La Bible Darby Clarifiée, (cliquez sur le texte en vert)     Aller á la table de matières   
1 Pierre 3

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

 1 Pareillement, vous, femmes, soyez soumises à vos propres maris, afin que, si même il y en a qui n'obéissent pas à la parole, ils soient gagnés sans la parole par la conduite de leurs femmes,

 2 ayant observé la pureté de votre conduite dans la crainte,

 3 -vous, dont la parure ne doit pas être une parure extérieure qui consiste à avoir les cheveux tressés et à être paré d'or et habillé de beaux vêtements,

 4 mais l'homme caché du coeur, dans l'incorruptibilité d'un esprit doux et paisible qui est d'un grand prix devant Dieu ;1

 5 car c'est ainsi que jadis se paraient aussi les saintes femmes qui espéraient en Dieu, étant soumises à leurs propres maris,

 6 comme Sara obéissait à Abraham, l'appelant seigneur, de laquelle vous êtes devenues les enfants, en faisant le bien et en ne craignant aucune frayeur.

 7 Pareillement, vous, maris, demeurez avec elles selon la connaissance [en déférant],2 comme avec un vase plus faible, c'est-à-dire féminin, leur portant honneur comme étant aussi ensemble héritiers de la grâce de la vie, pour que vos prières ne soient pas interrompues.

 8 Enfin, soyez tous d'une même pensée, sympathisants, remplis d'amour fraternels,3 compatissants, humbles,

 9 ne rendant pas mal pour mal, ou outrage pour outrage, mais au contraire bénissant, parce que vous avez été appelés à ceci, c'est que vous héritiez de la bénédiction ;

 10 « car celui qui veut aimer la vie et voir d'heureux jours, qu'il garde sa langue de mal, et ses lèvres de proférer la fraude ;

 11 qu'il se détourne du mal et qu'il fasse le bien ; qu'il recherche la paix et qu'il la poursuive ;

 12 car les yeux du *Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont tournées vers leurs supplications ; mais la face du *Seigneur est contre ceux qui font le mal. »

 13 Et qui est-ce qui vous fera du mal, si vous êtes devenus les imitateurs de celui qui est bon ?

 14 Mais, si même vous souffrez pour la justice, vous êtes bienheureux » ; et ne craignez pas leurs craintes, et ne soyez pas troublés,

 15 mais sanctifiez [placer à part]le *Seigneur le Christ dans vos coeurs » ;4 et soyez toujours prêts à répondre, mais avec douceur et crainte, à quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous,

 16 ayant une bonne conscience, afin que, quant aux choses dans lesquelles ils médisent de vous comme de gens qui font le mal, ceux qui calomnient votre bonne conduite en Christ, soient confus.

 17 Car il vaut mieux, si la volonté de Dieu le voulait, souffrir en faisant le bien, qu'en faisant le mal ;

 18 car aussi Christ est mort une fois pour les péchés, le droit pour les injustes, afin qu'il nous amenait à Dieu, ayant été mis à mort en chair, mais vivifié par l'Esprit,

 19 par qui aussi étant allé, il a prêché aux esprits qui sont en prison, [Au temps de Noé par l'Esprit, Christ a prêché aux hommes emprisonnés dans les ténèbres (ceux qui avaient été désobéissants et dans l'esclavage au péché).]

 20 ont été autrefois désobéissants, quand la patience de Dieu attendait dans les jours de Noé, tandis que l'arche se construisait, dans laquelle un petit nombre, savoir huit personnes, furent sauvées à travers l'eau ;

 21 or cet antitype vous sauve aussi maintenant, c'est-à-dire le baptême, non le dépouillement de la saleté de la chair, mais par la réponse d'une bonne conscience envers Dieu, par la résurrection de Jésus Christ, [Jésus ayant été ressuscité y a deux mille ans qui ne fonctionne pas vous sauver; mais après vous avez été crucifié sur la croix intérieure du renoncement de soi, en conjonction avec Lui vous baptiser avec le feu, (le baptême de mort à votre chair), Jésus est ressuscité en vous pour ensuite saupoudrer son sang dans votre conscience pour le purger votre conscience des oeuvres mortes, pour servir le Dieu vivant, qui efface aussi la mémoire de vos péchés passés, vous permettant de se tenir dans la présence de Dieu sans honte dans le royaume.]

 22 qui est à la droite de Dieu (étant allé au ciel), anges, et autorités, et puissances lui étant soumis.


Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

Pour afficher en parallèle les versets des versions Louis Segond et La Bible du Semeur, cliquez ici.
_______________________________________

1 Vous, dont la parure ne doit pas être une parure extérieure qui consiste à avoir les cheveux tressés et à être paré d'or et habillé de beaux [élégants] vêtements ; mais l'homme caché du coeur, dans l'incorruptibilité d'un esprit doux et paisible qui est d'un grand prix devant Dieu. Que votre beauté soit le reflet d'un esprit modeste et réservé, chaste, modeste, humble, discret, sceptique, retenu, tranquille, manquant d'assurance, humble, sans prétentions, doux, réticent, contenu, sobre, de bon goût, approprié, raisonnable, et effacé. De la Voix du Seigneur : « Habillez-vous comme si vous assistiez à une association de femmes. » Habillez-vous simplement, sans apparats. Ceux parmi-vous s'habillant pour être attrayants, demandez-vous exactement quel genre d'homme êtes-vous ou essayez-vous d'attirer ; un homme divin sera repoussé seulement par un manque de modestie.

Femmes conformez-vous à votre mari. Voici un enseignement CLÉ que vous avons reçu de la Voix du Seigneur venu de l'intérieur : de déférer(cédez votre volonté) aux autres - vos enfants, votre époux, votre femme, vos amis. Le seul fait de pratiquer cela peut donner des résultats significatifs de progrès spirituel. Vous devriez agir ainsi dans tous les cas, sauf si cela est immoral, dangereux, ou de conséquence majeur, ou si votre mari est de conviction religieuse différente de la vôtre, et qu'il vous demande de le rejoindre, vous ne pouvez pas. Ainsi il est facile d'être obéissant tout comme une épouse Chrétienne.

Paul est en complet accord avec Pierre lorsque celui-ci commande aux femmes Chrétiennes de démontrer du respect à leurs maris :

Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur. Col 3:18
Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur. Éph 5:22
Et que la femme respecte son mari. Éph 5:33

2 Pareillement, vous, maris, demeurez avec elles [votre femme) selon la connaissance [en cédant], comme avec un vase plus faible, c'est-à-dire féminin, leur portant honneur comme étant aussi ensemble héritiers de la grâce de la vie, pour que vos prières ne soient pas interrompues. Maris, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même. Mari, n'agissez pas en dictateur ; mais déférez plutôt à votre épouse lorsque cela convient. Voici un enseignement CLÉ que vous avons reçu de la Voix du Seigneur venu de l'intérieur : de déférer(cédez votre volonté) aux autres - vos enfants, votre époux, votre femme, vos amis. Le seul fait de pratiquer cela peut donner des résultats significatifs de progrès spirituel. Vous devriez faire ceci dans tous les cas, sauf si cela est immoral, dangereux, ou de conséquence majeur. Ceci devrait être particulièrement facile pour les épouses qui doivent être soumises à leur époux, et les enfants qui obéissent à leurs parents. Nous qui sommes à Lui, avons l'obligation de nous placer en dernier. Chacun devrait déférer au souhait de l'autre, car en faisant cela, nous faisons mourir notre volonté égoïste, qui veut toujours se placer en avant. Au lieu de cela, nous le plaçons Lui ainsi que ses voies en avant de toute chose. L'amour ne cherche pas son propre intérêt. 1 Cor 13:5. Et si quelqu'un vous demande de faire un mille avec Lui, faites-en deux — faites un mille de plus.

3 remplis d'amour fraternels. Lorsqu'un homme et une femme sont libérés de la convoitise, il y a un amour qui n'est pas basé sur le fait de recevoir des plaisirs. Pierre s'adresse à un groupe de Chrétiens qui est plus en avance que ceux auxquelles Paul s'adresse dans 1 Cor 7:5-7: Ne vous privez pas l'un l'autre, à moins que ce ne soit d'un consentement mutuel, pour un temps, afin que vous vaquiez à la prière, et que vous vous trouviez de nouveau ensemble, afin que Satan ne vous tente pas à cause de votre incontinence. Or je dis ceci par indulgence, non comme commandement ; mais je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; toutefois chacun a son propre don de grâce de la part de Dieu, l'un d'une manière, et l'autre d'une autre. Il y a un don de Dieu pour être libéré de la convoitise : il y a des eunuques qui se sont faits eux-mêmes eunuques pour le royaume des cieux. Que celui qui peut le recevoir, le reçoive. Mat 19:12. Pour pouvoir recevoir ce don de Dieu, un homme doit haïr sa convoitise pour le corps des autres avec passion. Quand cela est reçu, vous êtes capables d'aimer votre conjoint comme un frère en Christ car en Christ, il n'y a ni mâle, ni femelle, tous sont un, tous sont fils de Dieu.

Il est impossible de surmonter les désirs sexuels jusqu'à ce que l'un des événements suivants se produise : 1) une personne, (mariés ou non), devient douloureusement conscients que leurs désirs s'appliquent à toutes les personnes séduisantes et cette prise de conscience conduit alors à grand désir de se débarrasser des leurs convoitises pour les organismes ; ou 2) dans la sympathie pour la faiblesse de son conjoint qui s'engage à débarrasser ses désirs sexuels pour les personnes attrayantes en général, de sorte que personne est un partisan prêt et enthousiaste aux efforts de leur conjoint, qui soutiennent inclurait consentement au retrait du rapport sexuel suivant les instructions de Paul dans 1 Corinthiens 7:2,5-7.

Une décision de vivre en tant que frère et soeur, doit se faire d'un commun accord. Si l'un des deux, époux ou épouse, souhaite continuer à entretenir des relation sexuelles, l'autre doit respecter cela, en accord avec le principe de l'amour : l'amour ne cherche pas son propre intérêt ; car le mariage est tenu en honneur à tous égards, et le lit sans souillure. Même si un chercheur de Dieu est marié à un non-croyant, ou si un demandeur est marié à un croyant qui n'a aucun intérêt à surmonter leurs désirs sexuels ; si ce chercheur de Dieu désire vraiment à surmonter ses désirs sexuels, il est possible avec l'aide du Seigneur, (car tout est possible à Dieu). Toutefois, les relations sexuelles avec ce conjoint indifférent ne seraient pas refusés parce que c'est bien indiqué par Paul comme exigeant entente mutuelle ; dans ce cas, la participation du demandeur à des relations sexuelles serait un acte de soumission ou le report à leur conjoint. Si vous, de manière indépendante, (sans consentement mutuel), refusez des relations sexuelles avec votre conjoint, vous risquez une aliénation majeure de votre conjoint.

Si vous, de manière indépendante, (sans consentement mutuel), refusez des relations sexuelles avec votre conjoint, vous risquez une aliénation majeure de votre conjoint. Le diable aimerait vous ordonner avec succès de cesser les relations sexuelles indépendamment des désirs de votre conjoint afin de créer une relation hostile dans votre mariage, détruisant votre paix et votre confiance, peut-être même votre mariage. Dans mon expérience, je n'ai jamais entendu le Seigneur suggérer que j'abandonne les relations sexuelles ; et je ne pense pas que vous l'entendrez non plus parce que je sais par Ses messages à moi qu'il veut que nous devenions si malades de notre faiblesse que nous décidions de faire quelque chose à ce sujet. Ma motivation était simple — la désir sexuelle pour la plupart des femmes attirantes ; laquelle désir sexuel, que je connaissais était de l'adultère et devait être surmonté pour entrer dans le royaume. (Dans le ciel il n'y a pas de mariage ou de donner dans le mariage, il n'y a pas d'homme, pas de femme, tous sont des fils de Dieu et tous sont comme les anges de Dieu.) Il y avait plusieurs fois de l'abstinence pour un temps. La dernière fois que ma femme et moi avions convenu que le moment était venu de cesser les relations sexuelles ; et cela avait commencé, alors le Seigneur m'encouragea à continuer cette abstinence ; et les désirs sexuels fondirent en quelques mois.

Quelle que soit la motivation, le dépassement des désirs sexuels est un don du Seigneur, étant donné au fil du temps à ceux qui veulent désespérément de se débarrasser d'eux. Provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Les désirs sexuels peuvent être vaincrait; » et cela s'applique aux hommes et aux femmes, aux désirs hétérosexuels et désirs homosexuels, pourvu qu'il y ait un fervent engagement à être totalement libre) — mais, comme Mat 19:11 et 12 disent : « tous ne reçoivent pas cette parole », (parce que ne peuvent pas croire que vaincre les désirs sexuels est même possible).

4 Sanctifiez [distinguez] le Seigneur le Christ dans vos coeurs. Dans votre mode de pensée, séparez le Seigneur dans votre coeur de l'esprit égoïste qui y règne. Le Seigneur est Saint et pur ; votre esprit égoïste est mauvais, profane, ainsi qu'une abomination. Ne confondez pas les multiples voix de déception que vous entendrez venant du malin dans votre coeur avec la Voix unique du Seigneur dans votre coeur.

Cela prend du temps, de la pratique et de la patience pour apprendre à reconnaître la Voix du Seigneur. Ses paroles sont toujours aimables, gentilles, pacifiques, facilement comprises, sans sarcasmes, sans amertume, sans condamnation, sans rudesse, pures, propres, humbles, merveilleuses. Il n'y a jamais de paroles émotionnelles, il n'y a jamais d'émotions dans Sa voix ; Ses paroles sont simples, pratiques, sages, facilement comprises, facilement acceptées, et ne vous laissant jamais deviner quant à leur signification. Les multiples voix de l'ennemi sont habituellement* émotionnelles, sarcastiques, incomplètes, accablantes, rudes, effrayantes et amères. L'ennemi utilise plusieurs voix : la vôtre, celle de vos amis, parents, dignitaires, etc. En fin de compte vous L'entendrez. Et une fois que vous commencez à entendre, vous entendrez avec une augmentation de la fréquence. Il a une douce voix. Quelques fois vous n'entendrez pas une voix, vous saurez soudainement et tout simplement quelque chose immédiatement. George Fox a appelé ceci une « ouverture ». Une « ouverture » peut être exprimée en paroles, mais c'est un sentiment qui infuse votre être entier, comme un sentiment environnant ou immergé dans la compréhension immédiate.

* Habituellement, mais pas toujours ; prenez garde, jusqu'à la maturité spirituelle, la voix de l'opposition peut être impossible de distinguer la voix du Seigneur. L'ennemi fera semblant être le Seigneur, toujours tentant vous de faire quelque chose de mal que vous voulez faire, ou vous tentera de faire quelque chose que vous avez été dit de ne pas le faire. Sur les conseils d'Edward Burrough, (cliquez pour lire), un géant dans les débuts Quakers, nous devrions ne rien faire mais se repentir jusqu'à ce que nous pouvions faire la distinction entre la voix du Seigneur et la voix de l'ennemi ; et William Penn a écrit : « Bien que c'est le devoir de tous de marcher dans la lumière, et de l'attendre, que par elle ils puissent être instruit sur le chemin de la vie et du salut, malgré tout c'est seulement ceux qui sont actuellement conduit* par elle [la lumière], qui peuvent vraiment discerner entre les faux esprits et Le Véritable. »

* Pour être guidé ou dirigé par la lumière, la lumière doit tout surgir dans votre cour comme une magnifique étoile, afin que vous êtes montré tout à voir et raconta tout à dire ; le surgissement facilement reconnaissable de la lumière vient de la foi dans la voix.

Il y a une voix du Seigneur comme un tonnerre sur les eaux décrit dans plusieurs passages de l'Ancien Testament. Ceci est radicalement différent de la petite voix tranquille que nous entendons de l'intérieur de nos coeurs venant du Saint-Esprit. La Parole du Seigneur à l'intérieur et le Saint-Esprit nous parlent avec les paroles de Jésus, par conséquent nous sommes entendant du fils de Dieu. Mais jusqu'à ce que nous pouvions vraiment entendre la voix du Seigneur, nous ne savons pas avec certitude qu'il est le Seigneur qui nous parle. Provenant la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Vous aurez toujours des doutes jusqu'à ce que vous entendiez Sa voix. Ma voix est comme un tonnerre sur les eaux. Vous entendrez Sa voix quand Il vous appelle. » Nous entendrons la voix du Seigneur comme le tonnerre sur des eaux pour la première fois après que nous ayons soumis au baptême du feu et de la mort pour pour ensuite être appelé (sortez) et ressuscité en tant que nouvelle créature. Puis, comme il est écrit dans Jean 10:3-5 : nous saurons sa voix, il nous conduira hors du monde au Royaume et nous fuirons d'autres voix. Quand vous entendez Sa voix pour la première fois, vous êtes passé de la mort à la vie ; et une fois que vous avez entendu sa voix comme un tonnerre sur les eaux, vous saurez toujours si oui ou non c'est le Seigneur qui vous parle.

Nous devons d'abord écouter l'Esprit Saint et la Parole du Seigneur à l'intérieur pour entendre et obéir à ses nombreux enseignements et commandes. Puis, avec une longue persévérance et patience en faisant des oeuvres de repentance obéissante, nous éprouvons du baptême du feu et de la mort, quand nous entendons la Voix du Seigneur alors que nous passons de la mort à la vie. Jusque-là, nous devons être sur nos gardes pour ne pas être trompés par l'ennemi, faisant semblant d'être le Seigneur qui nous parle.

_______________________________________

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre