La Bible Darby Clarifiée, (cliquez sur le texte en vert)     Aller á la table de matières   
Marc 10

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

 1 Et de là, se levant, il vient vers les confins de la Judée, et au delà du Jourdain ; et des foules se rassemblent encore auprès de lui ; et il les enseignait encore, comme il avait accoutumé.

 2 Et des pharisiens vinrent à lui, et, pour l'éprouver, lui demandèrent : Est-il permis à un homme de répudier sa femme ?

 3 Et lui, répondant, leur dit : Qu'est-ce que Moïse vous a commandé ?

 4 Et ils dirent : Moïse a permis d'écrire une lettre de divorce, et de répudier sa femme.

 5 Et Jésus, répondant, leur dit : Il vous a écrit ce commandement à cause de votre dureté de coeur ;

 6 mais au commencement de la création, Dieu les fit mâle et femelle :

 7 c'est pourquoi l'homme laissera son père et sa mère et sera uni à sa femme,

 8 les deux seront une seule chair ; ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.

 9  Ce donc que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas.

 10 Et dans la maison encore, ses disciples l'interrogèrent sur ce sujet ;

 11 et il leur dit : Quiconque répudiera sa femme et en épousera une autre, commet adultère envers la première ;

 12 et si une femme répudie son mari, et en épouse un autre, elle commet adultère.

 13 Et on lui apporta de petits enfants, afin qu'il les touchât ; et les disciples reprenaient ceux qui les apportaient ;

 14 et Jésus, voyant cela, en fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants ; ne les en empêchez pas ; car à de tels est le royaume de Dieu.

 15 En vérité, je vous dis : quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera point.1

 16 Et les ayant pris entre ses bras, il posa les mains sur eux et les bénit.

 17 Et comme il sortait sur la route, un homme accourut, et, se jetant à genoux devant lui, il lui demanda : Bon maître, que ferai-je afin que j'hérite de la vie éternelle ? 2

 18 Et Jésus lui dit : Pourquoi m'appelles-tu bon ? Nul n'est bon, sinon un seul, Dieu.

 19 Tu sais les commandements : Ne commets point adultère ; ne tue point ; ne dérobe point ; ne dis point de faux témoignage : ne fais tort à personne ; honore ton père et ta mère. [Notez ! Jésus n'a pas dit que vous deviez garder tous les commandements ; Il a énuméré seulement ceux qui constituent le noyau moral de la Loi, qui est inclus dans la loi qui est écrite dans le coeur de chaque homme, par laquelle tous les hommes seront jugés par Dieu, et qui n'a jamais été annulée ni éliminée.]

 20 Et répondant, il lui dit : Maître, j'ai gardé toutes ces choses dès ma jeunesse.

 21 Et Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit : Une chose te manque : va, vends ce que tu as et donne aux pauvres,3 et tu auras un trésor dans le ciel ; et viens et suis-moi. [Pour avoir la vie éternelle, (qui est la vie de Dieu ), nous devons suivre les commandes, (la même chose que la loi qui est dans le coeur de tous les hommes, donner aux pauvres, et puis le suivre Lui. Nous Le suivons en nous exposant nous-mêmes pour entendre ses commandes et alors obéir à celles-ci ; nous renonçons à nous-mêmes pour obéir à ses commandes — c'est là la croix que tous les hommes doivent porter jusqu'à la mort de l'ego, jusqu'à la perfection, pour atteindre le salut, pour atteindre la vie éternelle. Provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Vous devez avoir une dévotion pour la loi qui est dans le coeur de tous les hommes ; vous devez écouter ; et vous devez obéir. » ]

 22 Et lui, affligé de cette parole, s'en alla tout triste, car il avait de grands biens.

 23 Et Jésus, ayant regardé tout à l'entour, dit à ses disciples : Combien difficilement ceux qui ont des biens entreront-ils dans le royaume de Dieu !

 24 Et les disciples s'étonnèrent de ses paroles ; et Jésus, répondant encore, leur dit : Enfants, combien il est difficile à ceux qui se confient aux richesses d'entrer dans le royaume de Dieu !

 25 Il est plus facile qu'un chameau passe par un trou d'aiguille, qu'un riche n'entre dans le royaume de Dieu.4

 26 Et ils s'en étonnèrent excessivement, disant entre eux : Et qui peut être sauvé ?[Notez ! Jésus vient juste de lier trois événements dans les versets 17-26 qui se produisent tous ensembles : 1) la vie éternelle, 2) le Royaume de Dieu, et 3) être sauvé, qui st le salut. Le salut c'est être affranchi de tout péché, même du désir de péché ; quand vous avez été sauvés, vous êtes traduit dans le Royaume de Dieu pour apprécier la vie éternelle, tandis que sur la terre et pour toujours.]

 27 Et Jésus, les ayant regardés, dit : Pour les hommes, cela est impossible, mais non pas pour Dieu ; car toutes choses sont possibles pour Dieu.

 28 Pierre se mit à lui dire : Voici, nous avons tout quitté et nous t'avons suivi.

 29 Jésus, répondant, dit : En vérité, je vous dis : il n'y a personne qui ait quitté maison, ou frères, ou soeurs, ou père, ou mère, ou femme, ou enfants, ou champs, pour l'amour de moi et pour l'amour de l'évangile,

 30 qui n'en reçoive maintenant, en ce temps-ci, cent fois autant, maisons, et frères, et soeurs, et mères, et enfants, et champs, avec des persécutions, et dans le siècle qui vient, la vie éternelle.

 31 Mais plusieurs qui sont les premiers seront les derniers ; et les derniers seront les premiers.

 32 Et ils étaient en chemin, montant à Jérusalem, et Jésus allait devant eux ; et ils étaient stupéfiés et craignaient en le suivant. Et prenant encore une fois les douze avec lui, il se mit à leur dire les choses qui devaient lui arriver :

 33 Voici, nous montons à Jérusalem ; et le fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes ; et ils le condamneront à mort, et le livreront aux nations ;

 34 et ils se moqueront de lui, et le fouetteront, et cracheront contre lui, et le feront mourir ; et il ressuscitera le troisième jour.

 35 Et Jacques et Jean, fils de Zébédée, viennent à lui, disant : Maître, nous voudrions que tu fisses pour nous tout ce que nous te demanderons.

 36 Et il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous ?

 37 Et ils lui dirent : Accorde-nous que nous soyons assis, l'un à ta droite et l'un à ta gauche, dans ta gloire.

 38 Et Jésus leur dit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que moi je bois, ou être baptisés du baptême dont moi je serai baptisé ? [La coupe que Jésus boira est souffrir la crucifixion ; et le baptême est sa mort dans la chair.]

 39 Et ils lui dirent : Nous le pouvons. Et Jésus leur dit : Vous boirez bien la coupe que moi je bois, et vous serez baptisés du baptême dont moi je serai baptisé ;

 40 mais de s'asseoir à ma droite ou à ma gauche, n'est pas à moi pour le donner, sinon à ceux pour lesquels cela est préparé.

 41 Et les dix, l'ayant entendu, en conçurent de l'indignation à l'égard de Jacques et de Jean.

 42 Et Jésus, les ayant appelés auprès de lui, leur dit : Vous savez que ceux qui sont réputés gouverner les nations dominent sur elles, et que les grands d'entre eux usent d'autorité sur elles ;

 43 mais il n'en est pas ainsi parmi vous, mais quiconque voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur,

 44 et quiconque d'entre vous voudra devenir le premier, sera l'esclave de tous.

 45 Car aussi le fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs.

 46 Et ils arrivent à Jéricho ; et comme il sortait de Jéricho avec ses disciples et une grande foule, Bartimée l'aveugle, le fils de Timée, était assis sur le bord du chemin et mendiait.

 47 Et ayant entendu dire que c'était Jésus le Nazarénien, il se mit à crier et à dire : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi !

 48 Et plusieurs le reprirent afin qu'il se tût ; mais il criait d'autant plus fort : Fils de David ! aie pitié de moi !

 49 Et Jésus, s'arrêtant, dit qu'on l'appelât ; et ils appellent l'aveugle, lui disant : Aie bon courage, lève-toi, il t'appelle.

 50 Et jetant loin son vêtement, il se leva en hâte et s'en vint à Jésus.

 51 Et Jésus, répondant, lui dit : Que veux-tu que je te fasse ? Et l'aveugle lui dit : Rabboni, que je recouvre la vue.

 52 Et Jésus lui dit : Va, ta foi t'a guéri ; et aussitôt il recouvra la vue, et il le suivit dans le chemin.


Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

Pour afficher en parallèle les versets des versions Louis Segond et La Bible du Semeur, cliquez ici.
_______________________________________

1 quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera point. Être comme un petit enfant c'est revenir à l'innocence, à l'innocence d'un petit enfant, avant qu'il ait été corrompu par le monde. Un petit enfant est innocent de toute souillure, d'orgueil, de haine, envie, d'avidité, etc. Le Seigneur doit laver nos coeurs égoïstes et mauvais, pour nous rendre pur à nouveau et capable d'entrer dans le Royaume des Cieux. Il est impossible d'être agréable à Dieu en marchant dans la chair ; la chair et le sang ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu, et que la corruption non plus n'hérite pas de l'incorruptibilité. Mortifiez [faire mourir] donc les actions du corps qui sont de la vie terrestre, la fornication, l'impureté, les affections déréglées, la mauvaise convoitise de la chair, et la cupidité, qui est de l'idolâtrie ; Col 3:5.

2 que ferai-je afin que j'hérite de la vie éternelle ? Jésus se fait demander ce que un homme doit faire pour hériter de la vie éternelle. Notez Jésus n'a pas dit à l'homme, tu as la vie éternelle, parce que tu crois en moi. Mais plutôt, Jésus a dit que pour entrer dans la vie éternelle, (la vie éternelle de Dieu, dirigé et stimulé par l'Esprit de Dieu), vous devez garder les commandements. Et puis il mentionne ceux qu'il doit garder : Tu ne tueras point. Tu ne commettras point adultère. Tu ne voleras point. Tu ne porteras point de faux témoignages. Tu honoreras ton père et ta mère ; et tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il énuméra le noyau moral de la Loi qui est incluse la loi intérieure sur le coeur de chaque homme. Il lui a dit qu'il devait vendre tous ce qu'il possédait, le donner aux pauvres, prendre sa croix,* et le suivre. Alors, ou est le salut instantané en disant une prière, en devenant trempé, en mangeant le pain et buvant le fruit de la vigne ? Non seulement devons-nous garder ses commandements, mais nous devons suivre Jésus. Comment suivons-nous Jésus ? nous l'écoutons en silence et nous lui obéissons alors qu'Il nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et comment vivre sobrement, justement, et pieusement, dans le présent siècle ; de sorte qu'il nous rachètera de toute iniquité et qu'il purifiera pour lui-même un peuple acquis, zélé pour les bonnes oeuvres. ; de bonnes oeuvres dirigés par Lui pour Sa gloire. Ces versets devraient fermer la bouche de tous ceux qui disent, « juste le fait de croire à jésus est suffisant ». Il n'y a plus à argumenter autour de cela ; Jésus nous a dit que pour être sauvé, une personne doit garder le coeur moral des commandements, prendre votre croix, et le suivre.

*Les mots qu'il prenne sa croix ne se trouvent pas dans tous les manuscrits. Il n'y a aucune explication quant aux raisons pour lesquelles seules les versions (anglais) King James et Nouvelle King James les inclus, mais ces mots ne sont évidemment pas dans la grande majorité des manuscrits. Toutefois, le fait d'omettre ces mots ne change pas le moindrement la commande du Christ parce que le fait de le suivre c'est la croix. Le suivre c'est obéir à ses commandes, ce qui est une croix pour notre propre volonté. Entendre ses commandes exige de vous que vous vous attendiez à Dieu en silence, ce qui est aussi une croix pour votre propre volonté. Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, et qu'il prenne sa croix chaque jour, et me suive. Luc 9:23.

3 vends ce que tu as et donne aux pauvres. Est-ce que cela veut dire que vous devez vendre absolument tout ce qui vous appartient et donner l'argent aux pauvres ? Vendre votre maison ? Vendre votre voiture ? Vendre vos outils ? Vendre vos vêtements ? Vendre votre ameublement ? Vendre votre commerce ? Vendre vos épargnes retraites ? Non ! Jésus s'adressait à un jeune homme riche, qui était très sûr de lui-même, remplit d'orgueil et de pharisaïsme. Il prétendait garder les commandements depuis sa jeunesse, y compris aimer son prochain comme lui-même, ce qui est impossible à obéir complètement sans la puissance transformatrice de Dieu pour vous débarrasser vous-mêmes de votre nature humaine égoïste sur la croix intérieure du renoncement à soi-même, alors que l'Esprit mortifie votre nature égoïste qui sert votre corps. Ainsi Jésus lui montra ce qui se trouvait toujours entre lui et Dieu- ses biens, qui étaient nombreux. Alors que vous recherchez la grâce transformatrice de Dieu, vous devez venir à Dieu sans qu'il n'y ait aucune réserve dans votre vie ; vous devez tout abandonner pour être son disciple, Luc 14:33. Mais abandonner ou renoncer ne veut pas dire vendre tout. Nous devons faire deux choses à cet égard :

a) Nous devons être prêt à abandonner tout ce qu'Il demande. Il ne doit y avoir rien en réserve dont on ne puisse se séparer. Ces choses que nous devons nous débarrasser dans le but de progresser, le Seigneur nous demandera de nous en défaire. Mais la plupart des choses perdront de l'importance à mesure que nous nous approcheront de Dieu. Venant de la Parole de Dieu à l'intérieur de mon coeur : « Quels que soient les commandements de Dieu, que ce soit de mourir sur la croix, nous obéissons ; qu'importe que l'on soit financièrement à l'étroit, que cela affecte notre réputation, ou que ce soit ruineux. »

b) Nous devons distribuer librement le surplus de nos biens et argent. Nous devons toujours pourvoir aux besoins de notre famille et rencontrer nos obligations ; Le Seigneur veut que nous continuions à bien faire cela. Mais ce que nous avons au-delà de nos besoins, nous avons besoin de le distribuer aux pauvres, que ce soit directement ou par des oeuvres de charités qui assistent particulièrement les pauvres. nous devons vendre tous les biens que nous n'avons pas besoin, et en donner le revenu aux pauvres.

Provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Pratiquez des actes de gentillesse au hasard. » Les actes de gentillesse peuvent être à nos conjoints, les enfants, les collègues de travail dans notre profession, les voisins, les étrangers — quiconque a besoin d'un peu d'aide. Remarquerez le terme « au hasard » dans le message précédent. Au hasard est le contraire de systématique, programmé, continu, périodique, etc. Pourquoi ? De sorte que vous ne deviendrez pas si occupés de vos efforts que vous perdez le foyer nécessaire de rechercher Dieu avec tout votre coeur ; et chercher, c'est s'asseoir, attendre, veiller, écouter et obéir. Les actes de gentillesse incluent donner aux pauvres ; donc, avec notre excès, nous répondons en secret avec gentillesse à ceux qui sont dans le besoin qui se présentent devant nous ; et / ou nous pouvons soutenir financièrement les organismes de bienfaisance ; mais nous ne prenons pas une cause qui absorbe notre temps. Jusqu'à ce que Jésus apparaisse dans votre cœur pour vous guider et apporter votre Salut, ignorer tous les messages que l'ordre ou vous encourager à passer un temps loin d'attendre sur le Seigneur.

Nous satisfaisons ces besoins rencontrés au hasard seulement si nous avons des fonds excès de pour les satisfaire; et si possible, nous devrions limiter nos propres dépenses, de sorte que nous ayons des fonds excès de disponibles — en d'autres termes, nous devrions toujours maintenir des économies afin de pouvoir répondre aux besoins que nous rencontrons au hasard. En plus d'être en mesure de répondre aux besoins de gentillesse rencontrés au hasard, le bon sens financier consiste également à maintenir des économies pour répondre aux périodes de chômage et dépenses imprévues nécessaires à notre propre vie ; donc, nous ne donnons pas de fonds du coussin nécessaire. De plus, si nous sommes un propriétaire d'entreprise, nous maintenons également des économies importantes pour que notre entreprise puisse survivre et/ou s'adapter s'il y a un ralentissement de la demande ou une crise qui réduit nos revenus ; nous ne donnons pas de fonds du coussin d'épargne nécessaire.

Finalement, vous devez à plusieurs reprises être désireux de savoir se qui se tient dans le chemin de votre croissance spirituelle, désirer que le Seigneur vous le montre et vous le dise. Lui aussi est désireux de nous à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et comment vivre sobrement, dans la droiture et la piété dans ce présent monde, Tit 2:12.

Les archives des nombreux Premiers Quakers, hommes et femmes de ce site, qui sont purifiés, et qui demeurent dans Royaume, avaient des maisons, des chevaux, des chariots, des fermes, des entreprises, etc. Il est clair qu'ils n'avaient pas vendu ce qu'ils possédaient pour devenir pauvres ; mais ils distribuaient aussi aux pauvres et à ceux dans le besoin, en particulier aux compagnons Chrétiens, mais aussi à la population en générale. Vous ne pouvez pas garder votre excédent, sans partager avec ceux qui manquent des nécessités pour vivre — les pauvres, cela n'inclut pas de donner aux sectes ou la dîme. Ce qui est mal c'est d'avoir de l'excédent, bien au-delà de ce qu'il vous faut pour vivre, tout en sachant qu'il y a quelque part des gens, qui sont dans le besoin des nécessités de la vie sans même contribuer à leur secours. Peut-être avez-vous besoin de regarder au-delà des frontières de votre propre pays pour trouver ces gens et/ou aumônes avec de véritables besoins. Mais il y a des besoins partout dans le tiers-monde pour contribuer à rendre la vie possible. (Notez ! Gens dans le besoin, n'inclut pas ceux qui refusent de prendre un travail disponible et qui choisissent de solliciter l'aumône, prétendant être dans le besoin.)

4 Il est plus facile qu'un chameau passe par un trou d'aiguille, qu'un riche n'entre dans le royaume de Dieu. Mais remarquez ! Ceci est la réponse à la question que Jésus a posé : « Enfants, combien il est difficile à ceux qui se confient aux richesses d'entrer dans le royaume de Dieu ! » Se confier aux richesses c'est aimer l'argent. C'est l'amour de l'argent qui est la racine de tous les maux, non pas l'argent. On peut aimer l'argent que l'on soit riche ou pauvre. Le riche comme le pauvre peut avoir peu de considération pour l'argent. Rappelez-vous, il est écrit, donne au pauvre, et je te le rendrai, Prov 19:17 ; et Dieu aime celui qui donne joyeusement, 1 Tim 6:5. Mais vous saurez que vous aimez l'argent lorsque vous aurez du mal à signer un  gros chèque à un pauvre ; mais ça prend du coeur, plus vous donnez aux pauvres, plus cela devient facile parce que tranquillement votre amour de l'argent se transforme en amour pour Dieu. Et de plus vous amassez un trésor dans le ciel - un trésor permanent qui ne rouille pas et qui ne peut être dérobé, ou qui ne peut se perdre dans un supermarché. La raison pour laquelle il est difficile à un homme riche d'entrer dans le Royaume des Cieux, c'est parce qu'il est normalement très attaché à sa richesse, et à moins d'apprendre à vraiment partager très généreusement, il ne sera jamais capable d'entrer. Mais un homme riche qui recherche Dieu sincèrement apprendra d'une manière ou d'une autre à partager son excédent (Note, non pas tous son argent, mais son surplus) d'argent généreusement, ou Dieu fera en sorte que cela lui soit enlevé ; avec Dieu il y a un moyen pour que tout soit possible.

De nos jours, beaucoup d'évangélistes prêchent un évangile de prospérité ; ils s'imaginent que la piété est une source de gain, éloignez-vous de ceux-là. Dieu bénira un homme par la richesse matérielle, mais seulement après qu'il aura crucifié son esprit égoïste sur la croix intérieure du renoncement à soi-même ; car s'Il le béni alors il est toujours vivant dans sa nature égoïste, charnelle, et pécheresse, un homme gaspillerait sa bénédiction pour satisfaire ses convoitises et ses plaisirs. Mais quand il est mort à la chair, alors Dieu le bénira financièrement, sachant qu'il dépensera ses bénédictions dans de bonnes et nobles actions pour la gloire de Dieu.

_______________________________________

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre