La Bible Darby Clarifiée, (cliquez sur le texte en vert)     Aller á la table de matières   
Proverbes 18

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

 1 Celui qui se tient à l'écart [de Dieu]recherche ce qui lui plaît ; il conteste contre toute sagesse.

 2 Le sot ne prend pas plaisir à l'intelligence, mais à ce que son coeur soit manifesté.

 3 Quand vient le méchant, le mépris vient aussi, et [par la suite]avec l'ignominie, l'opprobre.

 4 Les paroles de la bouche d'un homme sont des eaux profondes, et la fontaine de la sagesse est un torrent qui coule.

 5 Ce n'est pas bien d'avoir acception de la personne du méchant pour faire frustrer le juste dans le jugement.

 6 Les lèvres du sot entrent en dispute, et sa bouche appelle les coups.

 7 La bouche du sot est sa ruine, et ses lèvres sont un piège pour son âme.

 8 Les paroles du rapporteur sont comme des friandises, et elles descendent jusqu'au dedans des entrailles.

 9 Celui-là aussi qui est lâche dans son ouvrage est frère du destructeur.

 10 Le nom de l'Éternel est une forte tour ; le juste y court et s'y trouve en une haute retraite.

 11 Les biens du riche sont sa ville forte, et comme une haute muraille, dans son imagination.

 12 Avant d'être brisé, le coeur de l'homme s'élève, et et l'humilité précède l'honneur.

 13 Répondre avant d'avoir entendu, c'est un folie et une confusion pour qui le fait.

 14 L'esprit d'un homme soutient son infirmité ; mais l'esprit abattu, qui le supportera ?

 15 Le coeur de l'homme intelligent acquiert la connaissance, et l'oreille des sages cherche la connaissance.

 16 Le don d'un homme lui fait faire place et l'introduit devant les grands.

 17 Celui qui est le premier dans son procès est juste ; son prochain vient, et l'examine.

 18 Le sort fait cesser les querelles et sépare les puissants.

 19 Un frère offensé est plus difficile à gagner qu'une ville forte, et les querelles sont comme les verrous d'un palais.

 20 Le ventre d'un homme est rassasié du fruit de sa bouche ; du revenu de ses lèvres il est rassasié.

 21 La mort et la vie sont au pouvoir de la langue, et celui qui l'aime mangera de son fruit.1 [Ceux qui aiment parler ne verront jamais le salut ; le fruit d'une langue qui erre est la mort.]

 22 Celui qui a trouvé une femme a trouvé une bonne chose, et il a obtenu faveur de la part de l'Éternel.

 23 Le pauvre parle en supplications, mais le riche répond des choses dures.

 24 L'homme qui a beaucoup de compagnons va se ruinant ; mais il est tel ami plus attaché qu'un frère.2


Chapitre Précédent | Prochain Chapitre

Pour afficher en parallèle les versets des versions Louis Segond et La Bible du Semeur, cliquez ici.
_______________________________________

1 La mort et la vie sont au pouvoir de la langue, et celui qui l'aime mangera de son fruit. Ceux qui aiment parler ne verront jamais le salut ; le fruit d'une langue qui erre est la mort.

Ainsi aussi la langue est un petit membre et elle se vante de grandes choses. Considérez combien grande la forêt qu'un petit feu allume !
Et la langue est un feu. La langue, un monde d'iniquité, est établie parmi nos membres ; c'est elle qui souille tout le corps, et enflamme tout le cours de la nature, et elle est enflammée par la géhenne.
Car toute espèce de bêtes sauvages et d'oiseaux, de reptiles et d'animaux marins, se dompte et à été domptée par l'espèce humaine ;
mais pour la langue, aucun des hommes ne peut la dompter : c'est un mal désordonné, plein d'un venin mortel. Jacques 3:5-8
.

Si quelqu'un pense être religieux et qu'il ne tienne pas sa langue en bride [la retenir], il trompe son coeur [en se pensant lui-même religieux], et la religion de cet homme est sans valeur. Jacques 1:26.

Même un fou quand il ne parle pas, est réputé sage, et celui qui ferme ses lèvres, est estimé homme de compréhension. Pro 17:28.

Le fou met dehors toute sa pensée, mais le sage la retient. Pro 29:11.

Dans la multitude des paroles la transgression ne manque pas, mais celui qui retient ses lèvres est sage. Pro 10:19.

Mais laissez votre « oui » être « oui » et votre « non » être « non » ; car tout ce qui est plus que cela vient du malin. Mat 5:37
Jusqu'à que vous ayez été purifié, l'Esprit de Satan est dans le coeur de chaque homme, générant les paroles que les hommes prononcent.

Et je vous dis que, de toute parole oiseuse [non-édifiant] qu'ils auront dite, les hommes rendront compte au jour de jugement ;
car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné. Mat 12:36-37
.

car nous errons tous dans beaucoup de choses. Si quelqu'un ne erre pas en paroles, celui-là est un homme parfait, Jacques 3:2.
Donc, si vous seriez condamnés pour avoir prononcé des paroles oiseuses, et que tant que vous n'êtes pas parfait vous ne pouvez pas contrôler vos paroles, alors il est évident que la perfection est nécessaire pour être justifié et à obtenir le salut.

Avant que vous soyez parfaits, vous parlez, et vos paroles viennent de votre pensée charnelle, qui est inimitié avec Dieu ; or, nous devrions tous nous exercer à parler le moins possible. Les messages suivant, provenant de la Parole du Seigneur à l'intérieur, sont pour nous aider à minimiser nos paroles : (les phrases entre parenthèses ne sont pas du Seigneur et ont été ajoutées pour plus de compréhension.)

Ce sera difficile au début, mais cela devient plus facile avec de la pratique. Ne démarrez pas de conversation involontaire avec, Salut, comment va, juste dire bonjour. Utilisez le courrier électronique au lieu d'engager des conversations téléphoniques. Il y aura des moments où il sera absolument nécessaire pour vous d'initier une communication orale ; faites-les aussi peu que possible. Lorsqu'une question est demandée, répondez si possible par oui ou non ; et si ce n'est pas possible, restez conscient de ce que vous dites alors que vous parlez avec le peu de mots possible. Observez-vous en réaction aux autres qui parlent, et vous réaliserez que vous portez peu d'attention à ce qu'ils disent, et que vous pensez plutôt à ce que vous allez dire ensuite ; malheureusement c'est ce que sont la plupart des conversations — s'écouter soi-même parler.

Dans votre occupation il est souvent nécessaire de communiquer oralement ; certains d'entre vous ont mêmes des emploies dans le soutien téléphonique. Mon conseil est de vous exercer à faire des réponses courtes, et éviter d'essayer d'établir un rapport d'histoire de guerre et de poser des questions inutiles telles que « comment allez-vous aujourd'hui », ou « comment est la météo là-bas », ou « qu'en est-il de l'équipe de football xxx », « qui est votre favori yyy ? » , etc. Net : S'en tenir aux affaires.

Les premiers Quakers pratiquaient le parler avec le peu de mots possible comme William Penn le décrit ci-dessous provenant de son Introduction au Journal de George Fox :

« Ils recommandaient le silence par leur exemple, usant de très peu de paroles en toutes occasions. En affaire, ils étaient de parole  ; et les nombreuses paroles de leurs clients ne pouvaient les tenter ; car ils avaient plus de respect pour la vérité que la coutume, pour l'exemple plutôt que pour le gain. Ils recherchaient la solitude ; mais lorsqu'ils étaient en compagnie, ils ne voulaient ni avoir, ni entendre volontairement des discussions inutiles et illégales. Gardant ainsi leur esprit pur et paisible loin des pensées peu lucratives et des diversions. ...Leur pratiques ont stoppés la conversation de manière profitable et opportun ; rendant leurs parents et autres connaissances mal à l'aise en leurs compagnie, cela leur donna l'occasion pour plus de temps de retraite et de solitude, pour être en meilleur compagnie, le Seigneur Dieu lui-même, leur Rédempteur. Ils grandissaient en force dans Son amour, dans sa Puissance, ainsi que dans Sa sagesse, et ils étaient mieux qualifiés pour être à Son service ; et leur succès le démontrait abondamment ; béni soit le Nom du Seigneur. »

2 Il y a un ami qui se tient plus près qu'un frère. Cet ami c'est Christ la Lumière et la Parole, qui se tient dans le coeur de chaque homme, et qui, tout au long de notre vie, plaide gentiment avec nous pour que nous fassions la chose juste, qui tourmente notre conscience lorsque nous faillissions ; qui est avide de nous enseigner, avide de nous aider à voir la bonne voie vers la vie, avide de nous donner sagesse et compréhension ; et avide de partager Sa divine nature avec nous, à la condition que nous L'écoutions et que nous Lui obéissions.

_______________________________________

Chapitre Précédent | Prochain Chapitre