La Bible Darby Clarifiée, (cliquez sur le texte en vert)     Aller á la table de matières   
Jean 7

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

 1 Et après ces choses, Jésus se tenait en Galilée, car il ne voulait pas se tenir en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.

 2 Or la fête des Juifs, celle des tabernacles, était proche.

 3 Ses frères lui dirent donc : Pars d'ici et va en Judée, afin que tes disciples aussi voient les oeuvres que tu fais ;

 4 car nul ne fait quelque chose en secret et ne cherche à être lui-même publiquement connu ; si tu fais ces choses, montre-toi au monde toi-même.

 5 Car ses frères ne croyaient pas en lui non plus.

 6 Jésus donc leur dit : Mon temps [pour aller là] n'est pas encore venu, mais n'importe quel temps est acceptable pour vous, votre temps est toujours juste. [Jésus disait qu'il ne faisait que ce que le Père lui disait et montrait de faire. Le Père n'avait pas encore dit à Jésus d'aller à la fête, il n'y allait donc pas ; mais puisque ses frères agissaient à leur guise peu importe le moment pour eux parce que ceux-ci marchaient encore selon leurs esprits charnels et et leurs mauvaises pensées.]

 7 Le monde ne peut pas vous haïr ; mais il me hait, parce que moi je rends témoignage de lui, que ses oeuvres sont mauvaises.

 8 Montez, vous, à cette fête ; je ne monte pas encore à cette fête, parce que mon temps [pour y aller] n'est pas encore venu.

 9 Leur ayant dit ces choses, il demeura en Galilée.

 10 Mais lorsque ses frères furent montés, alors lui aussi monta à la fête, non pas publiquement, mais comme en secret.

 11 Les Juifs donc le cherchaient à la fête et disaient :

 12 Où est cet homme ? Et il y avait une grande rumeur à son sujet parmi les foules. Les uns disaient : Il est homme de bien. D'autres disaient : Non, mais il séduit la foule.

 13 Toutefois personne ne parlait ouvertement de lui, par crainte des Juifs.

 14 Mais, comme on était déjà au milieu de la fête, Jésus monta au temple, et il enseignait. [Jésus attendait d'y aller jusqu'à ce que le Père lui dise d'y aller lorsque son temps serait venu ; Jésus a dit qu'il ne faisait que ce qu'il lui était montré, et dit de faire par le Père.]

 15 Les Juifs donc s'étonnaient, disant : Comment celui-ci connaît-il les lettres, vu qu'il ne les a point apprises ?

 16 Jésus donc leur répondit et dit : Ma doctrine n'est pas mienne, mais de celui qui m'a envoyé.

 17 Si quelqu'un veut faire sa volonté, il connaîtra de la doctrine si elle est de Dieu, ou si moi je parle de par moi-même.

 18 Celui qui parle de lui-même [en parlant ses propres paroles] cherche sa propre gloire ;1 mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai, et il n'y a point d'injustice en lui. [Sauf si vous êtes envoyés pour les personnes spécifiquement et à moins que vous ne parliez alors seulement les paroles que vous entendez commandé, vous êtes recherche de votre propre gloire. Pour vous pour être recherche la gloire de Dieu et non la vôtre, vous devez d'abord être envoyé et vous devez parler seulement des paroles que vous avez entendus de l'Esprit immédiatement avant de parler. Jésus ne jugeait, ne parlait, ou n'agissait sans en être spécifiquement commandé par le Père. Si vous parlez et/ou que vous travaillez pour Dieu sans être spécifiquement ordonné dans chaque parole et acte, vous revendiquez essentiellement que vos propres paroles et actes sont supérieurs à ce que Jésus aurait pu dire et fait s'il a pris ses propres décisions dans propos de quoi à dire et à faire.]

 19 Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi ? Et nul d'entre vous n'observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ?

 20 La foule répondit et dit : Tu as un démon ; qui cherche à te faire mourir ?

 21 répondit et leur dit : J'ai fait une oeuvre, et vous vous étonnez tous.

