchés en croyant en Ton éternelle vérité.

Et, Saint et Puissant Dieu de Vie ! que tout ton peuple puissent être participant de la sainteté et de la sobriété, pour la louange de Ton Nom, et qu'ils puissent tous arriver à obtenir la victoire sur tous ces ennemis Spirituels qui font la guerre contre leurs âmes, que ta sainte oeuvre de rédemption et de régénération puisse se perpétuer ; pour la louange de ta grâce, et l'exaltation de Ton saint nom, à qui appartiennent louange, honneur, et sagesse, ainsi que pure et humble actions de grâce. Et, à toi Dieu vivant de la VIE, nous désirons offrir nos louanges et nos adorations, car toi seul en est digne, toi qui est le Dieu de tout, béni pour toujours et à jamais. Amen.

SERMON X

Porter la Croix du Christ, la véritable Marque d'un Chrétien

Livré par Stephen Crisp au Devonshire-House, le 12 Octobre, 1690

Celui qui connaît le jour du Seigneur, et l'étendu de Son bras, est vivifié afin de ressentir la puissance qui se trouve en Christ Jésus, le Chef de l'Église ; de sorte qu'ainsi il puisse, par Sa puissance, produire du fruit agréable à Dieu. L'oeil du Seigneur est sur tous, et Il s'attend à ce que la main de chacun d'eux produise du fruit pour Dieu, que selon l'abondance de sa miséricorde envers vous, de Sa patience et de son indulgence à votre sujet, il y ait une réponse dans l'âme de chacun, à la miséricorde et à la bonté de Dieu envers vous. Ceux qui n'ont pas connaissance et qui n'ont pas expérimenté ceci, que l'indulgence et la patience de Dieu conduit à la repentance, ils ne connaissent aucune part de la Chrétienté ; laissez-les faire leur profession toujours si élevée, et proclamer leurs notions toujours si fort, ceux qui ne connaissent pas encore l'oeuvre de la repentance dans leur coeur, on besoin d'apprendre le premier principe de la religion Chrétienne. Vous savez que cela a été la coutume des gens que d'enseigner à leurs enfants leurs principes, et ceux qui ont appris leurs principes, ils se nomment Chrétiens qu'ils soient repentit ou non ; bien qu'ils continuent dans leurs péchés et leur iniquité tout les jours de leur vie, pourtant ils se donnent la réputation d'être chrétiens ; et il est grand temps d'examiner et de découvrir (si vous le pouvez) une raison à cela qu'un homme sera considéré comme un Chrétien en s'appuyant sur tout autre terme, maintenant dans ce siècle, que ce que le Seigneur Jésus-Christ a prêché et publié aux jours de sa chair ; car il rejeta de manière absolu le fait qu'un homme puisse être son disciple, sans porter sa croix à tout les jours, et sans le renoncement de soi-même. Maintenant, comment un homme peut-il être un Chrétien de nos jours, ou un disciple de Christ, sans prendre sa croix quotidiennement, et sans un renoncement de soi ?

Il se peut que certain vous diront, qu'ils sont baptisés dans la foi Chrétienne, et qu'ils ont été enseignés, et qu'ils ont fait profession des principes chrétiens, et qu'ils se sont associés avec ceux qui font profession de Christ ; mais il n'y a ici aucun mot dans tout cela qui parle de la croix quotidienne, ni de renoncement de soi ; de sorte qu'ils voudraient que vous compreniez que, que les termes de la chrétienté ont changés, et que les hommes peuvent être des chrétiens sans employer les termes de Christ, ou du moins ce qu'ils disent.

[Et le pays est souillé sous ceux qui l'habitent ; car ils ont transgressé les lois, changé le statut, violé l'alliance éternelle. C'est pourquoi la malédiction a dévoré le pays, et ceux qui l'habitent subissent la peine de leur culpabilité ; c'est pourquoi les habitants du pays sont consumés et il ne reste que peu d'hommes. Ésa 24:5-6.

d'une punition combien plus sévère pensez-vous que sera jugé digne celui qui a foulé aux pieds le Fils de Dieu, et qui a estimé profane le sang de l'alliance par lequel il avait été sanctifié, et qui a outragé [méprisé] l'Esprit de grâce ? Héb 10:29]

Et ceci fut occasionné par la grande apostasie qui avait été introduite dans l'église par une longue nuit d'obscurité, et le dévoilement de l'Antichrist. L'Antichrist a été découvert et révélé, et il a établit, ce en dépit de la Chrétienté, une fausse Chrétienté. De là vinrent les termes de l'homme, d'être accepté, et d'être considéré Chrétien selon les termes de l'Antichrist. Et si vous voulez vous conformer, faire ainsi, et dire comme eux, vous serez admis dans la société Chrétienne. Maintenant tous ces termes de l'Antichrist, étaient des choses auxquelles un homme non régénéré pouvait se conformer et se soumettre.

Et l'ouverture de cette porte, laissa entrer dans l'Église une abondance d'hypocrites et de scélérats, qui étaient entrée aussi dans le but de faire un état non régénéré pour se conformer à ces choses qui étaient exigées ; pour entrer dans cette société publique de chrétiens, on ne disait pas que vous deviez être régénérés, et prendre votre croix à tous les jours, et renoncer à vous-mêmes, et marcher de façon à devenir saints, et conduisez-vous de manière à ce que Dieu en soit glorifié, et que la profession de la Chrétienté en soit honorée. C'étaient là les termes d'autrefois ; mais il existe d'autres termes sur le fait d'être Chrétien, qui sont là depuis plus longtemps.

Or il y a eu aussi de faux prophètes parmi le peuple, comme aussi il y aura parmi vous de faux docteurs qui introduiront furtivement des sectes de perdition, reniant aussi le maître qui les a achetés, faisant venir sur eux-mêmes une prompte destruction ;
et plusieurs suivront leurs excès : et à cause d'eux la voie de la vérité sera blasphémée ;
et, par cupidité, ils feront trafic de vous avec des paroles artificieuses ; 2 Pierre 2:1-3

À présent, cette apostasie a prévalue et s'est répandue sur toutes les nations et tous les pays, et non seulement sur quelques uns, au point que tous les royaumes sont devenus Chrétiens sur la base de ces derniers termes, et Dieu est grandement déshonoré parmi nous, et Christ le Saint, horriblement profané. Il n'est pas fréquent chez les Païens et infidèles, de trouver des gens qui vont se tromper et se faire du tort les uns les autres, et de s'entretuer et se détruire. Et pourtant, ce sont là les pratiques de ceux qui se nomment Chrétiens. Se sont là les fruits et les effets des Chrétiens de ce présent siècle. Maintenant, voyant qu'il en est ainsi ce qu'aucun homme mortel ne peut renier, je dois poser une question, et je désire que vous puissiez peser en vos coeurs et âmes, que ce soit lorsque vous êtes rassemblées, ou que vous êtes séparés les uns des autres, s'il ne serait pas grand temps pour nous tous de faire un retour aux premiers termes de la Chrétienté, et ne considérer aucun homme comme chrétien, peu importe ce qu'il professe, à moins que celui-ci connaisse et témoigne que l'indulgence, la patience, et la bonté de Dieu, le conduit à la repentance ; et à moins que il ait tellement la foi en Dieu, que par amour pour Dieu, il veuille renoncer à lui-même, et prendre sa croix à tous les jours, et être un fidèle de Jésus dans cette voie et dans cette vie dans laquelle il se trouve.

Il est grand temps pour nous tous de retourner à nouveau aux termes de la Chrétienté, qui furent établis par la plus haute autorité que l'antichrist n'a jamais connu, et qui fut avant que l'Antichrist ait été révélé ; car même s'il est vrai que l'antichrist a acquis l'autorité sur terre pour y établir sa sorte de chrétienté qui est, sans la croix, une sorte de religion par laquelle ils se livrent à tout ce qui peut être agréable à leurs coeurs charnelles et qui corrompt leurs esprits, l'antichrist n'a pas toute la puissance, il n'est pas tout puissant. J'espère que ni l'antichrist, ni la bête, ni le dragon, ni le faux prophète, ni la prostituée, n'ont tout pouvoir sur terre, même s'ils ont de grandes choses, et que par ce pouvoir ils ont établis des lois, des décrets, des canons, et d'innombrables choses concernant la religion ; et que certains crient, voici le chemin dans lequel vous devez marcher ; d'autres crient, le chemin du ciel repose ici, et c'est ici que vous devez voyager si vous voulez arriver là. Certains disent, ceci est la vérité ; d'autre disent que c'est une erreur. De sorte que le monde est divisé ; Le gouvernement de l'antichrist dans le monde est divisé ; et quand la maison est divisée contre elle-même, il y a espoir qu'elle finira par tomber.

[Et le pays est souillé sous ceux qui l'habitent ; car ils ont transgressé les lois, changé le statut, violé l'alliance éternelle. Ésa 24:5.]

Mais il y en a un, à qui toute puissance dans le ciel et sur la terre est donné et remis ; et ses Chrétiens ne sont pas divisés entre eux, mais ils sont d'un même coeur, et d'une seule pensée ; et Celui à qui toute puissance sur terre et dans les cieux sont donnés, peut briser et écraser le pouvoir que les autres possèdent. Hérode en avait un, et Pilate en avait un ; mais Christ a dit, votre pouvoir est limité, mais c'est ici votre heure, et le pouvoir des ténèbres ; et tu n'aurais aucun pouvoir contre moi, a dit Christ à Pilate, s'il ne t'était donné d'en haut. C'est là le pouvoir donné au dragon, au faux prophète, et la bête, de dire de grandes choses ; mais ce pouvoir qu'avait l'antichrist s'en est allé. en son jour, Christ Jésus fut envoyé dans le monde afin de ramener les gens à Dieu, et à la première Chrétienté et à l'obéissance, et aux premiers termes de société et de communion, et à la fraternité en Christ Jésus par le Saint-Esprit.

Maintenant, si nous avions établi une sorte de religion comme ont fait les autres, qui est contenu dans des canons, des articles, des doctrines, et tels et tels commandements d'hommes ; et si alors ces hommes étaient d'accord pour confesser, et observer ces canons, qu'ils feraient parti de notre société, nous aurions alors fait comme le reste des Chrétiens déchus. Toutefois, nous avons déclaré depuis le commencement que, le fait de professer notre doctrine ainsi que les principes de religion ne donne à aucun homme la fraternité et la communion avec nous. Notre communion est dans la vie du renoncement à soi-même, et dans le fait de porter tous les jours notre croix, en opposition à la convoitise sensuelle, la vanité, l'orgueil, l'amertume de l'esprit, la corruption, l'inimitié et la colère. Ceci nous a amené à une sainte fraternité et une communion dans le Saint-Esprit, et à vivre en unité avec le chef, qui est Jésus-Christ ; de sorte que parmi le peuple de Dieu il n'y a pas d'église qui soit à un homme, et une autre à un autre homme.

Lisez-vous, dans les premiers temps, que Paul avait son église, et Pierre son église, et Jacques son église, et Jude son église ? Bien sûr ils avaient leurs réunions tout comme nous, dans plusieurs villes et villages parmi les Juifs et les Gentils ; mais ces saints apôtres qui étaient les premiers publicateurs de l'éternel évangile, selon leur grand Seigneur et Maître, Jésus-Christ. Jamais ils ne se sont appropriés d' église pour eux-mêmes ; ce n'était pas leur affaire. Notre travail et notre affaire, a dit l'apôtre, c'est de vous rassembler à Christ, et et de vous présenter comme une vierge chaste à Christ ; notre travail consiste à vous amener des ténèbres à la lumière afin que vous marchiez en elle, et que vous soyiez fils de la lumière ; notre travail c'est de vous édifier une maison Spirituelle pour être présentés à Christ le Médiateur.

Cette Chrétienté du début qui a sa fondation dans la sainteté et la justice, la sincérité et la vérité, non pas en paroles, et en termes, ni en articles, ni en canons, et ni en décrets, ou autre observance. Ceci n'est pas le fondement de la véritable Chrétienté, et cela ne le sera jamais, car le royaume du diable doit être détruit ; et son royaume est ébranlé, car Celui en qui nous croyons, a le pouvoir de Son Père de briser la tête du diable, l'Antichrist, et la tête du dragon. Le Christ Jésus est identifié par plusieurs noms, le second Adam, le Seigneur du Ciel, le Chemin, la Vérité, et la Vie ; mais Il est le même Christ. De même l'Antichrist est exprimé par différents termes et noms, mais c'est le même pouvoir des ténèbres ; il a enivré les nations, afin qu'ils se bouleversent, se détruisent, et se dévorent les uns les autres.

[Les gens du monde sont enivrés à la poursuite de la convoitise, des plaisirs, et des passions ; totalement indifférent face au péché, totalement sans l'amour de Dieu, totalement vautrés dans l méchanceté, plongés dans l'iniquité, vide de sens commun.]

Ceci a été fait dans la condition déchue des Chrétiens, et le dessein que Christ le Seigneur a en envoyant ses ministres et ouvriers pour oeuvrer parmi vous, est de restaurer les hommes à la première Chrétienté, et d'amener les hommes à Dieu. Que la religion n'est pas faite de doctrines, d'articles, de canons et de décrets des hommes, mais elle a pour fondement la Parole de Dieu ; que celui, qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende. Il y a dans un véritable Chrétien un esprit, une puissance, et une oeuvre visible que le faux chrétien n'aura jamais. Les faux chrétiens se sont emparés du nom et de la profession de Christ, et leurs fruits ont été déshonorant pour Lui ; ils seraient aussi bien de faire profession de l'Antichrist et de Satan. Ils ont une forme de piété, ils ont quelques paroles, mais ils en renient la puissance. Quelle est leur religion, une profession extérieure, alors qu'il manque la vie intérieure, et les mouvances du Saint-Esprit ; s'ils produisent du fruits de la chair, inimitié, colère, péché et corruption, qui sont le propre de la nature déchue, haineuse et non régénérée ?

L'Apôtre a pris connaissance avant sa mort, de cette tromperie et de l'hypocrisie qui grandissait dans l'Église ; les hommes ayant une forme de piété, mais en ayant renié la puissance. Or détourne-toi de telles gens. S'il y a des frères qui marchent dans le désordre, n'ayez point de compagnie ou de fraternité avec eux, si vous voulez avoir le saint nom de Jésus libre de tout scandale.

Ceci a été l'oeuvre de tous les fidèles ministres de Christ, de conserver leur sainte profession de Christ libre de tout reproche ; de sorte que la sainteté des voies de Dieu puissent se remarquer dans les vies saintes de ceux qui les professent. D'ici à ce que les hommes viennent à reconnaître cela, qu'ils prennent leur croix à tous les jours, et qu'ils pratiquent le renoncement de soi-même, leur Chrétienté n'est bonne à rien. Je ne voudrais pas que vous placiez votre confiance en cela ; ni dans les articles, les principes, ou les observances ; mais voyez de par vos vies comment elle témoigne de votre profession. Christ était saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs. Et pourquoi n'en serait-il pas aussi de même pour les Chrétiens ? Comment des Chrétiens peuvent-ils être des fidèles de Christ, et ne pas être séparés des pécheurs ? Christ l'était aussi. Il allait dans une direction, et les pécheurs allaient dans une autre direction ; ils suivaient leurs péchés et leurs convoitises, mais Lui suivait les oeuvres pour lesquelles son Père l'avait envoyé. Si vous êtes un fidèle de Christ, vous devez être digne de porter le nom de Chrétien. Est-ce que les ivrognes et les blasphémateurs suivent Christ ? Le dévergondé et l'orgueilleux suivent-ils Christ ? L'impur et l'hypocrite suivent-ils Christ ? Vous savez bien que non, alors pourquoi les appelez-vous des Chrétiens ? C'est là une insulte et une honte au saint nom de Jésus, et à la véritable Chrétienté, que ces personnes soient ainsi appelées des Chrétiens ; mais ceux qui sont fidèles de Christ, sont saint, innocent, sans tâches, et séparés des pécheurs.

Ceci semble être une étrange doctrine, pourtant si elle fut prêchée dans les premiers temps, il y eut des gens qui reçurent cela comme doctrine apostolique, qu'un homme doit crucifier la chair avec ses désirs et sa convoitise. Car, dit l'Apôtre, Mortifiez [faire mourir]donc vos membres qui sont sur la terre, car si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez. Car la pensée de la chair est la mort ; mais la pensée de l'Esprit, vie et paix ;. C'était alors la saine doctrine.

Maintenant allez et dites à un homme qu'il périra certainement et qu'il sera damné pour sa profession, s'il ne fait pas mourir les désirs de sa chair ; s'il vie dans le péché et qu'il meurt ainsi, il est probable qu'il périsse. Combien furent menés dans des prisons et des donjons, uniquement pour avoir prêché cette doctrine, et la première fois que nous fûmes envoyés pour prêcher, nous n'ôsions pas faire autrement ? et Dieu ne nous a pas envoyé prêcher jusqu'à ce qu'Il nous ait lavés, et sanctifiés, et rendu fin prêts pour l'oeuvre du ministère. Maintenant lorsque nous vîmes dans les Saintes Écritures que Dieu avait oeuvré sur les autres par son Esprit avant de les envoyer prêcher l'Évangile, n'était-ce pas là un autorité suffisant pour prêcher la chute du péché, et sa destruction ? Quelqu'un pourrait penser qu'une telle personne, ainsi appelée et envoyée par Dieu, possédaient aussi bien l'autorité pour prêcher l'évangile éternelle que les lois décrétées par tous les princes du monde et que ceux-ci auraient pu lui donner. un homme qui est sûr de posséder l'autorité pour prêcher l'Évangile, n'aurait pas besoin d'attendre les ordres ni l'approbation ; il ne serait pas dans l'attente d'une initiation. L'Apôtre paul pris cela pour une commission qui était honorable, quand il vous parle de sa mission, ce n'était pas par un homme, mais par la volonté de Dieu, qu'il était appelé à prêcher l'Évangile. Si nous disons que nous avons été fait prédicateurs, si vous demandez par qui, pas un homme dans le monde pourra vous répondre ; mais nous avons été fait prédicateurs il y a des années de cela. Non pas par l'homme, ou l'autorité d'un homme, mais par la volonté de Dieu. quelle était votre commission ? De détourner les hommes des ténèbres, (ténèbres dans lesquelles nous vivions autrefois), de les amener des ténèbres à la lumière, et du pouvoir de Satan à Dieu. L'Apôtre résuma sa commission en quelques mots ; le Seigneur m'a dit que je devais tourner les hommes des ténèbres à la lumière. C'est là notre commission que nous avons reçu de Dieu dans cet âge, de détourner les hommes des ténèbres.

Mais certains diront que nous ne possédons pas l'instruction humaine ni les qualifications pour l'oeuvre du ministère. À ceci je répond, si j'entend un homme jurer ou dire des mensonges, Je pourrais lui dire que cela n'est pas de Dieu. J'en ai suffisamment appris pour savoir et parler aux hommes, et leur dire que, la prostitution, l'ivrognerie, jurer, et mentir, sont les oeuvres de la chair et les fruits de la puissance du diable.  Je voudrais que vous vous détourniez de ces oeuvres pour aller vers la puissance de Dieu. Qu'est-ce que cette puissance de Dieu ?* Je vous dirai, c'est une manifestation de la grâce dans vos coeurs qui vous attirera loin de l'amour de toutes ces choses ; la grâce de Dieu, c'est la puissance de Dieu pour le salut de ceux qui croient. Mais à tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, c'est à dire, à ceux qui croient en son nom. Ces chrétiens démontrerons la puissance et la vie de la religion dans leurs conversations. Donc ici il y a une autorité suffisante et non un manque d'autorité.

[*Sans la puissance de Dieu oeuvrant en vous, il n'y a pas de victoire, il n'y a pas de triomphe. Il y a trois source de la puissance de Dieu qui sont libérées afin de vous purifier : 1) la puissance dans le véritable espoir et évangile, 2) la puissance dans la croix intérieure du renoncement à soi-même, et 3) la puissance dans le nom de Jésus. Cette puissance de Dieu oeuvre en nous, et nous garde à travers la foi dans le salut, qui consiste à être libéré du péché. De nos jours la Chrétienté est dépourvue de la croix et du véritable espoir ; et donc dépourvue de la puissance de Dieu, il en demeure seulement une forme (coquille vide) de la Chrétienté originelle sans la nouvelle vie de la nouvelle créature, et sans la sainteté, mais se vautrant dans le péché, gonflant leur imperfection, périssant, elle a pour fin la destruction. Car sans la libération de la puissance de Dieu pour changer un homme, son coeur demeure remplis de péché et inacceptable pour Dieu, peu importe ce que ses lèvres peuvent dire dans la forme d'adoration. Le véritable espoir c'est d'être libéré du péché et d'entrer dans son Royaume des Cieux. Ceci se produit en portant la croix intérieure du renoncement à soi-même avec obéissance à ses paroles parlées et entendues, tout en méditant sur le nom de Jésus : la combinaison de tout, pour avoir accès à l'infinie puissance transformatrice de Dieu pour oeuvrer en vous, pour vous nettoyer, vous purifier, vous délivrer de tous les péchés, et vous amener en union avec Dieu dans son royaume, sur terre et pour toujours.]

Je fus parfois examiné, on me demandait, par quelle autorité prêche-tu ? Par la plus haute autorité dans les cieux et sur la terre, par l'autorité de Dieu qui est venu par Christ, le Rédempteur. Que prêche-tu ? Je prêche la vérité dans les parties intérieures, la grâce et la vérité, et contre toute souillure de la chair et de l'esprit.

[Ils disent ] Aussi longtemps que l'antichrist gouverne, vous ne devez pas prêcher sans autorité contre le péché ; vous devez avoir la puissance, vous devez être ordonnés, et posséder une instruction avant d'entreprendre de prêcher l'Évangile, et de prêcher contre le péché et la méchanceté. Le diable possède une telle domination et un telle pouvoir, que certains nous disent, qu'aucun homme ne peut vivre sans le péché ; s'il plait à Dieu ici et là de susciter un homme et de l'amener à une vie sainte et juste, il manque à cet homme un permis, une commission, une induction, une ordonnance pour prêcher et crier contre le péché dans les gens ; quelle commission avait le Psalmiste quand il a dit, Venez, écoutez, vous tous qui [avec respect]craignez Dieu, et je raconterai ce qu'il a fait pour mon âme.

N'est-il pas grand temps pour les gens dont l'évidence de l'amour de Dieu est déversé sur leurs coeurs par le Saint-Esprit, de porter leur témoignage contre le péché et la méchanceté ? N'est-il pas grand temps pour chaque bouche de s'ouvrir, afin de témoigner contre un tel brouillard d'obscurité qui est venu sur les hommes ; afin de témoigner contre l'hypocrisie, l'impureté, et l'injustice ?

Ce fut le grand dessein des premiers prêcheurs de l'évangile, de dénoncer ce que certains ministres proclamaient, de sorte que la Chrétienté n'est plus ce qu'elle a été, car dans ce temps là ils disaient aux gens qu'il n'y avait point de bonheur, autrement que dans la rupture du péché par la repentance. Aucune possibilité de salut si ce n'est en confessant et en abandonnant le péché, et dans la confiance en la miséricorde de Dieu à travers Christ pour le pardon de cela. Parlez-leur de la miséricorde de Dieu, et du sang de Christ, ils vous diront qu'ils ne peuvent être lavés de tout péché, ils ne peuvent vivre sans péché. Comment sommes nous arrivé au point qu'il y a des ministres qui prêchent un impossibilité de vivre sans le péché, lorsque nous sommes avertit dans les Écritures que sans la sainteté nul ne verra le Seigneur ? Et qu'il n'entrera aucune chose souillée dans le Royaume des Cieux, ni ce qui fait une abomination et un mensonge : Apoc 21:27. Comment des ministres peuvent prêcher l'impossibilité de vivre sans le péché ? “Qu'en est-il de vous,” dit l'un de ces faux ministres, “être aussi prétentieux pour dire qu'un homme ne peut vivre sans péché ? Je vous prouverai par la bonne autorité, par les écritures et avec le Père, qu'aucun homme dans le monde ne peut faire cela.”

Si quelqu'un s'établit ainsi de son propre pouvoir, le diable fera un fou de lui ; certain même s'en sont allés ainsi de leur propre volonté et pouvoir, et se sont cloîtrés dans des monastères, et se sont enfermés entre deux murs afin de pouvoir se séparer de toute la société et vivre sans péché ; ils ont voulu faire cela de leur propre gré, et le diable est plus fort qu'eux.

Laissez moi vous dire, des hommes de grande sagesse, de courage et de force, possédant des talents naturels des plus exceptionnels qu'un homme puisse avoir, ne sont pas capables de combattre leur ennemi le diable par leur propre force ; car la semence du péché, la convoitise, et les désirs sexuel sont plantés dans leurs coeurs ; jusqu'ici cela est une doctrine juste et exacte, qu'aucun homme ne peut rien faire de son propre pouvoir et de sa propre force. Mais c'est ici l'erreur : un homme a passé un long moment à lutter avec ses péchés et ses convoitises, pour obtenir la victoire sur eux ; mais par une expérience lamentable il trouve ses faiblesses et ses insuffisances ; il est engloutit dans son esclavage, et alors il abandonne la bataille, en disant, “Je ne vaincrai jamais le diable et ses tentations, mes péchés et mes tentations sont trop difficiles pour moi, Je désespère de ne jamais les surmonter avec ma propre force, par tout ce que je peut faire.” Cela est assez vrai, mais votre besoin d'être libérer du péché doit-il périr parce que vous ne pouvez jamais vaincre par vous-mêmes la corruption ? Si je suis sauvé, ce doit être par la puissance de Dieu, la grâce gratuite de Dieu qui doit me sauver. Comment pouvez-vous en arriver à vous emparer de la grâce gratuite de Dieu ? Je me suis fait dire que je dois m'en remettre à Christ par la foi, qui est le Médiateur entre Dieu et les hommes, et qu'il est mon seul Rédempteur ; qu'il n'y a pas de salut en aucun autre. Ceci est très bien ; maintenant vous êtes un croyant, à quoi vous attendez-vous, vous espérez que Christ vous donne quoi ? Il ne me donnera pas le pouvoir sur ma corruption, afin de vivre sans péché, ceci est plus que je ne l'avais espéré ; mais je m'attend à ce que Christ révèle sa puissance en moi, et qu'il me donne tellement de force et de puissance contre mes convoitises et ma corruption, de sorte que ceux-ci ne puissent pas l'emporter sur moi. Maintenant si vous me dites que vous espérez recevoir la force et la puissance de Christ contre le péché, Satan et la corruption, allez-vous maintenant me dire que cela est tout de même impossible ? C'était impossible avant bien sûr de vivre sans péché, lorsque vous ne comptiez seulement sur votre propre force ; mais maintenant, lorsque vous venez afin de recevoir la grâce et l'assistance du Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, et le Sauveur du monde, qui vous donne l'habileté à supporter la tentation, et vaincre vos corruptions, et les convoitises de votre propre coeur, est-il toujours impossible de vivre dans le péché ? Alors vous pouvez dire, “esclave du diable que je suis et que je dois être ;” car il n'existe aucune autre puissance dans les Cieux et sur la terre sur qui vous puissiez compter, si votre propre puissance ni celle de Christ ne peut suffire. S'ils disent ceci, alors ils viennent juste de dire que le diable est Tout Puissant. Ainsi ils nous disent, lorsque Christ a révélé sa puissance, c'est encore tout de même impossible.

Si j'appelais cela une doctrine anti-chrétienne, cela aurait plus de sens. Béni soit Dieu, Je crois que Christ est plus que capable de me préserver des tentations du diable, et de tous ces instruments, si je crois ; bien que je ne le puisse pas de mon propre pouvoir, mais par la puissance Christ je peut être préservé du péché pendant une heure. Une heure, alors une journée, et puis une journée, alors un milliers de jours, si je vis aussi longtemps ; Christ a promis qu'Il écraserait Satan, et le mettrait sous son pied, et qu,il détruirait ses oeuvres. Maintenant jugez-en par vous-mêmes si le péché n'est pas l'oeuvre du diable ; désespérerai-je ou me découragerai-je d'avoir les oeuvres du diables détruit en moi ?

[Et alors que Christ au commencement nous donne la force de ne pas commettre de péché, par la suite il enlève même de nos coeurs le désir de pécher, particulièrement lorsque nous montrons nos gestes de repentance, peut importe comment faibles nous sommes à nous conformer. Nous recevons immédiatement la puissance afin de garder nos mains et nos pieds de courir ou de s'emparer du pécher, mais nous n'avons pas le contrôle de notre langue et de nos pensées jusqu'à ce que plus tard oeuvre la puissance de Dieu en nous, par sa grâce grandissante.]

Voici pour vous tous la base pour croire. Que celui qui a la foi puisse s'emparer de cette puissance qui est offerte par Dieu ; par conséquent emparez-vous d'elle, autrement votre religion ne servira à rien. Ceci est la réjouissance d'un véritable croyant, qu'il reçoive la puissance de Christ pour renoncer à lui-même ; par conséquent au jour du jugement toute leurs prétendues chrétienté et professions fondront comme de la neige. Tous ces canons, articles, formes, et ces liturgies, tous cela fondra lorsque le jour du Seigneur viendra les brûler ; seuls ceux qui ressentent les vertus rédemptrices du sang de Christ, qui ont leurs âmes remplis de l'amour de Dieu ; et ceux-là qui veulent se séparer de tous ce qu'ils aiment dans le monde à cause de Christ, seront acceptés.

Je ne suis pas pour la mise en place de ceci ni de toute autre secte ou opinion ; si c,est parmi ceux de ma propre profession, s'ils professent la sainteté et qu'ils produisent l'injustice, ils font tous partie de la même hypocrisie, et je n'estimerai pas leur profession. ils sont nombreux dans cette ville et dans ce pays, ceux qui se sont abrités sous la profession de la vérité, et qui parlent de perfection, et qui ont apportés avec eux leurs convoitises et leurs imperfections. Ici l'antichrist tente un autre jeux, pour les amener sous une profession qui servira son objectif ; le diable va permettre aux hommes de professer la perfection, s'ils consentent à vivre selon les convoitises de leurs propre coeur, de sorte qu'ils puisse sauver sa tête du coup que la puissance de Dieu va porter sur lui, de sorte qu'ils puissent déshonorer le saint nom et la religion qu'ils professent. Tout comme disait l'apôtre, je vous l'ai dit souvent et maintenant je le dis même en pleurant, ils étaient Chrétiens, soi-disant, pour ceux à qui ils parlaient, mais ils étaient ennemis de la croix du Christ, non pas pour la profession de Christ ; il n'a pas dit qu'ils étaient étrangers à la croix de Christ, mais qu'ils en étaient ennemis ; ils l'ont laissé tomber, ils ont gardés le nom, le mot, et la doctrine, mais ils ont laissé tomber la croix ; à quel point ces Chrétiens étaient-ils dignes ? Sûrement très peu.

Non, l'Antichrist a été tellement bête que, parce que les paroles sont ainsi mises sur la croix, non pas sur le fait d'être des disciples de Christ sans la croix ; parce que les paroles des Écritures sont sur la croix, l'Antichrist pense en lui-même, « Je ne convaincrai jamais les gens d'être à l'aise, à moins de leur donner une croix ; » par conséquent il leur fait faire des croix. Ils doivent être baptisés avec la croix ; ils disent, nous ne renions pas la croix de Christ ; nous la suspendons à notre cou ; nous la plaçons dans nos réunions et dans nos académies. Beaucoup de princes, d'hommes sages, et d'érudits, ont été ainsi ensorcelés et enivrés par ces illusions, de sorte qu'ils appelaient le Christ ce qu'ils ont fabriqués de leurs propres mains ; ils ont fait des Christs, et les ont prié ; et toute leur religion ont réuni des croix, des crucifix, des formes, et des liturgies, qu'ils ont fabriqués de leurs propres mains.

Voici une Chrétienté dans une profession vide, mais où est l'âme de cela ? Je voudrais m'enquérir de la vie de cela ; Je voudrais voir la Chrétienté vivre dans l'amour de Dieu au delà de toutes choses, et aimer notre prochain comme nous-mêmes. Lorsque viendra cette Chrétienté, il n'y aura plus de tuerie parmi les gens, ni de persécutions entre nous, on ne cherchera plus à satisfaire les convoitises de la chair, et on ne défendra plus cela.

Que Dieu soit béni, du fait que nos yeux aient vu les témoins se lever et la vie venir des Cieux pour entrer en eux ; et à présent la religion commence à avoir une vie et une âme, et elle se montre à un petit groupe. Il y a un peuple suscité par Dieu qui ressentent la vie dans leur adoration, dans leurs familles, dans leurs conversations, et dans leurs comportements vis à vis de leurs relations ; ils agissent avec eux comme ils agiraient avec Dieu. Plusieurs jeunes garçons et jeunes filles, serviteurs et servantes, font leur travail, non seulement dans le but de plaire à leurs maîtres et maîtresses, mais pour plaire à Dieu. La vie qu'ils vivent, ils la vivent dans la foi au Fils de Dieu ; ils vivent de façon à devenir des membres de Son corps. Les maris aiment leurs femmes, non pas simplement parce qu'elles sont leurs femmes comme font les hommes du monde, mais ils le font sur le compte de la religion intérieure, et de la fraternité et communion divine qu'ils ont en Christ-Jésus. Les maris doivent aimer leurs femmes comme le Christ a aimé son Église, et donné sa vie pour elle ; c'est ainsi qu'un homme doit aimer sa femme, et être tendre avec elle, et pourvoir à ses besoins.

La vie de la Chrétienté nous a enseigner à nous comporter comme si tous ce que nous faisons nous le faisons pour Dieu ; puisse-t-Il avoir la gloire et la Chrétienté ramenée à son lustre et à sa beauté d'autrefois.

Mais certains diront, “fait ce que tu peux, les hommes ne t'aimeront jamais ; si tu as l'âme de la Chrétienté, tu seras injurié et scandalisé. Les hommes feront des oeuvres contre toi ; et ils se serviront de papiers juridiques contre toi, et ils monteront les magistrats contre toi ; vis comme tu le peux, ils vont te suivre et te harceler. »

Ceci est plus que tu en sais. Si une fois un homme vient à ressentir la vie de la Chrétienté qui travaille en lui, et que la puissance le garde de faire le mal, et de souhaiter du mal à ses ennemis, et disposer son esprit à prier pour eux, à être enclin à avoir de la pitié pour eux ; si un homme en arrive à cette condition, il est en paix avec Lui-même, et apprécie la tranquillité de l'esprit ; il regarde au Médiateur, Christ Jésus, et ressent une réponse de paix en son âme intérieure, et il est dans le repos intérieur.

Maintenant concernant la persécution, la haine et l'inimitié entre la semence de la femme et la semence du serpent, et combien de temps cela va durer. Dieu, celui que nous servons, avait dit au diable dans le Paradis, Je placerai l'inimitié entre toi et l'homme, entre ta semence et la sienne ; Elle te brisera la tête, et toi tu lui briseras le talon. Alors il ne faut pas s'attendre à ce que la semence du serpent, (ceux qui sont nées de cette semence), puisse aimer ceux qui sont nés de la semence de la femme. Il est possible que ceux qui sont nés de la semence du serpent, puissent être traduit et amenés hors de cet état corrompu ; mais il est impossible que ceux qui sont nés de la chair, puissent aimer ceux qui sont nés de l'Esprit, alors qu'ils continuent dans leur condition non-régénérés, mais plutôt ils les persécutent. C'est là un instinct naturel, comme l'eau coule par terre, et la flamme monte en l'air. Les hommes et les femmes ne sont-ils pas tous nées enfants de la colère, et dans leurs pensées, naturellement ennemis de Jésus-Christ ? Et n'a-t-Il pas souffert et n'est-Il pas mort pour eux tous ? De sorte que la vraie nature de la chose, la vraie raison pour laquelle Christ mourut, fut pour racheter ceux qui étaient ses ennemis afin qu'ils soient ses amis.

Supposez que moi, ou tout autre membre de Christ soyons persécutés par des hommes qui nous méprisent, et nous haïssent ; ne devrais-je pas les aimer, et leur faire du bien, quand alors j'en vois un infiniment meilleur que vous et moi, en faire de même pour nous ? Lorsque nous étions ennemis, Christ envoya son Esprit dans nos coeurs, afin que nous puissions devenir ses amis, et amis de Celui qui l'a envoyé. Ceci est l'effet de la justice de Christ et de son innocence, que des ennemis puissent devenir amis ; ainsi beaucoup furent amenés à devenir amis de la vérité, eux qui auparavant en étaient ennemis. Si nous ne pouvions pas souffrir pour le témoignage que nous avons reçu de Dieu, à quoi cela sert-il ? Mais voyant que Dieu ne nous a pas uniquement donné de croire, mais aussi de souffrir pour son nom, pour cela, plusieurs se sont tournés des ténèbres à la lumière, et il y en aura beaucoup plus ; la lumière se répand rapidement, en dépit du fait qu'il y eut beaucoup d'effort pour l'arrêter.

Ce fut là le dessein de plusieurs érudits de cette nation : “comment fermerons-nous la bouche de ces hommes qui prêchent la doctrine de la vérité dans les parties intérieures, la lumière intérieure, et le Christ en eux ?” Je ne citerai pas les nombreuses lois qui ont été faites contre ceux qui ne veulent pas prêcher des mensonges au lieu de prêcher Christ et sa vérité ; maintenant que ferez-vous ? Maintenant vous ne pouvez pas porter la main[battre] sur eux comme vous aviez l'habitude de faire ; non, mais nous allons les blâmer avec la langue. Nous allons les rendre odieux aux yeux du gouvernement, comme des personnes qui veulent renverser l'église et le gouvernement, et qui prêchent de fausses doctrines, et lorsque tout est fait, et qu'ils ont dit leur plus mauvaise chose, les gens continueront de croire que le péché et la méchanceté sont ignobles pour Dieu, que Dieu ne prend point plaisir dans le péché, et que le diable veut nous conduire dans le péché ; plus une personne se garde du péché, plus elle se garde des pièges du diable ; et plus la vie d'une personne est sainte, plus elle est semblable à Dieu.

Ces choses nous les prêcherons, et nous irons de l'avant dans ce témoignage, disant que le meilleur chemin que puisse prendre l'homme, c'est de briser leur péché par la repentance et de se tourner de tout leur coeur vers Dieu leur Créateur ; et ils regarderont leurs voies, pour sonder et éprouver et examiner leurs coeurs, et s'ils y voient le mal, de s'en préserver. Il s'agit d'une chose à laquelle il ne faut résister, cela traversera la nation, et toutes les nations de la terre.

Et qu'arriverait-il si un groupe de gens devait s'associer et dire, nous ne voulons plus du soleil pour briller sur la ville de Londres ; comment allons-nous nous y prendre ? Lorsque le soleil sera couché, nous construirons des monticules ou de grands murs afin d'intercepter sa lumière ; mais en dépit de tous leurs efforts, quand le soleil se lève à nouveau, il passe au-dessus des hauts monticules et murs. De même tous leurs plans et tous leurs stratagèmes contre la lumière de l'évangile, et contre Christ le Fils de la droiture, et contre l'Esprit de Christ, la lumière montera et se trouvera au-dessus des têtes de tous ceux-là, et elle leur fera échec, et entamera toute opposition.

Je vous exhorte tous, mes amis, à laisser tomber toute doctrine, et principes, et artifices parmi les Chrétiens, pour en venir à cette simple thèse et position ; il n'est pas question pour moi de professer la religion, si ma vie ne peut en être garante, si je n'ai pas d'amour pour Dieu, et mon prochain, et pour ma propre âme ; il n'y a ni vie ni puissance dans la profession de ma religion. Je me reposerai en étant satisfait dans la mesure de la connaissance que Dieu m'a donné ; Je ne dois pas faire à mon prochain ce que je ne voudrais pas que mon prochain me fasse ; Je dois être intègre et sincère envers Dieu ; Dieu n'acceptera aucune adoration venant de moi, alors que je suis impur dans mon corps ainsi que dans ma pensée ; nous devons voir à devenir purifiés, car Dieu n'acceptera pas d'offrande venant d'un coeur impur ; vous ne pouvez faire sortir quelque chose de pur d'un coeur impur, a dit notre Seigneur Jésus-Christ, le grand prêcheur de la vérité et de la justice ; Je dois premièrement faire en sorte que l'arbre soit bon avant que les fruits puissent l'être aussi ; vous et moi sommes ces arbres ; tant que nous n'avons pas quelque chose de bon en nous, nous ne pouvons produire de bons fruits.

Par conséquent vous devez respecter les principes de la sanctification dans vos coeurs, et vous tourner vers ce qui vous fait sentir une expérience en vous-mêmes, certain principe de la grâce et la lumière dans vos coeurs pouvant distinguer les bonnes pensées des mauvaises. Est-il bon pour moi de faire telle ou telle chose ? Je continuerai ainsi avec foi et courage ; mais si c'est mauvais, Je n'y toucherai point, même s'il y a du profit et du plaisir pour me séduire et m'attirer vers cela ; Je n'y toucherai pas, même si je pouvait gagner le monde par cela.

Voici la Chrétienté avec la vie et l'âme de celle-ci ; nous avons été scandalisé comme si nous avions prêché l'erreur pour la justification. Nous disons qu'il n'y a pas de justification sans la sanctification ; donc vous qui connaissez la puissance, alors vivez en elle ; et vous qui désirez connaître la puissance, tournez vos pensées vers la lumière et la grâce de Dieu, et vous sentirez sa puissance qui opposera le péché dans sa motion, et cela ne vous troublera jamais dans ses actions et travaux. Si je ne voulais pas faire de mal à mon voisin, et que je juge un tel geste lorsqu'il est suggéré, il ne troublera jamais ma conscience, parce que lorsque le diable m'amène cela, je le rejette, Je ne voudrais pas le suivre. Ce n'est pas un péché que d'être tenté ; car notre sauveur, qui était parfaitement saint, et libre de tout péché, fut tout de même tenté ; il avait des suggestions dans son esprit, mais il leur résistait, il résistait au diable et à toutes ses tentations ; Christ fut tenté afin de pouvoir nous secourir lorsque nous sommes tentés ; et il fera ainsi pour tous ceux qui s'attendent à Lui.

Par conséquent, amis, faites confiance au nom du Seigneur, et vous sentirez s'intensifier cette puissance qui vous a appelé à sortir des ténèbres pour entrer dans cette merveilleuse lumière du soleil de sa droiture dans lequel vous vivez, et qui brillera pour son immortelle gloire et louange, et le confort éternelle de vos âmes immortelles.

SERMON XI

L'Esprit de Christ, le Seul Véritable Guide

Délivré par Stephen Crisp à grâce-Church-Street, le 10 Octobre, 1690

VOUS qui êtes rassemblés dans le nom du Seigneur, et qui avez votre attente du Seigneur, et qui êtes réellement dans l'attente de recevoir une bénédiction de sa main abondante ; vous êtes ceux à qui le Seigneur communiquera les bonnes choses de Son Royaume, et vous instruira dans Sa divine connaissance que la sagesse de ce monde ne peut trouver ; vous recevrez votre portion de bénédictions préparés pour vous et mis en place dans le Christ pour vous afin qu'elles vous soient remises jour après jour pour votre soutien. Et jusqu'ici vous avez été préservés et gardés en vie jusqu'à ce jour. vous avez reçu votre nourriture, et des rafraîchissements Spirituels et divins, toujours dans la présence de Dieu ; lorsque vous étiez hors de Sa présence, vous aviez rencontré des problèmes, et les ténèbres engendrés sur vos esprits, qui voilait et brouillait votre entendement, de sorte que vous étiez parfois en danger de perdre votre voie, jusqu'à ce que vous retourniez de nouveau au le grand berger et le responsable de vos âmes, grâce à qui vous avez accès à Dieu. Vous qui avez eu ces expériences, ô que vos coeurs et vos âmes soient engagées à continuer d'un seul coeur et d'une seule âme à servir le Seigneur et à vous attendre à Lui pour quelque chose qui peut vous faire du bien ; qui puisse vous confirmer et vous fortifier dans sa vérité béni.

Car il y en beaucoup qui sont convaincus, qui n'ont pas encore de fondation. Il y en a beaucoup qui connaissent la vérité, qui ne peuvent encore être amenés à habiter en elle, mais qui sont parfois attirés hors d'elle ; et alors ils se retrouvent troublés dans leurs esprits, alors l'angoisse et la détresse s'emparent d'eux ; et ils ne profitent pas de cette tranquillité, de cette paix, et de cette joie intérieure, dont ils croient que profitent les autres en même temps ; et dont ils auraient profité s'ils avaient vécu fidèlement dans la vérité. Maintenant qu'est-ce qui établira une telle personne, si ce n'est le fait de s'attendre à Dieu afin de recevoir la puissance de celui qui résiste aux tentations, et aux multiples ruses et pièges provenant de l'ennemi de leurs âmes qui les menace à tous les jours dans le but de les éloigner de Dieu et de les éloigner du chemin ?

Vous savez les amis, comment le Seigneur nous a amené dans cet exercice qui consiste à nous attendre à Lui, en nous sensibilisant au fait qu'il n'y a personne qui puisse nous venir en aide à part Lui. Les enseignants que nous avons toujours eu, et les hommes qui ont parlé de Dieu, parlé de sa puissance, et parlé de sa sagesse ; mais quant à la façon de demeurer dans sa puissance, et à rester établis en elle, comme de résister en tout moment au pouvoir du malin, cela, nul homme ne peut nous y aider ; et c'est sur ce compte rendu, que le peuple du Seigneur était prêt à Lui être fidèlement dévoué, et par la foi dépendre de Lui ; et crier en leurs âmes, « Seigneur, si tu ne m'établis, Je ne serai jamais établis. »

Le pouvoir de confirmer qui demeure et qui règle leurs pensées sur le Seigneur vient de Lui, et cela nous est transmit par le Seigneur Jésus-Christ, en qui nous avons cru ; ceux qui ont gardé leurs foi en Lui ont eu de grand désirs et des soupirs de l'âme, afin de pouvoir recevoir des bénédictions divines venant de Lui, et en Lui. De sorte que ceux qui se réunissent dans cet esprit parviennent à s'établir dans la vérité telle qu'elle est manifestée et révélée en eux, et qu'elle descende dans la profondeur où l'unité est connu. Ici ils ne font qu'un seul esprit, et l'âme est rendu capable de pousser de forts cris à Dieu, et de vivants soupirs et des prières à Dieu qui leur enseignera comment ils profiteront, comment ils grandiront, et comment ils le serviront et l'honoreront de leurs temps ; qui révélera en eux sa puissance, pour chasser toute obscurité ou voile qui étaient rassemblé sur leurs esprits, qui les empêchait de voir tant de gloire et l'excellence dans la vérité, et dans les voies de Dieu, comme certain, ils ont vu. Et aussi ceux-ci sont des voyageurs qui voyages avec le Seigneur dans la foi, pour recevoir une bénédiction de sa main. Leurs pensées ne s'abandonnent pas à ceci ou cela, ou à l'autre homme, ou à de simples paroles ou à des choses ; mais ils sentent la parole de vérité répondant de la vérité en eux-mêmes, et ils reçoivent un réconfort et un avantage, parce qu'ils trouvent une bénédiction qui se lève en eux. Ces paroles atteignent mon âme ; elles m'apportent de l'aide, et je suis réconforté en elles, parce que j'ai trouvé ces oeuvres oeuvrant en moi, ou travaillant en moi.

Car, hélas ! mes amis, plusieurs d'entre vous savez qu'il y en a qui entendent les paroles, puis les déclarations dans la parole ne se trouvent que dans ceux qui n'ont pas l'expérience de l'oeuvre qui est annoncée par la parole. Plusieurs de ces personnes entendent ces merveilleux fils, et ils sont affectés maintes fois d'entendre parler de l'oeuvre de régénération, et des réjouissances du peuple de Dieu, et de la façon dont ils sont pris en charge dans toutes leurs épreuves par une puissance divine et intérieure, et comment ils sont toujours gardés en vie pour Dieu, et préservés dans Sa présence vivante ; mais ceci ne les porte point durant le temps de l'épreuve. Car si une épreuve ou une affliction survient, ils sombrent dessous, et ils sont remplis d'angoisses et de perplexité ; de sorte que la parole à peine entendu, et non enracinée dans la pensée, n'est pas apportée pour l'oeuvre ; les paroles parlées ne transportent pas ce genre d'opération sur eux comme témoignage du travail intérieur qui oeuvre sur eux. Mais là où il y a un travail efficace et une action dans l'âme, elle continue son labeur et voyage de la mort à la vie. Et comme ces choses célestes, on parle de ces opérations divines de la puissance de Dieu, il y a un Amen dans nos Âmes, disant, d'aussi loin que vous avez pu voyagé, de même Dieu a traité avec moi, par sa puissance il en a effectivement porté quelques uns au-delà de mon état et de ma condition, et de ce fait ma foi en est fortifiée, et mon espérance est confirmée. Celui qui a débuté une bonne oeuvre si glorieusement dans mon âme, la portera dans son oeuvre à Lui, et m,amène vers de plus grands accomplissements, et d'autre expériences dont témoignent certains de ses serviteurs. Ainsi, étant maintenant exercé, l'oeuvre continu, et le plaisir du Seigneur croît dans les Chrétiens, de sorte que lorsqu'ils se rencontrent dans le nom du Seigneur, ils savent en eux-mêmes que le Seigneur est présent avec eux ; ils savent ce qu'est la parole du Seigneur pour eux. S'ils entendent la parole prêchée à un autre état et condition, ils y demeurent quand même et gardent ce qui est manifeste pour eux, propre à leur condition. Et ceci évite à l'âme d'être emportée avec la parole, des signe et des visions plus grandes que ce que leur foi peut témoigner ; et ils restent modeste, humble, et tendre, et ils ont soins de leurs âmes ; comme l'apôtre lorsqu'il était parvenu aux accomplissements glorieux et élevé dans l'oeuvre du Seigneur, pourtant il ne se glorifiait de rien si ce n'est du travail de la grâce de Dieu en lui. On ne s'enfle pas des choses qui ne sont pas oeuvrées en nous.

Il est profitable pour la créature de se recueillir à l'intérieur, et de comprendre la forme des choses dans lesquelles l'oeuvre n'a pas été faite ; et un grand nombre ont été faites ainsi à leur grand dommage, et certaines, sont à craindre, pour leur destruction absolu. Ils ont appréhendé de grandes choses, et les notions de grandes accomplissements ; ils les ont entendu déclarer et parler de cela, et aussi, certains ont dans leurs spéculations déclaré aux autres leur conception au sujet de ces choses, pourtant ces choses n'avaient jamais oeuvré en eux. Ils pouvaient prêcher l'humiliation, alors que la racine de l'orgueil n'était pas enlevée ; ils pouvaient prêcher la régénération, tandis le vieil homme n'avait pas été enlevé, et que le nouvel homme crée dans la justice n'avait pas été revêtu. Toute cette sorte de prédication se trouvait dans le monde, et se trouve encore beaucoup trop dans le monde, et cela n'a pas produit ni ne produit aucun profit et ce n'est d'aucun avantage pour l'âme, ni pour le prêcheur ni pour l'auditeur ; car cela n'était pas accompagnée de bénédiction céleste et divine ; mais le véritable ministère ordonné de Dieu produit une oeuvre de sainteté et la justice (droiture, piété).

Et donc vous tous que Dieu a ainsi touché, et qui a ouvert votre entendement, et qui vous a rendu capable d'appréhender et de comprendre les choses divines, prenez garde, que par la subtilité de Satan et les ruses de votre grand ennemi, vous soyez à tout moment élevés et exaltés dans vos pensées dans la notion des choses que vous n'avez pas atteint ; non pas que vous ne devriez pas comprendre les choses que Dieu vous a ouvert, comme elles sont maintes fois ouvertes à la créature avant que leur travail puisse être dans le coeur de la créature. Et pourquoi donc ? Pourquoi me sont elles ouvertes ? C'est pour mon encouragement, que si vous tenez fermement, et que vous êtes fermes dans l'attente du Seigneur, ces choses Dieu les a en réserve pour vous[un goût des choses à venir].

Maintenant la créature attend, et dit, “même si je ne suis pas parvenu à ces choses que j'ai vu, le fait de les voir m'encourage à m'attendre au Seigneur, pour que je puisse témoigner d'elles en moi-même.” Il y en a beaucoup qui ont un avant goût de la grande joie, et des appréhensions pour les choses célestes qu'ils n'ont pas atteint, mais ils savent pourquoi ils s'attendent au Seigneur ; non pas dans le but d'avoir une petite joie qui passe en eux, mais en venir à avoir cette joie et cette tranquillité qui les accompagnera dans tous ce qu'ils font, et dans leur conduite toute entière. Dieu vous a ouvert de nombreuses choses, et vous avez vu la voie de la justice qu'Il a exprimé pour vous ; et beaucoup ont pris des marches étroites pour eux-mêmes, jusqu'à ce qu'ils en soient arrivés à dire, “maintenant mon salut est plus près que la première fois que j'ai cru.” Laissons-les, et qu'ils suivent le guide qui les a dirigé, et ils parviendront enfin à un niveau de plus, non seulement pour connaître que leur salut est encore plus près que le premier jour où ils ont cru, mais pour en arriver, par le divin Esprit de Grâce qu'ils suivent et auquel ils sont si intimement fidèles, tel leur guide béni dans leur voie, afin d'avoir l'entrée qui leur est abondamment accordée dans le salut de Dieu, là où ils peuvent s'asseoir, dans le Royaume de Dieu, avec Abraham, Isaac et Jacob, et avoir un mur autour d'eux, qui est le salut de Dieu.

C'est là un grand encouragement pour les pécheurs, et les justes, pour suivre afin de connaître le Seigneur, et ainsi ils sont sûr qu'ils le connaîtront, car ils verront Sa gloire, et leurs âmes seront rassasiées, car il n'y a rien d'autre qui ne puisse les rassasier.

Les gens peuvent avoir de grandes révélations, et découvrir de grandes choses, et ils peuvent avoir du plaisir et de la joie dans l'ouverture de ces choses, comme ce fut le cas pour les disciples, lorsque Christ notre Seigneur conversait avec eux dans la chair ; il leur révéla plusieurs choses, et grande étaient leur joie et leur réconfort dans ces choses qu'Il leur avait révélé, pourtant il manquait quelque chose afin de les satisfaire. Phillipe dit à Christ, “Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffira.” Jean 14:8. Quelque chose de plus devait être découvert et révélé, car leurs âmes ne pouvaient trouver satisfaction et contentement, tant qu'ils n'avaient pas cette chose. Christ leur donna cette réponse qui a un lien avec ce service que nous avons présentement ; celui qui a vu le Fils, a vu le Père. Maintenant, tous les jours ils voyaient le Fils, et ils conversaient avec Lui, et ils avaient mangés et bu avec Lui dans cette apparence corporelle et charnelle dans laquelle il conversait avec eux ; mais ils n'avaient pas une lumière éternelle du Fils de Dieu de manière Spirituelle, alors qu'Il était le Fils de Dieu, et leur Sauveur ; ils ne l'avaient pas vu de cette façon. Et celui qui a vu Christ Spirituellement, a aussi vu le Père.

Il en est ainsi pour nous aujourd'hui. Nous avons, dans notre profession, l'enseignement de tel ou tel homme. nous avons conversé avec Christ, comme avant, dans son apparence charnelle. Nous avons lu l'histoire de Sa naissance, de sa vie et des grands miracles, et du grand amour qu'il avait pour l'humanité, au point d,avoir donné sa vie pour eux. Nous avons conversé avec Christ en tant que manifestation charnelle ; mais voyez s'il ne reste pas, jusqu'à présent, un espace vide dans vos âmes, quelque chose qui n'est pas suffisant ni satisfaisant ?

Que voudriez-vous avoir ? N'avez-vous pas les Écritures ? N'y lisez-vous pas là la naissance, la vie, la mort, la résurrection et l'ascension de Christ ? je voudrais tout de même plus, car cela ne me suffit pas. Je voudrais avoir le pardons des péchés, et ma paix avec Dieu, et la lumière de son visage levée sur moi et plus de manifestations de Christ en moi. Nous ne pouvons jamais contempler la gloire de Dieu, si ce n'est dans la face de Jésus-Christ. Ceci est un dévoilement que Christ fait à l'âme qui croit en Lui ; ceci est ce qui procure satisfaction.

Le travail d'un Chrétien consiste à converser avec Lui, et à exercer sa pensée sous le rassemblement et l'enseignement de Celui qui peut le conduire au Père. Aucun autre que Christ peut faire cela, les conduire au Père, et leur montrer le Père ; et de nos jours Il s'est révélé Lui-même, et s'et rendu manifeste par son Esprit, cet esprit par lequel nous en venons à connaître ses saint enseignements, sa réprimande et son instruction, les dévoilements quotidiens dans nos âmes. L'Esprit est notre guide ; cet esprit par lequel nous sommes conduit, et dans lequel il nous faut marcher. Que les hommes aillent sous la forme ou la dénomination qu'ils veulent, ceux qui n'ont pas l'Esprit de Christ ne lui appartiennent pas, tant qu'ils n'en viennent pas à être guidés par Son Esprit.

Les gens ne sont pas guidés vers le péché par l'Esprit de Christ ; ils vous diront que ce sont les tentations du diable, la fragilité de notre nature, et la corruption de nos coeurs par lesquels nous sommes guidés vers le péché ; ce n'est point l'Esprit de Christ. Ce serait une chose horrible pour les hommes de dire que c'est l'Esprit de Christ qui les a dirigés vers le péché ; il y en a peu ou pas du tout pour dire une telle chose. L'affaire qui nous occupe dans le monde, c'est d'obéir à la volonté de Dieu. Et où la compréhension des hommes est tellement éclairée, où ils sont satisfaits dans leurs pensées, c'est là où il a plu à Dieu de leur offrir une manifestation de l'Esprit en outre pour leur être profitable ; tous ceux qui ont cet Esprit de Christ, sont dirigés par Celui-ci pour faire la volonté de Dieu, et pour renier leurs propres volontés, ainsi que la volonté des autres, qui les attireraient hors de leur devoir qu'ils doivent à Dieu pour leur génération.

C'est un état et une condition excellente pour un homme que d'être guidé par l'Esprit, et d'être apporté sous la gouverne de Christ, qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Afin que ceux qui viennent sous Sa gouverne, qu'ils soient dirigés et signalés chaque jour pour faire la volonté de Dieu. C'est ce que vous devez faire, et Dieu se plaira en vous ; et vous pouvez ne pas le faire, car si vous le faites, le Seigneur sera en colère contre vous ; c'est un péché contre Dieu. Afin que nous ayons un avantage céleste d'être enseignés sur Dieu par Son Esprit, d'avoir l'enseignement divin et céleste de l'Esprit de Dieu révélé en nous ; si nous subissons une perte, ou avons une question, ou nous disputons sur un sujet, l'Esprit nous guidera vers toute la vérité, si nous nous abandonnons à Sa directive et Son enseignement.

Ce fut notre désir et notre labeur pendant de nombreuses années, non d'attirer les gens à se conformer à ce que l'on dit, car qui peut diriger un autre homme en toutes choses en relation avec le service de Dieu ? Si nous étions tellement certains nous-mêmes, nous ne pourrions transmettre la certitude et l'infaillibilité sur toutes occasions à un autre, si nous devions tellement parler, et être tellement familiers avec eux. Par conséquent, notre travail est que tous les gens, en toutes choses en relation avec leurs âmes, puissent avoir recours continuellement à l'Enseignant et Guide infaillible, que Dieu, à travers Jésus-Christ, leur a fait connaître. Si les gens sont dirigés par ceci, ils ne peuvent que vivre en unité et s'aimer l'un l'autre ; ils ne tomberont pas dans la malice, la discorde et la haine l'un envers l'autre. Il est impossible pour les nations de se faire la guerre, et de se détruire l'un l'autre, si elles étaient guidées par l'Esprit infaillible de Christ, car comment pourrait-Il se contredire Lui-même ? Car comment une quelconque chose peut-elle être en accord avec le standard de vérité, que Christ a établi, qui est en contradiction avec celle-ci ? Car rien n'est vérité, sauf ce qui concorde avec celle-ci ; par conséquent, elle doit être en accord avec elle-même. Si nous sommes dirigés par l'Esprit, nous appellerons bon une chose qui l'est véritablement ; et quelque chose de mal ce qui l'est. Si il y en a des milliers qui sont dirigés par l'Esprit de Christ, qui guide vers toute la vérité, ce qui est bon pour un, est bon pour tous ; et ce qui est mal pour un est mal pour tous. Nous devons premièrement savoir ce qui est bon, et ensuite recevoir la puissance pour le faire. Si nous arrivons à être enseignés par l'Esprit infaillible, de savoir ce qu'est la volonté bonne et acceptable de Dieu, nous recevrons de Lui quotidiennement, la puissance pour faire la volonté de Dieu ; nous parlerons alors tous de la même chose, serons de la même pensée, et serons dans l'amour et l'unité. Il n'y a aucun mal fait volontairement contre Dieu, où l'Esprit de Christ, l'esprit de l'Évangile, en vient à l'emporter sur nous ; cela nous amènera à une sérénité de l'esprit, pour vivre en amour et en unité. Et la grande oeuvre que nous avons dans le monde, sera de faire la volonté bonne et acceptable de Dieu, en respect avec notre adoration solennelle de Dieu, ainsi que nos devoirs envers nos voisins Alors apparaîtront la tranquillité, la paix, la joie et le confort pour toutes les églises de Christ qui sont sous Sa gouverne. Et c'est donné aux fils et filles des hommes partout, lorsqu'ils viennent sous le joug de Christ, et se chargent d'une croix quotidienne, et vivent dans le renoncement de soi ; cela apportera la paix et l'harmonie parmi eux.

Plusieurs viendront à nos réunions, et passeront quelques temps à écouter ce que nous disons. nous les exhortons à s'abandonner au paisible gouvernement de l'Esprit de Christ, cela mettra un terme à la transgression, et cela mettra un terme au péché, et cela amènera la justice(droiture) éternelle dans l'âme (là où régnait le péché). Là où il y a beaucoup d'orgueil, de malice et d'envie, l'Esprit de Christ arrachera cela, et tout ce mal que l'ennemi a planté dans l'homme, Il l'arrachera, et amènera une justice éternelle, et plantera l'amour dans cette même âme, et il l'établira et la fixera. Une telle personne a plus de joie, de plaisir et de bonheur sous le gouvernement de l'Esprit du Christ en une seule journée, que n'importe qui peut avoir qui est régi par le mauvais esprit dans mille jours.

Vous dites que la manifestation de l'Esprit est donnée à tout homme pour l'utilité commune ; quel profit allons-nous obtenir ? Comment apparaît-il, que la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune ? Parce qu'il y a cette vie et cette grâce stimulante dans le coeur qui la rend profitable, et la vérité prévaut ainsi, de sorte qu'elle nous fait faire ces choses qui sont bonnes et profitables, et éviter ces choses qui sont répréhensibles. si vous écoutez l'Esprit qui est le réprobateur qui vous convainc de vos péchés, vous devez détourner vos pensées de cela qui vous conduirait dans ce qui est répréhensible, autrement vous serez sous la condamnation en votre propre coeur.

quand l'Esprit de Dieu illumine les hommes pour voir leur péché, le mal du péché, Il leur donnera la puissance contre cela ; mais lorsqu'ils viennent pour recevoir la puissance contre cela, et la fermeté dans les voies de Dieu, quel sera l'effet de cela ? si je deviens juste et que je mène une vie sainte, et que mes compagnons fils méchants, ils se moqueront de moi, et me feront des reproches ; quel bénéfice aurai-je à être juste ? Je vois de toute évidence que je perdrai plusieurs avantages qu'autrement j'aurais pu retirer, et atteindre de mes propres mains. Je dois abandonner mes profits et mon plaisir, et autres délices de ce monde.

Les disciples disaient à Christ, nous avons tout abandonné pour te suivre ; qu'aurons-nous ? Les gens avant de vouloir tout abandonner voudraient avoir quelque chose à la place. Christ leur dit que celui qui aura tout abandonné, père et mère, frère et soeur, et maison et pays, à cause de son nom, ils recevront, en cette vie, au centuple, et dans le monde à venir, la vie éternelle. Quel est la signification de : “ils recevront, en cette vie, au centuple ?” Christ, qui est lui-même la vérité, a promit que ceux qui abandonnent tout, recevront au centuple. Maintenant les gens sont prêt à s'agripper à cela ; ils pensent que c'est quelque chose qui répondra de la perte de ce dont ils se sont départis ; ce que vous recevez dans cette promesse ne doit pas être la même sorte ou le même genre de choses que ce dont vous vous êtes départis, mais lorsque vous vous êtes départit de tout pour la cause de Christ, et de l'évangile, ce que vous recevrez vous reconnaîtrez que c'est une centaine de fois mieux, et cela vous rendra une centaine de fois plus riche et joyeux, et cela vous donnera cent fois plus que ce que tous ce dont vous vous êtes départis pouvait vous donner.

Si nous nous séparons du péché, nous nous séparons de ce qui amène la servitude et la peur de la mort ; en étant séparé de cela, votre peur ainsi que votre servitude sont alors disparus, et ainsi vous vivez dans le repos et la liberté tous le reste de votre vie. Mais ce n'est pas tout, vous vivez dans le plaisir de la faveur de Dieu ; vous aurez la sensation de son amour, et le réconfort de son Saint-Esprit ; et vous vivrez dans la paix et la droiture, et chérirez pour vous-mêmes, gloire, honneur, immortalité, et la vie éternelle. Considérant qu'autrefois vous chérissiez uniquement la colère contre le jour de la colère, et la révélation du juste jugement de Dieu ; vous recevrez une centaine de fois ce qui est une centaine de fois mieux. Ceux qui se séparent de ce qui est répréhensible, et qui font ce que Christ en ce jour a accomplis, la bonne et acceptable volonté de Dieu, et les réjouissances qu'il y a en Christ, et le réconfort, la paix et la tranquillité dont il jouit, sont une centaine de fois meilleurs et plus réjouissants que tous les plaisirs du péché, et les plaisirs et les délices des spectacles, des combats et des jeux, et des comédies, que les hommes vains entretiennent avec leur condition charnelle. Un homme charnel ne peut comprendre et discerner les choses de Dieu, et les plaisirs qui se trouvent dans Ses saintes voies ; il regarde seulement aux choses qui sont visibles à l'oeil, qui sont temporelles, et non aux choses qui ne sont pas visibles, qui sont éternelle.

Mais, mes amis, ces choses qui sont invisibles, ne sont pas si invisibles, tandis que lorsqu'un homme a un oeil ouvert à l'intérieur de lui-même de la même nature que ces choses, il peut les voir. Dieu soit loué que nous ayons un oeil ouvert pour voir les choses Spirituelles, pour voir les trésors célestes, et de pouvoir les apprécier à l'intérieur de ces vaisseaux terrestres.

Pour tous eux qui ont une oreille pour entendre, ce serait là un changement profitable pour eux se se séparer de tous ce qui est mal aux yeux de Dieu, et qu'ils se placent sous la tutelle de Christ, et qu'ils reçoivent le principe de grâce qu'il veut leur communiquer, afin que vous puissiez faire la bonne et acceptable volonté de Dieu, et qu'ils puissent aussi profiter une centaine de fois, et avoir le réconfort, la paix, et la joie avant qu'ils quittent ici et qu'ils ne soient plus jamais vu. Vous, à qui Dieu a si gracieusement et miséricordieusement apparu, qui avez une compréhension, un goût et une sensation de ces choses divines et Spirituelles, et qui appartenez à la vie et à la piété ; de tous les peuples du monde, vous êtes un peuple engagé pour servir le Seigneur ; ce sont là de grandes obligations qu'Il a placé sur vous, afin que vous puissiez rester et continuer dans ce que Dieu vous a révélé et dévoilé ; je parle ici de la grâce. Car vous ne grandirez jamais, tant que vos ne serez pas sous le gouvernement de la grâce de Dieu, cette grâce cette grâce qui vous est apparut avant que vous en arriviez à la connaissance de Dieu et de ses voies, qui vous ont accompagnée tout au long de votre voyage de la mort à la vie, et des ténèbres à la lumière. Prisez cela comme étant un joyaux céleste, pour son contenu, c'est à dire toutes ces choses dont votre âme a continuellement besoin. Si vous avez de la force pour résister à la tentation, cela vient de la grâce de Dieu si vous recevez le pouvoir de supporter les tentations ; si vous recevez quelques vivantes ouvertures dans vos coeurs, cela vous vient de la grâce qui est en Christ. Quand ceci, et cela, et les autres prophéties venant des prophètes d'autrefois vous sont dévoilées, prophétisant et prédisant que cet état et cette condition vers laquelle vous voyagez, comment le Seigneur soumettra vos ennemis sous vous, de ce fait vous êtes encouragés à continuer gaiement dans votre chemin, jusqu'à ce repos vers lequel vous voyagez.

Il y en beaucoup de ceux qui croient en la vérité, qui ne sont pas affermis ; et ils en trouveront la raison et la cause à l'intérieur d'eux-mêmes. Mais renseignez-vous et demandez comment cela arrive t-il, que tel et tel soient affermis, et non sujet à la peur, et à l'horreur, et à la perplexité, comme je le suis ? Il y a une petite chose qui me renverse, et me secoue et qui dérange mon esprit ; ceci en a été la cause, le manquement au fait de demeurer près de la grâce de Dieu dans votre conduite dans le monde. Quand vous, et vos enfants, et vos serviteurs êtes gouvernés par la grâce de Dieu dans tous ce que vous entreprenez, alors le diable tentera de vous emmener dans l'obscurité, et de provoquer le malaise dans vos Esprits ; car le but de Jésus-Christ, notre Sauveur, est de vous établir, et le but du destructeur est de vous décourager et de vous et de vous déranger, et de vous attacher à des choses changeantes ici et là ; si il fixe vos coeurs sur tel ou tel objet, alors il y a une instabilité dans vos âmes ; enlevez cette chose, et cela vous cause de la perturbation. Si vous avez un quelconque objet sur lequel repose votre esprit, vous serez encore plus perturbés au moment où vous vous en séparerez ; mais de qui est-ce la faute ? La vérité qui s'était manifestée à vous depuis le début de votre conversion, vous avait engagé à vous séparer de toutes choses visibles et sensuelles, de sorte que Dieu puisse avoir la première place dans votre coeur et votre amour. Si il avait été votre Dieu, rien ne vous aurait troublé, quand vous vous auriez séparé de ces choses. Si vous voulez avoir d'autres dieux à part Lui, vous perdrez vos dieux ; et quand ils vous sont ôtés, vous serez comme Michée, et direz, “vous avez pris mes dieux, et que me reste-t-il ?” Juges 18:24. La raison de votre désordre, de votre angoisse, et de votre tristesse, était celle-ci : lorsque vous aviez d'autres dieux en dehors du Seigneur, et que vos coeurs sont liés à des choses temporelles, et que vient l'épreuve, que vous devez vous départir d'elles, vous ne pouvez pas le supporter.

Si vous voulez vivre une vie sereine et une vie de tranquillité, centrez vos pensez sur rien d'autre que le Seigneur ; laissez-le être l'objet d'amour de votre âme ; vivez dans la lumière de sa présence, et vous pourrez toujours vous réjouir. Considérez les choses temporelles comme si vous les conserviez pour le Seigneur. Dieu vous donne ce mari, cette femme, cet enfant, cette demeure, Dieu vous les a confié ? Mais ne pensez pas que celui qui a cela doit obligatoirement s'en départir et d'en être dépossédé lorsque cela plait à Dieu. Maintenant, si vous abandonnez vos coeurs à Dieu, ce sera ici votre établissement et votre règlement, et vous aurez abondamment accès dans le Royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Et si nous cherchons à connaître en quoi repose la communion des saints ; ne repose-t-elle pas dans le partage entre eux du pain de vie venu du ciel, que nous donne notre Père ? Le Père met la table pour nous aux regards des ennemis, et nous sommes rassasiés. Ceux qui viennent pour participer à la table du Seigneur, trouvent des forces et des rafraîchissements ; c'est ce que je fais, ainsi que mes frères et soeurs qui sont assis à la même table. Nous sommes quotidiennement confirmés et fortifiés par ce dont nous recevons de Dieu et nous l'apprécions ; c'est là notre fraternité céleste, notre société céleste ; et là où se trouve cette racine d'amour, cet amour ne peut être manquant dans ses branches. Il doit y avoir un abandon du pain de vie, avant qu'il puisse y avoir de la discorde ou des disputes parmi les membres du même corps, car la vie que nous recevons nous vient de la même tête, de laquelle tout le corps, par les articulations et les mains ayant été alimentés, sont unis ensembles, et croissent avec l'accroîssement venant de Dieu, et ils sont bâtis sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire, dans lequel tout le bâtiment, parfaitement assemblé, jusqu'à devenir un Saint Temple dans le Seigneur.

Maintenant, puissiez vous tous être préservés en Christ, ceci est la fin de votre labeur, de sorte que tous ceux qui ont commencé dans l'Esprit, puissent continuer dans l'Esprit, et ne jamais rechercher la perfection dans la chair. Que vous qui avez commencé dans l'humilité, la tendresse, et le coeur brisé, puissiez vous réunir ensembles aux temps et aux saisons, et avoir quotidiennement la présence de Dieu parmi vous, et avoir le pain de vie, qui vous nourrira pour la vie éternelle, et de sorte que vous puissiez montrer au monde, la gloire, l'éclat, et l'excellence de cette vie sainte qui, en Jésus-Christ vous est manifesté.

Sermon XII

Adoration Pure et Spirituelle

Délivré par Stephen Crisp au Devonshire-house, le 12ième jour du 11ième mois, 1690

L'adoration de Dieu, du grand Dieu, est pure ; Il est un Dieu Saint, ses yeux sont trop purs pour voir le mal. Ceux qui sont résolus à adorer Dieu, dont les âmes soupirent pour avoir le retour d'un témoignage dans ses yeux, doivent offrir une adoration pure, et cela doit provenir de ce qui est pur. C'est pour cette raison que la grandeur de l'amour de Dieu est rendu manifeste en Jésus-Christ. Il y a une diffusion de sa grâce et de sa vertu dans les coeurs des fils et filles des hommes, par lesquels il a établis les fondements pour son adoration ; parce que son adoration doit être pure. Par conséquent il nous a donné gratuitement, par Son fils, la connaissance de ce pur principe de vie et de grâce, d'où jaillissent toute véritable adoration, et d'où se lève toute véritable honneur à Dieu, et d'où la réelle obéissance à sa sainte volonté jaillit de ce qui est issu de Lui

Par conséquent, tous ceux qui souhaitent être des adorateurs de Dieu de la manière correcte, doivent premièrement savoir et être sensible à l'habileté et à la sensibilité dans laquelle cela se trouve ; à ce qui peut les rendre aptes à une si grande et une si bonne oeuvre. Quelques uns ont imaginés cela en demeurant dans leur propre volonté ; et selon les oeuvres de leur propre volonté, ils ont encadré les adorations, les religions, et les observances, pensant que cela plairait à Dieu. Mais vous savez que l'apôtre en quelques petits mots établit une doctrine Chrétienne positive, sans la foi il est impossible d'être agréable à Dieu.

Maintenant cette déclaration signifie il se doit y avoir quelque chose sur laquelle cette foi doit agir, qui doit être l'objet et le fondement de la foi. La foi telle qu'elle agit dans la créature, agit sur quelque chose. Cela repose sur quelque chose dans laquelle se trouve une capacité de plaire à Dieu. Maintenant, si par nature nous sommes tous enfants de la colère, et que personne ne peut de lui-même plaire à Dieu, alors il se doit d'y avoir quelque chose de surnaturelle qui doit être l'objet de la foi, par laquelle les hommes seuls peuvent être agréables à Dieu. Ce quelque chose doit être rendu manifeste à la créature pour son aide ; cela doit être ce qui le dirige et le supporte dans ce travail qui est beaucoup trop grand pour Lui-même, un travail trop grand pour un homme ou une femme, trop intense, trop profond pour les aptitudes, le pouvoir, la sagesse et les compétences que l'homme, peut acquérir dans ce monde pour une adoration correcte de Dieu. L'adoration de Dieu consiste en une adoration pure pour un Dieu qui est pur ; qui peut faire sortir d'une chose impure quelque chose de pur ? Maintenant, si nous sommes tous obligés de mener une adoration propre, une adoration pure à un Dieu pur qui nous a tous crée ainsi que toutes choses ; où obtiendrons-nous cela ? Non pas d'un coeur souillé ; non pas d'une pensée qui est souillée. Il n'y a rien de bon là dedans, car c'est la condition et l'état dans lequel se sont retrouvés les hommes dans le péché, alors que leurs pensées et leurs consciences sont souillées, que leurs coeurs sont polluées, leurs attachements sont aux choses dépravées et aux mauvais objets ; et dans cette condition personne ne peut servir Dieu proprement. Ce qui est pur et saint doit premièrement être connu et révélé, dévoilé et cru, avant que les gens puissent produire une adoration convenable à Dieu.

Par conséquent il est vain d'aller et de forcer les gens à telle ou telle adoration, et de forcer les gens à tel ou tel service et à la conformité, soi-disant pour l'adoration de Dieu. Quand ils ont fait tous cela, et que ce n'est pas acceptable pour Dieu, c'est là une adoration vaine ; la pauvre créature n'a aucune réponse venant du Seigneur, car Dieu n'accepte aucun service ni aucune adoration, mais seulement à par son fils. Si cela est vrai, les hommes ne peuvent pas prêcher ni prier dans l'esprit de Son Fils, et ils ne peuvent présenter leurs complaintes et supplications à Dieu sans l'assistance et l'aide de Son Esprit bénit ; il n'y a aucune raison en religion pour que les gens puissent s'attendre à un retour et une réponse de la part de Dieu aux prières qu'ils font. Car c'est une doctrine générale de la Chrétienté, que Jésus-Christ est désigné par Dieu pour être le Médiateur entre Dieu et l'homme, et toutes les acceptations que nous avons, ou les désirs que nous avons, doivent par en Lui. Par conséquent si nous prions sans Lui, et que nous produisons ceci et d'autres devoirs sans Lui, cela est contraire à la doctrine de la Chrétienté de penser que nous devrions penser avoir un jour l'approbation de Dieu.

[Une prière qui se termine en disant, nous demandons dans le nom de Jésus, n'est pas acceptable non plus.]

Par conséquent il y a une nécessité pour chaque homme et femme désireux être religieux, qui ont un esprit religieux, et qui sont prêt à adorer Dieu, et à servir Dieu correctement, il y a une nécessité à ce qu'ils viennent à la connaissance de Christ, qui nous dit qu'Il est le Chemin qui mène au Père. Ceux qui prennent un tout autre chemin vont dans la mauvaise direction ; mais ceux qui vont à Dieu par Christ, ils reçoivent le pouvoir de s'approcher de Dieu ; et par Lui ils reçoivent de Dieu toutes ces bénédictions qui sont une nécessité pour les âmes.

Donc ce serait là une fin pour toutes les religions qui remplissent le monde, de tous les différents cultes que les hommes ont fait. Ils ont trouvé et inventé pour les gens, différentes manières d'adorer et de servir Dieu. Et telle et telle cérémonie, telle et telle autre observance et méthode de prêcher et de prier. Si tout cela est sans l'assistance divine, sans l'aide divine du Médiateur qui est le seul par lequel nous pouvons justement nous attendre à être accepter de la main de Dieu, cela ne sert alors à rien. Par conséquent la première leçon d,un Chrétien en matière d'adoration, est qu'il vienne à la connaissance de Christ, par lequel, et à travers qui il peut s'attendre à la faveur de Dieu.

Maintenant certaines personnes disent : Nous en sommes déjà ; a la connaissance de Christ ; nous avons lu dans l'évangile le récit de sa conception, de sa naissance, de sa vie et de sa mort, de sa résurrection et de son ascension. Maintenant, que cette croyance donne ce genre de connaissance chrétienne qui lui ouvre la porte et la voie afin d'entrer dans la présence de Dieu, ceci est une question qui mérite d'être sérieusement considéré, car si nous errons dans cette question, nous errons dans tout. C'est comme de trébucher sur le seuil et ne jamais entrer dans la maison. Si nous faisons erreur en nous saisissant de Christ, nous faisons erreur dans notre adoration, et dans tous les sujets qui ont trait à la vie et au salut.

Car si nous devons avoir une connaissance de Christ autre que celle que nous pouvons avoir entendu venant des autres ; s'il me faut avoir Christ révélé en moi avant que je puisse avoir l'espérance de la gloire ; s'il me faut avoir l'Esprit de Christ en moi, pour m'aider à placer mes requêtes et supplications avant qu'Il puisse les présenter au Père, alors toutes les lectures sur la connaissance et la foi ne peuvent être d'aucun avantage pour l'homme. Mais ceci est rendu évident par le témoignage de tous les écrivains du Nouveau Testament. Christ et ses apôtres ont fait savoir en même temps, que l'espérance d'un Chrétien, et que la puissance et la force d'un Chrétien résident tous en ceci : dans le fait qu'ils ont reconnu la révélation du Christ, et la puissante opération de l'Esprit qui oeuvre en eux ; ceci était ce qui était bien agréable à Dieu. Plusieurs écritures peuvent en parler, mais vous connaissez les écritures, et pouvez les lire, et voir en elles les témoignages simultanés de tous les Saint hommes jusqu'à ce jour, que la connaissance qu'ils ont de Christ était une connaissance divine, une connaissance spirituelle, c'était de le connaître selon l'Esprit, c'était une révélation de Christ en eux, ce qui les séparait et les distinguait de ceux qui sont réprouvés, même la connaissance de Dieu à travers les Jésus-Christ leur Seigneur. Pourquoi ne pourrions-nous pas parvenir à cette connaissance tout comme eux ? Le Seigneur est le même, et sa puissance est la même et son bras n'a pas rétrécit. Nous pouvons voir autant de besoin de l'assistance divine, et de l'Amour divin que tous les autres hommes ; nous ne pouvons pas accomplir de devoir, ni de prière ou de prédication, sans l'Assistance divine ; non pas tant comme un soupir ou un gémissement, qui peuvent recevoir l'acceptation de Dieu, sans l'aide de son Esprit, Rom 7:26, De même aussi l'Esprit nous est en aide dans notre infirmité ; car nous ne savons pas ce qu'il faut demander comme il convient ; mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables. Si nous allons prier sans l'aide de l'assistance divine, nous voyons l'oeuvre triste que nous en faisons ; si nous prions non pas en Esprit et avec la compréhension, comment pouvons-nous recevoir la chose pour laquelle nous prions ? Mais si nous prions dans l'Esprit, et aussi avec la compréhension, alors l'Esprit aide nos infirmités ; l'Esprit qui vient de Dieu nous apporte les choses dont nous avons besoin.

De sorte qu'un Chrétien a une fondation pour son adoration et sa performance Chrétienne ; quel en est le fondement ? Rien qui puisse être corrompu, si c'est corrompu, c'est bon à rien ; car rien de ce qui est corrompu et souillé ne peut être acceptable et agréable à Dieu. Par nature nous sommes tous pollués et souillés, alors comment un homme charnel pourrait adorer un Dieu spirituel ? Les hommes charnels qui sont dans la mort et les ténèbres ne peuvent adorer Dieu, qui est lumière, et qui habite dans la lumière qui est inapprochable, qui a les yeux trop purs pour voir l'iniquité . Il manque aux hommes charnels un fondement pour leur adoration, et cela leur manquera, jusqu'à ce qu'ils viennent à ce fondement que Dieu a établit.

Maintenant que je puis parler de manière intelligible de ce que le Seigneur a mis sur mon coeur, je dirais ainsi : il y a un bénéfice universelle et un privilège distribué et donné gratuitement par Dieu, aux fils et filles des hommes, dans leur condition naturelle, à travers son Fils Jésus-Christ, du fait qu'Il a fait brillé sa lumière, et étendu sa grâce sur tous les hommes ; car la grâce de Dieu qui apporte le salut(car ce n'est pas par les oeuvres) est apparue à tous les hommes, et apporte la lumière, par laquelle chaque homme peut voir comment adorer Dieu. Dieu a éclairé chaque homme, et cette lumière vient par Christ le médiateur. Ce Médiateur est le chemin dans lequel tous les hommes doivent marcher, s'ils veulent revenir vers Dieu car les hommes sont parti et se sont éloigné de Dieu. Si les hommes désirent s'approcher de Dieu, et faire quelques pas vers le Royaume de Dieu, loin du royaume du péché et de Satan, ils doivent porter attention au chemin, le chemin doit être leur dirigeant, ils ne doivent pas aller partout comme bon leur semble.

Ceci est ce qui fut prophétisé par Christ, dit Dieu par le prophète Ésaïe, Je le donnerai pour chef. Je voudrai bien retourner à Dieu, et sortir du Royaume du péché et de Satan, pour aller vers le Royaume de Dieu. Dieu a donné Christ pour me diriger. Si je connaissais ce chemin dans lequel il veut me conduire, Je prendrais ce chemin. Aussitôt qu'une personne s'accroche à Christ, des sa grâce, et de Son Esprit, et de Sa vie, il sera prêt à dire, Je suis corrompu, mes sens sont corrompus, mon esprit est dépravé, ma conscience est souillée et polluée ; mais j'ai trouvé quelque chose que Dieu m'a accordé, qui est essentiel, saint et pur, qui ne consentira jamais à ma corruption, mais qui est un témoin de Dieu contre cela. Maintenant lorsqu'un chrétien s'accroche à Christ, le chef ; dans quel chemin Celui-ci le conduira-il ? Si vous vous accrochez à ce guide, Il vous mènera hors du mal, il vous enseignera à cesser de faire le mal, et à dire des méchancetés. Cette lumière ne vous conduira dans rien qui puisse déshonorer Dieu, ou souiller votre âme. Mais ce n'est pas tout, nous devons non seulement cesser de faire le mal, mais nous devons faire quelque chose ; il doit se produire une rupture de l'orgueil, des plaisanteries stupides, et de la communication mauvaise. Mais ce n'est pas tout ce vers quoi il va me guider ; laissez-nous apprendre cette leçon, cesser de faire le mal. Cette doctrine fut prêchée avant que la Chrétienté fut prêchée, telle qu'elle est prêchée de nos jours. Les prophètes d'autrefois prêchaient cette doctrine aux Juifs qui étaient sous la tutelle extérieure, « Cesser de faire le mal, et apprendre à faire le bien, alors je traiterai avec vous, et converserai avec vous », a dit le Seigneur : « Venez, et plaidons ensemble, dit l'Éternel : Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s'ils sont rouges comme l'écarlate, ils seront comme la laine. »

Ceci est la première leçon qu'un véritable Chrétien apprend lorsqu'il se tourne vers Dieu, dans son changement et translation : de cesser ce qui est mal. Voici une cessation de la rébellion, et voici quelques espoirs de se réconcilier avec Dieu. Un homme fut un rebelle envers son Créateur, mais il a maintenant reçu de l'aide pour résister à ces tentations qui le dominent. Mais il n'y a pas encore d'adoration. Il y a une pensée commune dans les hommes de faire quelque chose pour plaire à Dieu. Mais il y en a certains qui ne sont pas troublés du tout par leurs mauvaises voies, et ne redoutent pas la colère de Dieu, mais font du péché une moquerie, moqueries qui en attirent d'autres, et se réjouissent dans le péché. Mais il y en a une sorte, tellement touchée d'un sens divin de l'amour de Dieu pour eux, qu'ils ont aussi un sens de Sa colère et de Son indignation, à cause de leur péché ; ils voudraient bien volontiers sortir de Sa colère ; et qui peut les blâmer ? Lorsqu'un homme ressent la colère de Dieu brûlant comme un feu dans son sein, qui peut blâmer cet homme s'il veut la paix avec Dieu ? S'il se sent dans le déplaisir et l'indignation du Tout-Puissant, il ne doit pas chercher trop tôt à quitter cette condition dans laquelle il est tombé. Car c'est le but de Dieu, et c'est le fruit de tous ses problèmes et afflictions, que de retirer le péché. Dieu n'a aucune autre fin ou agencement dans l'affliction qui vint sur l'homme, ensuite pour retirer le péché. Lorsque Dieu a amené un peuple dans un état de détresse et de déprime résultant de leur péché, le fruit que Dieu attend, c'est le retrait de leur péché, et Il retirera l'orgueil d'eux, et les rendra humbles devant Lui. Si c'est le but de Dieu, qu'Il a l'intention de purger et purifier Son peuple ; alors, dit la pauvre créature, si Dieu planifie de me purifier du péché, alors je prierai Dieu de me supporter, et de me faire tenir le coup à Son indignation. C'est le cri de l'âme, afin qu'il ne soit pas amené trop tôt sous le jugement de Dieu, mais qu'il puisse être supporté et caché dans le creux de la main de Dieu, jusqu'à ce que le temps de la rémission et du rafraîchissement vienne, afin qu'il voit la lumière de la figure de Dieu.

Voici l'encouragement pour tous ceux qui ont fait connaissance avec ce divin principe de la grâce, désirant être guidés par celui-ci, et le suivre si loin que ça le sortira du mal. Alors ils seront préparés à faire quelque chose dans l'oeuvre de Dieu. Chaque soupir et gémissement, dans lequel vous avez obtenu l'assistance de l'Esprit de Dieu pour vous aider, fait partie de l'adoration. Tous vos coeurs brisés font partie de l'adoration. Par ceci vous reconnaissez le grand Dieu, qu'Il est capable de vous aider tout au long du chemin, de pardonner vos iniquités, de masquer vos transgressions, et de vous donner toutes ces bénédictions célestes dont votre âme ressent le besoin. Alors votre âme s'inclinera vers Dieu en des gestes de sainte adoration, et disons-le, avec une confiance et une attente humble : Dieu fera toutes ces choses en moi, et pour moi, cela favorisera mon salut. Ce n'est pas la religion pour les gens de partir de la prière et la prédication pour se diriger vers le chant ; car Dieu doit avoir un saint sacrifice, et cela doit venir d'un coeur pur. Maintenant, lorsqu'un homme en vient avec l'aide de Dieu, et par l'assistance divine du médiateur, Jésus-Christ, à se détacher du péché, alors il est digne de devenir un fils de Dieu, et être un serviteur de Dieu, et faire quelque chose pour Dieu dans sa génération, et d'offrir à Dieu, louanges et actions de grâce, et mettre en pratique tout autres devoirs vers lesquels Dieu le guidera.

Mais certains diront : Quoi, devons-nous faire quelque chose ? J'ai profondément pesé la question, qu'est-ce qu'un pauvre homme ou un pauvre femme doit faire, qui est sorti de son asservissement ? Il y a une propension dans les gens à agir ; ils voudraient bien volontiers le faire. Ils voudraient faire quelque chose. Ils disent : Qu'est-ce que je dois faire ? Si je fais quelque chose qui ne plaît pas à Dieu, Je ferais mieux de ne rien tenter faire pour lui être agréable ; car je ne peut rien faire d'acceptable pour Dieu sans l'assistance divine. Cette personne qui vois sa propre impotence et sa maladresse, placera ses fardeaux sur Dieu, et dira : Le Seigneur est capable de me conduire et de me guider ; Je suis prêt à faire ta volonté, ô Dieu. puisse cela être clair pour moi que cela est ta volonté, et que c'est ce que tu exige. Je suis prêt à le faire, et ce même si c,est une croix pour ma propre volonté. Il est prêt à marcher dans le chemin de Dieu, dans le chemin de la Chrétienté. C'est ce genre de personne qui possède une vraie connaissance de Christ. Si il parle, c'est l'esprit de Christ qui parle en Lui ; si il prie, c'est à travers l'assistance de l'Esprit de Christ, par Lui seulement Dieu est apaisé et réconcilié, et c'est en passant par Lui seul qu'il peut recevoir les bénédictions de la main de Dieu. Mais pour ce qui est des hommes qui courent pour faire leur propre volonté, et pour faire n'importe quoi parce qu'ils en ont envie, ils feraient mieux de s'asseoir tranquille ; cette attitude à faire leur propre volonté, a remplis le monde de toutes sortes de Chrétiens qui manquent d'acceptation avec Dieu, ce qui s'obtient uniquement par le Seigneur Jésus-Christ. Et c'est le manque de guidance du Saint Esprit de Dieu, qui cause la misère et la chute de la Chrétienté de nos jours.

Par conséquent c'est notre travail et notre affaire de bâtir sur le fondement que Dieu a établit ; aucune adoration n'est agréable à Dieu, mais seulement ce qui provient de la source qui est pure et sainte. Si je ne peut trouver ce qui me gardera de toute pollution et souillure, si je ne peut trouver cela, Je dois rester jusqu'à ce que je le trouve. Car débuter une adoration et une religion sans avoir ce que je sais être acceptable à Dieu, ce n'est qu'un travail indigne, et du temps gaspillé en vain.

Par conséquent amis, que chacun de vous qui désirez être religieux, tournez votre esprit vers l'intérieur, attendez pour le don de Dieu, qui est essentiellement pur, qui jamais ne consentira au mal, qui jamais ne se mélange ce qui est corrompu de nature, mais qui rend témoignage à lumière, qui vous guidera et vous mènera, et vous conduira en premier lieu, hors du péché, puis ensuite il vous mènera dans cette adoration et dans la religion, et dans la production de ces choses qui sont agréables à Dieu. Ceux qui en sont à cette adoration, ne savent pas uniquement ce que le Seigneur exige d'eux, et quand il exige cela d'eux, mais ils se sont abandonnés entre les mains de Dieu ; ils prient, prêchent, exhortent et vivent selon la volonté de Dieu.

Il est difficile pour des gens qui se trouvent dans une condition charnelle de croire ceci ; mais vous qui êtes des croyants, qui en êtes venu à connaître le don de Dieu en vous-mêmes, et la nécessité d'être gouverné par Lui ; vous nous croirez, car personne d'autre ne nous croira. nous aurons beau prêcher à autant de gens et de nations que nous voulons, personne ne nous recevra en tant que véritables ministres, mais seulement ceux-là qui ont la vérité dans leurs coeurs. S'il y en a qui méprise la grâce de Dieu dans leur coeurs, qu'il haïsse ce qui le gronde et le réprimande. S'il y a un tel homme, il me haïra parce que je suis un ministre et que je prêche la grâce de Dieu, et cette vérité dans les parties intérieures, qui est la base et le fondement pour que cet homme puisse être accepter de Dieu. Un vilain misérable et charnel dira, Je déteste une telle personne ; je déteste la lumière, qui me surveille et qui témoigne contre moi.  Vous êtes une personne qui témoigne contre moi ; alors je vous déteste. C'est très vrai, il ne peut en être autrement. À présent notre travail consiste à ce que les hommes puissent parvenir à l'amour et la vérité qu'il y a en eux-mêmes.

Vous savez qu'il y a beaucoup d'autres grands ministres, dont le travail consiste à persuader les gens à croire à ce qu'ils disent ; à établir une doctrine, et à la prouver par les écritures et la raison, et de faire entrer cela dans leurs esprits par des témoignages que leur permettent les écritures ; et grâce à cela ils règnent sur les pensées et le jugement des gens, leur faisant croire à ce qu'il disent.

C'est facile d'établir une position et de la prouver, et de convaincre les gens que cela doit être selon les écritures ; mais lorsque quelqu'un est convaincu d'un principe de vérité, il n'est pas régénéré et ne vient pas à Dieu. Par conséquent, bien qu'il ne puisse nier la doctrine en paroles, il peut quand même la renier en oeuvres, et ne parvient pas correctement à l'aimer. si les gens pouvaient croire ce que nous disons, et observer quel argument nous apportons pour prouver notre position, ils pourraient être convaincu de la doctrine de la vérité et en venir à la professer, et pourtant en être étrangers, jusqu'à ce qu'ils en viennent au point de l'aimer en eux-mêmes. Si ce n'était pas pour cela, nous abandonnerions la prédication. Si Dieu n'avait pas donné une mesure et la manifestation de l'Esprit à tous les hommes en vue de l'utilité commune, [nous ne serions pas efficace]. Vous avez cela en vous, nous sommes seulement des moniteurs pour vous, pour vous amener cela à l'esprit. Vous êtes tellement préoccupés par les affaires de ce monde, que vous n'avez pas le loisir de remarquer cela.

Un homme pourrait avoir un joyaux précieux, et tout de même être pauvre jusqu'à ce qu'il vienne à connaître la valeur de son bijoux. Un homme possède un inestimable et précieux bijoux, une perle qui lui a été donné et qui pourrait le rendre riche en foi et en amour de Dieu, et qui le rendrait admissible pour le Royaume de Dieu, et en ferait un héritier ; mais il ne le sait pas, il n'en comprend pas non plus la valeur, et il ne l'estime pas. Par conséquent Dieu a suscité des ministres afin de vous mettre au courant de cela, de sorte que vous puissiez être heureux pour toujours, et vivre dans la bénédiction pour toute l'éternité. Que celui qui a une oreille pour entendre, entende ; et lorsqu'ils entendent ce que nous disons, puissent-ils en bénéficier pour leurs âmes. Nous ne vous apportons pas la vérité parce que Dieu vous l'a accordé. Vous serez riches en effet, si vous faites tel un homme qui a acheté un champ où se trouvait une perle de grand prix, et où il creusa jusqu'à ce qu'il la trouve. Venez à ce fondement sur lequel vous pourriez bâtir tous vos espoirs de bonheur, et dépendre non pas sur vos propres oeuvres, ou performances religieuses, pour être accepter de Dieu. Car il n'y a pas d'acceptation avec Dieu, mais c'est seulement à travers Christ que nous sommes acceptés de Dieu en Lui. En effet, ceux qui désirent devenir Chrétiens, et adorer Dieu tel qu'Il veut et qu'Il ordonne être adorer ; doivent venir au principe de la lumière et de la grâce dans leurs propres coeurs, principes qu'ils ont en Christ et par Christ, et ils trouveront l'acceptation avec Dieu.  Amen.

SERMON XIII

La Vie Divine de Jésus-Christ

Délivré par Stephen Crisp à Grace-Church-Street, le 16 Mars 1691

LA vie bénie du Christ n'est pas de ce monde ; et elle devrait être de vos soins dans toutes vos assemblées religieuses dans lesquelles vous vous rassemblez à l'intérieur de la sensation de cette divine vie ; pour que vous puissiez sentir votre fraternité et votre communion dans cette vie de Christ qui n'est pas de ce monde. Et que vous puissiez tous vous accrocher à cela ; car ceci est la nourriture et le pain qui vient du ciel, avec lequel les enfants du royaume de Dieu sont alimentés et nourris jour après jours. Il y en a beaucoup qui se nourrissent de la paroles, qui ne sont pas des enfants du Royaume de Dieu ; mais les enfants engendrés de Dieu en sont venu à connaître la vertu de la vie divine, Jésus-Christ. Leur aliment et leur nourriture se trouve dans chaque parole qui sort de la bouche de Dieu, et ils croissent dans la vie éternelle par ce don céleste et divin que Dieu le Père leur a accordé, à travers son Fils Jésus-Christ ; et ils jouissent de la communion des saints, par le Chef divin de l'Église, qui communique à travers chaque membre sa vie et sa vertu par lesquelles ils sont sanctifiés, et chaque jours ils sont de plus en plus préparés pour ce vivant et éternelle héritage qui attend les enfants de Dieu.

Et lorsqu'il y a un peuple qui est ainsi rassemblé dans la vie du Seigneur Jésus-Christ, ils sont capables de s'approcher de Dieu ; ils sentent le pouvoir d'entrer, car leur péché qui auparavant se trouvait à la porte est enlevé, et le chemin est ouvert et consacré pour eux afin qu'ils puissent s'approcher et s'asseoir à la table du Seigneur, et ainsi ils deviennent de plus en plus fort dans Sa puissance, et de ce fait ils sont capables de faire entièrement la volonté de Dieu, et cette adoration divine et ce service religieux, que Dieu exige de leurs mains en leurs jours.

Car il est vraiment certain, et nous savons cela par expérience, que les paroles de notre Seigneur adressée à ses disciples d'autrefois sont vraies ; sans moi, (ses incitations et sa directive à agir, et la foi pour obéir) vous ne pouvez rien faire. Car même si les gens de leur propre gré se réunissent, qu'ils prétendent et établissent une forme d'adoration, et de religion, cela ne leur sert à rien, à l'égard de l'acceptation avec le Seigneur. Ils n'ont pas de réponse dans leurs âmes, aucun ajout de vie, ni d'augmentation ou de croissance de vie ; ils ne sont pas plus près du Royaume que lorsqu'ils ont cru, mais encore plus éloignés en s'appuyant sur des formalités, et n'entrant pas vraiment dans l'oeuvre de Dieu, ni en voyageant en dehors de la mort dans la vie ; car il doit y avoir un sentier, et y marcher. L'âme doit avoir un exercice à travers la puissance et la vie de Jésus, pour vaincre la mort qui l'a séparé de Dieu, et une préparation de la vie, cette vie est ce qui nous unis encore à Dieu. et lorsque les gens sont sérieux dans ce voyage, ils sont résignés au gouvernement, à la direction et à la conduite de celui qui est allé en avant, qui a fait ce chemin pour nous, et continuera nos progrès vers le Royaume de Dieu.

Et par conséquent, mes amis, vous connaissez le chemin, et vous savez comment la puissance vous a atteint, et comment elle a ouvert vos compréhensions pour que vous puissiez être fidèle à cette puissance dans vos âmes, et que vous puissiez avoir l'usage et la véritable amélioration de ceci, et de toutes ces réunions comme celle-ci, pour le rassemblement de vos esprits hors de tous ces objets visibles et inconstants, vers cette vie que Dieu a révélé, qu,ainsi dans cette exercice, vous puissiez conserver votre fraternité avec Dieu, et les uns avec les autres. Ici ce trouve le lien de la perfection, ici se trouve ce en quoi Dieu a crée la paix et le repos, et la joie pour Son peuple. Tant que chacun est participant de cette innocente vie, et qu'il se sente lui-même changé en elle, ils sont rassemblés dans l'Église, et ils sont assemblés dans la fraternité avec celui qui en est le chef, et ils sont consolés dans leurs appartenance, dans leurs participation mutuelle.

Bien que je ne suis qu'un petit, je partage la même vertu que le Seigneur à administré aux plus grands saints, tandis que je m'attend à Lui, et de la même consolation divine, et de l'opération, de la puissance qui de plus en plus me sèvre du monde et de ce qui est corruptible, et qui tous les jours éveille en moi de fervents désirs après ce pain qui ne périt point.

Maintenant il y a une évidence de cette Chrétienté à l'intérieur ces hommes et ces femmes, l'Esprit de Dieu rend témoignage avec leurs esprits, ce à quoi tous les professeurs relâchés du monde de la Chrétienté sont étrangers, leurs évidences à l'intérieur d'eux-mêmes étant contre eux ; ils cherchent à avoir l'évidence à l'extérieure d'eux, et de rassembler toute sorte de symboles et de signes, et des énonciations, et des phrases, venant de l'extérieur d'eux, afin de leur faire croire qu'ils sont dans l'alliance avec Dieu, et qu'ils sont dans un état de salut par Christ ; mais celui qui croit vraiment, a une évidence de sa Chrétienté, et de sa réconciliation avec Dieu ; et il a en lui cette évidence, un témoignage divin et spirituel qui répond à son propre esprit, qui témoigne pour Lui, qui est l'un des enfants de Dieu.

Et mes amis, vous êtes appelés à ceci, que vous soyez déjà arrivés à ceci ou non ; c'est à cela que vous êtes appelés par un appel céleste, afin que vous ne viviez plus dans les rudiments de ce monde, et à chercher ici et là une terre de paix et de repos ; une terre d'espérance, mais que vous puissiez connaître et sentir la même chose, la même terre d'espoir éternel que possédaient les saints d'autrefois.

Maintenant, quelle est cette espérance ? Quelle raison ont-ils donné et rendu de leurs espérances de gloire éternelle ? Les apôtres vous disent pleinement que la base ou la raison de leur espoir d'être glorifier dans le monde à venir, c'était Christ en eux l'espérance de gloire. Ils témoignent que Christ a donné Sa vie pour le monde. Prenez le glorieux témoignage que portait l'apôtres dans l'un de ses épîtres lorsqu'il disait, “la vie qui s'est manifesté en moi n'était pas couverte ou cachée, de sorte que les gens ne puisse la trouver ;” Il plut à Dieu amener cela à la lumière par l'Évangile ; lorsqu'une chose est amenée à la lumière vous pouvez la voir. Ceci il l'affirma en son jour, et même chose est affirmée de nos jours. La vie est manifestés ; quelle vie ? Non pas la vie de ce monde, mais une vie qui n'est pas souillée, ni polluée, mais la vie qui est de Dieu, une vie céleste qui est sainte et pure ; cette vie est manifestée. Nous l'avons vu, et nous vous exhortons tous à vous en emparer, à vous emparer de la vie éternelle. Certains avaient une vision de cela, et ils ne s'en ont pas emparé ; ils ont vu cela dans une vision, et possiblement ils devaient dire, oh si je pouvais vivre une telle vie, s'il pouvait ne pas y avoir de péché en moi, dans mes paroles, ou mes pensées, ou dans mes gestes, quelle gracieuse vie ce serait ! Ils avaient vu cette vie, ils y ont goûté, mais ils ne s'en ont pas emparé, mais ils l'ont laissé s'éloigner d'eux. Prenez garde à cela, quand vous l'avez vu avec vos yeux grand ouvert. Béni sont vos yeux, parce qu'ils ont vu, et vos oreilles parce qu'ils ont entendu, disait Christ à ses disciples. Ils ont vu cette vie qui était sainte, inoffensive et sans souillure. Emparez-vous de cette vie, spécialement alors que vous êtes ainsi rassemblés, solennellement dans la présence du Seigneur, attendant de le voir, et de voir cela qui vous est de plus en plus dévoilé, et de travailler pour avoir cette puissance rassemblée qui vous mènera vers cela, de sorte que vous puissiez connaître la force qui vient dans l'âme par elle. Il n'y a aucun de vous, mais seulement ce que vous allez rencontrer avec les tentations de ce monde, qui vous entraînera dans la mort et les ténèbres, pour ce qui est charnel, et sensuel, et diabolique. Comment pourrais-je tenir si je ne suis pas centré dans cette vie qui était avant que ce monde fût, et avant que le diable fût ? Si je travaille pour ressentir l'influence de cette puissance divine qui est capable de me garder, ma foi me le dit. Je sais que cette puissance est capable de me garder, si je continu à m,exercer en elle. La confiance du véritable croyant c'est que, quelles puissent être les tentations et les épreuves par lesquelles ils passent, ils savent que celui qui est déjà venu, celui en qui ils ont mis leur confiance, est capable et désireux de les délivrer. Ainsi par ce moyen ils sont gardés inoffensifs, et innocent, et intègres dans cette vie et dans leur conversation. C'est ainsi que vous devriez être gardés, si vous avez de la considération, et du respect pour la vie qui est manifestée en vous.

Tous ceux qui en viennent à connaître, à ressentir, et à être témoins de la découverte et de la révélation de la vie de Jésus dans leur âme, savent qu'il y a en elle une certaine domination sur ce qui est contraire à elle ; et beaucoup d'entre vous avez vécu l'exercice de la puissance de Dieu dans vos coeurs, ce qui vous a rendu capable de régner sur ces choses qui autrefois avaient l'emprise sur vous. De sorte que vous pouvez désormais soumettre les vaines pensées, et les mauvais désirs, vous pouvez supporter les tentations qui proviennent de l'extérieure, et de l'intérieur. Maintenant si vous pouviez faire ceci, et si jamais vous l'avez fait, vous l'avez fait par la puissance que Dieu a dévoilé et révélé en vous à partir de Jésus-Christ. Par le passé vous n'aviez pas une telle fermeté, avant d'avoir cru, mais ayant cru la parole de Dieu qui vous a été envoyé ; cela est fixé par la foi dans le coeur, cette foi qui est l'opération de Dieu. Vous pouviez faire alors ce que vous ne pouviez faire auparavant, et oublier ce par quoi vous étiez conduit. Ces expériences que Dieu vous a donné devraient vous encourager à tenir bon dans votre travail et votre voyage, et cela devrait vous engager à croître dans la grâce de Dieu et dans la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ. Peu importe ce qui est dit par les hommes au sujet de la profession de la religion, ceci devrait être notre dessein et notre conclusion, dans le dévoilement qui nous a été fait de la vie de Christ ; afin que nous grandissions en cela, et vivions en cela ; (bien sûr il y a de grand discours à ce sujet), mais nous devons travailler à montrer la résurrection de cette vie en nous.

Ceux qui viennent à l'unique baptême, sont baptisés en la mort de Christ ; l'apôtre nous dit, qu'un cela il est mort, ils est mort au péché. Il n'y a personne qui soit baptisé en Christ, et rendu participant en la mort de Christ, mais seulement ceux qui sont mort au péché, tout comme Lui est mort. Bien que Christ n'avait aucun péché, il est mort au péché. À quoi cela a-t-il servi, que Christ n'eut point connu le péché, mais qu'Il prit tout de même sur Lui nos péché ? Il est mort au péché, afin que ceux qui sont participants dans sa mort, puissent participer à sa résurrection. Il vit de nouveau, et après la mort, il est ressuscité.

Ceux qui sont participants de cette mort au péché, le monde leur est crucifié, et ils ont ramassé la croix de Christ, et ils sont mort à tous les plaisirs et les délices de ce monde qui s'est détérioré et réduit à néant. Maintenant pourquoi vivent-ils ? pour la droiture, la sainteté, l'amour, la tempérance ; ces choses sont agréables pour eux ; ils viennent pour vivre pour la justice(droiture), à travers la puissance de celui qui les a aimé. Ceci démontre la gloire et la puissance de la grâce de Dieu. C'est la grâce de Dieu qui produit un tel changement dans un homme ou une femme. Ceux qui se délectent dans le péché et la méchanceté, dans la corruption et l'impiété, n'ont aucun plaisir dans ceci, aucun plaisir dans la sobriété, l'amour et la sainteté, et la pureté de la pensée.

Alors, à l'intérieur de qui prend place un tel changement ? à l'intérieur de tous ceux qui s'abandonnent librement à cela, car lorsque quesqu'un est abandonné à cette vie, la grâce de Dieu en reçoit la louange. Ceci est l'exaltation et la louange de la puissance de Dieu ; de sorte que les autres puissent la trouver par ceci, qu'ils puissent par elle venir à croire, et en croyant, être sauvés.

Ainsi, l'Évangile est passée de un à plusieurs, et de ceux-là à plusieurs autres, augmentant ainsi de plus en plus, parce que la grâce, la miséricorde et la paix, se sont multipliées, avec l'héritage de Dieu, et aussi chaque homme et femme qui sont participants de cette vie, sont réunis dans cette fraternité.

De sorte que votre fin en venant à ces réunions, n'est pas tant d'entendre ceci, cela, et ce que disent les autres ; mais plutôt, tout ce que vous avez à témoigner se trouvant en vous ; c'est à dire la divine opération de la puissance de Dieu dans vos âmes, qui fait tomber ce qui doit tomber, et qui élève ce qui doit être élevé. Si vous excusez le péché en disant que vous êtes plus sujet à la tentation que les autres parce que vous n'en êtes pas à leur niveau, mais que vous pensez que vous êtes mieux que ce que vous étiez la première fois lorsque vous avez été convaincu de la vraie voie ; si vous dites ceci et que vous trompez les autres, criez à Dieu, et priez sincèrement que tout ce qui est contraire à sa grâce en vous puisse être puisse être détruit. Si vous dites et professez ceci pour fortifier par des excuses ce qui est déjà connu par la lumière de Christ et qui est contre la vérité de Dieu, si, en même temps il y a un coeur fourbe, comment ceci apparaîtra au grand jour de Dieu ? L'oeil de Dieu est sur votre hypocrisie ; Lui qui n'a jamais de repos et qui ne dors jamais, il vous voit, si vous avez un quelconque péché que vous voulez garder ou sauver. Si vous en faites profession, et que malgré tout vous dites, ce péché je le garderai, le Seigneur me pardonne pour cette chose ; comme Naaman, le serviteur du roi d'Assyrie, qui disait au prophète, ton serviteur n'offrira plus d'holocauste ni de sacrifice à d'autres dieux, mais seulement à l'Éternel. Qu'en ceci l'Éternel pardonne à ton serviteur : quand mon seigneur entrera dans la maison de Rimmon pour s'y prosterner, et qu'il s'appuiera sur ma main, et que je me prosternerai dans la maison de Rimmon, que l'Éternel, je te prie, pardonne à ton serviteur en ceci, Il savait que s'il avait manqué de se prosterner, le roi remarquerait le changement de son geste, par conséquent il voulut se prosterner dans la maison de Rimmon. Ce péché il voulut le sauver en le professant. Cette hypocrisie le Seigneur l'avait en horreur.

Soyez intègres aux yeux de Dieu, et soyez fidèles envers vos propres âmes ; si c'est le cas, alors tout péché sera un fardeau, et vous soupirerez pour vous en débarrasser ; s'il en est ainsi, que vous connaissez la main qui vous a amené si loin ; si vous êtes réellement cordial, et que vous vous abandonnez à Jésus, alors cette oeuvre qu'Il a commencé en vous, Il la terminera pour vous ; ne lui cachez rien, mais abandonnez-vous à Lui, et ne vous joignez pas à ses ennemis, prenez garde de ne pas leur prêter l'oreille, prenez garde à ce que les péchés ne demeurent pas un fardeau ou une oppression pour vos âmes.

Mais si vous vivez cette céleste vie de Jésus, vous serez libérés afin d'avoir le dessus sur vos péché, et de vous tenir sans culpabilité devant le trône de Dieu. Amis, puissent vos coeurs être profondément touchés par cette grande miséricorde que Dieu vous a accordé, et du don qu'il vous a fait de cette divine vie qui est acceptable à ses yeux.

Beaucoup de choses ont été faites sur le compte de la religion, et nous ne pourrions jamais être satisfait si les péchés furent acceptables à Dieu ; nous ne pourrions jamais être certain de savoir si nous avons fait quelque chose d'agréable à Dieu. Nous pourrions dire à leur sujet comme l'apôtre Paul avait fait pour les sacrifices Juifs, il demeure une conscience du péché, une conscience accusatrice, qui nous dit, ce péché n'est pas ôté, le péché n'est pas enlevé, jusqu'à ce que le Seigneur nous ouvre ses divins mystères, que notre justification doit être par la foi en Jésus ; que rien d'autre ne peut nous réconcilier à Dieu que la vie de Jésus, et le mérite de cette mort.

Cette vie de Jésus était sainte, sans reproche, inoffensive, et innocente, c'est cette vie qu'Il donna pour le monde ; cette vie est la lumière des hommes ; et nos âmes sont tournées vers cette vie, nous en voyons gloire et l'excellence, et nos désirs pour cette vie enflamme nos coeurs. Plusieurs ont cherché, et oeuvré, et travaillé, dans le but de pouvoir venir s'en réjouir. La découverte de cette vie doit être hautement prisée, et elle doit avoir effet sur vos âmes ; et lorsque vous l'avez obtenu, vous direz, Oh ! Quelle condition bénie, qu'est celle dans laquelle je suis ! que Christ a manifesté sa divine puissance en moi, non seulement en me réconciliant avec Dieu, mais en ôtant de moi la conscience du péché ; seulement par cela l'accusateur est chassé, et je peut désormais chanter à Dieu, des chants de délivrance. À présent vous goûtez à la miséricorde que Dieu a placé sur vous ; ceci affectera vos âmes au point d'être assujetti et soumis comme un enfant à celui qui a commencé à vous libérer et à vous sauver, afin que vous puissiez vous résigner à sa volonté, puis à abandonner le monde et ses choses.

Maintenant lorsque ceux-là viennent à une réunion telle que celle-ci, il se peux que leurs pensées soient calmes, et qu'ils soient sensibles à la puissance de la vérité sur leurs coeurs ; mais par manque de volonté à demeurer soumis à la puissance divine qui a ouvert leur entendement, quand ils retournent dans le monde, ils sont pris au piège et enchevêtrés et souvent par manque de vigilance, par un relâchement de l'esprit, et d'une langue indisciplinée, ils courent dans la colère et la passion, et ceci attriste le Saint-Esprit de Dieu. Et comment pouvez-vous venir à Dieu par le Médiateur quand alors vous attristez Son Esprit, et que vous freinez ses mouvements.

Ces choses ont été nuisibles pour beaucoup, car de leurs temps ils auraient pu être des piliers dans la maison de Dieu. Prenez garde à ceci, et laissez la bonté de Dieu demeurer sur vos pensées, de sorte que vous puissiez en ressentir et vivre le traitement intérieur ; il y en a beaucoup qui sont affectés par le ministère intérieure, et qui sont vraiment désireux d'entendre les serviteurs de Dieu déclarer les choses que Dieu a fait pour eux, et en eux, ainsi que les choses merveilleuses que Dieu a ouvert pour eux ; bien que lorsque vous avez entendu tous ce que cet homme peut raconter, si le ministère divin de la parole de Dieu ne fait pas forte impression sur vous, qu'elle ne sanctifie et ne renouvelle pas vos âmes, le ministère de la parole ne vous fera aucun bien.

Maintenant que vous pouvez être établi dans la vérité qui vous a été enseigné, ce témoignage surgit en moi, de désirer que chacun prête attention et soit à l'écoute de la manifestation de la vie de Jésus en vous-mêmes. Tout ce que Dieu a mis sur moi ou un autre, vous pouvez périr pour tout cela, et je ne suis point le meilleur pour ce qui concerne ce que Dieu a mis sur vous, mais vous pouvez néanmoins périr ; mais le fait que Dieu a manifesté la vie éternelle dans mon âme, puisse cela être le centre de chacun. Ceci vous rendra saint et sans tache, et vous préservera en toute condition, et à l'heure de la tentation, et parmi les pièges ; cela vous servira de rempart ; ce sera comme le mur de Sion, qui est le salut du Seigneur. Afin que vous puissiez demeurer sensibles à la bonté du Seigneur. Que cette grâce, cette miséricorde, et cette paix puissent se multiplier dans vos coeurs ; ceci vous rendra cher et affectueux les uns les autres.

Bien qu'il puisse y avoir une fraternité extérieure parmi qui prêchent et qui professent la même doctrine, lorsqu'ils abandonnent cela, lorsque les hommes quittent la puissance de la vérité, ils deviennent entêtés et rebelles ; mais lorsque les hommes en viennent à sa rassembler en une fraternité qui se tient non dans les termes et les paroles, mais dans la révélation de Christ, et dans la participation de sa vertu et de sa bonté ; plus vous êtes unis à ceci, plus vous êtes liés les uns avec les autres, et devenez utiles et profitables les uns pour les autres.

Le Seigneur garanti à chacun de vous un avant goût de sa bonté, et vous préférerez cela par-dessus tous ce que le diable et ses instruments ont à présenter ; et si vous en retirez plus dans cette céleste et divine vie de Jésus, vous ressentirez et goûterez en vos âmes à plus de paix et de consolation véritable, que ce que moi ou tout autres hommes dans le monde peuvent vous dire.

<Suite des Sermons >>>>

La raison de ce site web est de montrer comment on peut être
libéré du péché
en bénéficiant de la grâce transformatrice de Dieu à travers la croix,
qui conduit à l'union avec Dieu en Son Royaume.