La Bible Darby Clarifiée, (cliquez sur le texte en vert)     Aller á la table de matières   
Matthieu 5:21-22

Afficher le chapitre et les notes   

 21 Vous avez ouï qu'il a été dit aux anciens : « Tu ne tueras pas ; et quiconque tuera, sera passible du jugement. »

 22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement ;3 et quiconque dira à son frère : « Raca », sera passible du jugement du sanhédrin ; et quiconque dira « fou », sera passible de la géhenne du feu. [Provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Ne vous méprenez pas ; la colère doit être éliminée pour entrer dans le Royaume des Cieux. »]

Pour afficher en parallèle les versets des versions Louis Segond et La Bible du Semeur, cliquez ici.
_______________________________________

3 Vous avez ouï qu'il a été dit aux anciens : « Tu ne tueras pas ; et quiconque tuera, sera passible du jugement. » Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement. Remarquez que le Seigneur vient de comparer la colère avec le meurtre, et en fait lorsque vous êtes en colère contre quelqu'un, dans votre coeur vous les avez assassiné ; tout comme plus loin dans les versets du chapitre, Il explique que quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis adultère avec elle dans son coeur. Jean nous donne une preuve supplémentaire que la colère est un meurtre dans votre coeur : Quiconque hait son frère a commit un meurtre [dans son coeur], et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui. 1 Jean 3:15. Provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur : « Ne vous méprenez pas ; la colère doit être éliminée pour entrer dans le Royaume des Cieux. »

La colère et la convoitise sont des péchés venant de l'intérieur du coeur que seul le Seigneur peut ôter, mais nous devons aller à Lui, et devons nous attendre à Lui écoutant dans l'humble silence avec le besoin de la grâce de la puissance transformatrice de son coeur. Car, pour que nos coeurs deviennent purs du péché, nous devons patiemment et avec persistance attendre, veiller, écouter, entendre, obéir....attendre, veiller, écouter, entendre, obéir..... chercher, écouter, obéir.

Le seigneur juge ; il nous est interdit de juger. Le Seigneur se venge ; il nous est interdit de faire ainsi. Le Seigneur fait mouriri et fait vivre ; il nous est interdit d'enlever la vie. Le Seigneur a sa pieuse colère, (combinée au chagrin et à la tristesse), contre les hommes qui sont des hypocrites religieux, toujours dans le péché ; il nous est interdit d'être en colère avec quiconque.

Jean dit que : Quiconque hait son frère a commit un meurtre [dans son coeur]. 1 Jean 3:15. La colère est à l'opposé du pardon. Vous ne pouvez pas pardonner à quelqu'un et malgré tout être fâché après lui. Notez que dans les versions anglaise de la Bible, seules la King James et la New King James ont ajoutée les mots « sans cause » à colère. Des cinq Bibles anglaise offertes en parallèle, vous remarquerez que seules la King James et la New King James ont diluée cet avertissement en ajoutant « sans cause. » Dans les versions françaises en ligne de Louis Segond et de la Bible du Semeur, le mot « sans cause » ne s'y trouve pas quoiqu'ont le retrouve dans plusieurs autres versions. La plupart des érudits s'accordent pour croire qu'un traducteur ne pouvait pas croire que sa colère était fausse et par conséquent ils y ajoutèrent les mots « sans cause. » Comment un homme peut-il distinguer réellement ce qui est « avec raison » et ce qui est « sans raison ? » Il est impossible pour chaque homme de prétendre savoir ce que Dieu considère ce qui est « avec raison » ou « sans raison » ; chaque homme aurait une opinion différente, et Dieu n'a qu'une seule opinion — aucun degré de colère n'est acceptable pour Dieu car entretenir la colère c'est faillir de pardonner. Voyez la parabole du remboursement des dettes, concluent ci-dessous :

Alors son seigneur, l'ayant appelé auprès de lui, lui dit : Méchant esclave, je t'ai remis toute cette dette, parce que tu m'en as supplié ;
n'aurais-tu pas dû aussi avoir pitié de celui qui est esclave avec toi, comme moi aussi j'ai eu pitié de toi ?
Et son seigneur, étant en colère, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qui lui était dû.
Ainsi aussi mon Père céleste vous fera, si vous ne pardonnez pas de tout votre coeur, chacun à son frère. Mat 18:32-25

Il n'y a aucune excuse à la colère ; elle fait partie de la nature bestiale de l'homme. Le Seigneur en est notre preuve. Alors qu'Il fut crucifié, il pria le Père de pardonner ceux qui le crucifiaient car ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Il est l'exemple ultime. Son propre peuple n'a pas commit plus grande injustice que de l'avoir crucifié, alors qu'Il avait guéri des villes entières de chaque maladie et invalidité, ressuscité les morts, redonné la vue aux aveugles, et qu'Il ne disait rien d'autre que la vérité. Pourtant il était dans une douleur inimaginable et mourant, Il pria pour leur pardon. Maintenant, s'il devait y avoir une justification pour la colère, ce devait être pour cette horrible crucifixion du plus humble des hommes à avoir marché sur terre ; pourtant le Seigneur ne s'est pas mis en colère. Or, voyant son pardon monumental pour ceux qui l'ont fait mourir, nous savons qu'il ne justifiera jamais le fait de retenir sa colère contre nous. Jésus était dans un état de tristesse, d'une tristesse à mourir, en sachant que cela allait lui arriver. Et sa réaction était de la tristesse à l'égard des injustices colossales commises contre Lui, mais pas de colère ; de la tristesse, non pas pour Lui-même, mais de la tristesse voyant à quel point ses enfants errant étaient dans l'erreur.

Il y en a beaucoup qui justifient leur colère en disant : « le Seigneur était en colère lorsqu'Il chassa les commerçants hors du temple. » Ma réponse est : « non, il n'était pas en colère comme un homme est en colère ; il était parfaitement en contrôle de Lui-même et savait exactement ce qu'Il faisait, car Il disait qu'il ne jugeait jamais rien de par Lui-même, mais seulement selon les jugements qu'Il entendait venant du Père ; plus loin Il a seulement dit ce qu'il entendait le Père lui dire de dire, et il ne faisait que ce que le Père lui montrait de faire. » La colère est un jugement que nous prenons nous-mêmes, et lorsque nous jugeons quelqu'un de manière critique, nous souffrons du même jugement : ne jugez pas, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez point condamnés ; pardonnez, et vous serez pardonnez ; Luc 6:37. Mais maintenant, renoncez à toutes : colère, courroux, malice, blasphèmes, et communications répugnantes sortant de votre bouche. Que toute amertume et tout courroux et toute colère et tout clamer et toute médisance soient mis loin de vous, de même que toute malice ; Éph 4:31. Car si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi à vous ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes, votre Père ne pardonnera pas non plus vos fautes. Mat 6:14-15. La colère de l'homme ne conduit pas à la droiture de Dieu. Jacques 1:20.

Voir la page : Pardonner aux Autres est Primordial pour des suggestions au sujet de comment abandonner la colère.

_______________________________________