 22  Moïse vous a donné la circoncision (non qu'elle soit de Moïse, mais elle est des patriarches avant lui), et même en un jour de sabbat vous circoncisez un homme.2

 23 Si un homme reçoit la circoncision en un jour de sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, êtes-vous irrités contre moi de ce que j'ai guéri un homme tout entier en un jour de sabbat ?

 24 Ne jugez pas sur l'apparence, mais portez un jugement juste.

 25 Quelques-uns donc de ceux de Jérusalem disaient : N'est-ce pas celui qu'ils cherchent à faire mourir ?

 26 Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien : les chefs auraient-ils vraiment reconnu que celui-ci est le Christ ?

 27 Mais nous connaissons celui-ci, et nous savons d'où il est ; mais lorsque le Christ viendra, personne ne sait d'où il est.

 28 Jésus donc criait dans le temple, enseignant et disant : Et vous me connaissez, et vous savez d'où je suis : et je ne suis pas venu de par moi-même, mais celui qui m'a envoyé est véritable, et vous ne le connaissez pas.

 29 Moi, je le connais, car je viens de lui, et c'est lui qui m'a envoyé.

 30 Ils cherchaient donc à le prendre ; et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue. [Personne ne pouvait mettre la main sur Jésus parce que toutes choses (y compris les gens) concourent au bien de ceux qui aiment Dieu et qui sont appelés selon son dessein ; le Père peut contrôler toutes choses pour ceux qu'il aime et qu'il a appelé. Le temps de la mort de Jésus était planifié par le Père et n'était pas encore venu, or Jésus marchait au beau milieu d'eux sans qu'ils ne puissent mettre la main sur lui.]

 31 Et plusieurs d'entre la foule crurent en lui, et disaient : Le Christ, quand il sera venu, fera-t-il plus de miracles que celui-ci n'en a fait ?

 32 Les pharisiens entendirent la foule murmurant ces choses de lui ; et les pharisiens et les principaux sacrificateurs envoyèrent des huissiers pour le prendre.

 33 Jésus donc dit : Je suis encore pour un peu de temps avec vous, et je m'en vais à celui qui m'a envoyé.

 34 Vous me chercherez, et vous ne me trouverez pas ; et là ou moi je serai, vous, vous ne pouvez venir.

 35 Les Juifs donc dirent entre eux : Où celui-ci va-t-il aller que nous ne le trouverons pas ? Va-t-il aller à la dispersion au milieu des Grecs, et enseigner les Grecs ?

 36 Quelle est cette parole qu'il a dite : Vous me chercherez, et vous ne me trouverez pas ; et là où moi je serai, vous, vous ne pouvez venir ?

 37 Et en la dernière journée, la grande journée de la fête, Jésus se tint là et cria, disant : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. [Venir — non pas aux services des sectes, non pas aux réunions de prière, non pas aux appels à l'autel — mais venez directement à Lui, en vous attendant silencieusement à Lui, à l'écoute des commandes et enseignements qu'Il vous exprime.]

 38 Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre. [Lorsque vous avez crucifié votre nature pécheresse égoïste sur la croix intérieure du renoncement de soi, une fontaine jaillit dans votre être intérieur, il s'agit de la vie supérieure de Dieu qui coule en vous.]

 39 (Or il dit cela de l'Esprit que recevraient ceux qui croient [dépendre de, faire confiance, obéir] en lui. L'Esprit n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié).

 40 Des gens de la foule donc, ayant entendu cette parole, disaient : Celui-ci est véritablement le prophète.

 41 D'autres disaient : Celui-ci est le Christ. D'autres disaient : Le Christ vient-il donc de Galilée ?

 42 L'écriture n'a-t-elle pas dit que le Christ vient de la semence de David et de la bourgade de Bethléhem, où était David ?

 43 Il y eut donc de la division dans la foule à cause de lui.

 44 Et quelques-uns d'entre eux voulaient le prendre ; mais personne ne mit les mains sur lui.

 45 Les huissiers donc s'en vinrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens ; et ceux-ci leur dirent : Pourquoi ne l'avez-vous pas amené ?

 46 Les huissiers répondirent : Jamais homme ne parla comme cet homme.

 47 Les pharisiens donc leur répondirent : Et vous aussi, êtes-vous séduits ?

 48 Aucun d'entre les chefs ou d'entre les pharisiens, a-t-il cru en lui ?

 49 Mais cette foule qui ne connaît pas la loi est maudite. [Les Pharisiens disaient que seuls les croyants de Jésus étaient une racaille ignorante.]

 50 Nicodème, qui était l'un d'entre eux, leur dit (Nicodème était le Pharisien qui était venu questionner Jésus de nuit) :

 51 Notre loi juge-t-elle l'homme avant de l'avoir entendu et d'avoir connu ce qu'il fait ?

 52 Ils répondirent et lui dirent : Et toi, es-tu aussi de Galilée ? Enquiers-toi, et vois qu'un prophète n'est pas suscité de Galilée.

 53 Et chacun s'en alla dans sa maison.


Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

Pour afficher en parallèle les versets des versions Louis Segond et La Bible du Semeur, cliquez ici.
_______________________________________

1 Celui qui parle de lui-même [en parlant ses propres paroles] cherche sa propre gloire ; Un homme parle de par lui-même en parlant de sa propre pensée charnelle, en parlant de ce qu'il pense qu'il serait bon de dire ; plutôt que de dire les paroles qui lui sont insufflée par l'Esprit. Même Jésus ne jugeait, ne parlait, ou n'agissait sans en être spécifiquement commandé par le Père. Jésus a dit :

Jusqu'à ce que vous puissiez dire seulement les paroles entendues venant de l'Esprit au moment avant de parler, vous n'êtes pas prêts pour exercer le ministère. Si vous parlez à partir de votre pensée charnelle des choses au sujet de Jésus ou Dieu, elles n'atteignent pas le coeur de votre auditeur. Au lieu de cela vous parlez à partir de la nature de la mort, et vous dispersez parce que vous ne rassemblez pas avec Lui. Tout d'abord, vous devez être envoyé à une (des) personne (s) spécifique (s) que seul le Seigneur sait avoir été préparé à entendre ; alors cependant vrai vos mots peuvent être, à moins qu'ils soient parlés avec Son Esprit dans le contrôle de votre bouche, vos mots n'atteignent pas le coeur de vos auditeurs ; es mots sont non-édifiant, (inefficace) ; et nous allons donner un compte pour tous les mots non-édifiant qui sortent de notre bouche au jour de jugement, Mat 12:36. Paroles prononcées par l'Esprit sont commandes que nous entendons immédiatement avant d'ouvrir notre bouche pour parler ; nous ne devons pas ajouter nos propres mots à tout moment lorsque nous sommes envoyés pour parler aux autres. Jésus a dit, « Ne prenez aucune pensée de comment, ou quelle chose vous répondrez, ou de ce que vous direz ; car le Saint Esprit vous enseignera à ce moment-là ce qu'il faudra dire. » Luc 12:12. Provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur :

Notez, ce verset fait référence à Ésaïe 64:4, qui dit : les hommes n'ont pas entendu, ni perçu par l'oreille, et l'oeil n'a pas vu de Dieu hormis toi, qui agit pour celui qui s'attend à lui. dans Ésaïe on lis Attend, dans 1 Cor on lit aiment. Or aimer Dieu c'est s'attendre à Lui : nous nous attendons à Lui pour entendre ses paroles qu'il nous enseigne, nous convainc, nous encourage, et nous guide — c'est cela aimer Dieu. Comme Jésus a dit :

Celui qui a mes commandes et qui les garde, c'est celui-là qui m'aime ; et celui qui m'aime, sera aimé de mon Père ; et moi je l'aimerai, et je me manifesterai à lui.
(nous devons nous attendre à Dieu pour obéir à ses commandes )

Si quelqu'un m'aime, il gardera ma paroles [il m'obéira, pratiquera mes enseignements], et mon Père l'aimera ; et nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. Jean 14:21,23.

Jésus nous a donné plusieurs avertissements au sujet de dire des paroles qui n'ont pas premièrement été entendues à ce moment venant de l'Esprit :

Si Jésus, aussi grand qu'Il est et qu'Il fut, ne disait seulement que les paroles qu'Il entendait venant du Père ; alors, combien plus devons-nous faire attention de ne dire rien au sujet de Dieu ou Jésus à moins que nous entendions les paroles exacts à dire à cet instant. Sauf si vous êtes envoyés pour les personnes spécifiquement et à moins que vous ne parliez alors seulement les paroles que vous entendez commandé, vous êtes recherche de votre propre gloire. Pour vous pour être recherche la gloire de Dieu et non la vôtre, vous devez d'abord être envoyé et vous devez parler seulement des paroles que vous avez entendus de l'Esprit immédiatement avant de parler. "Le disciple n'est pas au-dessus de son maître, mais tout homme qui est parfait, [purifié, restauré à l'image spirituel de Dieu, spécifiquement autorisé, et rendu parfait,] sera comme son maître." Luc 6:39-42 ; le Maître voit tout à faire et entend tout à dire avant de parle. Si vous parlez et/ou que vous travaillez pour Dieu sans être spécifiquement ordonné dans chaque parole et acte, vous revendiquez essentiellement que vos propres paroles et actes sont supérieurs à ce que Jésus aurait pu dire et fait s'il a pris ses propres décisions dans propos de quoi à dire et à faire. N'importe qui n'ayant pas été spécifiquement envoyé par Dieu et parlant sans Dieu fournissant ses paroles pour parler, est un guide aveugle recherchant sa propre gloire, votre argent et/ou votre admiration de lui.

Avant que George Fox était entré dans la deuxième étape de la perfection et le royaume, durant environ trois années il fut envoyé en missions spécifiques et limitées par le Seigneur. Mais il ne faisait que ce qui lui était spécifiquement dit de faire, exactement quand il lui était dit de le faire ; il retournait ensuite à sa résidence et continuait à s'attendre au Seigneur. De plus, il était suffisamment perfectionné qu'il était capable de prêcher, de débat et prier avec des paroles fournies par le Saint-Esprit ; ses paroles étaient si puissantes que les églises mêmes étaient ébranlées quand il priait à l'intérieur d'elles. ainsi l'enseignement ou la prédication limitées peuvent être instruits par le Seigneur avant que vous soyez totalement perfectionnés ; mais prenez garde de ne faire que ce qu'il vous dit de faire, rien de plus, rien de moins ; puis revenez à la maison pour continuer à vous attendre au Seigneur pour qu'Il vous transmette plus de son Esprit par ses paroles que vous l'entendez vous dire.

Paul et Pierre nous disent aussi comment il faut parler :

Ceux qui choisissent de parler venant de leurs pensées charnelles, ceux-là s'estiment plus grand que leur Maître. La pensée charnelle de l'homme et l'imagination doivent détruite par la grâce du Saint-Esprit avant que vous ayez la pensée de Christ et que vous soyez capable de dire les paroles comme vous les entendez. Voir Seulement Ceux qui Font la volonté du Père Entrent dans le Royaume des Cieux pour plus au sujet de la nécessité de destruction de la pensée charnelle.

Jésus a dit qu'un homme qui prêche de par sa propre pensée, recherche Sa propre gloire. Il cherche votre argent, votre admiration, et votre soumission à son autorité. Les prêcheurs de la Chrétienté demeurent dans la condamnation et cherchant leur propre gloire et en acceptant d'être payés en échange de leurs paroles indignes ; alors que même le fait de réclamer un salaire pour avoir prononcé de vraies paroles de vie venant de Dieu comme l'avait fait Balaam, est formellement interdit par Pierre, Paul, et Jésus. En cherchant leur propre gloire, les prédicateurs de la Chrétienté tirent leurs paroles de leur esprit charnel, de la nature de mort, et des vaines pensées issues de la méchanceté de leurs coeurs mauvais.

Chers lecteurs, réalisez que vous serez plusieurs fois tentés par l'ennemi de prêcher avant que vous puissiez entendre aussi bien que parler seulement les mots entendus à cet instant car il y a de nombreuses voix ; prenez garde aux faux prophètes ; et prenez garde de ne pas devenir vous-mêmes un faux prophète, parlant à partir de votre pensée charnelle au sujet de Jésus ou Dieu. La voix de l'opposition peut être impossible de distinguer la voix du Seigneur. L'ennemi fera semblant être le Seigneur, toujours tentant vous de faire quelque chose de mal que vous voulez faire, ou vous tentera de faire quelque chose que vous avez été dit de ne pas le faire. Quand l'ennemi réussit en tentant de vous, alors les messages que vous recevez deviennent 90 % de l'ennemi, avec le Seigneur seulement doucement et très rarement répétant son mises en garde et les ordonnances qui sont contraires à ce que vous faites ; mais parce que vous avez tant de messages de l'ennemi que vous encouragez à continuer dans la mauvaise voie, il est très facile de penser que les messages du Seigneur sont de l'ennemi.

Habituellement, une personne est convaincue par l'ennemi qu'ils servent le Seigneur dans tout ce qu'ils sont tentés de le faire avant, ils ont été suffisamment changé pour lui servir correctement. Pensez aux millions de ministres et d'enseignants de Babylone qui enseignent des erreurs doctrinales flagrantes tout en écoutant des messages qu'ils pensent être du Seigneur, mais que les guident eux et leurs auditeurs sur le chemin de la destruction. Supposons que vous pensez que vous avez reçu un don de guérison, un don des miracles, l'autorisation d'enseigner, etc. ; ou supposez que vous pensez que vous avez été envoyé pour avertir quelqu'un ; mais vous n'êtes pas capable de parler des mots de son Esprit ce que vous entendez immédiatement avant de parler. Maintenant, vous effectuez votre acte pour le Seigneur, mais toutes les paroles prononcées viennent de votre esprit charnel ; ton acte ne servirait pas le Seigneur, parce que vos mots seraient de la nature de la mort et n'atteindrions pas les coeurs de vos auditeurs. Jusqu'à ce que votre esprit charnel ait été suffisamment détruit pour que vous ayez seulement des paroles de l'Esprit que vous entendez immédiatement avant de parler, vous n'êtes pas apte à servir le Seigneur en faisant quoi que ce soit pour lui ; c'est un test simple, que vous pouvez utiliser pour vous défendre d'être tenté avant d'être correctement équipé pour servir. Rappelez-vous l'enseignement par la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Quand vous parlez des paroles de vous-même, ce n'est pas grave ce que vous dites ; vous les dites avec au mauvais esprit, et ils n'atteignent pas le coeur de vos auditeurs. » Alors, supposons que vous êtes dit aller à quelqu'un et les avertir de ce qu'ils font ; sauf quand vous arrivez, vous êtes suffisamment dans son esprit, (comme George Fox a écrit à propos de parler un enseignement précédent : « Soyez sûr que la lumière est en place »), d'entendre les mots exacts et seulement à parler, même en répétant des mots de lui que vous avez entendu au sera parlé avec le mauvais esprit ; ne le fais pas.

J'ai demandé au Seigneur pourquoi il n'est pas plus ferme à corriger ceux d'entre nous qui avons été trompés et qui empruntent un mauvais chemin ; la réponse que j'ai reçue était : « le remède est pire que la maladie » . Apparemment, nous sommes laissés à découvrir lentement nos propres erreurs avec seulement ses rappels très doux et peu fréquents parce que Sa correction ferme serait plus préjudiciable à notre progrès éventuel. Si vous avez été trompé et parti dans le mauvais sens pendant un certain temps, il est très facile de devenir amer ou offensé que vous n'avez pas été corrigé ; ne le faites pas. Souvenez-vous que le Seigneur est pur, parfait, gentil, sage et est amour Lui-même ; et tout ce qu'il fait ou ne fait pas est à votre avantage ultime. S'il nous corrigeait fermement, notre confiance souffrirait un coup trop sérieux, ou peut-être tomberions-nous seulement dans un schéma plus subtil pour nous tenter à l'avenir.

George Whitehead écrit sur ce sujet dans son Journal :

Ainsi, en gardant le silence devant le Seigneur, et en s'approchant près de Lui dans un cadre de véritable silence de l'esprit, afin d'entendre premièrement ce que le seigneur nous dit avant de parler aux autres, que ce soit pour le jugement ou la miséricorde, c'est la manière de renouveler nos forces, et d'être ses ministres, pour dire aux autres seulement ce qu'Il nous a premièrement dit. ô ! Que les gens puissent réellement prendre conscience de cela ; afin qu'ils puissent considérer sérieusement ceci ; pour qu'alors ils n'aillent pas courir, ou suivre ce que leurs ministres, prêtres, ou prophètes, qui courent prêcher alors que Dieu ne les avait jamais envoyé ; et qui disent, Ainsi dit le Seigneur », alors que Dieu ne leur a pas parlé ; et, « qui ne seront pas du tout utiles aux peuple ».

Même si on vous dit de répéter les mots que vous entendez, sauf si vous êtes en mesure de distinguer la voix du Christ par rapport à la voix de l'ennemi, ne parlent pas. Il y a une voix du Seigneur comme un tonnerre sur les eaux décrit dans plusieurs passages de l'Ancien Testament. Ceci est radicalement différent de la petite voix tranquille que nous entendons de l'intérieur de nos coeurs venant du Saint-Esprit. La Parole du Seigneur à l'intérieur et le Saint-Esprit nous parlent avec les paroles de Jésus, par conséquent nous sommes entendant du fils de Dieu. Mais jusqu'à ce que nous pouvions vraiment entendre la voix du Seigneur, nous ne savons pas avec certitude qu'il est le Seigneur qui nous parle. Provenant la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Vous aurez toujours des doutes jusqu'à ce que vous entendiez Sa voix. Ma voix est comme un tonnerre sur les eaux. Vous entendrez Sa voix quand Il vous appelle. » Nous entendrons la voix du Seigneur comme le tonnerre sur des eaux pour la première fois après que nous ayons soumis au baptême du feu et de la mort pour ensuite être appelé (sortez) et ressuscité en tant que nouvelle créature. Puis, comme il est écrit dans Jean 10:3-5 : nous saurons sa voix, il nous conduira hors du monde au Royaume et nous fuirons d'autres voix. Quand vous entendez Sa voix pour la première fois, vous êtes passé de la mort à la vie ; et une fois que vous avez entendu sa voix comme un tonnerre sur les eaux, vous saurez toujours si oui ou non c'est le Seigneur qui vous parle.

Nous devons d'abord écouter l'Esprit Saint et la Parole du Seigneur à l'intérieur pour entendre et obéir à ses nombreux enseignements et commandes. Puis, avec une longue persévérance et patience en faisant des oeuvres de repentance obéissante, nous éprouvons du baptême du feu et de la mort, quand nous entendons la Voix du Seigneur alors que nous passons de la mort à la vie. Jusque-là, nous devons être sur nos gardes pour ne pas être trompés par l'ennemi, faisant semblant d'être le Seigneur qui nous parle. Sur les conseils d'Edward Burrough, (cliquez pour lire), un géant dans les premiers Quakers, jusqu'à ce que nous pouvions distinguer entre la voix du Seigneur et la voix de l'ennemi, nous ne devrions rien faire pour le Seigneur, sauf se repentir ; et William Penn a écrit : « Bien que c'est le devoir de tous de marcher dans la lumière, et de l'attendre, que par elle ils puissent être instruit sur le chemin de la vie et du salut, malgré tout c'est seulement ceux qui sont actuellement conduit* par elle, [la lumière] qui peuvent vraiment discerner entre les faux esprits et Le Véritable. »

* Pour être guidé ou dirigé par la lumière, la lumière doit tout surgir dans votre coeur comme une magnifique étoile, afin que vous êtes montré tout à voir et raconta tout à dire ; le surgissement facilement reconnaissable de la lumière vient de la foi dans la voix.

Vous pouvez entendre le Seigneur vous dire d'aller de l'avant avec votre envisage d'acheter quelque chose ou de faire quelque chose que vous jugez nécessaire ; et à condition que ce soit rien que vous sachiez être faux, ou ce n'est rien qu'Il vous a dit de ne pas faire au passé, vous pouvez suivre ses suggestions avant vous de pouvoir distinguer Sa voix. Si vous n'avez pas besoin de ce que vous envisagez d'acheter, le Seigneur peut vous dira clairement, « vous n'en avez pas besoin » ; s'il n'est pas nécessaire de faire quelque chose que vous envisagez, il peut vous dira : « ce n'est pas nécessaire ». Si cela est nécessaire et / ou si vous avez besoin de quelque chose, le Seigneur peut même vous encourager à procéder.

Quand nous pouvons entendre la voix du Seigneur qu'est comme le tonnerre sur les eaux, nous éprouvons vraiment l'accomplissement des Écritures :

A celui-ci le portier ouvre ; et les brebis écoutent sa voix ; et il appelle ses propres brebis par leur nom, et les mène dehors.
Et quand il a apporté dehors toutes ses propres brebis, il va devant elles ; et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix ;
mais elles ne suivront point un étranger, mais elles s'enfuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers.
Mes brebis écoutent ma voix, et moi je les connais, et elles me suivent [ils obéissent],
et moi, je leur donne la vie éternelle, et elles ne périront jamais ; et personne ne les ravira de ma main.
Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous, et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Jean 10:3-5, 27-29
.

En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole, et qui croit en [dépend de, a confiance en, obéi à] celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé [temps passé] de la mort à la vie.
En vérité, en vérité, je vous dis que l'heure vient, et elle est maintenant, que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. Jean 5:24-25

Suivez ce conseil et vous progresserez. L'ignorer et vous ne serez pas progresser; mais vous pouvez penser que vous avez progressé parce que le diable va vous ordonner de faire de plus en plus de choses pour le Seigneur, tout une tentation à vos désirs et fierté; mais chaque chose que vous faites, seulement des retards vos progrès. Si vous vous repentez et commencez à suivre ces conseils, vous sera toujours retardée dans votre progression proportionnelle sur les blessures spirituelles qui vous a causé aux autres avec vos fausses paroles et en actes.

Pour en savoir plus sur ce sujet, voir les lignes directrices pour éviter la duperie dans Comment Bénéficier De La Puissance Transformatrice De Dieu.

Et si vous receviez un message comme, « parles-leur de l'évangile », cela ne vient pas de lui ; ce genre de message vous encourage à parler par votre pensée charnelle avec vos propres paroles, qui est la nature de mort.

2 La Loi Mosaïque exige la circoncision de tout enfant mâle le 8ième jour suivant leur naissance. Ainsi, ceci était considéré comme une exception à la restriction de travail le jour du Sabbat ; exceptions pour devoir religieux. Depuis que Christ est venu pour accomplir la Loi, pour établir la nouvelle alliance de lumière avec le peuple, et et prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, tout ce qu'Il faisait était un devoir religieux, ce qui avait préséance sur les restrictions de la Loi quant au travail le jour du Sabbat.

_______________________________________

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre